Blandine Chélini-Pont: «On ne peut pas résumer la géopolitique des religions à un affrontement de blocs»

« Présenter autre chose » que le très médiatisé affrontement islam/Occident (mais expliquer ses « matrices ») et exposer « l’action conjointe et globale des grandes religions » dans la vie internationale, c’est l’objet de la Géopolitique des religions publiée aux éditions du Cavalier Bleu. Le 22 janvier 2020, au cours d’un Mercredi de l’IESR, Blandine Chélini-Pont est revenue sur cet ouvrage (écrit avec Valentine Zuber et Roland Dubertrand) avec Sylvie Toscer-Angot.  

Plutôt qu’une Géopolitique des religions, titre imposé par la collection où il prend place, Blandine Chélini-Pont (1) définit l’ouvrage qu’elle a écrit avec Valentine Zuber et l’ambassadeur Roland Dubertrand (ancien conseiller Affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères) comme une « forme de manuel pour étudiants » sur « comment les religions sont instrumentalisées dans le cadre des relations internationales ». Pour elle, « la question de départ » était : « les religions ont-elles une responsabilité dans le désordre mondial ? », une idée « commune et médiatisée depuis la première guerre d’Afghanistan » et qui met en scène « un affrontement islam/Occident ayant remplacé la Guerre froide ». Cette idée résulte « d’un biais représentatif : c’est une question qui sous-tend son propre préjugé, qui attend une réponse affirmative et qui a trois matrices.

Première matrice : la théorie universitaire. Car c’est une idée qui est apparue dans les milieux universitaires de l’école réaliste américaine. À Harvard, au début des années 1990, le professeur Samuel Huttington a écrit que ce qui allait succéder à l’effondrement de l’URSS serait un partage d’influences et une forme de conflictualité culturelle et religieuse antagoniste contre un bloc musulman violent et agressif. Il parlait à un moment où un terrorisme islamiste commençait à se manifester. Son texte a eu un succès planétaire. Il a suscité un travail sur la radicalité islamiste et son impact géopolitique permettant d’offrir une grille de lecture et qui a rendu cette lecture commune.

Deuxième matrice : l’islamisme. Pour les musulmans radicaux, cet affrontement islam/Occident annonce le triomphe final de l’islam et de sa société juste contre l’iniquité occidentale corruptrice. Cette idée a servi de carburant au développement du djihadisme et du terrorisme islamiste.

Troisième matrice : la droite chrétienne. C’est une source parallèle et en vis-à-vis de cette source islamiste. La veine civilisationniste fabriquée par la Guerre froide (une défense de la civilisation démocratique et chrétienne et une conscience d’être le « bon camp ») se transforme après l’effondrement de l’URSS avec le nouvel ennemi, l’islam qui persécute les chrétiens, pousse à la violence et pratique le terrorisme. C’est un système très développé dans la droite américaine, mais on le retrouve en Europe, considérée comme le « champ de bataille » avec les idées de fin de la civilisation et de « grand remplacement ». »

Le livre vise d’abord à « présenter autre chose que cet affrontement, répartir les degrés et niveaux de conflictualité pour montrer que l’instrumentalisation est d’abord du fait des États ». Des États dont la violence est comparable à celle « exercée par les groupes autonomes islamistes » mais à une tout autre échelle : « Un milliard de personnes sont cataloguables comme faisant partie d’une minorité ethnico-religieuse qui, à cause d’une discrimination juridique, sociale et de la répression étatique, n’a pas la possibilité de vivre sa foi tranquillement. Il y a les Rohingyas, mais aussi beaucoup d’autres exemples dès qu’on les cherche. »

Le livre développe aussi « tout un autre aspect moins médiatique » : « l’action conjointe et globale des grandes religions » dans la vie internationale « pour se positionner et agir sur la défense des droits de l’homme, sur l’humanitaire, sur l’environnement. Cela s’accompagne d’une action de plus en plus articulée d’organisations, d’associations qui ont un fondement religieux et sont des représentantes de la société civile avec des causes à faire avancer. Sant’Egidio est très connu mais il y en a d’autres comme Religions pour la paix et sa très intéressante méthode : des comités nationaux composés de personnalités des différentes religions qui s’engagent à servir d’intermédiaire entre les parties en conflit. L’ONU peut faire appel à eux pour servir de diplomates de substitution. C’est un exemple de cette action pacificatrice des religions. »

Le livre expose enfin comment les religions influent sur les débats de société. D’abord par « le vecteur médiatique avec un nombre extrêmement important de médias religieux qui propagent de l’information religieuse et sont plus ou moins prosélytes. Cela contribue au mélange et à la globalisation des différentes religions. Il y a une prolifération des médias chrétiens dans le monde arabe et dans l’autre sens une chaine d’influence sunnite qui couvre toute la planète depuis le Golfe. »

Les religions influent ensuite par « le vecteur des partis politiques qui se veulent confessionnels ou revendiquent un héritage religieux pour se positionner sur des questions de société et soutenir une définition traditionnelle de la famille. Les partis du type Démocratie Chrétienne sont remplacés par des partis plus offensifs en matière de morale sexuelle, de défense de la vie. Il y a un rejet frontal du libéralisme sexuel et la mise au centre du débat des questions d’éthique familiale avec la grande querelle mondiale du mariage homosexuel. »

Pour conclure, « on ne peut pas résumer la géopolitique des religions à un affrontement de blocs. Ce serait un leurre, car la réalité est extrêmement complexe. La violence religieuse a des causes qu’on ne peut pas expliquer de manière noire ou blanche. Et il ne faut pas oublier la défense de beaucoup de thématiques humaines et la place des idées religieuses dans la représentation politique. »

Sylvie Toscer-Angot, discutante de la séance, pose trois questions :

« Différents types d’acteurs religieux émergent sur la scène internationale qui peuvent apparaitre selon les cas comme des voix légitimes ou protestataires face aux États. Ces États ont-ils la capacité de réguler les actions de ces nouveaux acteurs religieux ? Ces nouveaux acteurs religieux sont-ils eux-mêmes des facteurs de régulation ou de dérégulation ? »

« Ces nouvelles ONG ont-elles tendance à affirmer leur identité ou à l’édulcorer ? Mettent-elles leurs références religieuses en avant et cette logique universaliste n’entre-t-elle pas en conflit avec la logique confessionnelle ? »

« Y a-t-il une particularité du catholicisme du fait de l’État du Vatican ? Une force de frappe particulière des ONG catholiques ? »

Auxquelles Blandine Chélini-Pont répond en commençant par la dernière :

« Oui, il y a une particularité du catholicisme car c’est la seule religion chrétienne disposant d’un État et d’une représentation internationale étatique. L’administration de l’État du Saint-Siège gère l’ensemble de l’Église catholique. Ce qu’il reste de cet héritage de l’histoire, c’est une organisation diplomatique présente dans tous les États, dans une dizaine d’organisations internationales, des discours à l’ONU et au Parlement européen … Mais ils commencent à être concurrencés par l’Organisation de la Conférence Islamique créée par l’Arabie Saoudite pour promouvoir et défendre l’islam. »

« La logique universaliste est un biais que prennent beaucoup d’organisations religieuses, que ce soit sur les droits humains, la paix, le désarmement … Mais le but n’est pas forcément universaliste puisqu’il peut justement s’agir de contester les droits de l’homme avec lesquels les Églises orthodoxes ne sont pas du tout à l’aise (par exemple à cause des questions de genre) et que les musulmans critiquent comme une manière occidentale de voir les choses. Plus les organisations sont mono-confessionnelles, plus elles auront un objectif identitaire de défense et promotion de soi. Plus les organisations sont inter-religieuses, plus leurs objectifs communs sont nécessairement universalistes. »

« Ces ONG sont bien souvent en conflit avec des États, notamment celles qui défendent la liberté religieuse. Elles organisent une mobilisation mondiale, interviennent au niveau de l’Union Européenne, du Parlement européen, du Congrès américain, publient des rapports récapitulant les différentes situations. Cela n’existait pas il y a 20 ans. La Russie est devenue l’une des cibles des ONG humanitaires, en particulier sur la liberté religieuse. Elles rédigent des déclarations institutionnelles pour participer aux débats démocratiques et dire qu’elles ne sont pas d’accord ou demander des modifications. Celles qui s’occupent des migrants, d’écologie, de droits humanitaires font des propositions pour que les États prennent des mesures. La Déclaration de Marrakech a été très travaillée en amont par les ONG catholiques internationales. »

Questions de l’assistance (et réponses de Blandine Chélini-Pont) :

– Les trois matrices de la théorie de l’affrontement islam/Occident ne sont pas au même niveau et elles sont liées par des liens de cause à effet. L’islamisme radical n’était pas fort au moment d’Huntington. Avec la guerre d’Irak puis Daech, n’a-t-on pas de la part des Américains une prophétie autoréalisatrice ?

« Oui et non : on a une prophétie autoréalisatrice et de l’amateurisme. La Guerre d’Irak suscite de nouvelles générations de djihadistes davantage virulents et organisés. Mais la vision islamiste de libération d’un Occident oppresseur est bien antérieure. L’assassinat de Sadate date de 1981, les attentats-suicides commencent en 1983 au Liban, le Hamas est créé en 1987. »

– Est-ce que le raidissement actuel de tous les acteurs n’est pas la conséquence du triomphe d’une globalisation vide de sens, d’un libéralisme libertaire généralisé qui génère des peurs et des États plus autoritaires ?

« C’est la grande bataille politique et démocratique de l’entérinement légal des mutations sexuelles et familiales. Mais il n’y a pas tant de pays où ce libéralisme se manifeste. L’Occident « décadent », ce n’est pas si répandu : hors d’Amérique et d’Europe, c’est plutôt la répression qui a progressé. La Russie a interdit le prosélytisme homosexuel. Les religions ont joué la défense préventive pour que ça ne se passe pas et ça ne se passe pas. »

– Dans les anciens pays du bloc soviétique, on assiste à une renaissance de la religion, par exemple au Kazakhstan, en Ouzbékistan. On lie la religion à une ethnie particulière.

« Ce sont des cas de figure qui se multiplient. Les États se mêlent de contrôler les croyances de leurs citoyens pour favoriser une ethnie ou une religion. Comme en Ukraine, avec des configurations où la concurrence ethno-religieuse devient un instrument. »

– L’islam n’est pas forcément une affaire d’État, par exemple avec la communauté musulmane Ahmadiyya.

« C’est l’une des minorités les plus persécutées de la planète. Au Pakistan, ils représentent plus de la moitié des victimes de procédures pour blasphème. Mais ils ont été reconnus en Allemagne. » (Blandine Chélini-Pont)

« En Allemagne, ils sont reconnus comme corporation de droit public, ce qui leur permet de dispenser un enseignement religieux à l’école. C’était un peu une surprise car ils sont les seuls [parmi les groupes religieux d’origine musulmane] à avoir ce statut. C’est le résultat d’un travail souterrain et discret. » (Sylvie Toscer-Angot)

– Vous tenez compte de rapports comme celui de Portes Ouvertes sur les persécutions de chrétiens ?

« Bien sûr. Il y a des rapports de plus en plus nombreux qui s’accumulent et forment de la matière. Ceux des associations les plus anciennes sont tout à fait fiables, les autres pas toujours. »

– Quand on prend la parole au niveau international, on est obligé de passer par un canal universaliste. Ce qui n’empêche pas qu’on a l’impression qu’il n’y a pas un mais des universalismes et qu’ils sont en compétition.

« Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y a eu un gros travail d’adaptation de la doctrine catholique à la philosophie des droits de l’homme qui a fini par rendre ces deux universalismes compatibles. »

– Plus que les Églises protestantes ?

« Peut-être pas. Mais au niveau du Saint-Siège, la promotion des droits de l’homme fait aujourd’hui partie de l’activité officielle. »

– Y a-t-il des études sur l’activité des acteurs religieux, le poids des organisations confessionnelles par rapport aux autres ?

« J’ai un magnifique tableau sur le nombre d’ONG accréditées auprès de l’ONU et des organisations internationales. Et il y a en tout cas une majorité d’organisations confessantes. »

 

Illustration : le pape François le 25 septembre 2015 lors de l’assemblée générale de l’ONU qui a entériné les 17 nouveaux objectifs du développement durable (photo Zoe Paxton/DFID).

(1) Blandine Chélini-Pont enseigne les relations internationales à l’Université d’Aix-Marseille. Elle a travaillé sur les relations internationales du Saint-Siège, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre froide, et notamment avec les États-Unis (dont elle a étudié aussi les relations internationales vues sous un angle religieux).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter