Philippe Joutard : la Révocation de l’édit de Nantes a permis « la création d’une culture de l’intolérance »

Interdire le protestantisme en France était une mauvaise idée, qui a été forcément mal appliquée mais sur laquelle on n’est pas arrivé à revenir. C’est en quelque sorte l’objet principal du livre de Philippe Joutard qui a voulu y suivre « l’aval » de la révocation, un peu laissé de côté lors des commémorations du tricentenaire en 1985 par rapport aux conditions même de l’édit de Fontainebleau.

Invité à discuter de son livre La révocation de l’édit de Nantes ou les faiblesses d’un État lors des Mercredis de l’IESR le 26 septembre en discussion avec Jean-Robert Armogathe, Philippe Joutard s’interroge d’abord sur l’étrangeté de cet « édit irrévocable » qui dure même au-delà du limité édit de tolérance de 1787 et donc jusqu’aux premiers temps de la Révolution : « Cette sorte de longue durée a des conséquences extrêmement importantes. Nous avons la création d’une culture de l’intolérance. L’édit de Fontainebleau donne la possibilité aux autorités locales d’agir si elles ont envie d’agir. » D’où une application très contrastée dans le temps et dans la géographie selon les résistances du milieu local ou le zèle des « intendants, des subdélégués qui sont chargés de l’appliquer ». Un zèle plus politique que religieux car, souligne Joutard, « Ce n’est pas tellement l’Église qui est en cause, c’est l’État. D’où mon titre Les faiblesses d’un État … J’aurais pu mettre Les impuissances d’un État. L’édit de Fontainebleau, c’est une décision purement et très fortement politique. »

L’histoire de l’édit de Fontainebleau et de son application permet donc de faire « une étude d’histoire politique sur le fonctionnement et les dysfonctionnements de l’État ». Dysfonctionnements car l’État, « de bout en bout dans cette application », non seulement ne répond à aucune « demande sociale » en interdisant le protestantisme mais se rend compte presque immédiatement que cette interdiction n’est pas applicable : « Très vite, on n’arrive pas à s’en sortir. Ça se voit dès le départ. L’édit de Fontainebleau est scellé et il n’est pas appliqué. » L’un des principaux problèmes est l’interdiction d’émigrer qui est extraordinaire à une époque où « les règles internationales laissaient les gens partir si on leur imposait une religion ». Cette interdiction d’émigrer « implique le respect de la dévotion privée mais les intendants ne comprennent pas et Louvois leur dit : Vous ne l’appliquez pas » … Autre problème avec l’extrême onction : « Tout le monde est considéré comme converti donc tout le monde est apostat au moindre refus du catholicisme. Mort, l’apostat est traîné sur la claie et jeté aux ordures. Cela scandalise nombre de catholiques. Très vite, Louvois dit : c’est la règle mais vous ne l’appliquez pas. Vous ne le dites pas mais vous ne l’appliquez pas … » Louvois incarne ce changement d’attitude puisqu’il a joué un « rôle décisif » avant 1685 dans la mise au point de l’édit mais que « juste après, quelques mois après, s’apercevant de la série de difficultés, on le voit assouplir sa position et dire : n’allez pas trop loin ». En 1688, lorsque Vauban lui envoie son mémoire en faveur du rappel des huguenots et du rétablissement de l’édit de Nantes, « audace très forte », il « répond assez vite qu’il contient de « fort bonnes choses, parfois un peu outrées » et qu’il va tâcher de le transmettre au roi. Il n’en a rien fait, mais c’est assez extraordinaire : il se rend bien compte qu’il est dans l’impasse ».

Le « fantôme de Louis XIV »

Malgré ce constat partagé par la majorité des acteurs de terrain, l’un des premiers actes politiques du roi Louis XV, juste après sa majorité légale, est sa déclaration de 1724, « une déclaration qui reprend tout l’édit de Fontainebleau en y ajoutant d’autres édits d’entre 1685 et 1715. La déclaration de 1724 est encore plus dure et rigoureuse que l’édit de Fontainebleau (sauf sur l’émigration) : tous ceux qui veulent faire du zèle peuvent y aller complètement ». Pourquoi ? Peut-être un moyen à la fois de compenser l’alliance diplomatique avec les pays protestants et, pour le jeune roi, d’affirmer sa fidélité à son arrière-grand-père. C’est le « fantôme de Louis XIV » dont parlera plus tard le protestant Rabaut Saint-Étienne à propos de l’édit de tolérance de 1787.

Jean-Robert Armogathe insiste, lui, sur les paradoxes de l’époque qui a vu naître l’édit de Fontainebleau : « La religion au 17e siècle, c’est beaucoup plus compliqué qu’on croit. Il y a d’un côté la religion populaire révélée par les visites pastorales. Et de l’autre ceux qui essaient de trouver des points communs entre catholiques et protestants et qui, des deux côtés, sont des personnes fidèles à leur Église mais gardant une distance raisonnable par rapport aux excès ». Dans ce paysage divers et pas si fanatique (un autre paradoxe étant que les protestants français étaient politiquement absolutistes à la différence de beaucoup de catholiques), « l’édit de Fontainebleau a posé des questions théologiques et des questions politiques ». La grande question théologique est la contrainte pour les sacrements qui gêne beaucoup les évêques comme le montre la grande enquête de 1698. La question politique est que l’édit « arrive juste après l’assemblée du clergé de 1682 » qui a proclamé l’indépendance de l’Église catholique française (gallicane) par rapport à la papauté romaine. Le début des années 1680 est ainsi marqué par de multiples conflits entre la monarchie française et la papauté : « En 1685, à Rome, on parle de la thèse de l’abbé Barthe (un gallican) et des projets de profession de foi commune entre catholiques et protestants. C’est de cela que l’on parle et pas de la Révocation … Le roi attend des compliments de Rome mais ils tardent à venir. Il y a une lettre inédite du père Lachaise au général des Jésuites en 1686 où il exprime la déception de Louis XIV devant le peu d’enthousiasme du pape par rapport à la décision qu’il a prise. Les réjouissances à Rome n’arrivent que le 29 avril 1686 mais elles sont aux frais de l’ambassade de France, sans la présence du pape qui dit qu’il est malade. La fête est ratée … ».

« C’est un pouvoir archaïque et totalitaire »

Jean-Robert Armogathe conclut en se demandant « si l’édit de Fontainebleau est une marque d’archaïsme ou une anticipation de l’autoritarisme moderne. A pu jouer le fait de ne plus avoir de principal ministre, le manque d’échelons intermédiaires, la mise en place d’un gouvernement autoritaire, l’incapacité des ministres à se réunir pour évoquer une politique globale. C’est un pouvoir archaïque et totalitaire, sans corps intermédiaires ».

Philippe Joutard est historien et professeur émérite d’histoire moderne de l’Université de Provence Aix-Marseille. Il est l’auteur, entre autres, de La légende des camisards (1977), Histoire et mémoires, conflits et alliance (2013) et La Révocation de l’édit de Nantes ou les faiblesses d’un État (2018).

Jean-Robert Armogathe est directeur d’études émérite à l’EPHE (section des sciences religieuses) et l’auteur entre autres de Croire en liberté. L’Église catholique et la Révocation de l’édit de Nantes (1998), L’Antéchrist à l’âge classique. Exégèse et politique (2006) avant de diriger l’Histoire générale du christianisme (2010).

Jean de Saint Blanquat

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les mercredis de l’IESR : « Gnose et manichéisme : entre les oasis d’Égypte et la Route de la Soie »

Les mercredis de l’IESR

17 mai 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Maison des Sciences de l’Homme, 1er sous-sol, salle 9
54 boulevard Raspail, Paris 6e [Métro Sèvres-Babylone ou Rennes]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-170517
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Gnose et manichéisme : entre les oasis d’Égypte et la Route de la Soie

Présenté par :

Anna Van den Kerchove
Luciana Gabriela Soares Santoprete

avec la participation de Jean-Daniel Dubois

L’ouvrage témoigne de la richesse du parcours intellectuel de Jean-Daniel Dubois, depuis les oasis d’Égypte jusqu’à la Route de la Soie…
Il fait le point sur les dernières avancées de la recherche dans les études gnostiques, manichéennes et apocryphes, en croisant les disciplines et les périodes et en tissant des liens avec l’environnement philosophico-religieux tardo-antique.
Venez rencontrer J.-D. Dubois, auquel ce livre est dédié, et A. Van den Kerchove et L.G. Soares Santoprete, directrices de la publication, qui nous en présenteront les principales thématiques.

Jean-Daniel Dubois est directeur d’études émérite à l’EPHE et membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM | EPHE).
Anna Van den Kerchove est titulaire de la chaire d’histoire du christianisme ancien et patristique de la Faculté de théologie de Paris et membre statutaire du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM | EPHE).
Luciana Gabriela Soares Santoprete est chercheur à l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes et membre associé du LABEX-HASTEC au Centre Jean-Pépin, UPR 76, CNRS.

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-170517

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : J. Huntzinger pour « Initiation à l’Islam »

Les mercredis de l’IESR

3 mai 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Maison des Sciences de l’Homme, 1er sous-sol, salle 9
54 boulevard Raspail, Paris 6e [Métro Sèvres-Babylone ou Rennes]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-030517
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Jacques Huntzinger
pour
Initiation à l’Islam

Discutants :
L’équipe de l’Institut

Coran, sunnisme, chiisme, soufisme, charia, wahhabisme, Frères musulmans, salafisme, mosquées, laïcité, djihadisme… Comprendre le sens de ces mots est nécessaire pour suivre l’actualité.
À la fois religion et système politique, l’islam/Islam est un fait complexe, souvent mal appréhendé. Jacques Huntzinger, ancien ambassadeur de France, offre ici une initiation claire et approfondie, pour mieux saisir les réalités de l’islam, en nous plongeant dans son histoire : le Prophète à La Mecque et à Médine, le temps des conflits, le choc avec l’Europe, les premières expériences de laïcité, le grand débat sur la réforme jusqu’à la naissance de l’idéologie islamiste issue du fondamentalisme…

Jacques Huntzinger est directeur de recherches au Collège des Bernardins.

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-030517

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : E. Dianteill & M. Löwy pour « Le sacré fictif : sociologies et religion : approches littéraires »

Les mercredis de l’IESR

19 avril 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Maison des Sciences de l’Homme, salle 9
54 boulevard Raspail, Paris 6e  [Métro Sèvres-Babylone ou Rennes]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-190417
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Erwan Dianteill
Michael Löwy
pour
Le sacré fictif : sociologies et religion : approches littéraires

Discutants :
Isabelle Saint-Martin
Renaud Rochette

La littérature peut-elle contribuer de façon significative, et peut-être mieux que la sociologie, à la connaissance de la réalité sociale ? Peut-elle même apporter des éclairages qui vont au-delà des acquis des sciences sociales ?
À travers l’étude de différents textes littéraires, de Huysmans à Ahmadou Kourouma, de Brecht à Umberto Eco, de Borges à Alison Lurie, les auteurs explorent les richesses du corpus littéraire quand il s’agit de comprendre les phénomènes religieux.
À l’occasion de la sortie de leur livre, venez échanger avec Erwan Dianteill et Michael Löwy autour de ces questions.

Erwan Dianteill est directeur du Centre d’anthropologie culturelle – CANTHEL (EA 4545) et professeur à l’université Paris-Descartes.

Michael Löwy est directeur de recherches émérite au CNRS.

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-190417

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : M. A. Amir-Moezzi, A. Le Boulluec, P. Lory pour « L’Ésotérisme shi’ite : ses racines et ses prolongements »

Les mercredis de l’IESR

22 mars 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 117
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-220317
Entrée libre dans la limite des places disponibles

L’Esotérisme shi’ite : ses racines et ses prolongements

Présenté par :
Mohammad Ali Amir-Moezzi
Alain Le Boulluec
Pierre Lory

 

 

L’islam shi’ite a donné naissance à un ésotérisme fondé sur la figure du Guide et la dialectique de l’apparent et du caché.
Comment cet ésotérisme shi’ite s’est-il développé ? Quels en sont les racines pré‑islamiques, les principales doctrines et les prolongements ?
Les contributeurs de cet ouvrage répondent à ces questions  autour d’un arc chronologique très large allant de l’antiquité à la période moderne.

Venez rencontrer Mohammad Ali Amir-Moezzi (directeur de la publication), Alain Le Boulluec et Pierre Lory qui s’interrogeront autour de ces problématiques à l’occasion de la présentation de ce livre.

Mohammad Ali Amir-Moezzi est directeur d’études à l’École pratique des hautes études et membre statutaire du Laboratoire d’Études sur les Monothéismes (LEM | EPHE).

Alain Le Boulluec est directeur d’études honoraire à l’École pratique des hautes études, section des sciences religieuses et membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM | EPHE).

Pierre Lory est directeur d’études à l’École pratique des hautes études et membre statutaire du Laboratoire d’Études sur les Monothéismes (LEM | EPHE).

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-220317

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : J-P Martin pour « La ligue de l’enseignement : une histoire politique (1866-2016) »

INFORMATION IMPORTANTE : En raison d’un soucis de santé, l’événement est reporté à une date ultérieure. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

 

Les mercredis de l’IESR

8 mars 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 117
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]

Intéressé ? Inscrivez-vous
Entrée libre dans la limite des places disponibles


Jean-Paul Martin
pour
La ligue de l’enseignement : une histoire politique (1866-2016)

Discutant : Philippe Gaudin

 

L’école publique gratuite, obligatoire et laïque est de nos jours une véritable institution. Mais comment ces principes sont-ils entrés en vigueur ? Notamment grâce à l’action du mouvement d’éducation populaire créé en 1866 par Jean Macé.
Aujourd’hui, la Ligue de l’enseignement est l’un des plus grands réseaux associatifs français dans le champ de ce qu’on appelle l’éducation populaire. Comment cette ligue s’est-elle constituée et a-t-elle évolué dans la société ? Comment a-t-elle participé à l’avènement et aux transformations de la laïcité ?
Venez rencontrer Jean-Paul Martin, auteur du livre paru à l’occasion des 150 ans de la Ligue, qui dressera un portrait historique et politique de cette confédération d’associations.

Jean-Paul Martin a enseigné à l’université Lille 3 et est membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL|CNRS|EPHE)

 

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : Didier Leschi pour « Misère(s) de l’islam de France »

Les mercredis de l’IESR

22 février 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 123
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-220217
Entrée libre dans la limite des places disponibles

D-Leschi

Didier Leschi
pour
Misère(s) de l’islam de France

Discutant : Philippe Gaudin

 

couverture-miseres-islam

L’islam de France est-il dans une impasse ? La laïcité est-elle en échec ? La République a-t-elle faibli ?
« Il est quelque chose de pathétique dans la présente situation de l’islam en France ». Cette première phrase du livre donne le ton de la réflexion de l’auteur autour d’un état des lieux de l’islam de France.
Didier Leschi – ancien chef du Bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur et, à ce titre, l’un des artisans du Conseil français du culte musulman (CFCM) -, dresse un bilan évoquant tour à tour la construction des mosquées, le port du voile, la diffusion du salafisme, l’apparition du djihadisme, le rôle des imams et des intellectuels.
Venez rencontrer Didier Leschi, qui propose dans son essai, après des clarifications et des distinctions, des pistes très concrètes, praticables et toniques pour sortir de l’impasse.

Didier Leschi est directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Il a été auparavant préfet pour l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis.

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-220217

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : Dominique Iogna-Prat pour « Cité de Dieu, cité des hommes»

Les mercredis de l’IESR

18 janvier 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 117
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre dans la limite des places disponibles

dip

Dominique Iogna-Prat
pour
Cité de Dieu, cité des hommes

Discutant : Christophe Grellard

 

couv-cite-dieu-iognaprat

 

De quand dater l’avènement de l’autonomie humaine dans l’édification, en contexte urbain, de la «  cité », c’est-à-dire du cadre bâti de la société ? De quand dater et comment expliquer le passage de la « cité » de Dieu, à une dissociation des registres et à l’autonomie urbaine de la société chrétienne ?

 

Venez rencontrer Dominique Iogna-Prat qui s’interroge sur ces problématiques à l’occasion de la présentation de son dernier livre.

Dominique Iogna-Prat, est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (ÉHESS).

Plus d’informations