Archives de catégorie : Actualités / News

Les mercredis de l’IESR : Philippe Portier pour « L’État et les religions en France : une sociologie historique de la laïcité »

Les mercredis de l’IESR
en partenariat avec le GSRL

9 novembre 2016 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 123
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre dans la limite des places disponibles

etat-religion-france-couv

 

Philippe Portier
pour
L’État et les religions en France
Une sociologie historique de la laïcité

Discutant : Jean-Paul Willaime

 

 

 

Comment faire vivre ensemble des individus égaux en droits et différents par leurs convictions ? Pour répondre à ce défi venu de l’avènement de la modernité et de la déconstruction de l’unité de foi qu’elle a impliquée, la France a instauré, à partir de 1789, un régime « laïque » d’existence politique.

Au cours des deux siècles qui viennent de s’écouler, tout en s’adossant, continûment, au double principe de neutralité de l’État et de liberté de conscience, la politique religieuse de la France a épousé des formes variées, sous la pression des conjonctures politiques, et, plus encore, des transformations de la figure même de la modernité.

Le présent ouvrage se propose de rendre compte de ces mutations, en repérant, depuis la Révolution, trois grands moments dans l’agencement de la laïcité.

Philippe Portier est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Histoire et sociologie des laïcités). Il est également directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS/EPHE).

Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude : entre mythe et réalité

verriere-de-champigny-cliche-mp-terrien
Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude
Marie-Pierre Terrien – Propos recueillis par Christian Bernard. Éditions Pays et Terroirs, 2007

La chapelle de Champigny-sur-Veude fait partie de la famille restreinte des sept Saintes-Chapelles édifiées du XIIIe au XVIe siècle, qui ont résisté aux vicissitudes du temps : celles de Paris et de Vincennes (chapelles royales), Riom, Châteaudun, Aigueperse, Champigny-sur-Veude et Vic-le-Comte (chapelles princières). Les Saintes-Chapelles de Vivier-en-Brie, Gué-de-Maulny, Bourges et les deux chapelles de Bourbon l’Archambault ont été détruites. Partie intégrante d’un château royal ou princier, une Sainte-Chapelle doit avoir été fondée par Saint Louis (1214-1270) ou par l’un de ses descendants. Ces édifices sont décorés à profusion de portraits du roi et des princes fondateurs, d’armoiries, d’emblèmes héraldiques et de devises. Toutefois, une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle princière ordinaire. Elle est un écrin, qui abrite des reliques de la Passion. C’est sa fonction essentielle. Le message religieux est donc également très important. Les chanoines sont les gardiens de ces reliques, ils sont chargés de célébrer des messes pour le fondateur et ses descendants.
La Sainte-Chapelle de Champigny a été fondée à la fin du XVe siècle par Louis Ier de Bourbon. Sa nef abrite onze verrières, hautes de plus de huit mètres. Démontés à la Révolution et cachés, puis de nouveau déposés en 1940, ces vitraux remarquablement bien conservés ont la réputation bien méritée d’être les plus beaux vitraux Renaissance de France. Ils sont divisés en trois registres superposés. Dans le soubassement sont représentés les descendants de Saint Louis. Tous ces personnages sont agenouillés sur un prie-Dieu qui porte leurs armes, et leur nom est inscrit dans un cartouche de verre blanc. Ils sont tournés en direction de la verrière centrale, qui représente la Crucifixion ainsi que le couple fondateur, Saint Louis et son épouse Marguerite de Provence. Cette disposition forme comme une procession, elle est une mise en scène ostentatoire qui permet à la famille de Bourbon-Montpensier d’affirmer sa puissance et de rappeler que Saint Louis, leur ancêtre, leur a transmis une parcelle de son sang royal. Dans les deux autres registres, une scène unique occupe toute la baie. Elle n’est pas constituée de multiples épisodes juxtaposés et superposés comme dans les vitraux du Moyen-Âge, mais constitue un véritable tableau qui ne tient pas compte des meneaux de pierre. Le registre central, le plus important, est une évocation de la vie de Saint Louis, depuis son sacre à Reims le 29 novembre 1226 jusqu’à sa mort à Tunis le 25 août 1270. Le roi est mis en parallèle avec le Christ, dont la Passion est représentée dans le tympan. La lecture des verrières se fait du bas vers le haut, des Bourbons vers le Christ.
Un important corpus de biographies de Louis IX a été produit par les hagiographes à la fin du XIIIe siècle, afin de le glorifier en vue de sa canonisation. S’intéressant davantage au saint qu’au souverain, elles ont véhiculé le portrait d’un roi mythique. Trois images principales, qui veulent souligner sa piété, s’en dégagent : un roi héritier des rois de l’Ancien Testament, un roi très chrétien qui pratique la charité et un roi guerrier qui part en croisade sur les pas du Christ. Les images de Saint Louis, proposées dans les verrières de la Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude concordent avec ce portrait idéalisé du souverain. Le cardinal de Givry, qui a offert les vitraux, a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce programme iconographique très abouti. Homme d’Église, mais aussi grand mécène, il était au contact des humanistes de son temps. Enrichis par les sources de la Renaissance, les vitraux de Champigny-sur-Veude véhiculent un message qui vise également à célébrer Louis Ier de Bourbon, dont les hauts faits répètent ceux de son ancêtre, le roi Très saint. Ils rappellent à la fois son courage quand il part faire les guerres d’Italie et sa ferveur religieuse quand il lègue des reliques de la Passion à la collégiale.

  • Par Marie-Pierre Terrien, chargée de cours à l’Université du Maine (Le Mans)
  • Propos recueillis par Christian Bernard, correspondant de l’IESR à Poitiers

L’expression du religieux dans la sphère publique

couverture de l'ouvrage
L’expression du religieux dans la sphère publique : comparaisons internationales
Ministère de l’Intérieur, IESR – Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. La Documentation française, 2016

Les questions liées à l’expression du religieux dans la sphère publique donnent lieu régulièrement à de vifs échanges dans les débats publics. Afin d’en mettre en perspective les enjeux, un colloque international (réuni sous l’égide des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères en lien avec l’Institut européen en sciences des religions – IES) a permis de préciser le cadre d’application du principe de laïcité en abordant les aspects philosophiques, juridiques et sociologiques liés à la garantie de liberté de conscience et de religion. Sont ainsi examinées :
– la sphère de l’État et la dimension de la neutralité dans les sociétés démocratiques ;
– la sphère de la société et la régulation des manifestations religieuses dans l’espace public ;
– la sphère de l’éducation et ses particularités.
Quelques points de comparaison éclairent la diversité des pratiques de pays étrangers qui proposent des modèles alternatifs (Allemagne, Angleterre, Belgique, Canada, Turquie).

Ouvrage publié par le ministère de l’Intérieur et l’IESR. Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. Préface de Bernard Cazeneuve.

Avec les contributions de :
Thomas Andrieu, Jean-Louis Bianco, Gérard Bouchard, Louis-Léon Christians, Jean-Paul Costa, Xavier Delgrange, Philippe Gaudin, Alfred Grosser, Danièle Hervieu-Léger, Ahmet Insel, Julia Ipgrave, Hubert des Longchamps, Jean-Christophe Peaucelle, Philippe Portier, Florence Robine, Patrice Rolland, Isabelle Saint-Martin, Arnaud Schaumasse, Rémy Schwartz, Christopher Sinclair, Jean-Paul Willaime.

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseigner les cultures religieuses au Québec

Enseigner les cultures religieuses au Québec :
Un défi pédagogique et historiographique à l’Université

Brigitte Caulier  (Professeure titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval, Québec)

Discutante : Sara Teinturier
(Post-doctorante du GSRL)

Au Québec, la diversité religieuse s’inscrit dans les origines de la colonie dès la rencontre avec les Amérindiens. Des institutions, aussi importantes que l’École, se sont organisées au XIXe siècle sur une division confessionnelle. Comment des étudiants, inscrits à des programmes universitaires variés (histoire, sciences de l’éducation, sciences religieuses, théologie), appréhendent-ils aujourd’hui ce passé religieux du Québec, son pluralisme ? Je présenterai leurs positionnements, l’état de leurs connaissances, puis les défis pédagogiques de cet enseignement qui appelle à une réappropriation de la chronologie du pluralisme religieux. Mais, pour le professeur, c’est également l’occasion de repérer de nouvelles pistes de recherche.

Autant nous identifions la religion de chaque individu recensé au Canada, autant nous connaissons assez mal la vie des communautés religieuses et encore moins les modalités d’échanges entre elles.

Lundi 18  mai 2015, à 18h00,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 115
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

 

 

 

 

Séminaire à Augsbourg (26-29 avril 2015) dans le cadre du programme européen IERS

Les partenaires européens de l’IESR (Éducation interculturelle à travers l’enseignement des faits religieux) au sein du projet IERS financé par le Programme de l’Union européenne « Éducation et formation tout au long de la vie » tiennent leur troisième séminaire à Augsbourg du 26 au 29 avril afin de mettre en oeuvre la phase d’évaluation par des enseignants des modules numériques produits dans le cadre de ce projet.

Téléchargez le communiqué de presse : Press Release English Augsburg Meeting

Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Simon C. Mimouni (EPHE) présentera Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth (Bayard Culture, 2015).

Discutante : Marie-Françoise Baslez (Paris IV- Sorbonne)

Mercredi 27 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

jacques-le-juste-frere-de-jesus-de-nazarethSimon Mimouni travaille depuis de nombreuses années sur l’histoire du judaïsme et du christianisme antiques, et notamment sur la première communauté chrétienne, fondée à Jérusalem, à la suite de la prédication de Jésus. Ce livre est un événement qui retrace une impressionnante enquête à la fois historique, archéologique et textuelle, sur la figure de Jacques, le fondateur de cette première communauté. Ce «frère de Jésus» a fait couler beaucoup d’encre.
L’auteur fait ici un point clair et très documenté sur la famille de Jésus. Il nous donne accès à l’ensemble des sources principales sur les premiers pas de cette communauté chrétienne.
Sur les relations entre Jacques, Pierre, Etienne et Paul. Simon Mimouni aborde ici le dossier capital de «la succession de Jésus» et du devenir de la communauté de Jérusalem et de ces premiers «nazoréens chrétiens», communauté messianique, selon l’auteur, créée après l’exécution de Jésus, dans la ville sainte des Judéens.
Et posant la question : Jacques appartenait-il à la classe sacerdotale ? Ainsi que la problématique familiale, des frères et des soeurs de Jésus, et de savoir à partir de quand les chrétiens ont-ils cru à la virginité de la mère de leur Messie, Marie. Un livre passionnant sur les origines du christianisme.

Mimouni, Simon Claude, Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth, Bayard Culture, 2015.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les avatars du christianisme en bandes dessinées

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », René Nouailhat présentera Les avatars du christianisme en bandes dessinées
(EME Editions, 2014).
Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Mercredi 20 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux.
Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles. Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institut catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même.
La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire. Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.
Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art.

Nouailhat, René, Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME Editions, 2014).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« La laïcité : notion biaisée par les politiques »

La laïcité : notion biaisée par les politiques
article Libértion.fr 27 mars 2015

Depuis 1991 et la création d’une chaire d’histoire et de sociologie de la laïcité à l’EPHE, une cinquantaine d’universitaires débattent du concept. Ces chercheurs, qui privilégient une approche ouverte, reconnaissent avoir du mal à convaincre les élus.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter