Pierre Lassave : faire la sociologie de la sociologie des religions

 

Étudier et « essayer de comprendre » les grandes controverses, les générations, les transmissions d’une discipline plus problématique en France qu’ailleurs, en profondeur et en miroir, c’est la tâche que s’est fixée Pierre Lassave dans Sociologie des religions : Une communauté de savoir, paru aux Éditions de l’EHESS et dont il a discuté lors du Mercredi de l’IESR du 4 mars 2020 avec Céline Béraud et Louis Hourmant.

« Pierre Lassave, explique Louis Hourmant en introduction, étudie une « communauté de savoir » (le sous-titre de son livre est important) : après avoir étudié la communauté des sociologues de la ville puis des biblistes, il se penche sur un troisième milieu, celui des sociologues des religions depuis une position particulièrement privilégiée : une extériorité (il vient d’un milieu différent) et en même temps une grande familiarité (il a été pendant dix ans rédacteur en chef des Archives de Sciences sociales des religions). »

Pour « entrer tout de suite dans le vif du sujet », Pierre Lassave survole d’abord les différentes parties de son livre, pour souligner quelques lignes de force :

Des diverses parutions des années 2010 dans le monde occidental sur « la formation de la discipline à l’international », ressort « la force du catholicisme social », par exemple « au sein de l’Association américaine de sociologie des religions », résultat d’une « mobilisation dans les années 1930/1940 puis d’un aboutissement savant dans les années 1950/1960 ».

Si l’on met la focale sur la France, on est frappé par « la légitimation très problématique de l’objet religieux » en sociologie. Alors que celle-ci est pourtant née « de deux grandes œuvres (Durkheim et Weber) ayant chacune mis l’objet religieux au centre ». Du coup, la sociologie des religions y existe « généralement très en marge des institutions universitaires, sauf à l’EPHE/EHESS ».

« Les refondateurs d’après-guerre ont eu des trajets assez remarquables : c’était d’anciens religieux, d’anciens résistants qui ont délibérément mis leur engagement entre parenthèse ou alors l’ont mis au centre de leur métier ». Leur disparition et l’ouverture de leurs archives personnelles permet de « poser la question de la mémoire de la discipline », comme avec le hors-série Cinq vies de recherche (1), « à la fois un travail collectif et un atelier de biographies croisées ».

Les sociologues des religions européens et anglophones « qui ont pris la suite des refondateurs se sont mis récemment à raconter leur histoire, à examiner leur bilan et leur rapport à l’objet ». À la différence des « carrières légitimes des générations suivantes », ces baby-boomers sont arrivés à la sociologie des religions au bout de « quêtes existentielles plus ou moins marquées par le hasard » qui leur ont permis d’être « ni trop près (comprendre sans expliquer) ni trop loin (expliquer sans comprendre) » de leur objet de recherche.

La comparaison des mots-clés entre les deux « immenses dictionnaires » des faits religieux à un quart de siècle de distance (le premier en 1984, le second en 2010 (2)) montre « une évolution effective de l’approche vers la construction sociale mais aussi un jeu de renvois entre les deux époques ». À partir des années 1990, « ce sont les manuels qui fleurissent (il y avait eu le Desroche (3) mais c’était plus une réflexion qu’un manuel) ». À travers ces témoins, « on voit une tendance de la sociologie à s’intéresser de plus en plus à la modernité religieuse et à l’altérité culturelle, jusqu’à remettre en question le mot religieux ».

Il revient ensuite plus en détail sur cinq « controverses publiques » :

D’abord la réception des Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim (4) avec « dès la sortie en 1912, une réaction catholique très virulente en France suivie, à partir de la traduction en anglais de 1915, par une lecture anglo-saxonne critique (ça ne permet pas de comprendre les monothéismes) mais qui lui sait gré d’avoir mis en théorie des éléments comme le sacré ou le temps. »

« Ensuite la réception de la carte de la pratique cultuelle qui est une première mondiale et un évènement méthodologique (10 millions de Français recensés). Initiée par Gabriel Le Bras et dirigée par le chanoine Fernand Boulard (5) elle montre la diagonale du vide et la mosaïque des foyers catholiques. D’où la polémique dans les années 1970 avec Émile Poulat contre l’idée de « régions culturelles ». Pour Poulat, mettre trop en exergue la pastorale, c’était répondre à une perspective instrumentale de la sociologie alors que ce sont les structures sociales qui priment. » Si la controverse fut « bruyante à l’époque », elle se poursuivit de manière « plus raisonnée et l’histoire longue des terroirs continue : l’adage d’André Siegfried (1913) « Le granit fait le curé, le calcaire fait l’instituteur » a été validé par François Furet ».

En Grande-Bretagne, « la discussion sur le paradigme de la sécularisation qui dure encore aujourd’hui (alors qu’elle est un peu dépassée en France) » et qui oppose par exemple actuellement « Steve Bruce (ce n’est pas pour rien que ça se vide) à Grace Davie (la croyance persiste) (6)

En 2018, la controverse autour de La tentation radicale (7), sur « la propension des jeunes lycéens d’origine musulmane à approuver les thèses terroristes ». Il y a eu une « critique virulente des biais de l’enquête et de ses a priori « laïcistes » où on a retrouvé l’opposition entre deux conceptions opposées rappelant le débat entre le déterminisme néo-libéral et l’individualisme analytique ». D’un côté ceux qui dénoncent un « danger sociologique » (8), de l’autre ceux qui dénoncent l’ignorance de « ce qu’a accumulé la sociologie des religions ».

Enfin, s’excusant « d’avoir entrouvert le huis-clos » des comités et de la relecture au sein des revues, Pierre Lassave évoque les « conflits d’évaluation in vivo » auxquels il a pu prendre part et qui questionnent les critères d’éligibilité des « articles soumis, retenus, modifiés, invalidés … » tout autant que « le positionnement des disciplines et l’histoire critique ». Il remarque « l’hécatombe des articles sur l’islam » et que les critères d’éligibilité pourraient finalement se résumer à « Nul n’entre ici s’il ne partage pas un minimum de consensus idéologique ».

En conclusion de ce survol, Pierre Lassave rappelle que « la convergence des savoirs est au principe même de la survie de la spécialité qui ne vit que de cette association. Après les refondateurs et les héritiers, la troisième génération de sociologues des religions est confrontée à la fluidité globale des phénomènes religieux» que l’on relie de plus en plus « à la violence politique ». D’où les nouvelles associations avec « les savoirs des sciences politiques et de la philosophie du droit ».

En conclusion aussi, il ne peut manquer de faire état de « ce qui manque cruellement » à son ouvrage :

« La relation entre la sociologie des religions et la psychologie, voire la psychanalyse (qui sont déjà par moment en dialogue dans le monde avec l’anthropologie et l’histoire à propos des questions religieuses). »

« La sociologie des religions est un savoir construit dans une histoire occidentale. Quid de la variable post-coloniale ? »

« Il y a peu de choses sur le rôle des chiffres dans cette histoire. Or une histoire du chiffre reste à faire. »

Céline Béraud note d’abord que le livre de Pierre Lassave est « atypique : ce n’est ni un manuel ni une autobiographie. Cette difficulté à le catégoriser peut assurer une audience large ». Elle note aussi le « paradoxe d’un objet incontournable dans la discipline depuis les pères fondateurs (Durkheim, Weber, Tocqueville, Marx) » auquel est fait « un procès en illégitimité du fait de sa spécificité (croyance/objet de croyance), en lien avec une proximité entre les sociologues des religions et les appareils religieux ». Le livre vient aussi au milieu d’une « actualité éditoriale plus large avec des ouvrages sur l’histoire et la sociologie de la sociologie des religions : les entretiens Willaime/Meunier(9), le numéro spécial des ASSR(10), le livre Sociologues en quête de religion sur les origines de la discipline (11) … » Bref, « un moment particulier et pas uniquement en France » puisqu’au Québec aussi, elle a pu constater « un retour sur soi pour mieux comprendre la discipline » et donc « un grand intérêt pour ce travail ».

Comme Louis Hourmant, elle remarque l’originalité de la position de Pierre Lassave qui « vient d’ailleurs, de la sociologie urbaine puis littéraire et arrive sur le tard au religieux. Le défaut de notre discipline, c’est que nous sommes souvent hyper-spécialisés alors qu’il faudrait rester des sociologues généralistes. L’originalité du regard de Pierre Lassave, reflet de sa position un peu ambivalente (à la fois insider et outsider), s’accompagne d’une grande solidité théorique (comme le montre son intérêt pour la sociologie des controverses) et d’une grande autoréflexivité, ce qui lui permet de multiplier les points d’observation.» Cette « très fructueuse distance sans cesse recréée » va avec « un regard d’ethnographe (le jeu de regards sur la boite noire du comité de rédaction) et une passion pour les archives que j’ai vue à l’œuvre ». « Tout en restant pleinement sociologue, il a une méthodologie de l’histoire puisque ce qui l’intéresse le plus, c’est la question des générations, des trajectoires intellectuelles, et de la transmission. » Les générations sont ici « reconstruites : les pères fondateurs, les refondateurs, les héritiers (Willaime, Baubérot, Hervieu-Léger). Et la génération suivante dont le devenir est à peine esquissé. »

Ses questions portent sur « deux moments de ce livre » :

« Le tournant du 21e siècle, la reprise pragmatique pour « dépasser la sociologie et son objet religieux » (p.122). »

« La légitimité de l’objet qui varie d’un monde religieux à l’autre, notamment avec la spécificité de l’islam. La sociologie de l’islam est embryonnaire en France, elle contourne le religieux en traitant le sujet sous l’angle de l’immigration, des jeunes, de la violence. On fait beaucoup d’efforts pour contourner ce qui relève du religieux. Le rapport ATHENA (12) en 2015 avait fait un état des lieux de la recherche sur l’islam : les travaux n’étaient pas inexistants mais peu nombreux avec une division qui poussait l’islam du côté de l’érudition et pas des sciences sociales. (p.356). »

Pierre Lassave répond brièvement à la première question : « Ce rapport entre le haut et le bas, le politique et l’anthropologique, pose la question du porte à faux de la sociologie dans ce problème ».

Plus longuement à la deuxième : « L’objet islam en sociologie est une discussion francophone. L’islam comme objet de sciences sociales n’est pas très distinct et on l’aborde par le haut en se demandant ce qui conduit à la dérogation aux normes d’une société laïque. Parmi les systèmes d’explication, il y a une opposition entre l’islamologie et les sciences politiques. Tout un courant des sciences politiques travaille là-dessus. Il y a une autre explication par le haut qui entremêle les échelles car l’objet islam a une existence passionnante entremêlant les échelles internationales, l’ici et l’ailleurs. On a des concepts sociologiques captés par d’autres concepts qui se passent très largement de la sociologie. » L’approche anglo-saxonne est différente, « plus proche de l’ethno-anthropologie avec un intérêt pour les attachements et les identités. Il y a tout un ensemble d’enquêtes faites par des femmes qui essaient de comprendre la différence dedans/dehors, les femmes qui portent le voile et l’enlèvent ».

Philippe Gaudin se demande si « le point commun », à tous les domaines de recherche que Pierre Lassave a pu fréquenter, que ce soit par exemple du côté des exégètes bibliques ou de l’expérience littéraire, n’est pas une « inquiétude particulière eu égard au langage, à la façon dont le sens des mots se construit en situation telle que la phénoménologie en rend compte par opposition à une approche structurelle très déterministe ». Sa « spécificité en tant que sociologue serait ainsi une sensibilité particulière au langage, sa capacité à voir « dans les moindres mots », à examiner la question du langage en lien avec la sociologie et la façon dont la sociologie traite du langage » puisque « la littérature dont le propre est de se situer aux antipodes d’une recherche d’un langage formel est aussi, à sa manière, une science sociale très féconde ».

Pierre Lassave répond qu’effectivement « le langage comme objet social est toujours la première pierre d’achoppement dans les milieux » qu’il observe. « Lorsqu’elle s’immisçait dans l’histoire des sciences formelles, on a toujours reproché à la sociologie de ne pas comprendre ce qui s’y passait vraiment puisqu’il est nécessaire d’utiliser le langage des milieux dont on veut rendre compte. Je me suis toujours défié de ces formes de sociologie ou d’anthropologie rapide qui utilisent des milieux pour faire valoir des discours qui risquent d’être hors sol car ne prenant pas en compte quelque chose qui ne se dévoile pas immédiatement. Il est nécessaire d’être attentif au moindre geste et au moindre mot : un mot qui paraissait avoir tel sens en a un autre. On ne peut pas le faire rapidement. Ce livre est mon rapport de stage : j’ai essayé de comprendre. »

Martine Cohen remarque qu’il y a aujourd’hui une « réflexivité particulière » avec des « acteurs qui s’approprient les textes de sociologie alors que c’était beaucoup moins le cas avant ».

Ce qui permet à Pierre Lassave de conclure que « s’il y avait une suite à donner à ce travail, ce serait là : reconnaitre la multiplicité des regards selon d’où ils partent ».

 

Illustration :  la Carte de la pratique religieuse dans la France rurale établie par Fernand Boulard en 1947.

(1) Hors-série d’Archives de sciences sociales des religions paru en 2020 sous la direction de Pierre LASSAVE et qui « retrace les itinéraires intellectuels des cinq « pionniers » à l’origine de la revue (…). Deux d’entre eux, Henri Desroche (1914-1994) et Émile Poulat (1920-2014), sont d’anciens prêtres en rupture d’Église ; deux autres, François-André Isambert (1924-2017) et Jacques Maître (1925-2013), participèrent à la Résistance avant de militer un temps aux côtés du progressisme chrétien. Enfin, Jean Séguy (1925-2007), qui les rejoignit en 1960, avait dû renoncer à une formation dans la Compagnie de Jésus. Tous ont embrassé la science pour faire comprendre et expliquer un objet qui a marqué leur vie. »

(2) Tous les deux parus aux Presses Universitaires de France, le Dictionnaire des religions de 1984, dirigé par Paul POUPARD et « une pléiade de spécialistes, philologues, archéologues, historiens et philosophes principalement issus de facultés de théologie catholique » puis le Dictionnaire des faits religieux de 2010, dirigé par Régine AZRIA et Danièle HERVIEU-LÉGER (seconde édition en 2019 avec Dominique IOGNA-PRAT) « à vocation plus critique, réunissant des chercheurs issus d’institutions publiques (EHESS, EPHE, CNRS et universités) où dominent les sciences de l’homme et de la société (histoire, sociologie, anthropologie, philosophie) ». Voir Pierre LASSAVE, Les mots des dictionnaires, Archives de sciences sociales des religions n°156, octobre-décembre 2011, pp.13-30.

(3) Henri DESROCHE, Sociologies religieuses, PUF, 1968.

(4) Voir le numéro 159 des Archives de sciences sociales des religions (juillet-septembre 2012) à l’occasion du centenaire de la publication.

(5) Le juriste et sociologue Gabriel Le Bras (1891-1970) avait lancé un appel en 1931 pour étudier statistiquement et géographiquement la pratique religieuse dominicale en France. Cette étude fut menée par le chanoine Fernand Boulard (1898-1977) qui publia une première carte en 1947 dans les Cahiers du clergé rural, affinée en 1954 dans l’ouvrage Premiers itinéraires en sociologie religieuse (2e édition en 1966). L’enquête fut complétée pour les villes par Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, publié avec Jean Rémy en 1968.

(6) Steve Bruce, professeur de sociologie à l’université d’Aberdeen a publié entre autres Secularization – In Defence of an Unfashionable Theory (Oxford University Press, 2011). Grace Davie est elle professeure de sociologie à l’université d’Exeter et a notamment publié Religion in Britain Since 1945: Believing Without Belonging (1994) et Religion in Britain: A Persistent Paradox (2015).

(7) Olivier GALLAND et Anne MUXEL (éd.), La tentation radicale : Enquête auprès des lycéens, PUF, 2018.

(8) Gérald BRONNER et Étienne GÉHIN, Le danger sociologique, PUF, 2017.

(9) Jean-Paul WILLAIME (entretiens avec E.-Martin MEUNIER), La guerre des dieux n’aura pas lieu : Itinéraire d’un sociologue des religions, Labor et Fides, 2019.

(10) Voir note 1.

(11) Céline BÉRAUD, Bruno DURIEZ, Béatrice de GASQUET (éd.), Sociologues en quête de religion, Presses Universitaires de Rennes (collection Sciences des religions), 2018.

(12) Alliance nationale des sciences humaines et sociales (ATHENA), Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent : État des lieux, propositions, actions (rapport remis au secrétaire d’État à l’enseignement supérieur et à la recherche le 3 mars 2016).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Autour de la Laïcité – Mercredi de l’IESR du 30 septembre (suite)

Nous remercions Catherine Kintzler et Jean Baubérot, ainsi que les discutants, Marie Perret et Philippe Gaudin, pour les remarquables échanges et la qualité du débat  au cours du mercredi de l’IESR du 30 septembre dernier.

Ce débat a eu pour objet la notion laïcité à partir des  sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas de J. Baubérot (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015) et de, Penser la laïcité de Catherine Kintzler (Minerve, 2014).

Photographie de la table - débat laïcité, mercredi IESR du 30/09
Mercredi de l’IESR du 30/09
Ph.Gaudin (discutant), C. Kintzler, I. Saint-Martin (modératrice), J. Baubérot et M. Perret (discutante)

 

Pour prolonger notre réflexion, voici un article de Marie Perret (philosophe), discutante lors du débat, relatif à l’apparition d’un nouveau signe religieux à l’école.
Retour sur l’affaire de Charleville-Mézières : une « longue jupe » qui ne doit pas occulter l’abaya :

Dans les années 1990, les jeunes filles qui refusaient d’ôter leur voile à la porte de l’école revendiquaient leur liberté d’afficher leur appartenance religieuse tout le temps et partout.  La loi du 15 mars 2004 est venue opportunément rappeler que l’école publique est un espace laïque dans lequel chacun est soumis à l’obligation de neutralité. Cette loi a eu au moins trois effets bénéfiques : elle a permis de clarifier les choses, d’apaiser les conflits et de protéger les personnels qui peuvent se prévaloir de la loi pour refuser l’accès à l’établissement d’un élève arborant un signe par lequel il manifeste ostensiblement son appartenance religieuse…
Téléchargez le texte intégral

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouvelle publication: Séverine MATHIEU, préface du professeur René Frydman « L’Enfant des possibles » (Editions de l’Atelier, 2013)

En librairie à partir du 28/02/2013

« L’Enfant des possibles: assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation » / Séverine Mathieu, préface du professeur René Frydman , Éditions de l’Atelier, 2013-  192 pages / 20€ / ISBN 978-2-7082-4212-8

Près de 500.000 couples consultent chaque année en France pour infertilité et leur
nombre va croissant. L’Assistance Médicale à la Procréation (ou Procréation Médicalement Assistée) appartient aux techniques proposées pour répondre à leur désir d’enfant et favorise ainsi la naissance de 20 000 bébés par an. Si ce nombre n’est pas élevé, il n’en est pas pour autant négligeable, notamment au regard des débats et des questions que soulèvent aujourd’hui les nouvelles techniques de procréation. En effet, avec l’AMP, il n’est plus nécessaire à un homme et à une femme de recourir à l’acte sexuel pour donner la vie constituant ainsi une remise en cause profonde de ce qui apparaissait jusqu’à présent comme intangible et à caractère divin.
L’ouvrage de Séverine Mathieu est tout à fait passionnant dans la mesure où il laisse une large place aux propos des acteurs permettant ainsi au lecteur de comprendre
comment s’établit la décision et les étapes de la réflexion mobilisant à la fois des repères moraux et religieux. Couples et équipes médicales s’attèlent ainsi à la construction d’un «faire famille» à la fois rigoureuse, résolue et sensible où le désir d’enfant est central.
Ce livre intéressera aussi bien les acteurs, couples, médecins, chercheurs,
personnels hospitaliers de l’AMP, qu’un grand public désireux de comprendre comment s’élaborent aujourd’hui les nouvelles formes familiales empreintes d’éthique et de lien social.
Séverine Mathieu est sociologue, professeure agrégée, habilitée à diriger des recherches à l’Ecole pratique des Hautes études (EPHE) et membre du GSRL (CNRS). Elle travaille sur les questions de laïcité, les liens entre famille et bioéthique. Elle a publié La transmission du judaïsme dans les couples mixtes (Éditions de l’Atelier, 2009) et codirigé avec Martine Gross et Sophie Nizard Sacrées familles !, Changements familiaux, changements religieux (Erès, 2011)