Archives par mot-clé : sociologie

Autour de la Laïcité – Mercredi de l’IESR du 30 septembre (suite)

Nous remercions Catherine Kintzler et Jean Baubérot, ainsi que les discutants, Marie Perret et Philippe Gaudin, pour les remarquables échanges et la qualité du débat  au cours du mercredi de l’IESR du 30 septembre dernier.

Ce débat a eu pour objet la notion laïcité à partir des  sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas de J. Baubérot (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015) et de, Penser la laïcité de Catherine Kintzler (Minerve, 2014).

Photographie de la table - débat laïcité, mercredi IESR du 30/09
Mercredi de l’IESR du 30/09
Ph.Gaudin (discutant), C. Kintzler, I. Saint-Martin (modératrice), J. Baubérot et M. Perret (discutante)

 

Pour prolonger notre réflexion, voici un article de Marie Perret (philosophe), discutante lors du débat, relatif à l’apparition d’un nouveau signe religieux à l’école.
Retour sur l’affaire de Charleville-Mézières : une « longue jupe » qui ne doit pas occulter l’abaya :

Dans les années 1990, les jeunes filles qui refusaient d’ôter leur voile à la porte de l’école revendiquaient leur liberté d’afficher leur appartenance religieuse tout le temps et partout.  La loi du 15 mars 2004 est venue opportunément rappeler que l’école publique est un espace laïque dans lequel chacun est soumis à l’obligation de neutralité. Cette loi a eu au moins trois effets bénéfiques : elle a permis de clarifier les choses, d’apaiser les conflits et de protéger les personnels qui peuvent se prévaloir de la loi pour refuser l’accès à l’établissement d’un élève arborant un signe par lequel il manifeste ostensiblement son appartenance religieuse…
Téléchargez le texte intégral

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« La laïcité : notion biaisée par les politiques »

La laïcité : notion biaisée par les politiques
article Libértion.fr 27 mars 2015

Depuis 1991 et la création d’une chaire d’histoire et de sociologie de la laïcité à l’EPHE, une cinquantaine d’universitaires débattent du concept. Ces chercheurs, qui privilégient une approche ouverte, reconnaissent avoir du mal à convaincre les élus.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Nouvelle publication: Séverine MATHIEU, préface du professeur René Frydman « L’Enfant des possibles » (Editions de l’Atelier, 2013)

En librairie à partir du 28/02/2013

« L’Enfant des possibles: assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation » / Séverine Mathieu, préface du professeur René Frydman , Éditions de l’Atelier, 2013-  192 pages / 20€ / ISBN 978-2-7082-4212-8

Près de 500.000 couples consultent chaque année en France pour infertilité et leur
nombre va croissant. L’Assistance Médicale à la Procréation (ou Procréation Médicalement Assistée) appartient aux techniques proposées pour répondre à leur désir d’enfant et favorise ainsi la naissance de 20 000 bébés par an. Si ce nombre n’est pas élevé, il n’en est pas pour autant négligeable, notamment au regard des débats et des questions que soulèvent aujourd’hui les nouvelles techniques de procréation. En effet, avec l’AMP, il n’est plus nécessaire à un homme et à une femme de recourir à l’acte sexuel pour donner la vie constituant ainsi une remise en cause profonde de ce qui apparaissait jusqu’à présent comme intangible et à caractère divin.
L’ouvrage de Séverine Mathieu est tout à fait passionnant dans la mesure où il laisse une large place aux propos des acteurs permettant ainsi au lecteur de comprendre
comment s’établit la décision et les étapes de la réflexion mobilisant à la fois des repères moraux et religieux. Couples et équipes médicales s’attèlent ainsi à la construction d’un «faire famille» à la fois rigoureuse, résolue et sensible où le désir d’enfant est central.
Ce livre intéressera aussi bien les acteurs, couples, médecins, chercheurs,
personnels hospitaliers de l’AMP, qu’un grand public désireux de comprendre comment s’élaborent aujourd’hui les nouvelles formes familiales empreintes d’éthique et de lien social.
Séverine Mathieu est sociologue, professeure agrégée, habilitée à diriger des recherches à l’Ecole pratique des Hautes études (EPHE) et membre du GSRL (CNRS). Elle travaille sur les questions de laïcité, les liens entre famille et bioéthique. Elle a publié La transmission du judaïsme dans les couples mixtes (Éditions de l’Atelier, 2009) et codirigé avec Martine Gross et Sophie Nizard Sacrées familles !, Changements familiaux, changements religieux (Erès, 2011)