Enseigner « Les débuts du judaïsme »

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 4 avril 2012, s’est tenue à l’IESR une très belle présentation de l’ouvrage Le judaïsme ancien, du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère : des prêtres aux rabbins, PUF, 2012 (voir Présentation de “Le judaïsme ancien, du VIe s. avant notre ère au IIIe s. de notre ère : des prêtres aux rabbins” par S. C. Mimouni à l’IESR le 4 avril 2012). Elle a été faite conjointement par l’auteur lui-même, Simon C. Mimouni, Gilles Dorival et M.-F. Baslez. De la discussion, très riche, qui s’est faite autour du livre, nous ne retiendrons que les remarques pouvant intéresser directement les enseignants (d’histoire mais aussi de français).

Deux points peuvent particulièrement intéresser les enseignants qui abordent le chapitre sur « Les débuts du judaïsme » en 6e:

– diversité du judaïsme après la chute du Temple, différences entre le mouvement des rabbins et le judaïsme synagogal. Ce point a été bien mis en valeur dans l’ouvrage, et Gilles Dorival en a relevé l’originalité.

– division tardive de la Bible en Torah, Nevi’im (Prophètes) et Ketouvim (autres écrits ou hagiographes), contrairement à ce que l’on pense habituellement. Ceci a été mis en valeur par des recherches récentes. Cette division aurait eu lieu au moment de la mise par écrit de la Mishnah, soit vers 200 après J.-C. Dans la LXX, cette hiérarchie n’existerait pas, et « Loi » et « Prophètes » seraient plutôt une biréférence pour la Bible.

D’autres remarques sont utiles pour l’enseignant, bien au-delà du chapitre sur le judaïsme :

– rapport entre religion et vérité. Gilles Dorival a fait remarquer que pendant longtemps religion et vérité n’ont rien à voir. Simon C. Mimouni ajoute que la religion n’avait aucun rapport avec la vérité, le culte pouvait en avoir et la philosophie aussi. Ce sont les chrétiens qui ont massivement utilisé le concept de vérité en relation avec la religion, en particulier Tertullien (150/160-200).

– remise en cause des concepts « polythéisme » et « monothéisme ». Certains chercheurs avancent même l’idée qu’il vaudrait éviter d’employer ces concepts. Cependant, l’enseignant, notamment celui qui enseigne en classes de 6e et de 5e, peut-il arriver à s’en passer ? Peut-être pas ; en tout cas, il serait utile d’avoir conscience que l’utilisation de ces concepts n’est pas si évident et que « c’est l’homme qui décide que le seul concept correct pour parler de Dieu c’est ‘un’, puis qu’il construit toute une hiérarchie » (Gilles Dorival).

 


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.