État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda

Une proposition pour un status quaestionis sur l’étude des manuels scolaires et l’enseignement sur les religions

Par Mariachiara Giorda, Université de Turin (version pdf : etatquestionMCG2013)

L’attention portée aux études concernant les religions et leur enseignement est plutôt vive aujourd’hui ; dans la même mesure, on peut constater une certaine vivacité du débat sur la didactique des religions et plus précisément de l’histoire des religions[1]. À cet égard, on peut mentionner par exemple le projet L’enseignement de l’histoire en perspective qui offre un aperçu des changements qui ont marqué l’Europe depuis 1949 et fait état des réponses que le Conseil de l’Europe a données à ces transformations[2]. Il faut notamment signaler un projet entamé en 2012, intitulé L’Image de l’autre dans l’enseignement de l’histoire[3] qui a comme objectif la promotion, par des mesures de politique éducative et par des propositions de stratégies et de méthodes, d’un enseignement et d’un apprentissage de l’histoire adaptés au caractère de plus en plus diversifié des sociétés européennes au plan culturel et religieux. Cet enseignement contribuerait ainsi à favoriser la réconciliation, la reconnaissance, la compréhension et la confiance mutuelle entre les cultures et les conceptions du monde et au dépassement des stéréotypes et des préjugés en promouvant les valeurs de tolérance, d’ouverture et de respect, les Droits de l’Homme et la démocratie.

Toutefois, en Europe, les chercheurs qui s’occupent de la didactique de l’histoire des religions et des faits religieux dans les manuels scolaires restent de nos jours peu nombreux.

Pour trouver une recherche sur ce sujet, il faut remonter aux années 1970 quand, dans le cadre de séminaires et journées d’études, les manuels scolaires d’histoire ont été analysés dans une perspective théologique et plus précisément dans celle de la religion chrétienne. En 1969, le Conseil de l’Europe donna son appui à la Volkswagen Stiftung pour constituer, au cours des années suivantes, une équipe d’experts (d’histoire des religions) afin d’examiner la présentation et le traitement, dans les manuels scolaires, des religions et de l’Église à différentes époques de l’histoire européenne (les époques ancienne et médiévale, l’âge de la réforme protestante et chrétienne, l’époque moderne et contemporaine)[4].

Le premier colloque consacré à l’Église ancienne eut lieu à Brunswick en Allemagne en septembre 1971 ; un deuxième – organisé avec le concours du Conseil de l’Europe et du Saint-Siège – suivit l’année suivante pour présenter les travaux de recherche dirigés par Albert D’Haenens ; à cette occasion, Geoffrey Parrinder exposa un premier rapport d’encadrement où il tâchait de délimiter la place occupée par la religion dans l’histoire de l’humanité dans le cadre de la didactique de l’histoire[5].

Deux autres congrès, organisés à l’Institut de Brunswick en 1973 et en 1975, visaient à discuter la présentation des Réformes protestante et catholique dans les manuels scolaires d’histoire.

Ce n’est que récemment qu’une recherche transnationale menée par le Georg Eckert Institut de Brunswick a produit les premières analyses des présentations de l’Islam dans les manuels d’histoire en Allemagne, Autriche, France, Espagne et Angleterre et des stéréotypes qui la caractérisent. Fondée sur l’examen de 27 manuels scolaires, l’étude No Chance of Belonging? Islam and Modern Europe Remain Segregated in European Textbook a mis en évidence la manière de représenter le monde islamique (l’Islam) de façon partiale et statique sans rendre aucunement justice à sa richesse culturelle et à sa complexité[6]. Il faut noter que l’Italie demeure absente de cette équipe de recherche.

Une autre étude significative sur la représentation de l’Islam dans les manuels scolaires a été rédigée par Jonas Otterbeck de l’Université de Malmö[7]. Cette recherche, fondée sur l’analyse de huit manuels scolaires adoptés dans les lycées de Malmö (troisième ville de Suède par le nombre d’habitants), a permis de relever la tendance à représenter l’Islam de façon très superficielle par le recours à deux images opposées du monde islamique : d’un côté, l’imaginaire exotique déjà discuté par Edward Saïd dans son livre Orientalism (1978 ; trad. fr. L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, 1980) ; de l’autre, une représentation négative qui identifie implicitement l’Islam au fondamentalisme islamique.

Un ouvrage collectif consacré à la « Religious Education » à l’école ou aux « Religious Studies à l’université est en cours de publication  sous la direction de Bent-Ove Andreassen et James A. Lewis. Les contributions recueillies proposent des réflexions sur la situation aux États-Unis, au Canada, en Angleterre, en Suisse, en Suède, au Danemark, en Norvège, au Japon et en Australie[8].

Cette ligne de recherche est développée en Angleterre notamment par le Warwick Religions and Education Research Unit (WRERU)[9]. Le WRERU est réputé au niveau international pour ses recherches dans le domaine scolaire et éducatif et pour les différents projets consacrés aux manuels scolaires. Parmi ceux-ci, il faut signaler l’importante et ambitieuse étude Materials used to Teach about World Religions in Schools in England commandée par le Departement for Children, School and Families. Cette étude, publiée en 2010, comporte une analyse qualitative et quantitative des matériels utilisés dans les écoles anglaises pour l’enseignement des grandes religions (World Religions) dans les cours de religion. Le but de cette recherche menée entre 2008 et 2009 était d’étudier dans quelle mesure les manuels scolaires contribuent au développement d’une cohésion sociale entre les différentes religions qui appartiennent désormais à l’héritage culturel du Royaume-Uni.


[1] F. Pingel (éd.), Insegnare l’Europa. Concetti e rappresentazioni nei libri di testo europei, Turin, Edizioni della Fondazione Giovanni Agnelli, 2003.

[2] Voir : http://www.coe.int/t/dg4/education/historyteaching/perspective/perspectiveintro_FR.asp.

[3] http ://www.coe.int/t/dg4/education/historyteaching/Projects/Image/ImageIntro_fr.asp

[4] M. Bendiscioli, « La religioni nei manuali scolastici di storia dell’Europa Occidentale », dans Pedagogia e Vita n. 6(agosto-settembre 1975), p. 625-642, p. 626.

[5] La Religion dans les manuels scolaires d’histoire en Europe: Actes du Symposium organise a Louvain du 18 au 23 septembre 1972 par le Saint-Siège  sous les auspices du Conseil de la Coopération culturelle du Conseil de l’Europe, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 1974 ; M. Bendiscioli, « La religioni nei manuali  scolastici di storia dell’Europa Occidentale », art. cit., p. 637-638.

[6] Voir http://www.gei.de/. K. Spenlen, S. Kröhnert-Othmann (Hg.), Integrationsmedium Schulbuch. Anforderungen an islamischen Religionsunterricht und seine Bildungsmaterialien, Göttingen, V&R Uni press, 2012. (The working group for Religion resulted from the amalgamation of the former working groups Pictures and Globalisation in spring 2012) : http://www.gei.de/en/research/arbeitsbereich-religion.html. Voir aussi L. Cajani (éd.), Conciedo al otro, el islam y Europa en sus manuales de historia, Madrid, Santillana, 2008 et A. Jödicke, Das Islambild in den Schulbüchern der Schweiz, Zürich, Pano, 1997.

[7] J. Otterbeck, « What is Reasonable to Demand? Islam in Swedish Textbooks », Journal of Ethnic and Migration Studies 31.4 (2005), p. 795-812.

[8] B.O. Andreassen, J. C. Lewis, Textbook Gods, Berlin, de Gruyter, 2013.

[9] WRERU: http://www2.warwick.ac.uk/fac/soc/wie/research/wreru/research/completed/dcsf). Voir : L. Francis, J. M. Robbins, « Teaching secondary RE at faith schools in England and Wales: Listening to the teachers », Journal of Beliefs and Values 32.2 (2011), p. 219-233.


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda »

  1. Merci beaucoup de vos efforts à propos de l’étude:
    État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda
    Posted on 09/04/2013 by Anna Van den Kerchove.
    C’était aussi une occasion pour consulter d’autres sujets sur ce site Le Carnet de l’IESR.
    Je resterai connecté à ces études .
    Cordialement.
    A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.