Archives par mot-clé : philosophie

« Martin Buber. Sentinelle de l’humanité »

Dominique Bourel (CNRS) présentera son ouvrage   » Martin Buber.
Sentinelle de l’humanité « .

Discutant : Julien Darmon

Le 3 février 2016, 18h30
EPHE – Bâtiment Le France,
aile B, 1er étage, salle 117
190 av. de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

 

Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.
Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.

Martin Buber est né à Vienne en 1878, a passé son enfance en Galicie et a traversé l’Europe de part en part durant sa jeunesse. Il devient vite une figure importante du judaïsme allemand et des courants de pensée sionistes. Il meurt en 1965. Il fait partie de ces penseurs juifs tels Freud, Einstein ou Kafka, parmi les plus connus du XXe siècle. Il en a traversé les années sombres.

Il s’installe à Jérusalem en 1938 où il s’imposera comme un penseur incontournable et sera invité dans le monde entier. Il fera la rencontre de Herzl, Freud, Einstein, Rosenzweig, Kafka, Zweig, Scholem, Gandhi, Bachelard, Jung, Heidegger, Levinas, Ben Gourion et de tant d’autres, comme en témoigne sa correspondance foisonnante.

La philosophie de Martin Buber s’intéresse à l’altérité (Je et Tu), à la piété mystique (Les Récits hassidiques) et au dialogue interreligieux (Deux types de foi), mais il est aussi « le héraut infatigable d’un sionisme humaniste cherchant sans cesse la paix avec les Arabes, et un dénonciateur des totalitarismes hitlérien et stalinien ». 

Autour de la Laïcité – Mercredi de l’IESR du 30 septembre (suite)

Nous remercions Catherine Kintzler et Jean Baubérot, ainsi que les discutants, Marie Perret et Philippe Gaudin, pour les remarquables échanges et la qualité du débat  au cours du mercredi de l’IESR du 30 septembre dernier.

Ce débat a eu pour objet la notion laïcité à partir des  sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas de J. Baubérot (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015) et de, Penser la laïcité de Catherine Kintzler (Minerve, 2014).

Photographie de la table - débat laïcité, mercredi IESR du 30/09
Mercredi de l’IESR du 30/09
Ph.Gaudin (discutant), C. Kintzler, I. Saint-Martin (modératrice), J. Baubérot et M. Perret (discutante)

 

Pour prolonger notre réflexion, voici un article de Marie Perret (philosophe), discutante lors du débat, relatif à l’apparition d’un nouveau signe religieux à l’école.
Retour sur l’affaire de Charleville-Mézières : une « longue jupe » qui ne doit pas occulter l’abaya :

Dans les années 1990, les jeunes filles qui refusaient d’ôter leur voile à la porte de l’école revendiquaient leur liberté d’afficher leur appartenance religieuse tout le temps et partout.  La loi du 15 mars 2004 est venue opportunément rappeler que l’école publique est un espace laïque dans lequel chacun est soumis à l’obligation de neutralité. Cette loi a eu au moins trois effets bénéfiques : elle a permis de clarifier les choses, d’apaiser les conflits et de protéger les personnels qui peuvent se prévaloir de la loi pour refuser l’accès à l’établissement d’un élève arborant un signe par lequel il manifeste ostensiblement son appartenance religieuse…
Téléchargez le texte intégral

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Christianisme et philosophie

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Sébastien Morlet présentera Christianisme et philosophie (Le Livre de Poche, 2014).
Discutante : Anna Van den Kerchove (Institut protestant de théologie)

Présentation de l’éditeur

Dans l’Antiquité, christianisme et philosophie se font face comme deux voies d’accès à la vérité: l’une, par le moyen de la foi, l’autre, par la recherche rationnelle. Les rapports du christianisme et de la philosophie sont cependant plus complexes. Les néoplatoniciens accordent une place grandissante aux éléments extra-rationnels et en viennent à ne plus considérer la raison comme la seule voie d’accès au savoir. Inversement, les chrétiens reconnaissent une certaine vérité dans la philosophie et lui accordent un rôle préliminaire dans l’acquisition de la sagesse. Souvent convaincus que la révélation biblique est la source du savoir grec, les chrétiens présentent leur religion comme la seule « vraie philosophie ». Ce livre retrace les grandes lignes d’une confrontation qui joua un rôle capital dans la formation de la doctrine chrétienne comme dans la transmission de la culture gréco-romaine. Il amène à réviser certaines idées reçues sur le christianisme et son rapport à la raison.

Mercredi 4 mars 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre