Philippe Joutard : la Révocation de l’édit de Nantes a permis « la création d’une culture de l’intolérance »

Interdire le protestantisme en France était une mauvaise idée, qui a été forcément mal appliquée mais sur laquelle on n’est pas arrivé à revenir. C’est en quelque sorte l’objet principal du livre de Philippe Joutard qui a voulu y suivre « l’aval » de la révocation, un peu laissé de côté lors des commémorations du tricentenaire en 1985 par rapport aux conditions même de l’édit de Fontainebleau.

Invité à discuter de son livre La révocation de l’édit de Nantes ou les faiblesses d’un État lors des Mercredis de l’IESR le 26 septembre en discussion avec Jean-Robert Armogathe, Philippe Joutard s’interroge d’abord sur l’étrangeté de cet « édit irrévocable » qui dure même au-delà du limité édit de tolérance de 1787 et donc jusqu’aux premiers temps de la Révolution : « Cette sorte de longue durée a des conséquences extrêmement importantes. Nous avons la création d’une culture de l’intolérance. L’édit de Fontainebleau donne la possibilité aux autorités locales d’agir si elles ont envie d’agir. » D’où une application très contrastée dans le temps et dans la géographie selon les résistances du milieu local ou le zèle des « intendants, des subdélégués qui sont chargés de l’appliquer ». Un zèle plus politique que religieux car, souligne Joutard, « Ce n’est pas tellement l’Église qui est en cause, c’est l’État. D’où mon titre Les faiblesses d’un État … J’aurais pu mettre Les impuissances d’un État. L’édit de Fontainebleau, c’est une décision purement et très fortement politique. »

L’histoire de l’édit de Fontainebleau et de son application permet donc de faire « une étude d’histoire politique sur le fonctionnement et les dysfonctionnements de l’État ». Dysfonctionnements car l’État, « de bout en bout dans cette application », non seulement ne répond à aucune « demande sociale » en interdisant le protestantisme mais se rend compte presque immédiatement que cette interdiction n’est pas applicable : « Très vite, on n’arrive pas à s’en sortir. Ça se voit dès le départ. L’édit de Fontainebleau est scellé et il n’est pas appliqué. » L’un des principaux problèmes est l’interdiction d’émigrer qui est extraordinaire à une époque où « les règles internationales laissaient les gens partir si on leur imposait une religion ». Cette interdiction d’émigrer « implique le respect de la dévotion privée mais les intendants ne comprennent pas et Louvois leur dit : Vous ne l’appliquez pas » … Autre problème avec l’extrême onction : « Tout le monde est considéré comme converti donc tout le monde est apostat au moindre refus du catholicisme. Mort, l’apostat est traîné sur la claie et jeté aux ordures. Cela scandalise nombre de catholiques. Très vite, Louvois dit : c’est la règle mais vous ne l’appliquez pas. Vous ne le dites pas mais vous ne l’appliquez pas … » Louvois incarne ce changement d’attitude puisqu’il a joué un « rôle décisif » avant 1685 dans la mise au point de l’édit mais que « juste après, quelques mois après, s’apercevant de la série de difficultés, on le voit assouplir sa position et dire : n’allez pas trop loin ». En 1688, lorsque Vauban lui envoie son mémoire en faveur du rappel des huguenots et du rétablissement de l’édit de Nantes, « audace très forte », il « répond assez vite qu’il contient de « fort bonnes choses, parfois un peu outrées » et qu’il va tâcher de le transmettre au roi. Il n’en a rien fait, mais c’est assez extraordinaire : il se rend bien compte qu’il est dans l’impasse ».

Le « fantôme de Louis XIV »

Malgré ce constat partagé par la majorité des acteurs de terrain, l’un des premiers actes politiques du roi Louis XV, juste après sa majorité légale, est sa déclaration de 1724, « une déclaration qui reprend tout l’édit de Fontainebleau en y ajoutant d’autres édits d’entre 1685 et 1715. La déclaration de 1724 est encore plus dure et rigoureuse que l’édit de Fontainebleau (sauf sur l’émigration) : tous ceux qui veulent faire du zèle peuvent y aller complètement ». Pourquoi ? Peut-être un moyen à la fois de compenser l’alliance diplomatique avec les pays protestants et, pour le jeune roi, d’affirmer sa fidélité à son arrière-grand-père. C’est le « fantôme de Louis XIV » dont parlera plus tard le protestant Rabaut Saint-Étienne à propos de l’édit de tolérance de 1787.

Jean-Robert Armogathe insiste, lui, sur les paradoxes de l’époque qui a vu naître l’édit de Fontainebleau : « La religion au 17e siècle, c’est beaucoup plus compliqué qu’on croit. Il y a d’un côté la religion populaire révélée par les visites pastorales. Et de l’autre ceux qui essaient de trouver des points communs entre catholiques et protestants et qui, des deux côtés, sont des personnes fidèles à leur Église mais gardant une distance raisonnable par rapport aux excès ». Dans ce paysage divers et pas si fanatique (un autre paradoxe étant que les protestants français étaient politiquement absolutistes à la différence de beaucoup de catholiques), « l’édit de Fontainebleau a posé des questions théologiques et des questions politiques ». La grande question théologique est la contrainte pour les sacrements qui gêne beaucoup les évêques comme le montre la grande enquête de 1698. La question politique est que l’édit « arrive juste après l’assemblée du clergé de 1682 » qui a proclamé l’indépendance de l’Église catholique française (gallicane) par rapport à la papauté romaine. Le début des années 1680 est ainsi marqué par de multiples conflits entre la monarchie française et la papauté : « En 1685, à Rome, on parle de la thèse de l’abbé Barthe (un gallican) et des projets de profession de foi commune entre catholiques et protestants. C’est de cela que l’on parle et pas de la Révocation … Le roi attend des compliments de Rome mais ils tardent à venir. Il y a une lettre inédite du père Lachaise au général des Jésuites en 1686 où il exprime la déception de Louis XIV devant le peu d’enthousiasme du pape par rapport à la décision qu’il a prise. Les réjouissances à Rome n’arrivent que le 29 avril 1686 mais elles sont aux frais de l’ambassade de France, sans la présence du pape qui dit qu’il est malade. La fête est ratée … ».

« C’est un pouvoir archaïque et totalitaire »

Jean-Robert Armogathe conclut en se demandant « si l’édit de Fontainebleau est une marque d’archaïsme ou une anticipation de l’autoritarisme moderne. A pu jouer le fait de ne plus avoir de principal ministre, le manque d’échelons intermédiaires, la mise en place d’un gouvernement autoritaire, l’incapacité des ministres à se réunir pour évoquer une politique globale. C’est un pouvoir archaïque et totalitaire, sans corps intermédiaires ».

Philippe Joutard est historien et professeur émérite d’histoire moderne de l’Université de Provence Aix-Marseille. Il est l’auteur, entre autres, de La légende des camisards (1977), Histoire et mémoires, conflits et alliance (2013) et La Révocation de l’édit de Nantes ou les faiblesses d’un État (2018).

Jean-Robert Armogathe est directeur d’études émérite à l’EPHE (section des sciences religieuses) et l’auteur entre autres de Croire en liberté. L’Église catholique et la Révocation de l’édit de Nantes (1998), L’Antéchrist à l’âge classique. Exégèse et politique (2006) avant de diriger l’Histoire générale du christianisme (2010).

Jean de Saint Blanquat


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.