“Penser le judaïsme” et “En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme” présentations et débat avec Jean-Christophe Attias et Delphine Horvilleur

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR, Jean-Christophe Attias présentera “Penser le judaïsme” (CNRS Éditions, 2013) et Delphine Horvilleur “En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme” (Grasset, 2013).

Discutant : Philippe Gaudin (IESR-EPHE)

Couv. "Penser le judaisme" / J.C. Attias
Source : CNRS Éditions

Présentation de l’éditeur:

Penser le judaïsme surprendra par sa liberté de ton. Cultivant à la fois empathie et distance critique vis-à-vis de son objet d’étude, Jean-Christophe Attias livre là une œuvre à la fois érudite et personnelle.

Loin des tentations du repli communautaire, pas davantage enclin à sacrifier à la frilosité du savant, il n’explore pas seulement le passé du judaïsme. Il interroge aussi son présent et s’inquiète de son avenir. Il le pense à la fois en chercheur, en Juif et en citoyen. Quitte à toucher des questions explosives, impasses du dialogue interreligieux ou ambiguïtés des rapports entre judaïsme et sionisme.

Un plaidoyer pour une approche audacieuse et exigeante du judaïsme, affrontant sans complexes les grands défis de l’heure.

Jean-Christophe Attias, “Penser le judaïsme ” (CNRS Éditions, 2013)

 

Couv. "En tenue d'Eve" / D. Horvilleur
Source : Grasset

Présentation de l’éditeur:

Les discours religieux fondamentalistes actuels expriment une obsession croissante de la pudeur des femmes. Réduite aux parties de son corps susceptibles d’éveiller le désir, la femme est « génitalisée » à outrance. Faut-il alors couvrir sa nudité ? Faut-il la renvoyer à son destin : le voilement ?

Delphine Horvilleur analyse successivement les sens de la pudeur et de la nudité, l’obsession du corps de la femme et sa représentation comme “être orificiel” pour proposer une autre interprétation de la tradition religieuse. Elle met à mal les lectures qui font de la femme un être tentateur, et de la pudeur l’instrument de sa domination. Ainsi nous montre-t-elle comment la nudité recouverte d’Adam, d’Eve ou de Noé, renvoie à une culture du désir et non à une volonté de le tuer. Comment le voile est à l’origine destiné, non à rejeter, mais à approcher l’autre. Comment le féminin concerne aussi les hommes qui endossent, dans la prière et la pratique judaïques, les attributs des femmes et du maternel. On découvre alors, dans cette plongée au cœur des grands monothéismes, un autre visage de la femme, de la pudeur, et de la religion.

Delphine Horvilleur, “En tenue d’Eve : féminin, pudeur et judaïsme” (Grasset, 2013)

Mardi 20 mai 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.