Archives de catégorie : Lectures / Readings

Image en islam

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 13 novembre 2013, nous avons eu une belle séance autour de la présentation du dernier ouvrage de François Boespflug, Le Prophète de l’islam en images, Paris, 2013 (pour une présentation de l’éditeur, voir notre précédent billet).

La question de la représentation de Muhammad en islam est souvent, pour un large public et en particulier pour beaucoup d’enseignants, un sujet tabou. Cela n’est pas le cas chez les spécialistes selon l’auteur. D’où cet ouvrage, dont l’origine est à situer, selon la présentation orale de l’auteur, dans l’épisode des caricatures danoises de l’automne 2005. Quant au fait que l’ouvrage soit dû à un non musulman, l’auteur parle de la « vertu de l’extra-territorialité » qui permet des échanges de regards.

Le premier discutant, Pierre Lory (spécialiste de la mystique musulmane, EPHE), rappelle que, alors que les musulmans débattent sur de nombreux points, ils le font très peu à propos de l’image et qu’il n’y a aucune interdiction absolue fondée sur l’écriture. L’autorité n’est pas le Coran mais un consensus qui s’est peu à peu dégagé, résultat d’une tendance de la culture musulmane. Cette idée de consensus est très importante et laisse entendre que la position musulmane vis-à-vis des images pourrait changer si le consensus évolue.

Pierre Lory relie ensuite la question des images à la perception du prophète. Celle-ci se modifia au cours du temps. Dans un premier temps, Muhammad était perçu comme un homme, un chef, avec ses faiblesses. À partir du IXe siècle, une figure de plus en plus idéale se met en place et le prophète devient infaillible. Enfin, à partir du XIe siècle, les musulmans considèrent que le prophète existe avant même la création et – c’est un point qui serait mal perçu en Occident – Muhammad est considéré comme un visage de Dieu sur terre.

Enfin, Pierre Lory rappelle que s’il y a peu de représentations picturales, les écrits transmettent beaucoup de détails sur son apparence physique (à la différence de Jésus dans les écrits chrétiens). Le prophète peut être écrit, il peut être vu en rêve. Pierre Lory parle d’une « image visuelle », en rêve. Il considère que là serait la clé : pour un musulman, l’image du prophète est plus efficace dans la mesure où elle est intérieure.

Il termine sa riche intervention en concluant qu’à l’heure actuelle, le consensus s’est raidi et que dans le même temps cela serait lié à une diminution de l’aspect mystique.

Le second discutant, Abdennour Bidar (philosophe, spécialiste de Mohamed Iqbal), revient sur les trois raisons avancées par François Boespflug pour expliquer pourquoi il s’agit d’un sujet tabou pour certains. Il y a en premier lieu des mauvaises raisons : ignorance de ce que dit le Coran. Le livre de François Boespflug dissipe une rumeur qui tend à essentialiser une « mytho-histoire » (expression de Mohammed Arkoun) de l’islam. Il y a en deuxième lieu des causes historiques : la filiation juive de l’islam qui, du côté de l’islam, tend souvent à être à l’état d’impensé. En troisième lieu, il y a la question de la possibilité et du droit pour l’homme de représenter ce qui est animé. En islam, les théologiens justifient la non représentation par le fait que le geste créateur de l’homme ne peut s’égaler à celui de Dieu. Cependant, Abdennour Bidar rappelle que cette possibilité pour l’homme d’être élevé à l’état de co-créateur est travaillée dans les deux autres monothéismes et aussi, au sein de l’islam, dans la tradition soufie.

La discussion se clôt par un débat portant d’une part sur l’affaire des caricatures danoises qui a pris un tour plus politique que religieux et sur ce que signifie « représenter ».

L’ensemble incite à lire l’ouvrage de François Boespflug qui est utile pour les enseignants

– en ce qu’il fait le point sur la question de l’image en islam, sur les textes qui parlent de l’image et

– en ce qu’il présente vingt images de Muhammad (en couleur) avec une brève présentation ; toutes sont en couleur et de diverses époques (du XIIIe jusqu’au début des années 2000). Les enseignants pourront facilement exploiter ces documents en cours.

Sommaire de l’ouvrage :

Introduction : Un sujet tabou ? Les ravages d’une rumeur

I- La place du Décalogue dans le Coran et les hadiths

II- Le Prophète et son image

III- L’islam et les images, aujourd’hui et demain

Vingt images du Prophète Muhammad

En guise de conclusion : Une question et sa réponse

Notes

Bibliographie

Bonne lecture !

 

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouvelle publication: Séverine MATHIEU, préface du professeur René Frydman « L’Enfant des possibles » (Editions de l’Atelier, 2013)

En librairie à partir du 28/02/2013

« L’Enfant des possibles: assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation » / Séverine Mathieu, préface du professeur René Frydman , Éditions de l’Atelier, 2013-  192 pages / 20€ / ISBN 978-2-7082-4212-8

Près de 500.000 couples consultent chaque année en France pour infertilité et leur
nombre va croissant. L’Assistance Médicale à la Procréation (ou Procréation Médicalement Assistée) appartient aux techniques proposées pour répondre à leur désir d’enfant et favorise ainsi la naissance de 20 000 bébés par an. Si ce nombre n’est pas élevé, il n’en est pas pour autant négligeable, notamment au regard des débats et des questions que soulèvent aujourd’hui les nouvelles techniques de procréation. En effet, avec l’AMP, il n’est plus nécessaire à un homme et à une femme de recourir à l’acte sexuel pour donner la vie constituant ainsi une remise en cause profonde de ce qui apparaissait jusqu’à présent comme intangible et à caractère divin.
L’ouvrage de Séverine Mathieu est tout à fait passionnant dans la mesure où il laisse une large place aux propos des acteurs permettant ainsi au lecteur de comprendre
comment s’établit la décision et les étapes de la réflexion mobilisant à la fois des repères moraux et religieux. Couples et équipes médicales s’attèlent ainsi à la construction d’un «faire famille» à la fois rigoureuse, résolue et sensible où le désir d’enfant est central.
Ce livre intéressera aussi bien les acteurs, couples, médecins, chercheurs,
personnels hospitaliers de l’AMP, qu’un grand public désireux de comprendre comment s’élaborent aujourd’hui les nouvelles formes familiales empreintes d’éthique et de lien social.
Séverine Mathieu est sociologue, professeure agrégée, habilitée à diriger des recherches à l’Ecole pratique des Hautes études (EPHE) et membre du GSRL (CNRS). Elle travaille sur les questions de laïcité, les liens entre famille et bioéthique. Elle a publié La transmission du judaïsme dans les couples mixtes (Éditions de l’Atelier, 2009) et codirigé avec Martine Gross et Sophie Nizard Sacrées familles !, Changements familiaux, changements religieux (Erès, 2011)

Nouvelle publication, coll. «Récits primordiaux» : Anne ZALI, « Orphée » (La Documentation française, 2013)

Après les Récits de création, les Récits de la mort et de l’au-delà, et les récits sur les Déesses de l’Olympe, Ulysse, Abraham, Jésus, Muhammad, Héraclès et Fondation de villes, c’est au tour d’Orphée d’être présenté dans la collection « Récits primordiaux »; des récits qui appartiennent au patrimoine commun de l’humanité et qui ont été retenus ici à ce titre.

Anne ZALI, Orphée, Coll. « Récits primordiaux », La Documentation française, 2013

91 pages, 18×24 cm

ISBN : 978-2-11-009124-6

Image1 Quand Orphée chante, en s’accompagnant de sa lyre, la nature entière est charmée.

Lors de l’expédition des Argonautes, il sauve l’équipage en subjuguant les Sirènes par la beauté de son chant. Descendu au royaume des Morts pour l’amour d’Eurydice, il émeut Hadès et Perséphone, les souverains des Enfers. Et lorsque les Ménades, jalouses et en furie, le tuent, sa tête coupée professe les oracles.

Contrairement à Ulysse, Orphée n’est pas le héros d’un livre unique. Sa légende s’élabore au fil des siècles, passant du monde grec, où elle naît, au monde romain.

Le christianisme voit en Orphée une figure christique, les humanistes font de lui un emblème de sagesse, les romantiques le symbole de l’amant inconsolable. L’Orphée du XXe siècle est celui des enfers intérieurs. Son souvenir hante toute la poésie, et l’opéra lui doit sa naissance : la voix d’Orphée n’en finit pas de chanter…

Les six récits :

  • Orphée ou le maître du chant ;

  • Les Argonautes, une épopée initiatique ;

  • Orphée et Eurydice, l’amour sacrifié ;

  • Les Enfers, deuxième mort d’Eurydice

  • La mort d’Orphée ;

  • Orphée raconte…

Les plus+ pédagogiques – une œuvre patrimoniale

Paysage avec Orphée et Eurydice, Nicolas Poussin

« Fondation de villes » par C. Badel

Le dernier titre de la collection des « Récits primordiaux » (La Documentation Française), Fondation de villes par Christophe BADEL, sera présenté en présence de Dominique BORNE, président de l’IESR et directeur de la collection et de l’équipe pédagogique

Jeudi 31 mai 2012 à 17h45, à la librairie de l’éducation

13 rue du Four Paris 6ee.

Entrée libre

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur:

Après les Récits de création, les Récits de la mort et de l’au-delà, et les récits sur les Déesses de l’Olympe, Ulysse, Abraham, Jésus, Muhammad et Héraclès, c’est au tour de Fondation de villes d’être présenté dans la collection « Récits primordiaux » ; des récits qui appartiennent au patrimoine commun de l’humanité et qui ont été retenus ici à ce titre.

Les villes ont aussi une histoire. Les six récits de ce recueil nous content la fondation, ou la refondation, de cinq cités parmi les plus emblématiques du pourtour méditerranéen : Jérusalem, Rome, Alexandrie, Constantinople… sans oublier Marseille.

Histoire et mythes sont intimement mêlés. Pour les Anciens, la naissance d’une nouvelle ville concerne les dieux autant que les hommes et s’accompagne de prodiges. Le fondateur doit respecter certains rites. Ces récits légendaires sont aujourd’hui confrontés aux découvertes archéologiques qui ne les remettent pas toujours en question.

Les six récits :

  • Jérusalem ;

  • Rome : Romulus et Rémus ;

  • Rome : les Sabines ;

  • Marseille ;

  • Alexandrie ;

  • Constantinople.

Les plus+ pédagogiques – une œuvre patrimoniale : Les Sabines, Jacques-Louis David