Christianisme et philosophie

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Sébastien Morlet présentera Christianisme et philosophie (Le Livre de Poche, 2014).
Discutante : Anna Van den Kerchove (Institut protestant de théologie)

Présentation de l’éditeur

Dans l’Antiquité, christianisme et philosophie se font face comme deux voies d’accès à la vérité: l’une, par le moyen de la foi, l’autre, par la recherche rationnelle. Les rapports du christianisme et de la philosophie sont cependant plus complexes. Les néoplatoniciens accordent une place grandissante aux éléments extra-rationnels et en viennent à ne plus considérer la raison comme la seule voie d’accès au savoir. Inversement, les chrétiens reconnaissent une certaine vérité dans la philosophie et lui accordent un rôle préliminaire dans l’acquisition de la sagesse. Souvent convaincus que la révélation biblique est la source du savoir grec, les chrétiens présentent leur religion comme la seule « vraie philosophie ». Ce livre retrace les grandes lignes d’une confrontation qui joua un rôle capital dans la formation de la doctrine chrétienne comme dans la transmission de la culture gréco-romaine. Il amène à réviser certaines idées reçues sur le christianisme et son rapport à la raison.

Mercredi 4 mars 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe s

Extrait de la présentation-débat de l’ouvrage Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle par Isabelle Saint-Martin.
Enregistré dans le cadre des Mercredis de l’IESR, jeudi 18 décembre 2014 à Paris.

Quels liens existent et perdurent entre art et religion ? Loin d’être dépassée, cette question a suscité d’intenses débats au cours des XIXe et XXe siècles, gravitant autour de la quête d’un art chrétien idéal, de l’existence d’un style spécifique, de la foi de l’artiste, de la question du sujet ou de la place de l’abstraction, etc.
L’ouvrage met en évidence, outre les ruptures manifestes, la permanence de certaines interrogations à travers le rêve d’un retour aux origines. Il restitue par l’étude des discours et des théories de l’art religieux, et au-delà des diverses tentatives de définition de l’art sacré, une histoire du goût. Celle-ci affleure en effet dans la réflexion sur la place de l’art dans les lieux de culte, qu’il s’agisse d’art ancien ou d’art contemporain.

Isabelle Saint-Martin, Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle. (PUR, 2014)

« Vers une laïcité d’intelligence ? » – Mercredi de l’IESR

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin ont présenté, le 26 novembre 2014, son ouvrage « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014).
Discutant : Régis Debray

Visionnez la captation

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Préface Philippe Portier, Directeur du GSRL, directeur détudes à l’EPHE.
Postface Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE.

Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe s

Dans le cadre des “conférences-débats de l’IESR »
Isabelle Saint-Martin présentera Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle. (PUR, 2014)
Discutant: Olivier Christin (EPHE, Université de Neuchâtel)

Présentation
Quels liens existent et perdurent entre art et religion ? Loin d’être dépassée, cette question a suscité d’intenses débats au cours des XIXe et XXe siècles, gravitant autour de la quête d’un art chrétien idéal, de l’existence d’un style spécifique, de la foi de l’artiste, de la question du sujet ou de la place de l’abstraction, etc. L’ouvrage met en évidence, outre les ruptures manifestes, la permanence de certaines interrogations à travers le rêve d’un retour aux origines. Il restitue par l’étude des discours et des théories de l’art religieux, et au-delà des diverses tentatives de définition de l’art sacré, une histoire du goût. Celle-ci affleure en effet dans la réflexion sur la place de l’art dans les lieux de culte, qu’il s’agisse d’art ancien ou d’art contemporain.

Jeudi 18 décembre 2014, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux.

Publication des actes du colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2013, à l’EPHE.

Le projet d’un enseignement laïque de la morale – de la Maternelle à la Terminale – oblige à penser à nouveaux frais les relations entre école, éducation et laïcité. Cet enseignement qui doit passer par les disciplines existantes implique une réflexion sur ses contenus et ses méthodes qui ne va pas sans analogie avec ce que l’enseignement des faits religieux met en œuvre depuis une dizaine d’années. Les deux perspectives, très différentes, méritent toutefois d’être comparées. L’Institut européen en sciences des religions (IESR), particulièrement concerné par la thématique de l’enseignement des faits religieux et des questions de laïcité, a réuni chercheurs et acteurs autour de ces deux politiques publiques d’éducation. Il s’agit d’examiner en quoi et comment ce projet de nouvel enseignement peut ou doit croiser celui des faits religieux et renouveler la réflexion sur la laïcité à l’école, dans les enseignements comme dans la vie scolaire.

Isabelle Saint-Martin, directrice d’études à l’École pratique des hautes études, est directrice de l’Institut européen en sciences des religions (IESR).

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie, est responsable formation recherche à l’IESR.

SAINT-MARTIN I., GAUDIN P. (dir.) Double défi pour l’école laïque: enseigner la morale et les faits religieux. Riveneuve éditions. Coll. « Actes académiques », 2014, 202 p. [ISBN 978-2-36013-252-2] – 24€

Sommaire
Introduction: Gérald Chaix, Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin

Ouverture: Jean-Paul Delahaye

Première partie- Morale, laïcité et éducation: mise en perspective historique et philosophique

  • Jean Baubérot « La morale laïque sous la IIIe République »
  • Jean-Paul Willaime « Le plaidoyer de Paul Ricoeur pour une « laïcité positive de confrontation » »

Deuxième partie- Enseignement moral, enseignement des faits religieux religieux: les nouvelles conditions d’un défi éducatif

  • Laurence Loeffel « Pour un enseignement laïque de la morale »
  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et enseignement laïque de la morale: état des lieux et perspectives »
  • Charles Coutel « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux: des difficultés philosophiques aux propositions pédagogiques »

Troisième partie- Prendre en compte la dimension morale et les faits religieux dans le cadre des disciplines

  • Abdennour Bidar « Enseignement de la philosophie et laïcité »
  • Frédérique Leichter-Flack « La littérature comme laboratoire des cas de conscience »
  • Anna Van den Kerchove « Histoire, faits religieux et éthique »
  • Isabelle Saint-Martin « Arts, morale et faits religieux: culture de la sensibilité et culture du jugement »

Quatrième partie- Table ronde

  • Valentine Zuber « Quelques réflexions sur les enjeux d’un enseignement de morale laïque »
  • Charles Conte « Le point de vue de la Ligue de l’enseignement »
  • Eric Vinson « Plaidoyer d’un acteur pour une culture laïque des religions en lien avec l’enseignement moral »
  • Philippe Portier « La morale laïque face à la culture religieuse en France. Parcours d’une reconnaissance »

Commande de l’ouvrage via Riveneuve éditions.

Cette publication fera l’objet d’une présentation lors de la journée d’études organisée par l’IESR le 6 décembre 2014 à l’auditorium du Bâtiment France: « L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes »

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

Critique du zèle en France, XVI-XVIII siècles

Dans le cadre du projet « Revisiter les monothéismes » dirigé par Constantin Macris (CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes -UMR 8584), en collaboration avec l’IESR, Chrystel Bernat (Institut protestant de théologie, Montpellier) et Frédéric Gabriel (Institut d’histoire de la pensée classique, CNRS), présenteront l’ouvrage qu’ils ont dirigé (Beauchesne, 2014) :

Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelle. France, XVIe-XVIIIe siècleTH n°122 CRITIQUE DU ZELE. Fidélités et radicalités confessionnelles. France, XVIè-XVIIIè siècle

La présentation aura lieu le mardi 13 mai 2014, de 17 h 30 à 19 h 30, Amphithéâtre de l’Institut Protestant de Théologie,  83, boulevard Arago – 75014 Paris / Métro : Saint-Jacques (ligne 6).

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur (lien vers le site)

Le zèle fait partie de ces notions omniprésentes tant dans les sources des XVIe-XVIIIe siècles que dans le vocable des chercheurs, sans pourtant avoir suscité d’enquête tant l’aspect a priori signifiant de ce terme semble acquis. Ce consensus herméneutique dissimule un vide interprétatif qui se traduit par un usage indifférencié du terme, relégué à une ardeur religieuse indistincte. L’étude s’empare de ce terme en apparence univoque pour en explorer la plasticité sémantique. Matrice rhétorique et didactique des ouvrages de piété modernes, le zèle est examiné dans ses fondements théologico-politiques et ses usages littéraires (théorique, polémique et apologétique) qui interrogent tant la désignation que le sens de la ferveur des hommes. Ce volume est une façon d’appréhender l’expression de la dévotion et d’en considérer les intensités revendiquées à travers l’exploration d’un « lieu terminologique » problématique qui, placé sous tension théologique, relève de l’aspiration et du modèle de spiritualité, tout aussi régulateur et volontiers normatif que mouvant et transgressif. Présent au cœur de l’histoire de la pensée et des pratiques chrétiennes, quel est au juste le statut du zèle dans le régime de croyance de l’âge classique ? C’est à la fois la polysémie, la diversité des situations d’énonciation, le rôle et les qualités prêtées au zèle en diverses composantes du christianisme – catholicisme, protestantisme, jansénisme – qui sont ici évalués. Centrée sur une notion par essence distante de la tempérance, l’enquête investit un idéal de foi qui pose la question de la juste intensité d’amour et de la droite déférence à Dieu.

Sommaire :

Préface

Sémantique et herméneutique d’une passion de Dieu
Chrystel Bernat et Frédéric Gabriel

Remerciements

Première partie – LE FEU DE LA CONTROVERSE

CHAPITRE 1
Zèle, assassinat théologico-politique et défense 
de la communauté : « Vieux de la montagne »
ou France madianite ? De Rainier de Pise à Robert de Cambrai
Frédéric Gabriel

CHAPITRE 2
Le zèle polémique du père Garasse : de l’excès de zèle
 au « zèle inconsidéré »
Julie Ménand

CHAPITRE 3
La tentation de la négligence. Grâce et zelum animarum
 de Jansénius à Pascal
Alberto Frigo
  
  
Deuxième partie – ZÈLE ET SUBJECTIVITÉ

CHAPITRE 4
Le discernement du faux zèle dans le catholicisme classique
Simon Icard

CHAPITRE 5
Liturgie, théâtralité du zèle et habits ecclésiastiques
 au XVIIe siècle
Joy Palacios

CHAPITRE 6
D’une fidélité à l’autre : le « récit de conversion », expression controversée d’un zèle religieux (finXVIe-finXVIIe siècle)
Véronique Castagnet

CHAPITRE 7
Le zèle des saints : lieux, vie et parole efficaces dans l’ascétisme
 et l’hagiographie (1643-1745)
Frédéric Gabriel

CHAPITRE 8
« L’amour-propre déguisé en zèle » : critique
 de « l’orgueil spirituel » par Fénelon
François Trémolières

Troisième partie
 – FERVEUR CONFESSIONNELLE

CHAPITRE 9
Éloge et critique du zèle dans les commentaires bibliques et les sermons de Calvin
Bruno Méniel

CHAPITRE 10
Montaigne et l’analyse du zèle à l’époque des guerres
 de religion
Emiliano Ferrari

CHAPITRE 11
Souffler le chaud et le froid sur les fidèles. Place du zèle et rôle 
du pasteur dans le Traité de la dévotion de Pierre Jurieu
Hubert Bost

CHAPITRE 12
Le zèle, matrice d’une homilétique combative dans la
 prédication de Claude Brousson (1689-1698) Chrystel Bernat

CHAPITRE 13
Vrai et faux zèle dans les sermons protestants
du second XVIIIe siècle. Entre principes théologiques
 et considérations politiques
Céline Borello

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises. Publication des actes du colloque des 20-22/09/12 à Sèvres

Publication des actes du colloque « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes » tenu à Sèvres les 20, 21, 22 septembre 2012 au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres.

Couv. "Le défi de l'enseignement des faits religieux à l'école, réponses européennes et québécoises
Source : Riveneuve éditions

« École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes », tel est le titre du colloque qui s’est tenu au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres les 20, 21 et 22 septembre 2012. Organisé par l’Institut européen en sciences des religions (IESR), sous la direction d’Isabelle Saint-Martin, il a réuni de nombreux spécialistes de l’enseignement en Espagne, en Italie, au Danemark, en Flandre et Belgique, en Angleterre, en Allemagne et en Suisse qui ont échangé sur la place de la religion dans l’enseignement et les débats qu’elle induit dans la société de chacun des pays. Le présent ouvrage, issu de ce colloque, enrichit la réflexion de l’exemple québécois au travers du programme Éthique et culture religieuse et d’un jugement de la Cour suprême du Canada. L’ensemble met en perspective la laïcité en France et l’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle.

Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’aborder les faits religieux dans le cadre d’un enseignement s’adressant à tous les élèves d’une même classe et s’inscrivant dans les objectifs, les méthodes et la déontologie de l’école publique. Le débat aujourd’hui se focalise désormais sur la place que l’on accorde ou non à l’expérience religieuse et aux questionnements existentiels des élèves.

L’ouvrage est dédié à Évelyne Martini (†), inspectrice d’académie et inspectrice pédagogique régionale en lettres de l’Éducation nationale, qui a beaucoup œuvré pour l’enseignement des faits religieux à l’école publique et a été une collaboratrice fidèle de l’IESR.

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (« Histoire et sociologie des protestantismes ») est responsable du réseau européen de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), après avoir dirigé cet Institut de 2005 à 2010.

WILLAIME J.-P. (dir.), Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, 358 p. [ISBN 978-2-36013-223-2] – 24€

Sommaire

Introduction : Jean-Paul Willaime «Comparer l’incomparable ?» 

Première partie : Les cours de religion pour tous

  • Julia Ipgrave « Le débat anglais sur la « Religious Education » dans les écoles publiques
  • Tim Jensen « L’enseignement de la religion au Danemark : les réponses récentes à des défis communs »
  • Wolfram Weisse « La religion à l’école dans le Land de Hambourg »
  • Séverine Desponds, Christine Fawer Caputo, Andrea Rota « L’évolution des manuels pour l’enseignement religieux en Suisse. Analyses sociohistoriques, didactiques et pragmatiques »

Deuxième partie : Les cours confessionnels de religion

  • Roberto Mazzola « La religion à l’école en Italie : états des lieux et évolutions »
  • Maria Chiara Giorda « Les faits religieux dans les manuels scolaires en Italie »
  • Maria Del Mar Giera « Les débats concernant l’enseignement des religions à l’école en Espagne »
  • Patrick Loobuyck et Leni Franken « Les cours de religion en Flandre et en Belgique : situation actuelle et débats »

Troisième partie : L’expérience québécoise

  • Mireille Estivalèzes « L’approche culturelle des religions dans le programme et les manuels d’éthique et culture religieuse au Québec »
  • Jean-Paul Martin « Québec : quels débats autour de l’enseignement de la religion ? »
  • Jacques Pettigrew « Le programme Éthique et culture religieuse et le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire S. L. c. la Commission scolaire des Chênes »

Quatrième partie : Laïcité et enseignement des faits religieux en France

  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et laïcité en France »
  • Stéphanie Laithier et Anna Van den Kerchove « L’enseignement des faits religieux dans les programmes et les manuels d’histoire en France »
  • Evelyne Martini (†) « Le fait religieux dans le champ littéraire »
  • Isabelle Saint-Martin « Histoire des arts et enseignement des faits religieux : concurrence et complémentarité »
  • Louis Hourmant et Jean-Paul Willaime « L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle : évolutions et défis »

Bon de commande / contact Riveneuve éditions :  riveneuveeditions@orange.fr