Archives par mot-clé : Québec

Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises. Publication des actes du colloque des 20-22/09/12 à Sèvres

Publication des actes du colloque « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes » tenu à Sèvres les 20, 21, 22 septembre 2012 au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres.

Couv. "Le défi de l'enseignement des faits religieux à l'école, réponses européennes et québécoises
Source : Riveneuve éditions

« École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes », tel est le titre du colloque qui s’est tenu au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres les 20, 21 et 22 septembre 2012. Organisé par l’Institut européen en sciences des religions (IESR), sous la direction d’Isabelle Saint-Martin, il a réuni de nombreux spécialistes de l’enseignement en Espagne, en Italie, au Danemark, en Flandre et Belgique, en Angleterre, en Allemagne et en Suisse qui ont échangé sur la place de la religion dans l’enseignement et les débats qu’elle induit dans la société de chacun des pays. Le présent ouvrage, issu de ce colloque, enrichit la réflexion de l’exemple québécois au travers du programme Éthique et culture religieuse et d’un jugement de la Cour suprême du Canada. L’ensemble met en perspective la laïcité en France et l’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle.

Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’aborder les faits religieux dans le cadre d’un enseignement s’adressant à tous les élèves d’une même classe et s’inscrivant dans les objectifs, les méthodes et la déontologie de l’école publique. Le débat aujourd’hui se focalise désormais sur la place que l’on accorde ou non à l’expérience religieuse et aux questionnements existentiels des élèves.

L’ouvrage est dédié à Évelyne Martini (†), inspectrice d’académie et inspectrice pédagogique régionale en lettres de l’Éducation nationale, qui a beaucoup œuvré pour l’enseignement des faits religieux à l’école publique et a été une collaboratrice fidèle de l’IESR.

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (« Histoire et sociologie des protestantismes ») est responsable du réseau européen de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), après avoir dirigé cet Institut de 2005 à 2010.

WILLAIME J.-P. (dir.), Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, 358 p. [ISBN 978-2-36013-223-2] – 24€

Sommaire

Introduction : Jean-Paul Willaime «Comparer l’incomparable ?» 

Première partie : Les cours de religion pour tous

  • Julia Ipgrave « Le débat anglais sur la « Religious Education » dans les écoles publiques
  • Tim Jensen « L’enseignement de la religion au Danemark : les réponses récentes à des défis communs »
  • Wolfram Weisse « La religion à l’école dans le Land de Hambourg »
  • Séverine Desponds, Christine Fawer Caputo, Andrea Rota « L’évolution des manuels pour l’enseignement religieux en Suisse. Analyses sociohistoriques, didactiques et pragmatiques »

Deuxième partie : Les cours confessionnels de religion

  • Roberto Mazzola « La religion à l’école en Italie : états des lieux et évolutions »
  • Maria Chiara Giorda « Les faits religieux dans les manuels scolaires en Italie »
  • Maria Del Mar Giera « Les débats concernant l’enseignement des religions à l’école en Espagne »
  • Patrick Loobuyck et Leni Franken « Les cours de religion en Flandre et en Belgique : situation actuelle et débats »

Troisième partie : L’expérience québécoise

  • Mireille Estivalèzes « L’approche culturelle des religions dans le programme et les manuels d’éthique et culture religieuse au Québec »
  • Jean-Paul Martin « Québec : quels débats autour de l’enseignement de la religion ? »
  • Jacques Pettigrew « Le programme Éthique et culture religieuse et le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire S. L. c. la Commission scolaire des Chênes »

Quatrième partie : Laïcité et enseignement des faits religieux en France

  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et laïcité en France »
  • Stéphanie Laithier et Anna Van den Kerchove « L’enseignement des faits religieux dans les programmes et les manuels d’histoire en France »
  • Evelyne Martini (†) « Le fait religieux dans le champ littéraire »
  • Isabelle Saint-Martin « Histoire des arts et enseignement des faits religieux : concurrence et complémentarité »
  • Louis Hourmant et Jean-Paul Willaime « L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle : évolutions et défis »

Bon de commande / contact Riveneuve éditions :  riveneuveeditions@orange.fr

Louis ROUSSEAU pour « Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration » (Presses de l’Université du Québec, 2012). Lundi 19 novembre 2012, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Louis Rousseau (Université du Québec, Montréal) présentera Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration (Presses de l’Université du Québec, 2012)

Lundi 19 novembre 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

ROUSSEAU Louis, Le Québec après Bouchard-Taylor, les identités religieuses de l’immigration, Presses de l’Université du Québec, 2012

La Commission Bouchard-Taylor, présidée par le philosophe Charles Taylor et le sociologue Gérard Bouchard, a été mise en place au Québec en 2007 pour examiner les questions liées aux « accommodements raisonnables consentis sur des bases culturelles ou religieuses ». Dans son rapport de mai 2008, elle a mis en évidence un décalage entre les pratiques effectives et la perception qu’en a une partie de la population québécoise qui se sent menacée dans son identité culturelle. Dans ses recommandations, elle souligne que l’exigence de la laïcité s’applique aux actes de l’État plutôt qu’à l’apparence des employés et usagers, adoptant ainsi une position contraire à celle de la Commission Stasi en France.

Image1Présentation de l’éditeur :

Alors que l’on croyait le religieux dorénavant confiné à l’espace privé dans nos sociétés occidentales du XXIe siècle, voici qu’il ressurgit sur la place publique sous la forme d’une quête de reconnaissance de la différence identitaire portée par des individus. À la faveur d’une mondialisation culturelle, la diversité ethnique et religieuse agit souvent comme un catalyseur qui bouleverse les représentations identitaires.

Voilà le thème central de cet ouvrage. Il propose pour la première fois une plongée au cœur de la vie religieuse de quatre communautés ethnoconfessionnelles d’arrivée récente au Québec : des bouddhistes cambodgiens, des hindous d’origine tamoule sri lankaise, des musulmans maghrébins et des pentecôtistes originaires d’Afrique subsaharienne. Des spécialistes des religions et de l’ethnicité se sont réunis pour comprendre le processus de recomposition identitaire en cours chez ces nouveaux citoyens. L’observation porte autant sur le contenu des formes religieuses qui servent à la construction d’une identité singulière que sur les fonctions plurielles attribuées par chacun à son appartenance religieuse et, plus largement, sur les rapports avec la société d’accueil. Ce travail sur soi utilisant la différence religieuse rejaillit en retour sur la société d’accueil elle-même, sollicitant de nouveaux rapports, souvent problématiques, à la dimension religieuse de sa propre histoire.

Cet ouvrage éclaire les débats publics mettant en scène le facteur religieux et l’ethnicité. Il fournit une connaissance assez rare sur un aspect central de la vie de beaucoup de Québécois d’arrivée récente. Plusieurs d’entre eux se reconnaîtront sans doute dans le portrait tracé, pendant que d’autres y puiseront les éléments nécessaires à la réussite d’un accueil et d’interventions adéquates dans les milieux sociaux et éducatifs.