Hommage à Evelyne Martini

Image1

Evelyne Martini, membre du Conseil de direction de l’IESR, nous a quittés samedi 23 mars 2013. Elle nous avait accompagnés depuis les origines de l’institut, où elle a été essentielle pour nous aider à penser la place des faits religieux dans l’enseignement des lettres. Elle laisse un grand vide, nous n’oublierons ni son talent, ni son exigence, ni son amitié.

Agrégée de Lettres modernes, inspectrice d’Académie, inspectrice pédagogique régionale de Lettres à l’Académie de Paris, Evelyne avait une énergie qui s’exprimait dans bien des domaines (écrivain, hispanisante, passionnée par la culture et la religion indiennes, présidente de la Conférence mondiale des religions pour la Paix…). Nous n’évoquerons ici que son investissement pionnier dans le domaine de l’enseignement des faits religieux à l’école publique.

Impliquée dans ces questions dès le colloque de Besançon, Enseigner l’histoire des religions dans une démarche laïque, en 1991, membre du bureau de l’Association Religions, Laïcité, Citoyenneté (présidée par l’inspecteur général J. Carpentier), elle avait mené, lorsqu’elle enseignait au lycée Jean Rostand de Villepinte, une expérience de formation continue novatrice au sein de l’Éducation nationale, dont il est resté un livre : S’initier aux religions (dir. avec F. Boespflug, Cerf, 1999). Devenue inspectrice, elle n’a cessé de chercher à promouvoir une meilleure prise en compte des faits religieux dans l’enseignement. Membre du Conseil de direction de l’IESR dès sa création, en 2002, elle a mis en place un groupe de travail sur la place des faits religieux dans l’enseignement des Lettres. Elle est intervenue dans de nombreux colloques et ouvrages sur les faits religieux et la laïcité et a dirigé notamment, à la suite de rencontres dans l’Académie de Créteil, 1905-2005, un siècle de laïcité en France (Scérén-CRDP, 2005) ainsi que Connaissance du monde juif (dir. avec G. Rabinovitch, Scérén-CRDP, 2008).

Parmi les nombreuses formations de l’IESR auxquelles elle a participé, citons « Traditions orientales, les raisons d’une fascination » dans Comprendre les faits religieux (Scérén-CRDP, 2009) et sa contribution à la collection Récits primordiaux, « Vision de l’au-delà en Inde » dans Récits de la mort et de l’au-delà (La Documentation française, 2010). Présente en septembre 2012 lors du colloque « École et enseignements des faits religieux en  Europe » (IESR-CIEP), elle avait exposé ses ambitions pour une véritable lecture des dimensions religieuses des œuvres littéraires, dans la suite de ce qu’elle prônait dans « Enseigner les textes fondateurs » (Le Français aujourd’hui, n° 155, 2006).

Mais c’est plus encore dans son livre témoignage Notre école a-t-elle un cœur ? (Bayard 2010, p. 95) que l’on peut entendre sa voix :

« Il faut que le professeur aime avant tout lire et relire ces œuvres qu’il veut faire connaître. Aller au plus savoureux, au plus chaleureux du livre, pour ensuite le partager selon des modalités variables. Accompagner vers la lecture en racontant, en traduisant, en associant à du reconnaissable avant de lancer dans du moins connu. Le professeur doit être un conteur acharné. Ne faire que ça, pourrait-on dire. Chanter les récits. Enivrer de récits. Et ce faisant dire la vie, la vie possible et possiblement palpitante de chacun. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *