Archives par mot-clé : Muhammad

Image en islam

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 13 novembre 2013, nous avons eu une belle séance autour de la présentation du dernier ouvrage de François Boespflug, Le Prophète de l’islam en images, Paris, 2013 (pour une présentation de l’éditeur, voir notre précédent billet).

La question de la représentation de Muhammad en islam est souvent, pour un large public et en particulier pour beaucoup d’enseignants, un sujet tabou. Cela n’est pas le cas chez les spécialistes selon l’auteur. D’où cet ouvrage, dont l’origine est à situer, selon la présentation orale de l’auteur, dans l’épisode des caricatures danoises de l’automne 2005. Quant au fait que l’ouvrage soit dû à un non musulman, l’auteur parle de la « vertu de l’extra-territorialité » qui permet des échanges de regards.

Le premier discutant, Pierre Lory (spécialiste de la mystique musulmane, EPHE), rappelle que, alors que les musulmans débattent sur de nombreux points, ils le font très peu à propos de l’image et qu’il n’y a aucune interdiction absolue fondée sur l’écriture. L’autorité n’est pas le Coran mais un consensus qui s’est peu à peu dégagé, résultat d’une tendance de la culture musulmane. Cette idée de consensus est très importante et laisse entendre que la position musulmane vis-à-vis des images pourrait changer si le consensus évolue.

Pierre Lory relie ensuite la question des images à la perception du prophète. Celle-ci se modifia au cours du temps. Dans un premier temps, Muhammad était perçu comme un homme, un chef, avec ses faiblesses. À partir du IXe siècle, une figure de plus en plus idéale se met en place et le prophète devient infaillible. Enfin, à partir du XIe siècle, les musulmans considèrent que le prophète existe avant même la création et – c’est un point qui serait mal perçu en Occident – Muhammad est considéré comme un visage de Dieu sur terre.

Enfin, Pierre Lory rappelle que s’il y a peu de représentations picturales, les écrits transmettent beaucoup de détails sur son apparence physique (à la différence de Jésus dans les écrits chrétiens). Le prophète peut être écrit, il peut être vu en rêve. Pierre Lory parle d’une « image visuelle », en rêve. Il considère que là serait la clé : pour un musulman, l’image du prophète est plus efficace dans la mesure où elle est intérieure.

Il termine sa riche intervention en concluant qu’à l’heure actuelle, le consensus s’est raidi et que dans le même temps cela serait lié à une diminution de l’aspect mystique.

Le second discutant, Abdennour Bidar (philosophe, spécialiste de Mohamed Iqbal), revient sur les trois raisons avancées par François Boespflug pour expliquer pourquoi il s’agit d’un sujet tabou pour certains. Il y a en premier lieu des mauvaises raisons : ignorance de ce que dit le Coran. Le livre de François Boespflug dissipe une rumeur qui tend à essentialiser une « mytho-histoire » (expression de Mohammed Arkoun) de l’islam. Il y a en deuxième lieu des causes historiques : la filiation juive de l’islam qui, du côté de l’islam, tend souvent à être à l’état d’impensé. En troisième lieu, il y a la question de la possibilité et du droit pour l’homme de représenter ce qui est animé. En islam, les théologiens justifient la non représentation par le fait que le geste créateur de l’homme ne peut s’égaler à celui de Dieu. Cependant, Abdennour Bidar rappelle que cette possibilité pour l’homme d’être élevé à l’état de co-créateur est travaillée dans les deux autres monothéismes et aussi, au sein de l’islam, dans la tradition soufie.

La discussion se clôt par un débat portant d’une part sur l’affaire des caricatures danoises qui a pris un tour plus politique que religieux et sur ce que signifie « représenter ».

L’ensemble incite à lire l’ouvrage de François Boespflug qui est utile pour les enseignants

– en ce qu’il fait le point sur la question de l’image en islam, sur les textes qui parlent de l’image et

– en ce qu’il présente vingt images de Muhammad (en couleur) avec une brève présentation ; toutes sont en couleur et de diverses époques (du XIIIe jusqu’au début des années 2000). Les enseignants pourront facilement exploiter ces documents en cours.

Sommaire de l’ouvrage :

Introduction : Un sujet tabou ? Les ravages d’une rumeur

I- La place du Décalogue dans le Coran et les hadiths

II- Le Prophète et son image

III- L’islam et les images, aujourd’hui et demain

Vingt images du Prophète Muhammad

En guise de conclusion : Une question et sa réponse

Notes

Bibliographie

Bonne lecture !

 

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Mahomet, histoire d’un arabe »

Par Louis HOURMANT

Mercredi 9 janvier 2013, à l’Institut européen en sciences des religions, Jean-Marc Tétaz présenta l’ouvrage de Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe. Invention d’un prophète, qu’il a traduit. Les questions abordées par Jean-Marc Tétaz et par Mohammad Ali Amir-Moezzi, le discutant, ne pouvaient manquer d’intéresser les chercheurs mais également les enseignants. Pour ceux qui n’ont pas pu assister à cette présentation ou qui aimeraient se rappeler ce qui s’est dit, en voici un compte rendu, de la main de Louis Hourmant. Continuer la lecture de « Mahomet, histoire d’un arabe »

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter