“Le statut des femmes dans l’Église catholique” – conférence de Bénédicte Rigou-Chemin – samedi 26/01/13 à Millau

Cette conférence se déroule dans le cadre du cycle « Femmes et religions » organisé par Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de Recherche au CNRS, correspondante régionale de l’IESR-EPHE, en partenariat avec le laboratoire FRAMESPA (Université de Toulouse-le Mirail-CNRS).

Michel LEYMARIE et Michela PASSINI pour “La grande pitié des églises de France” (Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012). Vendredi 15 février 2013, à 17h30, à l’IESR

 

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Michel Leymarie et Michela Passini présenteront l’ouvrage qu’ils ont édité La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012).

Avec la participation de Benoît de Sagazan (journaliste du patrimoine et créateur de Patrimoine en blog)

  • Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Vendredi 15 février 2013, à 17h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

BARRÈS Maurice, La grande pitié des églises de France. Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

De 1910 à 1914, Barrès mène campagne pour la défense des églises menacées de ruine. La loi de Séparation de 1905 a des lacunes, le Pape refuse la constitution d’associations cultuelles, le patrimoine religieux français est en péril. L’antidreyfusard du tournant du siècle dépasse ici ses engagements antérieurs et le seul combat clérical. Avec des hommes politiques de différents bords, des artistes, des critiques et des historiens de l’art, il œuvre à une prise de conscience de l’opinion publique et à un amendement de la loi.

N’excluant aucun des divers héritages qui ont façonné l’histoire de la France, Barrès considère les édifices religieux d’abord comme un « trésor national » qui constitue « la belle chaîne de l’art français » et doit, à ce titre, être préservé. C’est pourquoi il propose le classement global de toutes les églises – y compris les modestes églises de village – bâties avant 1800. Au musée, institution qui, selon lui, déracine, il préfère le patrimoine agissant in situ, qui incarne de manière concrète et immédiate la continuité historique de la nation et permet une adhésion de sentiment.

La grande pitié des églises de France, texte hybride et original – fait de débats parlementaires, dialogues, lettres ouvertes, articles, méditations métaphysiques –, est le journal d’une campagne réussie qui a contribué au vote de la loi de 1913 sur les monuments historiques. Œuvre souvent citée et pourtant mal connue, elle marque la naissance d’une conscience patrimoniale nouvelle.

“La Vierge Marie dans le royaume de France au Moyen Âge : dévotions et représentations.” Conférence de D. RUSSO le 30/01/13 à l’IESR

Cette conférence a lieu dans le cadre du cycle « Le religieux dans l’histoire de France » organisé par l’IESR avec la participation d’enseignants-chercheurs de l’EPHE, du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE/CRH – EHESS) et de l’Inspection générale de l’Education nationale.

  • Mercredi 30 janvier 2013, 17h-19h, à l’IESR : La Vierge Marie dans le royaume de France au Moyen Âge : dévotions et représentations par Daniel RUSSO, professeur en histoire de l’art médiéval à l’Université de Bourgogne

Ce cycle de conférences tente de repérer ce qui relève du religieux dans l’histoire de France et de mesurer comment ce religieux est présent dans les évolutions politiques, culturelles et sociales. Le religieux présent dans l’histoire de France a-t-il des caractères spécifiques ? Relève-t-il plus généralement d’une histoire religieuse de la chrétienté, de l’Europe ? Autrement dit c’est une approche à double entrée : la place et le rôle du religieux dans l’histoire de France, d’une part, et, d’autre part, l’analyse de son éventuelle spécificité « française ».

Le séminaire propose également une comparaison avec la vulgate de l’histoire de France, telle qu’elle est (ou était) enseignée. Il entend, en outre, réfléchir à la possibilité de rendre sensible, de « montrer » ce religieux.

Prochaine conférence :

  • Mercredi 27 février 2013, 17h-19h : La naissance de la paroisse : communauté et territoire (Dominique Iogna-Prat, directeur de recherche au CNRS)

Entrée libre et gratuite.

Accès IESR : 14 rue Ernest-Cresson Paris 14e, porte cochère verte

Le ciel entre science et religions – Cycle de conférences – P. PORTIER le 15/01/13 à l’IAP

Présentation

L’Institut Européen en Sciences des Religions, de l’École Pratique des Hautes Études (IESR-EPHE) et l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP) organisent ensemble en 2013 un cycle mensuel de conférences, dans les locaux de l’IAP, intitulé « Le ciel entre science et religions ».

Le « ciel » pris dans son sens le plus général, à la fois le plus matériel et le plus symbolique, constitue par excellence un objet de connaissance et de représentations à la croisée de la démarche scientifique, de la philosophie et des religions.

Ces conférences s’attacheront donc à faire comprendre comment se sont mêlées, opposées ou juxtaposées ces différentes approches dans l’histoire et comment l’état actuel des connaissances transforme, déplace ou repose d’antiques questions métaphysiques et religieuses. C’est donc l’histoire des religions, des sciences, l’épistémologie, l’astronomie ou la théologie qui seront convoquées pour dire en quoi le ciel peut être circonscrit comme un objet de savoir et de pouvoir et comment, à cause de sa nature même et/ou de celle du cœur humain, il excède sans cesse cette emprise intellectuelle et technique.

Prochaine conférence

Mardi 15 janvier 2013, de 19h30 à 21h, à l’IAP, amphithéâtre Henri Mineur :

  • Présentation du cycle par Daniel Kunth (IAP) et Philippe Gaudin (IESR-EPHE).

  • Philippe Portier (directeur d’études à l’EPHE et directeur du GSRL), « L’Église romaine et les développements de la science contemporaine : langage de la vérité et art du compromis dans le catholicisme d’aujourd’hui »

Informations pratiques

  • Les conférences ont lieu un mardi par mois de 19h30 à 21h (ouverture des portes à 19h)

  • À l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP), 98bis Boulevard Arago Paris 14e– Métro Denfert-Rochereau ou Saint-Jacques (plan d’accès)

  • L’entrée est gratuite mais uniquement sur réservation et dans la limite des places disponibles. Les inscriptions ne sont possibles que pour la conférence à venir (et sont ouvertes à partir du lendemain de la conférence précédente).

  • Pour la conférence du 15 janvier 2013, les inscriptions sont ouvertes à partir du 19 décembre 2012 (par mail ou courrier), aucune inscription antérieure à cette date ne sera enregistrée.

  • Pour vous inscrire, à partir du 19/12/12 envoyez un message à iesr@ephe.sorbonne.fr en précisant vos civilité, nom, prénom, adresse courriel et postale, téléphone, affiliation ou remplir le formulaire d’inscription joint et l’adresser à IESR-EPHE 14 rue Ernest-Cresson 75014 Paris

  • Après 19h30, en cas de grande affluence les inscriptions ne peuvent pas constituer une garantie de participation à la conférence

Référence du document

Isabelle POUTRIN pour “Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609” (PUF, 2012) mercredi 5 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Isabelle Poutrin présentera Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609 (PUF, 2012)

  • Le discutant sera Alain Tallon (Paris IV-Paris-Sorbonne)

Mercredi 5 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

POUTRIN Isabelle, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609. PUF, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

La conversion sous la contrainte des musulmans d’Espagne au christianisme s’étend sur un siècle, de la fin de la Reconquista à l’expulsion de quelque 300 000 morisques, descendants des convertis. Forgée sur le modèle médiéval de persécution des juifs, elle est perçue comme un échec par les contemporains.

Pourquoi avoir forcé les musulmans à recevoir le baptême alors qu’il était évident qu’ils n’avaient pas la foi dans le Christ ? Pourquoi avoir expulsé leurs descendants après tant d’efforts pour les faire rompre avec l’islam ?

En donnant la parole aux différents acteurs de cette histoire, morisques, grands seigneurs, inquisiteurs, théologiens et conseillers du roi, un éclairage neuf est porté sur un épisode douloureux pour les musulmans, tragique pour l’Espagne, et capital dans les relations entre l’Église et les non-chrétiens. Cet épisode est aujourd’hui une invitation à réfléchir sur l’usage de la contrainte en matière de foi.

Présentation de “Le théâtre divin : une histoire de la messe, XVIe-XXe siècles” par P. Martin à l’IESR le 12 avril 2012

Dans le cadre des rencontres de l’IESR, consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Philippe Martin, professeur d’histoire moderne à l’université de Nancy 2, présentera Le théâtre divin : une histoire de la messe, XVIe-XXe (CNRS Editions, 2010)

  • Les discutants seront Claude Langlois (EPHE) et Laurent Gagnebin (Institut Protestant de Théologie)

Jeudi 12 avril 2012, à 17h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur :

Rite central de la religion catholique, attaquée par les protestants pendant les guerres de religion et par les libres-penseurs sous la IIIe République, la messe nous est ici présentée comme objet d’histoire : des prescriptions officielles du concile de Trente, qui ne furent appliquées que près de trois siècles plus tard, aux appropriations et expériences individuelles d’aujourd’hui.

Entre miracles et querelles de préséance, entre élans spirituels et courses aux vanités, entre prescriptions ecclésiastiques et jeux amoureux, entre manipulations d’argent et piété personnelle, ce livre dévoile les innombrables stratégies par lesquelles les catholiques se sont approprié la cérémonie pour vivre une religion au quotidien.