Alfonso PEREZ-AGOTE pour “Portraits du catholicisme, une comparaison européenne” (PUR, 2012) et Céline BERAUD, Frédéric GUGELOT et Isabelle SAINT-MARTIN, pour “Catholicisme en tensions” (EHESS, 2012)- Mercredi 20 février 2013, à 18h30, à l’IESR

 

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Alfonso Perez-Agote présentera Portraits du catholicisme, une comparaison européenne (PUR, 2012) et Céline Beraud, Frédéric Gugelot et Isabelle Saint-Martin présenteront Catholicisme en tensions (EHESS, 2012).

  • Les discutants seront Danièle Hervieu-Léger (EHESS) et Guillaume Cuchet (Lille3, IUF)

Mercredi 20 février 2013, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à gauche de l’entrée principale)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

PEREZ-AGOTE Alfonso (dir.), Portraits du catholicisme, une comparaison européenne. PUR, 2012

Image1L’Europe occidentale, nous dit-on, est le théâtre privilégié de la sécularisation et du désenchantement du monde. Mais qu’en est-il vraiment du rapport entre la modernité et l’effacement du religieux à l’horizon des sociétés contemporaines ? La perte d’emprise des institutions ecclésiales signifie-t-elle la fin des croyances religieuses? Quelle place le catholicisme occupe-t-il encore au sein de cultures qu’il a contribué à façonner ? Qu’advient-il de ses structures, de sa présence à l’actualité, de sa capacité à peser dans le débat public ou dans les pratiques privées de nos contemporains ? En un mot, quel rôle nos sociétés assignent-elles à un “religieux” dont on n’en finit pas d’annoncer à la fois la disparition et le retour ? De 2006 à 2012, ces questions ont été au centre des travaux du Groupe européen de recherche inter-disciplinaire sur le changement religieux (GERICR).

Sociologues, politistes et historiens, issus de cinq pays européens de tradition catholique, les chercheurs du GERICR se sont rencontrés à plusieurs reprises, comparant leurs démarches, confrontant leurs résultats, construisant à l’épreuve de leurs débats un questionnaire dont ce livre est issu. Le lecteur y trouvera les analyses de la situation du catholicisme en Belgique, en Espagne, en France, en Italie et au Portugal, élaborées selon un plan commun et autour de thématiques parallèles.

Un dernier chapitre, rédigé collectivement, propose une synthèse comparative. Unique en son genre, ce livre est à la fois l’analyse inédite de l’évolution du catholicisme en Europe occidentale au cours des dernières décennies, et le résultat d’une aventure intellectuelle partagée.

BERAUD Céline, GUGELOT Frédéric et SAINT-MARTIN Isabelle (dir.), Catholicisme en tensions. EHESS, 2012

Image2Présentation de l’éditeur :

L’ouvrage a pour objet de dresser un panorama des évolutions catholiques les plus contemporaines en croisant les approches disciplinaires. Au-delà du cas français, une attention particulière est également portée à d’autres configurations nationales marquées par un catholicisme majoritaire aujourd’hui en voie  plus ou moins rapide d’« exculturation ».

Confronté aux défis de la modernité, le catholicisme a entrepris dans la seconde moitié du XXe siècle une transformation considérable de son auto-compréhension et de son organisation, cristallisée dans le concile Vatican II. Il oscille aujourd’hui entre deux attitudes. La première est une forme affichée et revigorée d’intransigeantisme, que l’opinion publique perçoit comme romaine. Différentes illustrations en sont offertes par les évolutions récentes du droit, en des domaines qui focalisent l’attention inquiète du magistère catholique (famille, bioéthique, euthanasie…). La seconde tente des ajustements entre l’enseignement de l’Église et la culture moderne. Diverses recompositions dans le rapport au territoire, à l’autorité et aux autres religions, en donnent des exemples pertinents malgré les débats internes qu’ils suscitent.

Cet ouvrage permet de confronter les acquis de recherches récentes, innovantes et encore éparses qui manifestent un regain d’intérêt pour le catholicisme comme objet d’études en sciences sociales, non seulement en France mais également en Espagne, en Italie et au Québec. La dynamique paradoxale contradictoire « changement/maintien de la tradition » qui y prévaut s’y trouve interrogée.

L’Église catholique apparaît ainsi confrontée à un double défi : celui de sa déprise sociale (plus ou moins avancée selon les contextes nationaux) et celui de sa réforme interne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.