État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda

Une proposition pour un status quaestionis sur l’étude des manuels scolaires et l’enseignement sur les religions

Par Mariachiara Giorda, Université de Turin (version pdf : etatquestionMCG2013)

L’attention portée aux études concernant les religions et leur enseignement est plutôt vive aujourd’hui ; dans la même mesure, on peut constater une certaine vivacité du débat sur la didactique des religions et plus précisément de l’histoire des religions[1]. À cet égard, on peut mentionner par exemple le projet L’enseignement de l’histoire en perspective qui offre un aperçu des changements qui ont marqué l’Europe depuis 1949 et fait état des réponses que le Conseil de l’Europe a données à ces transformations[2]. Il faut notamment signaler un projet entamé en 2012, intitulé L’Image de l’autre dans l’enseignement de l’histoire[3] qui a comme objectif la promotion, par des mesures de politique éducative et par des propositions de stratégies et de méthodes, d’un enseignement et d’un apprentissage de l’histoire adaptés au caractère de plus en plus diversifié des sociétés européennes au plan culturel et religieux. Cet enseignement contribuerait ainsi à favoriser la réconciliation, la reconnaissance, la compréhension et la confiance mutuelle entre les cultures et les conceptions du monde et au dépassement des stéréotypes et des préjugés en promouvant les valeurs de tolérance, d’ouverture et de respect, les Droits de l’Homme et la démocratie. Continuer la lecture de « État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda »

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Femmes dans les Amériques : appel à communications

L’Institut des Amériques (IdA), en partenariat avec le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER, AMU) et avec le soutien de SciencesPo Aix, du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, AMU) du Laboratoire Interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales (LID2MS, AMU) et du Centre d’Etudes mexicaines et centraméricaines (CEMCA), propose pour la 11e édition de son Congrès annuel, de réfléchir sur la thématique Femmes dans les Amériques.

Il se tiendra du 4 au 6 décembre 2013 dans les locaux d’Aix-Marseille Université (Maison de la Recherche-Centre Schuman). Il se déroulera en français, en anglais et en espagnol et débouchera sur plusieurs publications à caractère international.

Un appel à communications est lancé, la date limite de réception des propositions est fixée au 1er avril 2013. Pour plus d’informations, voir le texte de l’appel en françaisanglais et espagnol ou le site internet du congrès.

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

“Mahomet, histoire d’un arabe”

Par Louis HOURMANT

Mercredi 9 janvier 2013, à l’Institut européen en sciences des religions, Jean-Marc Tétaz présenta l’ouvrage de Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe. Invention d’un prophète, qu’il a traduit. Les questions abordées par Jean-Marc Tétaz et par Mohammad Ali Amir-Moezzi, le discutant, ne pouvaient manquer d’intéresser les chercheurs mais également les enseignants. Pour ceux qui n’ont pas pu assister à cette présentation ou qui aimeraient se rappeler ce qui s’est dit, en voici un compte rendu, de la main de Louis Hourmant. Continuer la lecture de « “Mahomet, histoire d’un arabe” »

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

École et enseignement des faits religieux en Europe

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Les 20-22 septembre 2012, l’Institut européen en sciences des religions a organisé un colloque international au Centre International d’études pédagogiques à Sèvres sur « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes ».

Il s’agissait de reprendre 10 ans après le rapport de Régis Debray au ministre de l’Éducation Jack Lang et un an après le colloque de la DGESCO l’analyse comparée à l’échelle européenne des aspects précis de l’enseignement des faits religieux, à savoir ses objectifs, les programmes qui le délimitent et le matériel pédagogique utilisé. Continuer la lecture de « École et enseignement des faits religieux en Europe »

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Des lycéens discutent du sacré, du profane et de la laïcité

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Abbaye de Fontevraud, jeudi 7 et vendredi 8 juin 2012 : 1 journée et demie bien remplie pour des lycéens (2nde et 1es) venant de deux lycées de la région. Ce court séjour clôture une année de projet avec leur enseignant d’histoire et un enseignant de philo. Le projet est issu du Programme d’actions éducatives des Pays de la Loire et avait pour thème “Dialogue interculturel entre les religions”, un thème que les enseignants n’ont pas trouvé évident de traiter, ce que je peux comprendre. La formulation serait à revoir.

Après avoir visité l’abbaye, les jeunes ont fait la restitution de leur travail. J’y ai assisté et j’ai trouvé cela vraiment bien (sachant la difficulté du sujet et le temps qu’ils avaient). Un premier groupe s’est concentré sur l’abbaye elle-même et s’est interrogé sur la dialectique sacré / profane, en rapport avec les notions d’espace (ouvert, fermé), de beauté (le sacré, est-ce toujours ce qui est beau ?). La mise en scène quasi théâtrale était étudiée et captivante. Le power point effectué était de qualité et mériterait d’être valorisé ! sur un site académique.

Le second groupe avait confectionné plusieurs panneaux sur la laïcité. Après les avoir présenté, ils ont mis en scène un débat autour de la question “la laïcité facilite-t-elle le dialogue interculturel ?” Le débat fut animé, mais toutes les interventions furent écoutées avec respect. À retenir : une vision assez négative de la laïcité, avec des idées fausses (concernant la relation à la tolérance, l’idée que la laïcité invite à se cacher…). Ce débat fut donc intéressant par sa qualité, mais aussi parce qu’il révèle certaines fausses idées qu’il faut connaître pour améliorer les formations futures.

L’après-midi s’est terminé par trois heures d’atelier culturel pour les élèves (danse, chant, théâtre), avec restitution en soirée. Les jeunes m’ont “bluffée”, excusez-moi pour le terme, mais c’est vraiment cela, pour la qualité de leur restitution ! Ils étaient exceptionnels !

Après cette journée bien remplie, le lendemain, conférence par moi-même sur “Sacré, profane, laïcité” (c’était la commande !), un sujet bien vaste, que j’ai abordé en parlant de l’Antiquité, et du sacré / profane dans l’Antiquité. Puis, la parole fut donnée à M. É, inspecteur de philosophie à Nantes, sur la laïcité. Nous avons essayé l’un et l’autre de corriger certaines idées fausses et surtout de leur donner des éléments pour mûrir et approfondir leur propre réflexion. Nous avons dû les intimider ; à part un jeune, les autres n’ont pas osé s’exprimer et dialoguer avec nous.

Bilan de cette journée et demie : très bien, à recommencer, avec un sujet peut-être plus abordable, ce qui devrait être fait selon les dernières discussions.

 

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseigner “Les débuts de l’islam”

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Le mercredi 7 mars 2012 eut lieu à l’IESR la Présentation de “Le Coran silencieux et le Coran parlant” par M. A. Amir-Moezzi à l’IESR le 7 mars 2012.  Il s’agit d’un livre érudit fondé sur l’enseignement que Mohammed A. Amir-Moezzi assure à l’École Pratique des Hautes Études. L’ouvrage, et la présentation qu’en a faite l’auteur a insisté sur ce point, est original en deux points : faire entrer les sources shiites dans les études scientifiques sur les débuts de l’islam (or jusqu’à présent, souvent, ces sources ne sont pas prises au sérieux), des sources qui, comme le dit l’auteur lui-même lors  de la présentation du 7 mars 2012, permettent d’introduire une distance par rapport à l’histoire de la genèse de l’islam ; étudier l’articulation entre l’histoire des guerres du début de l’islam et l’histoire de la rédaction du Coran. Comme le fait remarquer l’auteur, les acteurs de ces deux phénomènes sont souvent les mêmes. Les violences civiles accompagnent l’élaboration des écritures saintes.

Nous ne pouvons que conseiller les enseignants d’histoire de lire cet ouvrage ou du moins d’en lire quelques-unes des pages (en particulier l’introduction et la conclusion). En effet, il pourrait les aider à aborder le chapitre sur “Les débuts de l’islam” en 5e, où il est recommandé de commencer par parler des guerres puis de l’apparition de la nouvelle religion et la rédaction du Coran. En ayant en tête l’articulation mentionnée par Mohammed A. Ali-Moezzi, ils arriveront peut-être à mieux expliquer ces phénomènes aux élèves. Irons-nous jusqu’à leur conseiller de proposer quelques sources shiites aux élèves, à côté des sources traditionnellement proposées dans les manuels ?

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseigner “Les débuts du judaïsme”

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 4 avril 2012, s’est tenue à l’IESR une très belle présentation de l’ouvrage Le judaïsme ancien, du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère : des prêtres aux rabbins, PUF, 2012 (voir Présentation de “Le judaïsme ancien, du VIe s. avant notre ère au IIIe s. de notre ère : des prêtres aux rabbins” par S. C. Mimouni à l’IESR le 4 avril 2012). Elle a été faite conjointement par l’auteur lui-même, Simon C. Mimouni, Gilles Dorival et M.-F. Baslez. De la discussion, très riche, qui s’est faite autour du livre, nous ne retiendrons que les remarques pouvant intéresser directement les enseignants (d’histoire mais aussi de français). Continuer la lecture de « Enseigner “Les débuts du judaïsme” »

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Quelques remarques sur l’enseignement des faits religieux en Europe

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Aujourd’hui, lundi 2 avril 2012, réunion du réseau européen de l’IESR. Chacun des membres a fait une brève présentation de la question “enseignement des faits religieux” dans son pays ou sa région (Allemagne, Belgique-Flandres, Angleterre, Danemark, Italie, Suisse et France). Ces présentations ont à nouveau montré la variété des réponses apportées ou envisagées par chaque pays. En Angleterre, pendant plusieurs années, il y a eu un débat sur la nécessité de maintenir une “Religious Education”; il est intéressant de noter que l’argument avancé par les médias et les parlementaires est un argument culturel, tandis que les spécialistes avancent l’argument du développement personnel ; ainsi, plusieurs formes de “Religious Education” se sont développées (pour le développement spirituel, pour le développement moral, pour mieux comprendre les autres). A l’inverse, la Suisse semble s’acheminer vers une homogénéisation en la matière.

Néanmoins, au-delà, ce sont des épistémologies différentes. Une approche théologique est-elle forcément confessionnelle ? Une approche scientifique est-elle incompatible avec un engagement personnel ? Quel est le modèle ? Religious studies ou histoire des religions ? Ce modèle change selon les pays, et il serait intéressant d’en avoir plus conscience ou que les enseignants en aient conscience.

L’attention a été portée aussi sur le vocabulaire, comme tolérance, vivre-ensemble, etc. qui relèvent de rhétoriques différentes.

Un colloque aura lieu à Sèvres en septembre pour approfondir ces questions. R

A bientôt

irel

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search