Archives par mot-clé : Ricoeur

Enseignement de la morale, enseignement des faits religieux

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2013, s’est tenu le colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » organisé par l’IESR (en particulier par Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin).

Il s’agit d’une réponse directe à la proposition du ministre de l’Éducation nationale d’instaurer pour la rentrée 2015 un enseignement de la morale, proposition qui a donné lieu dans un premier temps à une commission et à un rapport. Les rapporteurs ont modifié la proposition du ministre (enseignement de la morale laïque) en « enseignement laïque de la morale ». Le colloque souhaitait permettre de nouvelles réflexions voire des pistes concrètes.

Le sujet de la morale n’étant pas une de mes spécialités, j’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre vraiment ni comment je pourrais y participer (devant faire une communication). Au final, j’ai beaucoup apprécié le colloque : la majorité des interventions était enrichissante ; j’ai appris beaucoup.

Je ne vais pas faire un résumé de l’ensemble, notamment parce qu’une publication est prévue au cours de l’année 2014. Vous trouverez ici des réflexions plus personnelles. Pour le programme, vous pouvez le consulter dans un autre billet.

La parole institutionnelle était de qualité. Jean-Paul Delahaye et Laurence Loeffel ont tous les deux rappelé qu’il ne s’agissait pas d’enseigner une morale dogmatique ni une morale d’État. L’enjeu majeur de cet enseignement est de redonner du contenu au respect, et cet enseignement doit se faire dans le cadre laïque de l’école. Reste à définir le contenu (même s’il semble que l’institution a plus en tête un travail de critique qu’un travail d’apprentissage) et les modalités pratiques. Ce n’est pas une mince affaire.

Les interventions suivantes (Philippe Gaudin, Abdennour Bidar, Frédérique Leichter-Flack, Charles Coutel et Isabelle Saint-Martin et moi-même) ont montré quel était le lien possible entre enseignement de la morale et enseignement des faits religieux. Ils l’ont fait soit d’une manière théorique et philosophique, soit de façon historique, soit sur un plan plus pédagogique. L’intervention de Frédérique Leichter-Flack m’a particulièrement éblouie. Les deux enseignements se complètent, sans se superposer ; ils ont leur particularité propre, des finalités propres, mais d’autres se rejoignent. Il en ressortait aussi que chaque enseignement, de par sa posture, sa déontologie, ses méthodes est une éducation éthique en soi. L’ensemble des exposés était convaincant pour montrer qu’éviter les faits religieux dans le cadre de l’enseignement de la morale serait une erreur. Cet enseignement ne doit pas s’y réduire ; il ne doit pas non plus les oublier.

Jean Baubérot est revenu sur la morale laïque de la IIIe République, pour déconstruire l’idée que l’on s’en fait généralement. Cet enseignement, au moins jusqu’en 1914, était plus dynamique, en phase avec la société (ce qui est moins le cas après 1914, quand son contenu ne change pas, alors que la société elle change), société qu’elle a influencée. Ceux qui ont une mauvaise image de la morale laïque se réfèrent non pas à la morale d’avant 1914, mais à celle d’après 1914 et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, et à une époque où on peut parler de hiatus entre cet enseignement et la société.

Jean-Paul Willaime, quant à lui, est revenu sur Paul Ricœur (dont il a d’ailleurs été souvent question dans les autres interventions), sur sa conception de la laïcité, de l’école et de la morale. Relire Ricœur devient nécessaire aussi pour alimenter la discussion sur l’enseignement de la morale (voire sur l’école en général).

Philippe Portier a fait une synthèse générale dans une intervention qui était en fait une véritable communication en elle-même. Il a bien montré combien le projet n’était pas une reconduction de ce qui avait déjà été, que les participants ont finalement souvent parlé de l’emboîtement des enseignements et de l’ouverture des méthodes.

En effet, un point intéressant était la convergence de plusieurs intervenants vers l’idée de débats, de discussions à mettre en œuvre dans le cadre de cet enseignement, de « faire travailler sa conscience » (pour reprendre une expression de Philippe Portier) et cela en particulier à partir d’œuvres picturales, littéraires, philosophiques, cinématographiques, etc.. Certes, nous ne sommes pas, en France, dans une vraie culture du débat et organiser un débat demande du temps (et des compétences). Mais cet apprentissage est important : apprendre à écouter l’autre, à respecter ce qu’il dit même si on est en désaccord, apporter des arguments valables et fondés en faveur de sa propre position… En tout les cas, plusieurs intervenants considéraient qu’il était nécessaire de donner plus la parole aux jeunes. Cela nécessite aussi l’acquisition d’un lexique correct, autre point qui a été souligné plusieurs fois.

La discussion est ouverte.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter