“Servir Dieu en temps de guerre (…)” et “L’Église et la Grande Guerre”, présentations par Séverine Blenner-Michel, Jacqueline Lalouette, Olivier Chaline et débat

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR :

Séverine Blenner-Michel et Jacqueline Lalouette présenteront Servir Dieu en temps de guerre. Guerre et clergés à l’époque contemporaine, XIXe-XXIs. (Armand Colin, 2013)

Olivier Chaline présentera L’Église et la Grande Guerre (numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4, 227-228, mai-août 2013)

Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergé à l'époque contemporaine, XIXe-XXe siècles
Source : Armand Colin

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage consacré aux clergés en temps de guerre offre une synthèse couvrant plus de deux siècles, des guerres napoléoniennes aux opérations en Afghanistan.

Les auteurs, dont les contributions, précédées d’une introduction de Philippe Portier, sont ici réunies, se sont intéressés aux fonctions, aux actions, aux engagements patriotiques et idéologiques des membres des cultes reconnus durant les divers conflits étudiés, parmi lesquels la Première Guerre mondiale tient une place importante.

L’ensemble permet de dégager de grandes évolutions tenant à divers facteurs. La politique laïque de la République met fin aux immunités canoniques des clercs et les soumet à « l’impôt du sang » ; avec la loi de séparation des Églises et de l’État disparaît l’obligation de réciter des prières et d’organiser des cérémonies pour appeler les succès des armées et remercier Dieu pour les victoires. Mais les évolutions tiennent aussi aux clercs eux-mêmes, qui n’hésitent pas à suivre leur conscience, comme le montrent certains parcours individuels durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

BLENNER-MICHEL Séverine, LALOUETTE Jacqueline (dir.) Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergés à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles) (Armand Colin, 2013)

L'Eglise et la Grande Guerre, revue Communio, tome XXXVIII, 4/5, 237-238, mai-août 2013
Source: Communio

Présentation :

1914-1918 : la grande mêlée de peuples commencée en Europe et étendue aux dimensions du monde reste cent ans après un abîme de contraires et de paradoxes. Loin d’y échapper, les catholiques en offrent une saisissante illustration. L’unité de l’Église est mise à rude épreuve par les frères ennemis tandis que Benoît XV, père attendu et récusé, appelle vainement à la négociation et énonce les conditions d’une paix véritable que les traités seront incapables de faire advenir. L’échec du pape marque aussi son retour sur la scène internationale.

Partageant le sentiment général d’une juste guerre, les catholiques des pays belligérants ont conscience de devoir servir leurs patries respectives tout autant que leur commune Église. La lutte qui les sépare de leurs coreligionnaires ennemis conduit certains d’entre eux vers leurs compatriotes et alliés d’autres religions. Elle contribue parfois à les réintégrer à la vie politique.

L’horreur du front rend souvent plus présente la figure du Crucifié et c’est sous la croix que reposent tant de morts européens. La guerre ne provoque pas un « réveil » religieux durable mais fait naître les totalitarismes et prépare de nouvelles tragédies. Pire, la paix attise le désir de revanche en même temps qu’elle aveugle les vainqueurs sur des périls bien plus grands qu’en 1914. Pourtant, la grande épreuve jette aussi les semences d’improbables rapprochements : œcuménisme, lutte au nom du Christ contre les totalitarismes, pardon mutuel et refus du cycle sans fin de la vengeance.

L’Église et la Grande Guerre, numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4,227-228, mai-août 2013

Mercredi 29 janvier 2014, à 18h, au Bâtiment France, salle 117 :

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.