Louis ROUSSEAU pour « Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration » (Presses de l’Université du Québec, 2012). Lundi 19 novembre 2012, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Louis Rousseau (Université du Québec, Montréal) présentera Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration (Presses de l’Université du Québec, 2012)

Lundi 19 novembre 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

ROUSSEAU Louis, Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration, Presses de l’Université du Québec, 2012

La Commission Bouchard-Taylor, présidée par le philosophe Charles Taylor et le sociologue Gérard Bouchard, a été mise en place au Québec en 2007 pour examiner les questions liées aux « accommodements raisonnables consentis sur des bases culturelles ou religieuses ». Dans son rapport de mai 2008, elle a mis en évidence un décalage entre les pratiques effectives et la perception qu’en a une partie de la population québécoise qui se sent menacée dans son identité culturelle. Dans ses recommandations, elle souligne que l’exigence de la laïcité s’applique aux actes de l’État plutôt qu’à l’apparence des employés et usagers, adoptant ainsi une position contraire à celle de la Commission Stasi en France.

Image1Présentation de l’éditeur :

Alors que l’on croyait le religieux dorénavant confiné à l’espace privé dans nos sociétés occidentales du XXIe siècle, voici qu’il ressurgit sur la place publique sous la forme d’une quête de reconnaissance de la différence identitaire portée par des individus. À la faveur d’une mondialisation culturelle, la diversité ethnique et religieuse agit souvent comme un catalyseur qui bouleverse les représentations identitaires.

Voilà le thème central de cet ouvrage. Il propose pour la première fois une plongée au cœur de la vie religieuse de quatre communautés ethnoconfessionnelles d’arrivée récente au Québec : des bouddhistes cambodgiens, des hindous d’origine tamoule sri lankaise, des musulmans maghrébins et des pentecôtistes originaires d’Afrique subsaharienne. Des spécialistes des religions et de l’ethnicité se sont réunis pour comprendre le processus de recomposition identitaire en cours chez ces nouveaux citoyens. L’observation porte autant sur le contenu des formes religieuses qui servent à la construction d’une identité singulière que sur les fonctions plurielles attribuées par chacun à son appartenance religieuse et, plus largement, sur les rapports avec la société d’accueil. Ce travail sur soi utilisant la différence religieuse rejaillit en retour sur la société d’accueil elle-même, sollicitant de nouveaux rapports, souvent problématiques, à la dimension religieuse de sa propre histoire.

Cet ouvrage éclaire les débats publics mettant en scène le facteur religieux et l’ethnicité. Il fournit une connaissance assez rare sur un aspect central de la vie de beaucoup de Québécois d’arrivée récente. Plusieurs d’entre eux se reconnaîtront sans doute dans le portrait tracé, pendant que d’autres y puiseront les éléments nécessaires à la réussite d’un accueil et d’interventions adéquates dans les milieux sociaux et éducatifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.