Allègement des programmes d’histoire

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Le 19 septembre 2013, le Conseil supérieur de l’éducation a rendu, selon l’AFP, un avis favorable à l’allègement des programmes d’histoire.

Saluons cette décision ; en effet, tout le monde s’accordait à dire que les programmes d’histoire étaient beaucoup trop chargés et que certaines questions étaient difficiles à aborder en peu de temps.

Nous pourrions seulement regretter que la décision soit tardive. Alors que tout au long de l’année passée, des critiques se sont élevées au cours de la mise en oeuvre des programmes et qu’une pétition a récolté de nombreuses signatures en juin dernier, les rumeurs d’un allègement ont percé dans la presse dès les premiers jours du mois de septembre, avant que la décision finale ne soit prise le 19. La rentrée est déjà loin ; or l’une des questions censées disparaître (le patrimoine, en Terminale) est abordée en premier dans l’année scolaire. Certains enseignants l’ont de ce fait préparée, ne voulant pas se fonder sur les seules rumeurs. Mais encore à ce jour, plusieurs ne savent toujours pas à quoi s’en tenir, car si une décision a été prise sur le principe, le site éduscol ne donne toujours pas une nouvelle version des programmes.

Au-delà de ces questions pratiques, mais au demeurant importantes, l’allègement était nécessaire. L’arbitrage, sûrement difficile. En classe de Terminale, cela devrait aboutir à la fin des deux chapitres sur le patrimoine et sur « religion et société aux États-Unis depuis 1880 », ces deux chapitres permettant de traiter des faits religieux. La décision ne repose pas sur une prise de position contre l’enseignement des faits religieux (il n’en est d’ailleurs jamais question), mais sur le fait que ces deux chapitres sont nouveaux et difficiles, en particulier celui sur le patrimoine. Je trouve dommage l’éviction du chapitre sur les États-Unis, car je pense qu’il aurait apporté des éléments pour mieux comprendre la place de la religion dans ce pays et pour mieux lutter contre certains clichés. Plusieurs académies avaient investi dans l’organisation de formations sur ce thème.

Cette opinion, toute personnelle, ne remet pas en cause la nécessité de l’allègement et au-delà la nécessité d’une réflexion nouvelle sur les programmes. Le ministre a appelé à une telle réflexion en vue de l’élaboration de nouveaux programmes d’ici à 2017. Cela devrait donner le temps d’une réflexion approfondie (en espérant qu’elle ne soit pas parasitée par des débats politiques notamment à l’approche de la prochaine élection présidentielle en 2017) qui devrait porter sur le contenu mais aussi sur la pédagogie et les méthodes. Si les contenus sont nécessaires et importants, tout aussi capitale est la capacité à réfléchir, à percevoir la pluralité des points de vue, etc. Que veut-on apprendre aux jeunes ? Espérons que ce long temps réflexif sera productif ; espérons aussi qu’il permette d’élaborer des ressources, afin que celles-ci ne soient pas publiées plusieurs mois après l’officialisation des programmes.

Il ne faudrait pas oublier non plus les faits religieux lors de la prochaine discussion sur les programmes, en particulier parce que nous avons encore à apprendre comment certaines sociétés anciennes ont géré le multiculturalisme et la coexistence entre plusieurs communautés religieuses. Nous pensons à l’Empire romain et nous renvoyons aux propos de John Scheid dans Le Point (juin 2013: voir ici) et à son dernier livre Les Dieux, l’État et l’individu (Paris, 2013).


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *