Archives de catégorie : Actualités / News

Cours du soir et journées de formation en sciences des religions : programme 2014-2015

Le programme 2014-2015 des cours du soir et journées de formation organisés par l’IESR dans le cadre de la formation continue de l’EPHE est paru:

http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index7060.html

Les cours ont tous lieu à l’EPHE- Bâtiment France (1er étage), 190 avenue de France 75013 Paris (salle 123, exceptionnellement salle 117).

Les inscriptions sont à envoyer à partir du 18 août 2014 à l’EPHE, Inscriptions – formation continue, 4-14 rue Ferrus 75014 Paris.

Présentation des cours du soir et journées de formation

L’IESR et la section des sciences religieuses de l’EPHE proposent des cycles de conférences ouverts à tout public, animés par des enseignants de l’EPHE ou des chercheurs invités. Les religions y sont abordées par leurs dimensions anthropologique, historique, sociologique, juridique et philosophique, dans une perspective scientifique et laïque.

  • L’École pratique des hautes études (EPHE) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche.

  • L’Institut européen en sciences des religions (IESR) est un institut de formation de l’EPHE, associé à la Section des Sciences religieuses, qui a pour but de constituer un lieu laïque d’expertise et de conseil sur l’histoire et l’actualité des questions religieuses.

Renseignements pratiques

Contacts

Pour obtenir des renseignements complémentaires :

  • sur les tarifs et inscriptions, contacter l’IESR;

  • sur le contenu scientifique des cours du soir, contacter Isabelle Saint-Martin

Tarifs des cours

Inscription

Tarif

Accès

Conférence d’essai

21 €

Tout public

Passeport EPHE-IESR

198 €

Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année pour 2014-2015.

Tarif normal

Selon le cycle

Tout public hors tarif réduit ou préférentiel

Tarif réduit

Selon le cycle

  • Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs

  • Aux titulaires de la carte MAHJ (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Dès la 2e inscription à un cycle de l’année 2013-2014.

Tarif préférentiel

Chaque cycle à 20 €

Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;

  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;

  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;

  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque, à partir du 18 août 2014 :

    1. à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

    2. à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 4-14 rue Ferrus — 75014 Paris.

  5. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès à la salle de cours au Bâtiment France, salle 123

Cours au Bâtiment France (salle 123, 1er étage) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au Bâtiment France (cliquez sur l’image pour une vue plus large) :

Programme 2014-2015

Introduction a l’islam

  • Sessions en journées, les mercredis 17 et 24 septembre 2014 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €

  • Pour les deux journées : tarif normal: 107 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 66€

Les deux journées proposent une introduction à l’étude de l’islam, autour de quatre thématiques, relevant d’approches historiques et sociologiques : la diversité interne au monde musulman ; les textes fondateurs ; les arts ; l’islam en France.

Mercredi 17 septembre 2014 :

  • 9h30 – 12h30 : Qu’est-ce que le shi’isme? (Mohammed Ali Amir-Moezzi, LEM-EPHE)

  • 14h – 17h : Les fondements de l’islam sunnite (Pierre Lory, LEM-EPHE)

Mercredi 24 septembre 2014 :

  • 9h30 – 12h30 : L’image en Islam (Annie Vernay-Nouri, BnF)

  • 14h – 15h30 : La gestion publique de l’islam (Claire de Galembert, Institut des Sciences du Politique, ISP-ENS Cachan)
  • 15h30 – 17h : Les salafismes en France. Des valeurs atemporelles aux pratiques sociales (Maryam Borghée, GSRL)

Religions : les mots pour en parler

  • Session en journée, le mercredi 1er octobre 2014 ( 9h30 / 17h) au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123
  • Tarif normal à la journée : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €

Les mots et les notions utilisés pour parler des religions dans le discours social véhiculent souvent des généralités, des confusions, des biais idéologiques vis-à-vis desquels l’historien des religions est en mesure d’introduire une clarification critique. En alternant exposés synthétiques, apports plus pointus sur quelques questions (par exemple, le rapport des religions à l’image, à la violence, ou à l’après-vie), et lectures commentées de textes de référence, cette session permettra d’introduire l’auditeur à quelques notions de l’histoire comparée des religions. Le public pourra, le cas échéant, faire évoluer le plan de la journée à proportion de sa réactivité.

  • Par François Boespflug (Prof. émérite Université de Strasbourg)

Laïcité et pluralisme religieux

  •  Sessions en journées, les mercredis 8 et 15 octobre 2014 ( 9h30 / 17h) au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123
  • Tarif normal à la journée : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €
  • Pour les deux journées : tarif normal : 107 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 66 €

La laïcité correspond à la fois à un ensemble de principes, qui bénéficient aujourd’hui d’un large consensus dans la société française, et de pratiques qui suscitent débats et parfois controverses, en particulier dans le contexte d’une société de plus en plus sécularisée où apparaissent de nouvelles « affaires » (les sectes, les signes religieux à l’école, la querelle du voile intégral, etc.). Ces deux journées permettront de clarifier quelques-uns des enjeux liés à la question de la laïcité et de voir comment elle interfère avec celle de la pluralité confessionnelle et religieuse.

Mercredi 8 octobre 2014 :

  • 9h30 – 12h30 : Les enjeux de la laïcité à la fin du XIXe siècle et aujourd’hui en France : continuités ou ruptures ( Philippe Gaudin, EPHE-IESR)
  • 14h – 17h : Permanence ou transformation ? La laïcité française entre le juge et le législateur ( Patrice Rolland, Prof. émérite Univ. Paris Est–Créteil–Val de Marne)

Dans le courant du XXe siècle, la laïcité de l’État avait acquis en France un équilibre autour d’une interprétation libérale de la loi de 1905. Les mutations de la société française depuis les années 1970 l’ont-elles affectée ? La célébration unanimiste du centenaire de 1905 ne masque-t-elle pas de nouveaux consensus ? Le religieux dans une société sécularisée n’a pas disparu mais s’est transformé. La laïcité doit-elle s’adapter à ce nouveau contexte ou bien est-elle « gravée dans le marbre » ? Une série de dossiers ou d’« affaires » permettent d’en prendre la mesure : la lutte contre les sectes ; les signes visibles à l’école ; l’affaire du voile intégral ; l’affaire de la crèche Baby Loup. Dans tous ces cas, l’approche juridique du problème montre un évident affrontement entre l’approche des juges et celle du législateur. De quels clivages est-ce le signe ?

Mercredi 15 octobre 2014 :

  • 9h30 – 16h : Laïcité et pluralité dans le contexte français ( Rita Hermon-Belot, Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux, CEIFR/EHESS)

La matinée sera consacrée à la place prise par la pluralité religieuse dans la conception de l’idée laïque et l’après-midi aux questions que la pluralité pose aujourd’hui à la laïcité.

Les courants du judaïsme

  • Cycle du soir en septembre-octobre 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 3 lundis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €

Que ce soit à l’époque antique ou aux époques moderne et contemporaine, de nombreux courants sont apparus au sein du judaïsme en fonction d’interprétations diversifiées des textes sacrés, d’expressions divergentes de la sensibilité religieuse ou de rapports différents au domaine politique. Ces trois conférences introduiront à la compréhension de la diversité interne du judaïsme et de ses enjeux.

  • Lundi 29 septembre 2014 :  Les courants de pensée qui divisèrent le judaïsme, de l’époque du Second Temple à celle du Talmud ( Arnaud Sérandour, LEM-EPHE)

Dès l’instant où les lois de Moïse furent mises par écrit et compilées en un ensemble de cinq livres et acquirent le statut d’une politeia ou constitution politico-religieuse, comparable à la République de Platon ou aux écrits politiques d’Aristote, le judaïsme se constitua sur la base d’interprétations diversifiées des textes, donnant naissance à une constellation de pratiques et de courants de pensée dont l’action centrifuge survécut aux périodes critiques de transition entre différentes formes de judaïsme sacerdotal pendant l’époque grecque, puis durant l’époque romaine, sous Hérode et les Hérodiens et enfin, après la destruction du Temple par les Romains en 70 de l’ère commune. La naissance du christianisme et la progressive séparation de celui-ci d’avec le tronc commun du judaïsme rappelle celle non moins progressive des Samaritains d’avec le tronc commun yahwiste qui unissait Juifs et Samaritains autour d’un Pentateuque jadis commun. Ces deux écartèlements illustrent la tendance à l’éclatement inhérent au judaïsme ancien, sur le plan religieux et sur le plan politique, dans un monde soumis à la pression politique impérialiste des Grecs puis des Romains.

  • Lundi 6 octobre 2014 : Talmud et mystique juive  ( Bernard Paperon, Agrégé de Lettres classiques)
  • Lundi 13 octobre 2014 : Les courants nationalistes dans le judaïsme contemporain ( Stéphanie Laithier, EPHE-IESR)

La religion des Gaulois

  • Cycle du soir en novembre 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 3 mardis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €

La religion gauloise, longtemps mal connue, a été l’objet des fantasmes des historiens anciens et des spéculations des mythologues. Depuis une quarantaine d’années, l’archéologie a permis de corriger cette image archaïque des cultes de la Gaule indépendante : des sanctuaires, très semblables à ceux du monde gréco-romain, montrent que s’y sont tenus de véritables cultes publics. Ces données matérielles permettent de revenir aux sources écrites anciennes beaucoup plus nombreuses et cohérentes qu’on ne l’a longtemps cru.

Les trois séances consacrées à l’exposé de nos connaissances actuelles s’organiseront de cette manière :

1. Examen des sources : textes antiques, iconographie, épigraphie, données archéologiques. Les Gaulois, les Celtes et les Galates (quelles définitions). Qu’est-ce que la Gaule ? Nation ou pays ? Le substrat religieux : divinités de type préhistorique, le mégalithisme, les cultes funéraire et aristocratique.

2. Les druides. Opposition entre les sources grecques et latines. Les druides dans l’histoire de la philosophie. Leur origine. Les premiers travaux scientifiques. Comparaison avec les pythagoriciens. Le témoignage de Poseidonios. Compétences et place dans la société. Le panthéon savant des druides. Diviciac, seul druide connu et témoin de la fin du druidisme.

3. Le culte public. Expression de la théologie des druides et de leur vision idéale de la société. Les grands sanctuaires, leurs rites (sacrifices d’animaux domestiques et offrandes). Place de ces lieux et de leur culte dans la société des IVe et IIe siècles av. J.-C. Extinction des autres cultes. Les premiers effets de la romanisation au IIe siècle av. J.-C. : commerce, images monétaires, transformation du druidisme. Premières représentations divines. Effets concrets de l’administration romaine.

  • Mardis 4, 18 et 25 novembre 2014, de 18h30 à 20hJean-Louis Brunaux (CNRS/Laboratoire d’archéologie de l’ENS)

Partir en pèlerinage : permanences et renouveaux

  • Cycle du soir en novembre et décembre 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 6 jeudis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 107 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 66 €

Le pèlerinage en tant qu’itinérance vers des lieux dotés d’une puissance sacrale est présent dans un grand nombre d’univers religieux. À travers la présentation de plusieurs cas, de l’Antiquité grecque jusqu’au contemporain proche (France) ou lointain (La Mecque, Inde, Japon), ce cycle permettra de comprendre l’évolution des motivations et des modalités du pèlerinage et de montrer comment l’itinérance sacrée se réinvente aujourd’hui.

  • Jeudi 13 novembre 2014 : Le pèlerinage à la Mecque, l’équation saoudienne ( Omar Saghi, politologue, commissaire de l’exposition « Hajj » à l’Institut du Monde arabe)

Le cinquième pilier de l’islam est pris dans un processus de transformation globale, qui affecte toutes ses dimensions et interroge l’ensemble du monde contemporain. Depuis plus d’un demi-siècle, la croissance exponentielle du nombre de pèlerins converge avec la vision des autorités saoudiennes, religieuse et étatique, et les considérations de rentabilité des agents économiques : le rite ancestral est désormais taylorisé, le tissu urbain de la ville subit une complète transformation depuis une dizaine d’années, et l’homogénéisation des pèlerins s’accélère. Comment sont associés ces multiples processus, religieux, étatique et économique, conduisant à une révolution anthropologique d’importance ?

  • Jeudi 20 novembre 2014 : Peut-on parler de pèlerinage en Grèce antique : le cas de Delphes ( François de Polignac, Centre ANHIMA-EPHE)
  • Jeudi 27 novembre 2014 : Continuités et ruptures dans les pèlerinages ( Dominique Julia, Centre d’anthropologie religieuse européenne, CARE-CRH, EHESS)

Le pèlerinage est fondamentalement marche à un terme, lieu saint doté d’une puissance sacrale particulière soit par l’événement qui s’y est manifesté (théophanie, apparitions de la Vierge, apparition d’un archange) soit par la conservation d’un corps saint dont le pouvoir d’intercession a provoqué des miracles : le sanctuaire vers lequel se dirigent les foules pèlerines est un lieu qui se distingue des autres par les grâces insignes qu’il dispense. Piété, guérison auprès des corps saints, pénitence sont les trois motivations principales du pèlerinage médiéval, auxquelles s’ajoute une dimension politique qui s’accentue de la fin du Moyen Age jusqu’à l’époque moderne et contemporaine. Les Réformes entraînent de fortes ruptures vis-à-vis de ce geste qu’elles condamnent, mais l’institution ecclésiastique ne canalise que partiellement un désir qui la déborde. On tentera ici de présenter quelques-unes des mutations majeures qui ont affecté cette pratique depuis la fin du Moyen-Age jusqu’à aujourd’hui.

  •   Jeudi 4 décembre 2014 : Le pèlerinage des Sept Dormants en Bretagne. Genèse et développement du dialogue islamo-chrétien en France ( Manoël Pénicaud, Aix-Marseille Université, IDEMEC LabexMed, MuCEM)

Le pèlerinage des Sept Dormants en Bretagne est considéré comme l’une des premières œuvres de dialogue islamo-chrétien en France. Dès 1954, l’islamologue Louis Massignon (1883 – 1962) « greffait » cette rencontre inattendue sur un « pardon » breton dédié aux Sept Dormants d’Éphèse, aussi connus en islam sous le nom des Ahl al-Kahf  (Gens de la Caverne), pour prôner une « paix sereine » en Algérie. Soixante ans après, ce pèlerinage existe toujours, tout en changeant de forme et de configuration. Bien que pensé pour le dialogue, il n’est pas exempt d’ambiguïtés ni de tensions, y compris envers l’islam. C’est aussi un lieu fortement hétérogène où l’on croise : autochtones, militants du dialogue, « Massignoniens », mais aussi des humanistes, touristes, néo-Celtes et autres New-Agers. Après avoir été « déverrouillé » par Louis Massignon, ce lieu se révèle comme un « pèlerinage inclusif ».

Basé sur des documents visuels (archives inédites de Massignon, photographies de terrain), cette communication permettra de suivre l’invention du pèlerinage par Massignon dans les années 1950, sa continuité dans le sillage de Vatican II, ainsi que sa reprise au début des années 1990 après une courte interruption. Aujourd’hui, l’événement qui est traversé par plusieurs problématiques (montée de l’islamophobie, protectionnisme, désintérêt des musulmans) demeure un observatoire intéressant des relations islamo-chrétiennes en France.

  • Jeudi 11 décembre 2014 : Le pèlerinage dans l’hindouisme contemporain : l’exemple du pays tamoul (Inde du Sud)  ( Pierre-Yves Trouillet, CEIAS, CNRS)

La pratique pèlerine occupe une place importante dans la religiosité hindoue contemporaine et certains pèlerinages hindous figurent parmi les plus grands rassemblements religieux au monde, à commencer par la célèbre Kumbha Mela qui a lieu tous les trois ans dans une des quatre villes saintes hindoues où seraient tombées des gouttes de nectar divin. Pour autant le pèlerinage dans l’hindouisme contemporain ne se réduit pas à ce cas bien connu. Il présente au contraire une variété notable, en lien direct avec la nature diverse et polymorphe de l’hindouisme lui-même. Il s’agira dans cette conférence d’évoquer certains aspects et principes généraux du pèlerinage hindou mais aussi de le voir dans sa diversité, notamment au regard des identités régionales et de caste, et ce à travers plusieurs études de cas pris dans le contexte du pays tamoul (Tamil Nadu) en Inde du Sud. Outre une présentation de plusieurs centres de pèlerinage hindous et des réseaux de lieux territorialisés qu’ils composent souvent, seront aussi évoqués les pèlerins eux-mêmes ainsi que les principales motivations et pratiques de cette forme particulière de mobilité religieuse. Il sera enfin question des pèlerinages pratiqués par les hindous de la diaspora, témoins de la diffusion et de la transnationalisation contemporaine de l’hindouisme et de ses rituels.

  • Jeudi 18 décembre 2014 : La renaissance du pèlerinage des 88 temples de Sasaguri au Japon ( Fabienne Duteil-Ogata, UMR 8177 IIAC, EHESS/CNRS)

Au Japon, il existe de nombreux pèlerinages de 88 temples. Le plus célèbre d’entre eux est celui de Shikoku. Situé sur l’île de Kyushû, le pèlerinage des 88 temples de Sasaguri a pour origine celui de l’île de Shikoku mais sa popularité reste plus modeste.

Après un aperçu historique du pèlerinage de Sasaguri mettant en évidence ses liens avec le bouddhisme ésotérique Shingon, son fondateur Kûkai et le Shugendô, la conférence abordera la question de sa renaissance de nos jours. Basé sur un terrain ethnographique collectif franco-japonais récent, cette intervention montrera comment les monastères font face au manque de pèlerins, quelles sont les stratégies adoptées pour faire renaitre ce pèlerinage et conclurai en indiquant les changements opérés sur le pèlerinage lui-même et plus généralement sur la pratique du bouddhisme.

Bibliographie indicative :

-Kouamé Nathalie, Pèlerinage et société dans le Japon des Tokugawa, le pèlerinage de Shikoku entre 1958 et 1868, Paris, École française d’Extrême-Orient, 2001, 317p.

-Rotermund Hartmut, Pèlerinage aux neufs sommets, carnet de route d’un religieux itinérant dans le Japon du XIXe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1983, 481p.

-Wilson Ariane, Le pèlerinage des 88 temples en abri nomade sur les chemins sacrés du Japon, Paris, Presses de la Renaissance, 2006, 231p.

Jansénisme

  • Cycle du soir en novembre et décembre 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salles 123 et 117 – 5 lundis (18h30 / 20h, salle 123) et 1 mercredi de 18h à 19h (salle 117)
  • Tarif normal : 107 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 66 €

Après avoir abordé la question de la Grâce qui est aux origines et au cœur du mouvement  janséniste, ce cycle en étudiera également les évolutions au siècle des Lumières et au XIXe siècle. S’appuyant sur la production théologique et les représentations artistiques, il en analysera aussi les enjeux politiques et sociaux en France et en Europe.

  • Lundi 17 novembre 2014 : La querelle catholique de la Grâce : les différents courants doctrinaux en présence ( Sylvio Hermann De Franceschi, LEM, EPHE)
  • Lundi 24 novembre 2014 : Jansénisme et Lumières ( Monique Cottret, Université Paris-Ouest)
  • Lundi 1er décembre 2014 : Port-Royal entre politique et religion (XVIIe-XVIIIe siècles) ( Philippe Luez, Musée de Port-Royal des Champs)
  • Lundi 8 décembre 2014 : De Jean Jouvenet (1644-1717) à Jean Restout (1692-1768) : une dynastie de peintres et le jansénisme ( Christine Gouzi, Centre André Chastel, Université Paris-Sorbonne)
  • Mercredi 10 décembre 2014, de 18h à 19h, salle 117 : Les derniers jansénistes du XIXe siècle ( Jean-Pierre Chantin, RESEA, Université Lyon III)

Le Port-royalisme n’est guère étudié au-delà de la Révolution française. On retrouve pourtant des groupes pour qui le combat n’est alors pas terminé. Il s’agira de comprendre en quoi consiste leur position dans ce nouveau contexte politique et religieux, et ce qui semble sonner le glas du mouvement.

  • Lundi 15 décembre 2014 : Dimensions européennes du jansénisme ( Gérald Chaix, EPHE-IESR et Université de Tours)

Si le mouvement janséniste s’est développé avant tout dans le royaume de France, il a connu de multiples avatars à l’échelle européenne : aux Pays-Bas, dans le Saint Empire et en Autriche, en Italie et en Espagne. L’objet de cette intervention sera donc de présenter 1) le noyau commun à toutes ces ramifications, 2) les spécificités de chacune d’entre elles, 3) la dimension européenne du mouvement.

Les religions dans les relations internationales

  • Cycle du soir en janvier 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 4 mardis ( 18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 72 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 46 €

Comment les acteurs politiques, qu’il s’agisse des États, des organismes supra-étatiques, ou encore des ONG traitent-ils aujourd’hui la question religieuse au niveau international, que ce soit dans leur politique vis-à-vis des Églises, des groupes religieux, ou dans la prise en compte d’une notion juridique telle que le droit à la liberté religieuse ? Ce cycle à plusieurs voix abordera ces questions en analysant les politiques menées par des entités telles que les États-Unis, le Saint-Siège, ou encore l’Union européenne.

  • Mardi 6 janvier 2015 : La politique religieuse des États-Unis sur la scène internationale ( Blandine Chelini-Pont, Aix-Marseille Université)

Les États-Unis ont toujours eu une politique extérieure animée d’une projection spirituelle. De même, ils ont utilisé sans discontinuer la « fibre » religieuse comme un critère et une condition dans leur politique d’alliances. Ce cours cherchera à présenter la conjugaison de ces deux paramètres depuis la seconde guerre mondiale, et à en mesurer l’impact sur la logique de guerre froide, la rhétorique récente de l’axe du Mal, la protection d’Israël, la protection de la politique religieuse de l’Arabie Saoudite, et d’autres questions.

  • Mardi 13 janvier 2015 : États, religions et ONG, acteurs dans la défense de la liberté religieuse ( Valentine Zuber, EPHE)

Le problème de la relation entre les grandes religions ainsi que l’impératif de sauvegarde de la liberté religieuse est l’un des grands défis auquel doit répondre la promotion mondiale actuelle des droits de l’homme. Or, il existe des divergences sérieuses entre les États sur la définition et l’extension à donner à ce principe. Par ailleurs, les demandes, parfois insistantes, de certains mouvements ou États pour une meilleure protection des religions constituent un nouveau défi aux défenseurs institutionnels des droits de l’homme. Il s’agira donc de présenter les enjeux actuels de la défense de la liberté religieuse, clé de l’universalité des droits de l’homme.

  • Mardi 20 janvier 2015 : Le Saint-Siège a-t-il encore une diplomatie ? ( François Mabille, Fédération universitaire et polytechnique de Lille)

L’Église catholique a un statut original sur la scène internationale, lointain héritage du XIXe siècle qui ne concevait les relations internationales qu’en les assimilant à des relations interétatiques. Il a fallu attendre le pontificat de Jean-Paul II pour que le Saint-Siège prenne la pleine mesure de cette place inédite pour un acteur religieux. Un pontificat plus tard, en se rendant à Lampedusa pour son premier déplacement, puis en proposant une médiation éthico-diplomatique dans le conflit israélo-palestinien, le pape François semble avoir restauré cette place de la diplomatie vaticane sur la scène internationale. À l’encontre de cette présentation qui reçoit l’adhésion des médias, l’on voudrait rappeler quelques-uns des fondamentaux de la politique internationale du Saint-Siège et montrer les difficultés qui se présentent aujourd’hui à l’Église catholique dans l’affirmation de son rayonnement international.

  • Mardi 27 janvier 2015 : Le facteur religieux dans la construction européenne ( Bérengère Massignon, GSRL)

La construction européenne crée un nouvel espace d’action et d’allégeances possibles, différent de l’État-Nation. Face à ce défi, les Églises chrétiennes, puis d’autres religions et les communautés philosophiques non confessionnelles, ont ressenti le besoin de s’organiser pour s’informer et éventuellement peser sur le processus de décision communautaire. S’adapter au jeu européen requiert un double ajustement : créer des structures fortes et efficaces à l’échelle du continent (l’organisation) et définir sa contribution propre à l’identité européenne (le discours). De même, l’investissement européen des religieux et des laïques met au défi les institutions européennes de créer de structures de concertation adéquate. Mises en place dès la présidence de la Commission par Jacques Delors, ces fora de débats ont connu une institutionnalisation progressive, notamment avec l’article 17 du Traité de Lisbonne. En effet, la religion est mentionnée dans certains Traités européens, textes dont nous analyserons la portée symbolique (comment les préambules définissent l’identité européenne, en lien ou non avec la religion) et fonctionnelle (comment des dispositions spécifiques encadrent l’action religieuse des institutions européennes).

 Les religions et la Grande Guerre

  • Cycle du soir en janvier et février 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 6 jeudis (horaire exceptionnel : 18h / 19h30)
  • Tarif normal : 107 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 66 €

La Grande Guerre n’est pas une guerre de religions, mais elle est une guerre qui mobilise les religions et les Églises, engage clercs et fidèles, interroge la foi et affecte la manière de croire.

Ce cycle permettra à la fois de voir comment les religions s’impliquent dans la guerre et comment elles produisent un discours spécifique, celui de la « religion de guerre ».

  •   Jeudi 8 janvier 2015, 18h-19h30 : Introduction à l’histoire religieuse de la Grande Guerre ( Xavier Boniface, Université du Littoral Côte d’Opale)

Il s’agit de voir comment on peut appréhender les expressions du fait religieux au cours de la Première Guerre mondiale. Au-delà des aspects institutionnels (Églises, papauté, oeuvres et organisations confessionnelles), elles englobent tout ce qui fait la « religion de guerre » – discours de croisade ou de guerre sainte, croyances diverses des combattants et des civils, etc.

  • Jeudi 15 janvier 2015, 18h-19h30 : La Grande Guerre, une guerre des religions, des religions de guerre ? ( Frédéric Gugelot, Université de Reims, CEIFR)

La Grande Guerre n’est pas une guerre de religions, mais elle est une guerre qui mobilise les religions et les Églises, engage clercs et fidèles, interroge foi et ferveurs. Mais l’horreur du conflit et la mort de masse bousculent les croyances des Européens.

Est-il encore possible de croire après les hécatombes de Tannenberg et de Verdun, quand les valeurs qui donnent sens à votre vie et à votre sacrifice sont mises à l’épreuve de la peur, de la blessure et de la mort ? Le conflit affecte la manière de croire et de vivre la foi. Une « religion de guerre » peut-elle dégager les ferveurs nécessaires à l’expression d’une espérance ou offrir la consolation d’un désespoir.

  • Jeudi 22 janvier 2015, 18h-19h30 : Les aumôniers militaires ( Xavier Boniface)

Ces ministres des différents cultes sont présents dans toutes les armées de la Grande Guerre. Malgré les différences de statut, d’uniforme ou d’organisation, leur présence est une justification religieuse du conflit en cours. Mais en même temps, ils rappellent aussi que tout n’est pas permis à la guerre et ils privilégient l’accompagnement des soldats à tout autre engagement – même s’il y a des exceptions.

  • Jeudi 29 janvier 2015, 18h-19h30 : Les protestants français et la guerre ( Patrick Cabanel, Université Toulouse-le-Mirail)
  • Jeudi 5 février 2015, 18h-19h30 : La foi à l’épreuve? Les Juifs de France et la guerre totale ( Philippe Landau, conservateur des Archives des Consistoires israélites)

Profondément républicains et patriotes, les Juifs de France vont participer activement à la Grande Guerre. Alors que leur judaïsme était auparavant relégué à la sphère du privé, il devient plus visible avec la constitution de l’aumônerie militaire israélite. Si certains combattants, laïcs ou agnostiques, ne veulent pas être distingués de leurs camarades de front ; d’autres vont s’efforcer de vivre leur foi même au fond des tranchées.

  • Jeudi 12 février 2015, 18h-19h30 : Les prêtres-soldats dans la Grande Guerre ( Daniel Moulinet, RESEA et Université Catholique de Lyon)

Le texte prophétique sous l’angle de l’analyse littéraire

  • Cycle du soir en mars 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 3 séances (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33 €

Ce cycle se propose d’aborder, à travers l’exemple particulier du livre de Zacharie, la figure du « prophète » comme auteur, lecteur et interprète de la tradition scripturaire. Il s’agira de revenir sur certaines problématiques qui informent la recherche actuelle, notamment en matière d’exégèse intra-biblique et de réécriture, en insistant sur la dimension proprement littéraire de ces questionnements.

1. État des lieux, présupposés d’analyse et présentation générale. Le « discours prophétique » et le « récit de visions » comme genres littéraires.

2. L’interaction lecture/écriture et les processus rédactionnels. Le ‘prophète’ comme continuateur et interprète de la tradition scripturaire. Le cas des auteurs de Zacharie.

3. Zacharie ou la fin annoncée de la littérature prophétique ? Le dialogue de l’auteur au lecteur : thèmes, enjeux,  implications.

  • Jeudis 5, 12 et 19 mars 2015, de 18h30 à 20hRenée Scemama (Université de Cergy-Pontoise)

Les mouvements prophétiques du renouveau dans l’Antiquité classique et tardive. Du judaïsme et du christianisme à l’islam

  • Cycle du soir en mars, avril et mai 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 8 mardis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 142 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 89 €

Dans les mouvements prophétiques du renouveau de l’Antiquité classique et tardive (IIe-VIIe siècles), les anges jouent souvent deux rôles fondamentaux et complémentaires : ils sont à la fois des anges révélateurs et des anges interprètes. Ils correspondent à l’ange Gabriel dans le judaïsme ( Hazon Gabriel), dans le christianisme ( Évangile selon Luc) et dans l’islam ( Coran). Ils répondent à des besoins spécifiques de légitimité et d’autorité qui sont propres à des formes religieuses opérant sur le mode prophétique. Ils confèrent à des savoirs nouveaux et contestés, à des écrits et à des porteurs nouveaux, ainsi qu’à des revendications en compétition la légitimité nécessaire. Ils permettent l’autonomie d’un mouvement du renouveau par rapport à ses origines réelles ou imaginaires. C’est à partir de cette clef de lecture qu’on aborde dans ces huit conférences des mouvements religieux aussi divers que le johannitisme de Jean le Baptiste, le montanisme de Montan, l’elkasaïsme, le manichéisme, le mandéisme et l’islam des débuts.

– Mardi 10 mars  2015 : Les mouvements prophétiques du IIe au VIIe siècle : quelques réflexions et remarques .

– Mardi 17 mars  2015 : Les anges révélateurs et les anges interprètes dans les mouvements prophétiques.

– Mardi 24 mars  2015  : Jean le Baptiste et le johannitisme.

– Mardi 31 mars  2015  : Montan et le montanisme.

– Mardi 7 avril  2015  : L’elkasaïsme.

– Mardi 14 avril  2015  : Mani et son jumeau céleste.

– Mardi 5 mai  2015  : Le mandéisme.

– Mardi 12 mai  2015  : Mahomet et l’ange Gabriel.

  • Par Simon C. Mimouni (EPHE)

La Passion selon Jean de J.-S. Bach

Aucune compétence musicale n’est requise pour participer à ce cycle.

  • Cycle du soir en mars et avril 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 5 lundis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 89 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 56 €

Grand pilier de l’œuvre vocale de Jean Sébastien Bach, la Passion selon Jean dresse pour l’auditeur une vaste fresque musicale à l’architecture solide et révélatrice de la maîtrise du grand maître allemand. Ce cours servira de guide pour entrer dans ce monument sonore et pour décrypter comment le discours musical se met au service du texte de saint Jean.

Quelles sont les grandes intentions musicales et spirituelles de l’oeuvre ? Comment Bach honore-t-il sa réputation de Cinquième Evangéliste?

  • Lundis 9, 16, 23, 30 mars et 13 avril 2015 – Hélène Décis-Lartigau (musicologue)

L’art bouddhique birman

  • Cycle du soir en mai-juin 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 4 jeudis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 72 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 46 €

Jusqu’à encore récemment, le Myanmar (ex-Birmanie) était un pays relativement fermé et méconnu. Depuis quelques années, il s’ouvre lentement faisant apparaître une société birmane profondément influencée par la pensée bouddhique. Comme le reste de l’Asie du Sud-Est, le Myanmar est une région médiane entre les sphères culturelles chinoise et indienne. Le processus d’indianisation s’est déroulé, approximativement entre le IIe siècle et le XIVe siècle, avec une période de maturité entre les IXe et XIIIe siècles. Cette période est l’âge d’or de l’architecture hindo-bouddhique avec les complexes de Borobodur et de Prambanan à Java, d’Angkor au Cambodge et de Pagan en Birmanie.

Après une introduction aux grands principes de l’art bouddhique, le cycle de conférences présentera l’art des différents royaumes bouddhistes de Birmanie (notamment Pagan, Ava et Arakan).

•    Les premiers contacts avec le bouddhisme sont établis dès l’époque d’Ashoka au IIe siècle avant J.C. chez les Môns, mais c’est au VIIe siècle que s’établissent des cités royaumes (Biekthano-myo, Sri Ksetra) sous les Pyus qui pratiquent le bouddhisme Theravâda (Voie des Anciens).

•    En 849, les Birmans fondent un royaume puissant autour de Pagan, royaume qui se maintiendra jusqu’à l’invasion mongole au XIIIe siècle. Plus de 2800 temples, monastères y ont été édifiés dont près de 340 possèdent encore des peintures remarquables.

•    À la chute de Pagan, la Birmanie est à nouveau divisée. Au XIVe siècle, le centre de la Birmanie connaît un certain renouveau autour du royaume d’Ava. Les grottes de Po Win Taung, datant de la seconde période d’Ava en sont l’illustration, de même que les nombreux monastères en bois qui perdurent jusqu’à nos jours.

•    Enfin, le royaume d’Arakan a joué un rôle important dans les échanges culturels et religieux entre l’Inde et l’Asie du Sud-Est dès le VIIIe siècle. Pendant plus de 1000 ans, cette région méconnue a développé sa propre culture pour atteindre son apogée entre le XVe et le XVIIIe siècle avec le site de Mrauk-U, riche d’une architecture marquée par ces influences.

  • Jeudis 7, 21, 28 mai et 4 juin 2015, de 18h30 à 20hGuy David (IESR)

Talmud, mystique juive, et notion d’inconscient avant la lettre 

  • Cycle du soir en mai et juin 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 3 lundis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33€

On dit souvent que la notion d’inconscient a été précédée dans diverses cultures, par une certaine intuition des « composantes souterraines du moi ». On pense ainsi au dialogue platonicien Ménon, où Socrate pratique la maïeutique (accouchement) des esprits. Il nous a paru important de poser cette question à propos de la culture ancestrale du père de la psychanalyse, Sigmund Freud. En effet, bien qu’athée, celui-ci a plusieurs fois mis en avant ses origines juives et s’est aussi interrogé sur l’apport de celles-ci à sa démarche et à sa personnalité. Nous proposons donc une exploration des textes du Talmud et de la mystique juive, dans un va-et-vient comparatif constant avec les concepts psychanalytiques fondamentaux.

  • Lundis 11, 18 mai et 1er juin 2015 de 18h30 à 20h – Bernard Paperon (Agrégé de Lettres classiques)

Genèse et psychanalyse 

  • Cycle du soir en mai et juin 2015 au Bâtiment France, 190 avenue de France, Paris 13e, salle 123 – 3 mardis (18h30 / 20h)
  • Tarif normal : 54 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 33€

Le mythe d’Adam et Ève échappe aux catégories du monothéisme juif. Nous le lirons en parallèle avec d’autres mythes qui, dans des civilisations fort diverses, traitent, eux aussi, d’un paradis perdu, de la genèse de l’humanité et de la manière dont elle a acquis les pouvoirs de la connaissance et de la sexualité. Nous proposerons aussi une lecture psychanalytique du récit. En effet, les mythes sont les « conteurs de l’inconscient ». De fait, le récit biblique est révélateur des fantasmes inavoués qui animent l’homme et aussi des images archaïques et refoulées qu’il a de Dieu.

– 2 juin : Le mythe d’Adam et Ève et la genèse de l’ homo sapiens sapiens.

– 9 juin : Adam, Ève et Dieu sur le divan.

– 16 juin : Le péché originel : l’homme est-il mauvais par nature ?

  • Mardis 2, 9 et 16 juin 2015 de 18h30 à 20h – Alain Houziaux (Docteur en théologie et en philosophie)

Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises. Publication des actes du colloque des 20-22/09/12 à Sèvres

Publication des actes du colloque « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes » tenu à Sèvres les 20, 21, 22 septembre 2012 au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres.

Couv. "Le défi de l'enseignement des faits religieux à l'école, réponses européennes et québécoises
Source : Riveneuve éditions

« École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes », tel est le titre du colloque qui s’est tenu au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres les 20, 21 et 22 septembre 2012. Organisé par l’Institut européen en sciences des religions (IESR), sous la direction d’Isabelle Saint-Martin, il a réuni de nombreux spécialistes de l’enseignement en Espagne, en Italie, au Danemark, en Flandre et Belgique, en Angleterre, en Allemagne et en Suisse qui ont échangé sur la place de la religion dans l’enseignement et les débats qu’elle induit dans la société de chacun des pays. Le présent ouvrage, issu de ce colloque, enrichit la réflexion de l’exemple québécois au travers du programme Éthique et culture religieuse et d’un jugement de la Cour suprême du Canada. L’ensemble met en perspective la laïcité en France et l’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle.

Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’aborder les faits religieux dans le cadre d’un enseignement s’adressant à tous les élèves d’une même classe et s’inscrivant dans les objectifs, les méthodes et la déontologie de l’école publique. Le débat aujourd’hui se focalise désormais sur la place que l’on accorde ou non à l’expérience religieuse et aux questionnements existentiels des élèves.

L’ouvrage est dédié à Évelyne Martini (†), inspectrice d’académie et inspectrice pédagogique régionale en lettres de l’Éducation nationale, qui a beaucoup œuvré pour l’enseignement des faits religieux à l’école publique et a été une collaboratrice fidèle de l’IESR.

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (« Histoire et sociologie des protestantismes ») est responsable du réseau européen de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), après avoir dirigé cet Institut de 2005 à 2010.

WILLAIME J.-P. (dir.), Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, 358 p. [ISBN 978-2-36013-223-2] – 24€

Sommaire

Introduction : Jean-Paul Willaime «Comparer l’incomparable ?» 

Première partie : Les cours de religion pour tous

  • Julia Ipgrave « Le débat anglais sur la « Religious Education » dans les écoles publiques
  • Tim Jensen « L’enseignement de la religion au Danemark : les réponses récentes à des défis communs »
  • Wolfram Weisse « La religion à l’école dans le Land de Hambourg »
  • Séverine Desponds, Christine Fawer Caputo, Andrea Rota « L’évolution des manuels pour l’enseignement religieux en Suisse. Analyses sociohistoriques, didactiques et pragmatiques »

Deuxième partie : Les cours confessionnels de religion

  • Roberto Mazzola « La religion à l’école en Italie : états des lieux et évolutions »
  • Maria Chiara Giorda « Les faits religieux dans les manuels scolaires en Italie »
  • Maria Del Mar Giera « Les débats concernant l’enseignement des religions à l’école en Espagne »
  • Patrick Loobuyck et Leni Franken « Les cours de religion en Flandre et en Belgique : situation actuelle et débats »

Troisième partie : L’expérience québécoise

  • Mireille Estivalèzes « L’approche culturelle des religions dans le programme et les manuels d’éthique et culture religieuse au Québec »
  • Jean-Paul Martin « Québec : quels débats autour de l’enseignement de la religion ? »
  • Jacques Pettigrew « Le programme Éthique et culture religieuse et le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire S. L. c. la Commission scolaire des Chênes »

Quatrième partie : Laïcité et enseignement des faits religieux en France

  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et laïcité en France »
  • Stéphanie Laithier et Anna Van den Kerchove « L’enseignement des faits religieux dans les programmes et les manuels d’histoire en France »
  • Evelyne Martini (†) « Le fait religieux dans le champ littéraire »
  • Isabelle Saint-Martin « Histoire des arts et enseignement des faits religieux : concurrence et complémentarité »
  • Louis Hourmant et Jean-Paul Willaime « L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle : évolutions et défis »

Bon de commande / contact Riveneuve éditions :  riveneuveeditions@orange.fr