Archives par mot-clé : laïcité

Enseignement de la morale, enseignement des faits religieux

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2013, s’est tenu le colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » organisé par l’IESR (en particulier par Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin).

Il s’agit d’une réponse directe à la proposition du ministre de l’Éducation nationale d’instaurer pour la rentrée 2015 un enseignement de la morale, proposition qui a donné lieu dans un premier temps à une commission et à un rapport. Les rapporteurs ont modifié la proposition du ministre (enseignement de la morale laïque) en « enseignement laïque de la morale ». Le colloque souhaitait permettre de nouvelles réflexions voire des pistes concrètes.

Le sujet de la morale n’étant pas une de mes spécialités, j’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre vraiment ni comment je pourrais y participer (devant faire une communication). Au final, j’ai beaucoup apprécié le colloque : la majorité des interventions était enrichissante ; j’ai appris beaucoup.

Je ne vais pas faire un résumé de l’ensemble, notamment parce qu’une publication est prévue au cours de l’année 2014. Vous trouverez ici des réflexions plus personnelles. Pour le programme, vous pouvez le consulter dans un autre billet.

La parole institutionnelle était de qualité. Jean-Paul Delahaye et Laurence Loeffel ont tous les deux rappelé qu’il ne s’agissait pas d’enseigner une morale dogmatique ni une morale d’État. L’enjeu majeur de cet enseignement est de redonner du contenu au respect, et cet enseignement doit se faire dans le cadre laïque de l’école. Reste à définir le contenu (même s’il semble que l’institution a plus en tête un travail de critique qu’un travail d’apprentissage) et les modalités pratiques. Ce n’est pas une mince affaire.

Les interventions suivantes (Philippe Gaudin, Abdennour Bidar, Frédérique Leichter-Flack, Charles Coutel et Isabelle Saint-Martin et moi-même) ont montré quel était le lien possible entre enseignement de la morale et enseignement des faits religieux. Ils l’ont fait soit d’une manière théorique et philosophique, soit de façon historique, soit sur un plan plus pédagogique. L’intervention de Frédérique Leichter-Flack m’a particulièrement éblouie. Les deux enseignements se complètent, sans se superposer ; ils ont leur particularité propre, des finalités propres, mais d’autres se rejoignent. Il en ressortait aussi que chaque enseignement, de par sa posture, sa déontologie, ses méthodes est une éducation éthique en soi. L’ensemble des exposés était convaincant pour montrer qu’éviter les faits religieux dans le cadre de l’enseignement de la morale serait une erreur. Cet enseignement ne doit pas s’y réduire ; il ne doit pas non plus les oublier.

Jean Baubérot est revenu sur la morale laïque de la IIIe République, pour déconstruire l’idée que l’on s’en fait généralement. Cet enseignement, au moins jusqu’en 1914, était plus dynamique, en phase avec la société (ce qui est moins le cas après 1914, quand son contenu ne change pas, alors que la société elle change), société qu’elle a influencée. Ceux qui ont une mauvaise image de la morale laïque se réfèrent non pas à la morale d’avant 1914, mais à celle d’après 1914 et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, et à une époque où on peut parler de hiatus entre cet enseignement et la société.

Jean-Paul Willaime, quant à lui, est revenu sur Paul Ricœur (dont il a d’ailleurs été souvent question dans les autres interventions), sur sa conception de la laïcité, de l’école et de la morale. Relire Ricœur devient nécessaire aussi pour alimenter la discussion sur l’enseignement de la morale (voire sur l’école en général).

Philippe Portier a fait une synthèse générale dans une intervention qui était en fait une véritable communication en elle-même. Il a bien montré combien le projet n’était pas une reconduction de ce qui avait déjà été, que les participants ont finalement souvent parlé de l’emboîtement des enseignements et de l’ouverture des méthodes.

En effet, un point intéressant était la convergence de plusieurs intervenants vers l’idée de débats, de discussions à mettre en œuvre dans le cadre de cet enseignement, de « faire travailler sa conscience » (pour reprendre une expression de Philippe Portier) et cela en particulier à partir d’œuvres picturales, littéraires, philosophiques, cinématographiques, etc.. Certes, nous ne sommes pas, en France, dans une vraie culture du débat et organiser un débat demande du temps (et des compétences). Mais cet apprentissage est important : apprendre à écouter l’autre, à respecter ce qu’il dit même si on est en désaccord, apporter des arguments valables et fondés en faveur de sa propre position… En tout les cas, plusieurs intervenants considéraient qu’il était nécessaire de donner plus la parole aux jeunes. Cela nécessite aussi l’acquisition d’un lexique correct, autre point qui a été souligné plusieurs fois.

La discussion est ouverte.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les religions à l’école : pureté des principes, hybridation des pratiques ? Colloque les 19-20/11/2013 à Lyon

Présentation

Un double constat est à l’origine de ce colloque international « Les religions à l’école : pureté des principes, hybridation des pratiques ? » : la domination de discours idéologiques, institutionnels ou prescriptifs sur la question des religions à l’école, d’une part ; la faiblesse relative de recherches empiriques, d’autre part. À la lumière des éclairages historiques et sociologiques, le colloque interroge l’articulation entre politiques publiques et actions des professionnels de l’éducation voire des usagers de l’éducation.

Colloque international organisé par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) (EA 4571) (Lyon 2, IFÉ-ENS, UJM SaintÉtienne), l’Institut Supérieur d’Étude des Religions et de la Laïcité (ISERL) et l’IESR. Avec le soutien de l’université Lumière Lyon 2, de l’école doctorale EPIC et de l’Institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation (ISPEF).

Comité scientifique : Jacqueline Gautherin (PR émérite, laboratoire Éducation, Cultures, Politiques –ECP–, Lyon 2), Françoise Lantheaume (MCF HDR, directrice d’ECP, Lyon 2), Philippe Martin (PR, directeur de l’Institut supérieur des religions et de la laïcité – ISERL, Lyon 2, Lyon 3), Micheline Milot (PR, UQAM, directrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises – CEETUM), Isabelle Saint-Martin (Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE, Paris).

Comité d’organisation : Françoise Lantheaume (Lyon 2, ECP), Angelina Ogier-Cesari (ESPE, Lyon 1), Sébastien Urbanski (Lyon 2, ISPEF), Jean Rakovitch (Lyon 2, ISPEF). Soutien logistique : Louisa Charfa (gestionnaire de l’ISERL), Marina Randriamiarisoa (Lyon 2, gestionnaire d’ECP).

  • Mardi 19 et mercredi 20 novembre 2013

  • A l’Université de Lyon 2, campus Berges du Rhône, salle des colloques, 18 quai Claude Bernard Lyon 7e . Accès tram T1 quai Claude Bernard, voir plans d’accès

  • Entrée sur inscription jusqu’au 12/11/2013 auprès de Jean Rakovitch (j.rakovitch@univ-lyon2.fr)

  • Voir site de Lyon 2

Programme

Mardi 19 novembre 2013

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15 :

  • Introduction par Isabelle Lefort (Vice-Présidente chargée de la recherche, Lyon 2) et Françoise Lantheaume (Directrice du laboratoire Éducation, Cultures, Politiques, Lyon 2)

  • Modèles politiques et religions à l’école [Séance présidée par Jacqueline Costa-Lascoux, Directrice de recherche honoraire au CNRS associée au CEVIPOF, Sciences po Paris]

Micheline Milot, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal et Directrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises : « L’enseignement de l’éthique et de la culture religieuse au Québec : principes politiques et fondements juridiques »

Jacqueline Gautherin, Université Lyon 2, ECP : « Tensions dans le modèle républicain en France : entre logique civique et logique de la reconnaissance »

Roger Monjo, Université de Montpellier 3, LIRDEF : « Laïcité et société post-séculière »

  • Approche historique

Yves Verneuil, Université Champagne-Ardenne, CEREP : « L’école et les religions, de l’Ancien Régime à nos jours : enjeux du passé, enjeux dépassés ? »

12h45 – repas

14h :

  • Vie scolaire et religions [Séance présidée par Philippe Martin, directeur de l’ISERL]

Florence Bergeaud Blackler, IDEMEC/CNRS Aix-Marseille Université : « Droit et économie du halal dans les cantines scolaires en France »

Philippe Foray, Université Jean Monnet Saint-Étienne, ECP : « Les voiles islamiques à l’école: une question de justice »

Sébastien Urbanski, Lyon 2, Institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation (ISPEF) : « L’expression de croyances religieuses dans l’enseignement public : une comparaison France-Pologne »

  • Des ressources pour enseigner et former en primaire : quels usages ? [Atelier animé par Isabelle-Saint Martin, IESR]

Avec Marine Quenin, Danielle André (association Enquête : autour du jeu l’Arbre à défis) ; Hubert Pharabet, IEN circonscription Lyon Vaise Tassin ; Annie Torres, professeure des écoles, maîtresse formatrice, École Édouard Herriot, Villeurbanne. Discutante : Angelina Ogier-Cesari, formatrice en histoire, ESPE-Lyon 1.

Mercredi 20 novembre 2013

9h : Deux thèmes, deux salles (salle des Colloques et salle de la Rotonde) :

Contenus d’enseignement et religions : étude comparée

  • Questions vives (salle des Colloques) [Séance présidée par Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR]

Noëlle Monin, ESPE-Lyon 1, ECP : « Religions à l’école et enseignement de questions socialement vives en SVT au collège : la professionnalité enseignante mise à l’épreuve »

Anna Van den Kerchove, IESR : « L’enseignement laïque de l’islam »

Corinne Fortin, STEF-ENS Cachan, Ifé-ENS Lyon : « L’enseignement de l’évolution face aux croyances religieuses : quelles perspectives curriculaires possibles ? »

Nicole Durisch Gauthier, HEP Vaud, Lausanne : « Les discours créationnistes au sein de l’école publique suisse »

  • Religions et enseignement (salle de la Rotonde : 18 rue Chevreul, 6è étage) [Séance présidée par Jacqueline Gautherin, Professeur honoraire, ECP]

Anne-Claire Husser, ESPE de Paris, Université Paris Sorbonne-Paris 4 : « Ferdinand Buisson et l’enseignement de l’histoire sainte à l’école primaire : esquisse d’une approche laïque du fait religieux ? »

Stéphanie Tremblay, Ontario Institute for Studies in Education of the University of Toronto: « La construction de la citoyenneté dans les écoles juives et musulmanes au Québec »

Denis Poizat, Lyon 2, ECP : « L’école comme vecteur du renouveau du judaïsme. L’expérience française de Rachel Gordin »

12h – pause déjeuner

13h30 :

  • Formation des enseignants et ressources pour l’enseignement et la formation [Séance présidée par André Robert, directeur de l’école doctorale EPIC]

Philippe Gaudin, IESR : « Laïcité et enseignement des faits religieux : quelle formation initiale et continue des enseignants ? »

Philippe Borgeaud, Université de Genève : « L’enseignement laïque des faits religieux autour de « grands textes ». Exemple du canton de Genève »

  • Des ressources pour enseigner et former en secondaire : quels usages ? [Table ronde animée par Philippe Martin, ISERL]

Avec Jean-Pierre Chantin, professeur d’histoire en lycée ; Isabelle Blaha, professeure d’histoire en lycée agricole ; Jean-Yves Pennerath, professeur d’histoire en lycée en classe franco-allemande ; Isabelle Bourdier-Porhel, professeure d’histoire-géographie en collège.

  • Conclusion : Perspectives de recherche, enjeux de formation  avec Françoise Lantheaume (ECP) ; Philippe Martin (ISERL) ; Isabelle Saint-Martin (IESR).

Cours du soir et journées de formation en sciences des religions : programme 2013-2014

Le programme 2013-2014 des cours du soir et journées de formation organisés par l’IESR dans le cadre de la formation continue de l’EPHE est paru et les inscriptions sont à envoyer à partir du 19 août 2013 à l’EPHE, Inscriptions – formation continue, 4-14 rue Ferrus 75014 Paris. Les cours ont tous lieu au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris (salle 123).

Programme détaillé:

Introduction a l’islam

  • Sessions en journées, les mercredis 25 septembre et 2 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

  • Pour les deux journées : tarif normal: 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Les deux journées proposent une introduction à l’étude de l’islam, autour de quatre thématiques, relevant d’approches historiques et sociologiques.

Mercredi 25 septembre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : Introduction à la pensée musulmane (Pierre Lory, EPHE)

  • 14h – 17h : L’image en islam à travers les manuscrits (Annie Vernay-Nouri, BnF)

Mercredi 2 octobre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : La diversité de l’islam. Le cas du shi’isme (Mohammed Ali Amir-Moezzi, EPHE)

  • 14h – 17h : La gestion de l’islam dans les politiques publiques (Claire de Galembert, ENS).

Laïcité : principes et pratiques

  • Session en journée, le mercredi 9 octobre 2013 (9h30 / 17h) au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La fin du XIXe  siècle et le début du XXe siècle forment un contexte historique et idéologique bien particulier où les débats sur la laïcité furent passionnés en France. De nos jours nous assistons à un retour de débats et de discours souvent vifs sur ces questions alors même que les grands principes de la loi de 1905 font l’objet d’un consensus. Comment rendre compte de ce paradoxe, sinon en essayant de comprendre le changement de contexte historique et idéologique dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui ?

  • 9h30 – 12h30 : Les enjeux de la laïcité à la fin du XIXe siècle et aujourd’hui en France : continuités ou ruptures (Philippe Gaudin, EPHE-IESR)

  • 14h – 17h : Permanence ou transformation ? La laïcité française entre le juge et le législateur (1989-2013) (Patrice Rolland, Université de Paris Est – Créteil – Val de Marne)

Religion et société aux États-Unis depuis 1880

  • Session en journée, le mercredi 16 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123.

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La religion est très prégnante aux États-Unis, et son rôle est souvent mal perçu et mal compris en France. Pourtant, les États-Unis sont aussi un État laïque. La journée apportera des éléments pour mieux comprendre les relations entre religion, société et État, en revenant sur leur mise en place à la fin du XIXe siècle.

  • Par Blandine Chelini-Pont (Université d’Aix-Marseille 3)

Les religions dans les relations internationales. Une géopolitique du religieux dans le monde contemporain

  • Cycle du soir en novembre et décembre 2013 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Ce cours a pour but de mettre en relief l’impact des religions sur la vie internationale contemporaine, impact qui peut être indirect via la politique intérieure ou direct par l’intervention dans l’espace international. Il étudiera le poids et l’influence des grandes religions du monde aujourd’hui (christianisme, islam, religions de l’Asie) qui s’exerce de manière différenciée selon les grandes zones géographiques et les enjeux religieux tels que traités dans les débats globaux. Une conclusion reviendra sur les tendances du facteur religieux au sein de l’actuelle mondialisation et les interprétations qui peuvent en être données.

  • Jeudis 7, 14, 21, 28 novembre et les 5 et 12 décembre 2013, de 18h30 à 20h au Bâtiment France – Roland Dubertrand (Conseiller pour les affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères)

La religion au Brésil

  • Cycle du soir en novembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le Brésil est un pays très divers du point de vue religieux. Si la majorité de la population est chrétienne, traditionnellement catholique mais aussi depuis peu protestante évangélique, on observe une expansion du spiritisme et un grand nombre de religions afro-brésiliennes. C’est sur ce dernier point peu connu que l’accent sera mis, même si le cycle propose une approche générale de la complexité religieuse de ce pays.

  • Mardi 12 novembre 2013  La religiosité brésilienne (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 19 novembre 2013 : Le spiritisme et ses différentes formes (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 26 novembre 2013 : La religion des orisha : nouvelles configurations du champ religieux afro-brésilien (Stefania Capone, IIAC, CNRS/EHESS)

La conférence portera sur les nouvelles configurations du champ religieux  afro-brésilien mettant en rapport différentes variantes de la  » religion des orisha  » dans la diaspora. L’accent sera mis sur les processus qui ont mené à la diffusion des religions afro-cubaines au Brésil et à leur confrontation avec le modèle dominant du candomblé. Cette diffusion – et les recompositions religieuses qu’elle entraîne – est sous-tendue par une vision de la  » religion des orisha « , élaborée lors des Conférences mondiales sur la tradition et la culture des orisha (COMTOC ou World Yoruba Congress). Cette expression, qui est devenue une puissante métaphore du champ religieux afro-américain, désigne l’ensemble des modalités de culte qui vénèrent les orisha, les dieux d’origine yoruba, autant en Afrique que dans les Amériques. Le cas de la réintroduction dans le candomblé brésilien du culte d’Ifá, qui avait disparu au Brésil dans les années trente avec la mort des derniers babalaôs (spécialistes de la divination), permettra d’appréhender la négociation rituelle engendrée par la rencontre de différentes modalités régionales – nigériane, cubaine et brésilienne – du culte des orisha, en mettant en lumière les enjeux d’une transnationalisation religieuse qui modifie en profondeur l’équilibre, parfois fragile, entre modalités de culte afro-américaines.

Interprétations patristiques de textes bibliques

  • Cycle du soir en décembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Ce cycle propose d’aborder des textes bibliques et d’analyser la manière dont ils ont été lus à l’âge patristique. L’attention sera plus particulièrement accordée aux pratiques exégétiques de deux représentants de l’école d’Alexandrie, Clément et Origène.

  • Mardis 3, 10 et 17 décembre 2013, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Anna Van den Kerchove (EPHE-IESR)

Femmes, clergé, sacerdoce dans quelques traditions religieuses aujourd’hui

  • Cycle du soir en janvier et février 2014 au Bâtiment France – 6 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

La plupart des religions se caractérise par une stricte répartition des fonctions religieuses dans laquelle les femmes sont généralement écartées du sacerdoce, sauf le cas de cultes spécifiquement féminins. Souvent cependant, elles accèdent à certaines fonctions cléricales ou prennent des responsabilités dans des domaines tels ceux de la pastorale, de l’instruction religieuse, ou de la mystique. Le cycle de conférences permettra de s’interroger sur la place des femmes parmi les spécialistes religieux des grandes religions, ainsi que sur les tendances actuelles qui revendiquent leur accès à des fonctions religieuses plus centrales, comme le sacerdoce.

  • Mardi 7 janvier 2014 : L’accès des femmes au rituel synagogal dans le(s) judaïsme(s) contemporain(s) (Béatrice de Gasquet, Université Paris 7)

  • Mardi 14 janvier 2014 : Les femmes pasteurs et les mutations contemporaines du rôle de pasteur (Jean-Paul Willaime, EPHE)

  • Mardi 21 janvier 2014 : L’accès des femmes catholiques à l’autorité religieuse. Approche sociologique (Céline Béraud, Université de Caen, Institut Universitaire de France)

  • Mardi 28 janvier 2014 : Le mysticisme musulman, religion des femmes ? (Sossie Andézian, LAHIC-IIAC, CNRS)

  • Mardi 4 février 2014 : Le statut des femmes dans l’hindouisme : exclusions, inclusions, combats (Martine van Woerkens, EPHE)

  • Mardi 11 février 2014 : La place des femmes parmi les spécialistes religieux en Chine (Vincent Goossaert, EPHE)

L’Égypte ptolémaïque

  • Cycle du soir en janvier 2014 au Bâtiment France – 3 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

À la fin du ive siècle av. J.-C., l’Égypte passe sous domination lagide. Concernant la religion, les Ptolémées poursuivent la politique des pharaons antérieurs, faisant des offrandes aux dieux et dotant les temples de terres et de ressources. Dans le même temps, de nouvelles images religieuses apparaissent, plus ou moins influencées par des « modèles » grecs. Le cycle propose une première approche de la religion dans l’Égypte ptolémaïque.

  •  Jeudi 9 janvier 2014 : Religion et pouvoir : une dynastie gréco-macédonienne face à la religion égyptienne.

Les Ptolémées sont arrivés en Égypte en conquérants. Mais leur attitude à l’égard de la religion égyptienne, comme l’avait été celle d’Alexandre, est respectueuse de traditions qu’ils n’ont d’ailleurs aucun intérêt à bousculer. Une collaboration s’établit très tôt entre les rois et les hauts dignitaires du clergé égyptien, qui par ailleurs peuvent être des hauts fonctionnaires de l’administration. Un cas particulier : les relations étroites entre le roi et le grand-prêtre de Ptah de Memphis. Les grands temples, véritables entités économiques, ont-ils pu constituer des « contre-pouvoirs » en face du pouvoir royal ? Pas sûr ; pourtant, essai de contrôle des terres des temples au IIIe siècle, puis à partir du IIe siècle mesures extrêmement libérales (amnistie, remise d’impôts…). Possible évaluation de la situation des rap-ports pouvoir/clergé à l’époque de Cléopâtre VII ?

  •  Jeudi 16 janvier 2014 : Une religion plus que jamais vivante.

Les centres de la vie religieuse : les grands temples, leurs importants textes théologiques et liturgiques, leurs multiples activités économiques, médicales, judiciaires… Or la plupart de ceux qui ont été conservés ont été construits à l’époque ptolémaïque. Les très nombreux temples de la vallée et des oasis fonctionnent également comme des centres de la vie locale. Les formes traditionnelles de la vie religieuse sont préservées. Le culte quotidien est réservé au clergé, mais les fidèles sont impliqués dans de nombreuses pratiques, fêtes, visites aux temples, consultation des oracles, pratiques sur lesquelles on est beaucoup mieux informé que pour l’époque pharaonique. Développement des rites et croyances funéraires : l’extension de la momification. Question de ce qu’on appelle improprement le « culte des animaux ».

  •  Jeudi 23 janvier 2014 : Des idées, des images nouvelles.

Les Grecs installés en Égypte ont apporté avec eux leurs cultes et leurs pratiques funéraires. Le système égyptien et le système grec fonctionnent côte à côte, avec leurs temples et leurs clergés. Mais des passages s’établissent. Le culte « nouveau » de Sarapis, au départ limité à Alexandrie, s’étend progressivement à toute l’Égypte ; des dieux égyptiens peuvent être invoqués avec un vocabulaire grec. Des images nouvelles des dieux égyptiens apparaissent, plus ou moins « hellénisées », mais apparemment dans un usage non liturgique, souvent lisibles selon une double lecture, en fonction de la culture, égyptienne ou grecque, des utilisateurs. En revanche, dans le domaine funéraire, ce sont les pratiques égyptiennes qui s’imposent au détriment des rites grecs. L’Égypte devient alors multiculturelle et multi-religieuse (le judaïsme est également bien présent).

  •  Jeudis 9, 16 et 23 janvier 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Françoise Dunand (Professeur émérite des Universités)

L’annulation de l’ego dans le Talmud et la mystique juive

  • Cycle du soir en janvier, février et mars 2014 au Bâtiment France – 4 séances : 3 jeudis et 1 mercredi (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

On entend fréquemment que le dépassement de l’ego, de la personne, dans un élan vers l’absolu est un thème commun, mutatis mutandis, à tous les grands courants mystiques.

Nous verrons ici comment le Hassidisme, mouvement mystique juif éclos au XVIIIe siècle, a relié, sur ce thème, les sources ésotériques de la Kabbale aux textes du Talmud. C’est d’ailleurs ce pont entre deux corpus et deux types de pensée connexes, mais néanmoins distincts, qui fait l’une des originalités du Hassidisme.

Cette exploration se veut aussi comparatiste et permettra ainsi d’aborder, outre les sources, certains auteurs modernes, par exemple Elie Wiesel et Paul Valéry.

Notre recherche devra aussi considérer certains aspects éthiques : comment le Hassidisme a-t-il conçu le dépassement du « moi-je » dans l’humilité, quelles définitions (plurielles) donner à ces valeurs ?

  • Jeudis 30 janvier, 6, 13 février 2014 et le mercredi 5 mars 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Bernard Paperon (Agrégé de Lettres classiques)

De l’Église persécutée à l’Église persécutrice. Histoire du christianisme aux IVe et Vsiècles

  • Cycle du soir en mars, avril et mai 2014 au Bâtiment France – 8 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 137 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 86 €

Alors qu’il est régulièrement persécuté depuis 250, le christianisme devient une religion reconnue dans l’Empire romain en 311 avec l’Édit de Galère. Entre 325 avec le concile de Nicée et 451 avec le concile de Chalcédoine, l’Église devient dominante et triomphante, en éliminant le paganisme, en combattant l’hérésie et en réduisant l’influence du judaïsme. L’approche proposée dans ces conférences relève à la fois de l’histoire politique et de l’histoire religieuse : l’une et l’autre étant inséparables.

  • Mardi 4 mars 2014 : Le christianisme à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle

  • Mardi 11 mars 2014 : La persécution du christianisme par Dioclétien et sa reconnaissance par Constantin (303-337)

  • Mardi 18 mars 2014 : Le concile œcuménique de Nicée de 325, la confrontation avec Arius

  • Mardi 25 mars 2014 : La lutte contre le paganisme aux IV e et Ve siècles

  • Mardi 1er avril 2014 : Les relations entre l’Église et l’État dans l’Empire romain au IVe siècle : la question idéologique

  • Mardi 29 avril 2014 : La lutte contre l’hérésie aux IVe et Ve siècles

  • Mardi 6 mai 2014 : Le concile œcuménique de Chalcédoine de 451, la confrontation avec Eutychès

  • Mercredi 7 mai 2014: La lutte contre le judaïsme aux IVe-Ve siècles
  • Par Simon C. Mimouni (EPHE)

Le Stabat Mater en musique et en peinture

  • Cycle du soir en mars et avril 2014 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Le Stabat Mater est un poème médiéval d’origine franciscaine qui a profondément inspiré les artistes, tant les peintres, les sculpteurs que les musiciens. Depuis le Moyen Âge, l’image violente de la mère souffrant au pied de son fils mourant a suscité maintes interprétations à travers les siècles.

L’étude de plusieurs Stabat Mater en musique trouvera un écho dans les œuvres d’art de la même période. Du grégorien à Poulenc, de la peinture médiévale au plus contemporain, ce cycle de cours croisera la musique et les arts pour découvrir les multiples facettes de cet épisode de la Passion.

  • Jeudis 6 et 13 mars, mercredi 19 mars, jeudis 27 mars, 3 et 10 avril 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Hélène Décis-Lartigau (musicologue) et Isabelle Saint-Martin (EPHE)

La religion chez Auguste Comte et Sigmund Freud

  • Cycle du soir en mai 2014 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le cycle de conférences poursuivra celui de 2012-2013 sur les efforts théoriques d’Auguste Comte et Sigmund Freud quant à la compréhension du phénomène religieux. Il n’est cependant pas nécessaire d’avoir suivi le cycle précédent. On insistera sur la notion de religion de l’humanité chez Comte et sur la question de la possibilité de dépassement de la religion chez Freud.

  • Mardis 13, 27 mai et 3 juin 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France  – Philippe Gaudin (EPHE-IESR)

L’art bouddhique

  • Cycle du soir en mai et juin 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123 – 2 mercredis et 2 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

De l’Inde au Japon, au cours des siècles, le bouddhisme a uni l’Asie, assimilant les styles locaux et léguant un patrimoine d’une richesse exceptionnelle et d’une incroyable diversité.

Dans un premier temps seront abordés les différents modes de représentation du Buddha, tant dans la sculpture que dans la peinture, à partir des trois écoles principales indiennes et suivant trois trajectoires : la route Nord de l’Asie Centrale à la Chine et au Japon, la route Sud de Sri Lanka à l’Asie du Sud-Est, enfin l’évolution tantrique du Népal au Tibet et en Mongolie.

Dans un second temps, les développements architecturaux seront mis en évidence en présentant trois grands types de construction, suivant leur contexte symbolique, historique et géographique : le stupa, le monastère et le temple.

Cette vaste fresque sera complétée par une présentation des évolutions doctrinales associées aux différentes écoles qui vont se créer, suivant les trois grands développements de l’enseignement bouddhique.

  • Jeudi 15 mai, mercredis 21 et 28 mai et jeudi 5 juin 2014 de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Guy David (IESR)

Informations pratiques

Tarifs des cours

Inscription

Tarif

Accès

Conférence d’essai

20 €

Tout public

Passeport EPHE-IESR

198 €

Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année pour 2013-2014.

Tarif normal

Selon le cycle

Tout public hors tarif réduit ou préférentiel

Tarif réduit

Selon le cycle

  • Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs

  • Aux titulaires de la carte MAHJ (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Dès la 2e inscription à un cycle de l’année 2013-2014.

Tarif préférentiel

Chaque cycle à 20 €

Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;

  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;

  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;

  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque, à partir du 19 août 2013 :

    1. à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

    2. à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 4-14 rue Ferrus — 75014 Paris.

  5. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès à la salle de cours au Bâtiment France, salle 123

Cours au Bâtiment France (salle 123, 1er étage) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au Bâtiment France

(cliquez sur l’image pour une vue plus large) :

Image1

 

« L’Arbre à défis » : un outil pour aborder différemment la laïcité et les faits religieux à l’école

ENQUÊTE est une association créée en octobre 2010. Elle cherche à promouvoir le vivre-ensemble, et notamment la découverte de la laïcité, dans un environnement actuel où les questions religieuses sont extrêmement sensibles et celle de la coexistence apaisée des différentes options convictionnelles, dont l’athéisme, parfois mise à mal.

Il s’agit pour nous de proposer des outils à destination des enfants du primaire, de découverte des faits religieux et de la laïcité, sous un angle non-confessionnel, par le biais du jeu.

Nous travaillons à la fois à des ateliers animés dans des écoles et centres sociaux (Paris, Lille et Marseille actuellement) et un jeu pour les enseignants, développons un site d’outils complémentaires et envisageons une série de fiction (format court). Continuer la lecture de « L’Arbre à défis » : un outil pour aborder différemment la laïcité et les faits religieux à l’école

Laïcité, laïcités, reconfigurations et nouveaux défis (Afrique, Amériques, Europe, Japon, Pays arabes): colloque les 11-12/04/13 au site Pouchet du CNRS

Colloque international co-organisé par le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS-EPHE), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH, Paris) et le Centre d’Études ethniques des Universités montréalaises (CEETUM, Montréal), avec le soutien de la Ligue de l’Enseignement, la Commission Islam et Laïcité, DébioPHARM Group (Lausanne).

Comité scientifique : Jean Baubérot (EPHE), Sonia Dayan-Herzbrun (Paris VII), Jean-Pierre Dozon (FMSH, EHESS), Micheline Milot (CEETUM), Philippe Portier (EPHE, CNRS).

  • Les jeudi 11 et vendredi 12 avril 2013

  • Au site Pouchet du CNRS : 59-61 rue Pouchet Paris 17e (Métro Brochant ou Guy Môquet, RER C Porte de Clichy, bus 66 arrêt La Jonquière, bus 31 arrêt Guy Môquet ou Brochant-Cardinet), salle de conférence au rez-de-chaussée

  • Entrée libre

Argumentaire

Ces dernières années, des événements d’importance se sont produits qui confirment la place centrale de la laïcité dans le débat social et politique de nombreux pays relevant d’aires culturelles diverses.

  • Au plan social, on a repris, à nouveaux frais, la réflexion autour de la place du religieux dans l’espace public. Le débat s’est développé en Europe sur l’assise, principalement, d’une interrogation portant sur la question de la « visibilité de l’islam », elle-même souvent liée à la question de l’ « identité nationale ». Au Canada, à la faveur du débat engagé lors de la réflexion de la commission Bouchard-Taylor, on a repris la question des « accommodements raisonnables ». Ces problèmes touchent ailleurs, aux Etats-Unis mais aussi en Amérique latine, la question du rapport entre la loi positive et la norme morale que les groupes religieux entendent promouvoir. Les « printemps arabes » nous ont confrontés, de même, à l’affrontement de visions du monde très différentes sur la question du rapport de la foi musulmane et du droit de l’État.

  • Au plan juridique, des événements nouveaux sont également intervenus. Le droit, un peu partout, a établi de nouvelles dispositions. Certaines, en France notamment (avec le hijab ou le niqab) ou en Italie (affaire Lautsi), concernent les signes religieux. D’autres, en Amérique du Sud ou en Europe, le corps, le genre, la sexualité, la vie. Des pays arabes, soustraits aux dictatures néo-patrimoniales, sont engagés aujourd’hui dans une vaste ingénierie constitutionnelle, qui conduit certains constituants à poser la question du fondement islamique de la norme législative, et à tenter d’articuler le principe de la religion plus ou moins officielle ou dominante et celui de liberté de conscience, et d’autres à rechercher des voies fort différentes.

Ce colloque vise, en s’appuyant sur une série de recherches nouvelles en la matière, à établir un bilan approfondi sur la situation récente. Il s’assigne, en s’arrêtant sur un corpus large de différentes situations nationales (pays européens, arabes, américains et Japon), trois objectifs principaux.

  • D’abord, reprendre la question des cadres d’intelligence de la laïcité. Comment se construisent les « imaginaires » de la laïcité ? Quelles sont les facteurs qui pèsent sur leur définition ? On rappellera ici que l’articulation du pouvoir politique et de la liberté de conscience ne fait pas, aujourd’hui, l’objet d’un traitement homogène de la part des différents pays, ni au sein même de chaque pays, de la part des différentes fractions de l’opinion publique.

  • Ensuite, reprendre la question des types de règlementation du religieux et, plus précisément, le problème de la laïcisation du droit. Comment s’opère, à présent, la réarticulation du rapport entre le droit positif et la norme religieuse ? Le mouvement n’est probablement pas univoque. Il articule, selon des configurations différentes en fonction des divers pays, à la fois des éléments de reconnaissance du religieux et de résistance à son caractère englobant.

  • Enfin, reprendre la question des modes de gouvernance du religieux. Au cours de ces dernières années, on a assisté, dans de nombreux pays, à une évolution de la gestion du religieux. Il s’agira ici de revenir sur les types nationaux d’élaboration des politiques religieuses, en montrant comment ils sont retravaillés, actuellement,, à la fois, par les dynamiques, sociales et culturelles, des sociétés internes et par les influences de la société internationale, du processus de globalisation.

Ces trois perspectives se retrouveront dans les cinq Panels de ce colloque international.

Programme

Jeudi 11 avril 2013

8h45 : Accueil café

  • 9h15-10h30: Introduction

J. Baubérot (GSRL, EPHE) – M. Milot (CEETUM-UQAM) :«Laïcité, laïcités : Pistes de réflexion et d’analyse »

  • 10h45-12h45: Panel I: Héritage et Actualité

Témoignages d’acteurs :

P. Galand (Centre d’Action Laïque belge et Fédération Humaniste Européenne) : « Y a-t-il une place pour la laïcité dans l’espace européen ? »

P. Tournemire (Ligue française de l’Enseignement) : « La Ligue de l’enseignement et la laïcité, un même chemin »

Discutant : J.-P. Martin (GSRL, Université de Lille III) : « Laïcité française, laïcité belge : deux usages d’une même notion »

  • 14h-16h30 : Panel II : Processus de globalisation, religions, laïcité

R. Liogier (CHERPA, Observatoire du religieux, Sciences-Po Aix-en-Provence) : « La globalisation des forces religieuses dans un monde formellement sécularisé »

M. Wieviorka (FMSH, EHESS): “Pour en finir avec la confusion laïcité, muticulturalisme, religion et culture dans un monde globalisé et multipolaire »

J.-P. Willaime (GSRL, EPHE)  : « Les déterminations historiques, juridiques et sociologiques d’une laïcité de reconnaissance et de dialogue dans l’Europe contemporaine »

V. Zuber (GSRL-EPHE) : « Droits de l’homme et laïcité. Dogmes républicains ou libertés démocratiques ? »

  • 17h-19h : Panel III : Liberté de conscience et non-discrimination

L. Benhadjoudja (CETUM, UQAM) : « Le féminisme musulman au Québec, quel enjeu pour la laïcité ? »

K. Daté (Université de Sophia, Tokyo) : « De la laïcité de séparation à la laïcité de reconnaissance au Japon »

S. Dayan-Herzbrun (Université de Paris VII) : « État civil et libertés individuelles à la Lumière des printemps arabes »

Vendredi 12 avril 2013

9h : Accueil café

  • 9h-30-12h30 : Panel IV : Stratégie des forces religieuses dans la sphère publique

M. Chaoul (Institut de Sciences sociales, Université libanaise, Beyrouth) : « La forclusion de l’État par les communautés religieuses au Liban. Les effets pervers du régime de la convivialité des communautés »

J.-P. Dozon (FMSH, EHESS)  : « Les processus de prolifération religieuse dans les sphères publiques africaines »

F. Mallimaci (Université de Buenos-Aires) : « La laicité de subsidiarité entre extension politique de droits et rejet du front religieux »

P. Michel (Centre Maurice Halbwachs, CNRS) : « Stratégies catholiques dans la sphère publique »

A. Saris (CEETUM, UQAM) : « La mobilisation du droit par les forces religieuses au Canada et leurs fondements »

  • 14h-16h30 : Panel V : Production de normes et nouvelles frontières

R. Blancarte (Colegio de Mexico) : « Le Mexique, une République laïque : fin du chemin ou début des débats ? »

M. Delmas-Marty (Collège de France) : « Internationalisation des normes et métamorphose de l’ordre juridique »

J.-M. Ducomte (Institut d’études Politique de Toulouse) : « Entre respect des libertés publiques et garantie de l’ordre public : les évolutions de la normativité en matière de laïcité »

L. Labidi (Middle East Institute, Université de Singapour) : « Le printemps arabe en Tunisie : Parité, élections et luttes pour le droit des femmes »

  • 16h45-17h30 : Conclusion

Ph. Portier (GSRL, EPHE)

17h30 : Verre de l’amitié.

Cours du soir et journées de formation en sciences religieuses (2012-2013)

Présentation

Les cours se déroulent, selon les cycles, à l’IESR ou au bâtiment France

L’IESR et la section des sciences religieuses de l’EPHE proposent des cycles de conférences ouverts à tout public, animés par des enseignants de l’EPHE ou des chercheurs invités. Les religions y sont abordées par leurs dimensions historique, sociologique, juridique et philosophique, dans une perspective distanciée, pluraliste et laïque.

–        L’École pratique des hautes études (EPHE) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche.

–        L’Institut européen en sciences des religions (IESR) est un institut de formation de l’EPHE, associé à la Section des Sciences religieuses, qui a pour but de constituer un lieu laïque d’expertise et de conseil sur l’histoire et l’actualité des questions religieuses.

Modifications pour le cycle « Jérusalem »:

  • Le cours prévu le mardi 2 avril 2013 (18h30-20h) à l’IESR est maintenu. Suite à la disparition de Gilles Veinstein, professeur au Collège de France, la séance sera assurée par son collègue Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS. La séance portera sur «La Jérusalem ottomane».
  • Le cours de Henri Bresc prévu le mardi 26 mars 2013 (18h30-20h) à l’IESR « Jérusalem, XIe-XIVe siècles, compétitions et voies de coexistence oecuménique » est déplacé au mardi 21 mai 2013 (18h30-20h) à l’IESR

Programme 2012-2013

Mésopotamie

–        Cycle du soir en octobre 2012 à l’IESR – 4 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

Dans la suite du programme proposé en novembre 2010, ce cycle poursuit la présentation de la religion en Mésopotamie, de mieux en mieux connue grâce à des recherches récentes. Les deux premières séances seront consacrées à la religion syro-mésopotamienne, puis l’accent sera mis sur l’aspect féminin de la divinité et sur le personnel religieux féminin. Aucun prérequis n’est demandé.

–        2 et 9 octobre 2012 : Présentation de la religion et du panthéon syro-mésopotamien (Maria-Grazia Masetti-Rouault, EPHE)

–        16 octobre : Inanna/Ishtar, volupté amoureuse et férocité guerrière (Véronique Grandpierre, IA, Paris)

–        23 octobre : Prêtresses et prophétesses (Brigitte Lion, Université de Tours)

Bibles en traduction

–        Session en journée, le mercredi 17 octobre 2012 (9h30/12h30-14h/17h) à l’IESR

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La Bible ou plutôt les Bibles juive et chrétienne ont fait l’objet de nombreuses traductions, d’abord en grec (pour les écrits juifs, c’est la Septante) et en latin (pour la Bible chrétienne, c’est la Vetus latina) puis dans les langues vernaculaires. Pourtant, traduire, et plus encore traduire des écrits religieux canoniques, ne va pas de soi. Des questions se posent quant à la légitimité de l’acte, quant aux langues dans lesquelles il est permis ou non de le faire, quant aux techniques de traduction et à l’interprétation que l’on a du texte original. Ainsi, les traductions ont-elles souvent été au cœur de polémiques religieuses. On s’interrogera également sur ce que ces Bibles traduites représentent matériellement.

–        Les traductions de la Bible de l’Antiquité au Haut Moyen Age (Martine Dulaey, EPHE)

–        Les traductions de la Bible en français (Gilbert Dahan, EPHE)

–        Les traductions françaises de la Bible au XVIe siècle : humanisme, réformes protestante et catholique (Annie Noblesse-Rocher, Université de Strasbourg)

–        L’enjeu de la traduction dans l’épistémologie exégétique de Richard Simon (Pierre Gibert, Université Catholique de Lyon)

–        Légitimités de la traduction biblique dans la tradition juive (Jean-Jacques Wahl, Association européenne pour la culture juive)

Le Taoïsme

–        Cycle du soir en novembre 2012 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 3 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Trois grandes voies spirituelles ont dominé la Chine : le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme. Il serait vain de les opposer, même si parfois au cours des siècles, elles sont entrées en concurrence tout en s’influençant mutuellement.

Le taoïsme emprunte au fond religieux de la Chine ancienne des notions telles que : forces de la nature, ordre cosmique, culte des ancêtres, complémentarité Yin Yang.

Selon la tradition, le taoïsme a été fondé au vie ou ve siècle avant notre ère par Laozi, peut-être un personnage légendaire. Il aurait écrit le Daode jing (livre du tao), enseignant que l’individu, pour atteindre le bonheur, doit rechercher l’unité avec le tao en suivant l’exemple de la nature. Le taoïsme s’est développé suivant un enseignement philosophique (chia) et une doctrine (chiao), les deux établissant une unité intrinsèque entre la pratique du tao et la quête de l’immortalité.

Au cours des siècles, face à l’influence grandissante du bouddhisme, le taoïsme s’est structuré avec des écoles, des rituels et un panthéon particulièrement riche et complexe.

Les trois conférences s’articuleront suivant une progression ternaire : 1/ Fondement et histoire ; 2/ Enseignements et courants ; 3/ Panthéon et pratiques.

–        Jeudis 8, 15 et 22 novembre 2012, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Guy David (IESR)

La Nativité dans les arts

–        Cycle du soir en novembre et décembre 2012 à l’IESR – 5 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 83 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 52 €

Célébration de la naissance de Jésus, en lien avec le dogme de l’Incarnation, Noël est l’une des principales fêtes chrétiennes. Elle est de ce fait l’un des grands thèmes d’inspiration des artistes, qui se fondent à la fois sur les écrits canoniques et sur les traditions « apocryphes » et légendaires. Ce cycle de conférences abordera le thème de la Nativité sous l’angle de l’histoire des arts, en analysant plusieurs œuvres musicales ainsi que, en contrepoint, certaines représentations picturales.

–        Mardis 20, 27 novembre 2012, 4, 11 et 18 décembre 2012, à l’IESR – Hélène Décis-Lartigau (musicologue) et Isabelle Saint-Martin (EPHE)

Introduction à l’islam

–        Sessions en journée à l’IESR les mercredis 28 novembre et 5 décembre 2012

–        Tarif normal pour les deux journées : 100 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 62 €

–        Tarif normal à la journée : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Les deux journées sont une initiation à l’islam, autour de cinq thématiques : la diversité religieuse ; les écrits fondateurs ; l’iconographie ; la gestion publique de l’islam en France et les salafismes en France.

Mercredi 28 novembre 2012 :

–        9h30-12h30 : L’islam et sa diversité (Mohammed Ali Amir-Moezzi, EPHE)

–        14h30-17h15 : Les textes fondateurs de l’islam : le Coran, le hadith (Pierre Lory, EPHE)

Mercredi 5 décembre 2012 :

–        9h30-12h30 : Les images en islam (Annie Vernay-Nouri, BnF)

–         14h-15h30 : Gestion publique de l’islam (Claire de Galembert, CNRS)

–         15h30-17h : Comprendre le salafisme contemporain. Définitions, lieux communs et réalités du terrain (Maryam Borghée, EPHE)

L’auteure de « Voile intégral en France, sociologie d’un paradoxe » (Éditions Michalon) exposera les axes cardinaux d’une doctrine historique avant d’en aborder les nouvelles pratiques sociales devenues problématiques sur le territoire national.

Le mouvement de Jésus hors du judaïsme au IIe siècle

–        Cycle du soir en janvier et février 2013 à l’IESR – 8 lundis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 132 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 83 €

Le développement du mouvement de Jésus hors du judaïsme se caractérise par une opposition permanente entre ses tendances d’origine « juive » et ses tendances d’origine « païenne ». Il se traduit aussi par une lutte de ces divers éléments, surtout le second, à l’égard des autorités romaines, qui n’ont jamais pu accepter de considérer le christianisme comme une religiosité parmi d’autres. Elles estimaient sans doute le culte messianique comme une contestation du culte impérial, ce qu’il a été de fait parmi ses membres les plus extrêmes. C’est donc à une série de crises internes et de crises externes que se voit confronté le mouvement chrétien à partir des années 135-150.

Issu du judaïsme, le christianisme s’est implanté et développé en milieu gréco-romain. Phénomène original, il n’en a pas moins subi l’influence du milieu d’où il est issu. Un des problèmes majeurs de l’histoire du mouvement chrétien aux Ier-IIe siècles est d’essayer de préciser, et en quelque sorte de doser, la part respective des éléments « juifs » et des éléments « païens » dans sa genèse et son évolution.

–        Lundi 7 janvier 2013 : Les origines du christianisme en Palestine et en Diaspora aux Ier et IIe siècles de notre ère : les communautés et les doctrines

–        Lundi 14 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances judaïsantes (les nazoréens et les ébionites)

–        Lundi 21 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances judaïsantes (les elkasaïtes et le cas de Cérinthe)

–        Lundi 28 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances paganisantes (le gnosticisme et le marcionisme)

–        Lundi 4 février 2013 : Les crises internes : les tendances paganisantes (le montanisme et le cas de Tatien)

–        Lundi 11 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le paganisme (l’apologétique)

–        Lundi 18 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le paganisme (la persécution)

–        Lundi 25 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le judaïsme (l’antijudaïsme)

–        Par Simon C. Mimouni (EPHE)

Laïcité : principes et pratiques

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 9 janvier 2013 (9h30-17h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La laïcité a récemment été au cœur de discours et de débats parfois très passionnés. C’est pourquoi, dans ce contexte, il semble utile et important de revenir d’une part sur le principe français de laïcité, dans une perspective juridique, d’autre part sur son application au sein de l’espace scolaire.

–        9h30–12h30 : – Introduction (Dominique Borne, IESR) – Le principe de laïcité en droit français : République laïque, service public laïque (Frédérique de la Morena, HCI)

–        14h-17h : Les enjeux actuels de la laïcité à travers son application à l’école (Abdennour Bidar, HCI) – Synthèse (Philippe Gaudin, IESR)

Talmud et mystique juive : leur rencontre et leur confrontation

–        Cycle du soir en janvier 2013 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 4 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

Le Talmud est un corpus à la fois normatif et édifiant. Comme le souligne Charles Touati (ancien directeur d’études à l’EPHE, chaire « Judaïsme talmudique et rabbinique »), dans son article « Talmud » de l’Encyclopaedia Universalis, le Talmud a façonné la conscience et le mode de vie des juifs dès le début de l’ère chrétienne (et même avant, si l’on tient compte de la tradition rabbinique qui l’a produit). Au xviiie siècle, la mystique connaît un essor populaire avec la naissance et l’expansion du Hassidisme, encore dynamique en notre temps. Ces deux courants, certes distincts, se sont rencontrés : le Hassidisme a procédé à une relecture du Talmud, à travers les grilles de l’interprétation mystique des cabalistes. C’est ce que nous nous proposons d’explorer. Le premier passage du Talmud qui sera traité (Sota 34b / 35a ) a fait l’objet d’une étude du philosophe Lévinas, dans ses Quatre lectures talmudiques (éditions de Minuit), ce qui permettra d’ouvrir une comparaison entre cette lecture et celle proposée par la mystique juive.

–        Jeudis 10, 17, 24 et 31 janvier 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Bernard Paperon (Académie de Jérusalem des études juives)

Religion et société aux Etats-Unis depuis 1880

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 6 février 2013 (9h30-17h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La religion est très prégnante aux États-Unis, et son rôle est souvent mal perçu et mal compris en France. Pourtant, les États-Unis sont aussi un État laïque. Le cycle apportera des éléments pour mieux comprendre les relations entre religion, société et État, en revenant sur leur mise en place à la fin du xixe siècle.

–        Par Blandine Chelini-Pont (Aix-Marseille 3)

Visages d’Orphée

–        Cycle du soir en février 2013 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 3 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Le mythe raconte que le chant et la musique d’Orphée charmaient êtres animés et inanimés, qu’il est allé aux Enfers chercher sa bien-aimée, qu’il est mort mis en pièce par des femmes furieuses, mais que sa tête a continué à chanter. Personnage mythologique, Orphée est aussi objet d’un culte. Les Grecs lui élèvent un sanctuaire où il rend des oracles, et lui attribuent également une théogonie et des hymnes sacrés qui servent de point d’appui à une tradition religieuse, l’orphisme.

Innombrables sont donc les visages d’Orphée. Ils seront évoqués ici à partir des sources écrites et iconographiques, selon trois grands thèmes : Orphée l’Enchanteur ; Orphée amoureux ; Orphée et l’orphisme.

–        Jeudis 7, 14, 21 février 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment FranceAnne Zali (directrice honoraire du service pédagogique de la BnF)

Jérusalem

–        Cycle du soir en mars, avril, mai 2013 à l’IESR – 7 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 116 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 73 €

Jérusalem : ville au cœur de plusieurs religions et de nombreuses passions, une ville aux multiples visages, à la fois historique, mystique, symbolique, religieux. Le cycle propose d’explorer ces différents aspects à travers un parcours dans le temps, dans l’espace et dans l’imaginaire.

–        Mardi 19 mars 2013 : Jérusalem cité sainte, centre du monde (Marie-Françoise Baslez, Paris IV)

–       Mardi 2 avril 2013 : La Jérusalem ottomane (Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS)

Suite à la disparition de Gilles Veinstein, professeur au Collège de France, la séance sera assurée par son collègue Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS.

–       Mardi 9 avril 2013 : Jérusalem dans l’imaginaire musulman (Nicolle Samadi, IESR)

–       Mardi 16 avril 2013 : Enjeux politiques et identités religieuses de Jérusalem à l’époque contemporaine (Stéphanie Laithier, IESR)

–       Mardi 23 avril 2013 : Images et imaginaire de Jérusalem dans le christianisme (Isabelle Saint-Martin, EPHE)

–       Mardi 14 mai 2013 : Patrimonialisation des lieux saints (Sossie Andézian, CNRS)

–       Mardi 21 mai 2013 : Jérusalem, XIe-XIVe siècles, compétitions et voies de coexistence œcuménique (Henri Bresc, Paris Ouest Nanterre La Défense)

Introduction à la théorie de la religion chez Auguste Comte et Sigmund Freud

–        Cycle du soir en mars et avril 2013 Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 4 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

On essaiera de comprendre en quoi ces deux efforts théoriques enracinés dans le xixe siècle conditionnent encore largement notre compréhension du phénomène religieux tout en ayant montré leurs limites. Les deux premières séances seront consacrées à Auguste Comte et les deux suivantes à Sigmund Freud.

–        Jeudis 21, 28 mars, 4 et 11 avril 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment FrancePhilippe Gaudin (IESR)

Méthodologie en ethnologie et en anthropologie du religieux

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 10 avril 2013 (10h-16h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La journée propose une initiation à la méthodologie en ethnologie et en anthropologie du religieux, autour de deux questions principales : la manière dont le chercheur construit sur le terrain sa relation à son objet d’étude ; la façon dont les technologies numériques, de plus en plus utilisées en sciences humaines, modifient les méthodes et les pratiques du terrain.

–        10h-12h30: Sur le terrain : la construction de la relation ethnographique (Odile Journet-Diallo, EPHE)

–       14h-16h: De l’anthropologie visuelle à l’anthropologie du numérique : évolution des méthodes et des pratiques (Nadine Wanono, CNRS)

La prophétie en Israël au temps de l’Exil

–        Cycle du soir en mai et juin 2013 à l’IESR – 5 lundis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 83 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 52 €

Le parcours proposé prolongera la lecture des livres prophétiques menée au cours des deux précédentes années. On se centrera cette fois sur deux grandes voix du vie siècle qui accompagnent l’Exil et profilent son terme. À partir d’un choix de textes, on introduira ainsi à la lecture du livre d’Ezéchiel, le prophète visionnaire prêtre du temple de Jérusalem, et à celle des oracles de l’anonyme dont la prédication est recueillie dans le deutéro-Isaïe.

–        Lundis 13 et 27 mai, 3, 10 et 17 juin 2013, de 18h30 à 20h, à l’IESR – Anne-Marie Pelletier (professeur honoraire des Universités)

Renseignements pratiques

Contacts

Pour obtenir des renseignements complémentaires :

–        sur les tarifs et inscriptions, contacter l’IESR;

–        sur le contenu scientifique des cours du soir, contacter Isabelle Saint-Martin ou Anna Van Den Kerchove.

Tarifs des cours

Inscription Tarif Accès
Conférence d’essai 18 € Tout public
Passeport EPHE-IESR  195 € Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année
Tarif normal Selon le cycle Tout public hors tarif réduit ou préférentiel
Tarif réduit Selon le cycle –        Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs-        Aux titulaires de la carte MAHJ(joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)-        Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)-        Dès la 2e inscription à un cycle.
Tarif préférentiel Chaque cycle à 20 € Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;
  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;
  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;
  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque :

1-      à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

2-      à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 46, rue de Lille — 75007 Paris.

  1. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès aux salles de cours

Consulter chaque descriptif de cycle pour connaître la localisation (IESR ou bâtiment France) :

–        Cours à l’IESR : 14 rue Ernest-Cresson (porte cochère verte à gauche de l’entrée principale), 75014 Paris, MDenfert-Rochereau ou Mouton-Duvernet

Plan d’accès à l’IESR 

–        Cours au bâtiment France (salle 117) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au bâtiment France

 

 

Des lycéens discutent du sacré, du profane et de la laïcité

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Abbaye de Fontevraud, jeudi 7 et vendredi 8 juin 2012 : 1 journée et demie bien remplie pour des lycéens (2nde et 1es) venant de deux lycées de la région. Ce court séjour clôture une année de projet avec leur enseignant d’histoire et un enseignant de philo. Le projet est issu du Programme d’actions éducatives des Pays de la Loire et avait pour thème « Dialogue interculturel entre les religions », un thème que les enseignants n’ont pas trouvé évident de traiter, ce que je peux comprendre. La formulation serait à revoir.

Après avoir visité l’abbaye, les jeunes ont fait la restitution de leur travail. J’y ai assisté et j’ai trouvé cela vraiment bien (sachant la difficulté du sujet et le temps qu’ils avaient). Un premier groupe s’est concentré sur l’abbaye elle-même et s’est interrogé sur la dialectique sacré / profane, en rapport avec les notions d’espace (ouvert, fermé), de beauté (le sacré, est-ce toujours ce qui est beau ?). La mise en scène quasi théâtrale était étudiée et captivante. Le power point effectué était de qualité et mériterait d’être valorisé ! sur un site académique.

Le second groupe avait confectionné plusieurs panneaux sur la laïcité. Après les avoir présenté, ils ont mis en scène un débat autour de la question « la laïcité facilite-t-elle le dialogue interculturel ? » Le débat fut animé, mais toutes les interventions furent écoutées avec respect. À retenir : une vision assez négative de la laïcité, avec des idées fausses (concernant la relation à la tolérance, l’idée que la laïcité invite à se cacher…). Ce débat fut donc intéressant par sa qualité, mais aussi parce qu’il révèle certaines fausses idées qu’il faut connaître pour améliorer les formations futures.

L’après-midi s’est terminé par trois heures d’atelier culturel pour les élèves (danse, chant, théâtre), avec restitution en soirée. Les jeunes m’ont « bluffée », excusez-moi pour le terme, mais c’est vraiment cela, pour la qualité de leur restitution ! Ils étaient exceptionnels !

Après cette journée bien remplie, le lendemain, conférence par moi-même sur « Sacré, profane, laïcité » (c’était la commande !), un sujet bien vaste, que j’ai abordé en parlant de l’Antiquité, et du sacré / profane dans l’Antiquité. Puis, la parole fut donnée à M. É, inspecteur de philosophie à Nantes, sur la laïcité. Nous avons essayé l’un et l’autre de corriger certaines idées fausses et surtout de leur donner des éléments pour mûrir et approfondir leur propre réflexion. Nous avons dû les intimider ; à part un jeune, les autres n’ont pas osé s’exprimer et dialoguer avec nous.

Bilan de cette journée et demie : très bien, à recommencer, avec un sujet peut-être plus abordable, ce qui devrait être fait selon les dernières discussions.

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter