Archives par mot-clé : laïcité

« Les sept laïcités françaises » et « Penser la laïcité »

Jean Baubérot et Catherine Kintzler débattront de la question de la laïcité à partir de leurs ouvrages.

Discutants : Philippe Gaudin et Marie Perret
Mercredi 30 septembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France, auditorium
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Les sept laïcités françaises
couverture Baubérot
Jean Baubérot, Les sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015).

Avec la loi de séparation des Églises et de l’État (1905) et son inscription dans la Constitution (1946 et 1958), la laïcité apparaît comme une référence importante en France. Depuis le début du XXIe siècle, elle est de plus en plus invoquée, et une très grande majorité de Français affirment qu’ils y sont « attachés ». Pourtant des spécialistes soulignent la « confusion » qui règne sur le sens de ce terme. De plus, hier valeur essentielle de la gauche, elle est de plus en plus omniprésente dans le discours politique de la droite et de l’extrême droite. En fait, nous indique Jean Baubérot, il n’existe pas de « modèle français » unique de laïcité mais des visions divergentes qui s’affrontent dans un rapport de forces toujours évolutif. Ainsi le contenu de la loi de 1905 a représenté un enjeu entre quatre conceptions différentes de la laïcité. Celles-ci ont subsisté en s’adaptant, alors que trois « nouvelles laïcités » sont apparues. Ces sept laïcités, l’auteur nous les décrit en les qualifiant de : laïcité antireligieuse, laïcité gallicane, laïcité séparatiste stricte, laïcité séparatiste inclusive, laïcité ouverte, laïcité identitaire et laïcité concordataire. Une partie finale rend compte des mutations de la laïcité depuis la fin du XIXe siècle et effectue des hypothèses sur son devenir.

Penser la laïcité
Couverture ouvrage C. Kintzler
Catherine Kintzler, Penser la laïcité (Minerve, 2014)

La laïcité est une idée à la fois simple et difficile – ce n’est pas incompatible. C’est paradoxalement sa pauvreté (son minimalisme) qui en fait la puissance. Il ne sert à rien de dire qu’elle est abstraite : son efficacité concrète s’apprécie à la quantité de liberté qu’elle rend possible. C’est ce qu’on essaie de montrer en examinant les questions « de terrain » qui ont jalonné les deux dernières décennies, entre autres : qu’est-ce que l’extrémisme laïque ? Comment la laïcité a-t-elle été offerte en cadeau à l’extrême droite ? L’interdiction du masque intégral est-elle d’inspiration laïque ? La liberté des cultes requiert-elle un soutien public ? Une entreprise peut-elle revendiquer la laïcité ? Y a-t-il une « spiritualité laïque » ? Autant d’occasions pour l’auteur de tester une théorisation générale et d’élargir la réflexion par des échappées philosophiques – sur la nature du lien politique, les formes de la liberté, la notion de communauté, l’identité, la notion de position critique, le statut de la culture, celui de la morale et de la perfectibilité.

Les avatars du christianisme en bandes dessinées

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », René Nouailhat présentera Les avatars du christianisme en bandes dessinées
(EME Editions, 2014).
Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Mercredi 20 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux.
Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles. Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institut catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même.
La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire. Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.
Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art.

Nouailhat, René, Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME Editions, 2014).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« La laïcité : notion biaisée par les politiques »

La laïcité : notion biaisée par les politiques
article Libértion.fr 27 mars 2015

Depuis 1991 et la création d’une chaire d’histoire et de sociologie de la laïcité à l’EPHE, une cinquantaine d’universitaires débattent du concept. Ces chercheurs, qui privilégient une approche ouverte, reconnaissent avoir du mal à convaincre les élus.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Vers une laïcité d’intelligence ? » – Mercredi de l’IESR

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin ont présenté, le 26 novembre 2014, son ouvrage « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014).
Discutant : Régis Debray

Visionnez la captation

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Préface Philippe Portier, Directeur du GSRL, directeur détudes à l’EPHE.
Postface Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE.

Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux.

Publication des actes du colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2013, à l’EPHE.

Le projet d’un enseignement laïque de la morale – de la Maternelle à la Terminale – oblige à penser à nouveaux frais les relations entre école, éducation et laïcité. Cet enseignement qui doit passer par les disciplines existantes implique une réflexion sur ses contenus et ses méthodes qui ne va pas sans analogie avec ce que l’enseignement des faits religieux met en œuvre depuis une dizaine d’années. Les deux perspectives, très différentes, méritent toutefois d’être comparées. L’Institut européen en sciences des religions (IESR), particulièrement concerné par la thématique de l’enseignement des faits religieux et des questions de laïcité, a réuni chercheurs et acteurs autour de ces deux politiques publiques d’éducation. Il s’agit d’examiner en quoi et comment ce projet de nouvel enseignement peut ou doit croiser celui des faits religieux et renouveler la réflexion sur la laïcité à l’école, dans les enseignements comme dans la vie scolaire.

Isabelle Saint-Martin, directrice d’études à l’École pratique des hautes études, est directrice de l’Institut européen en sciences des religions (IESR).

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie, est responsable formation recherche à l’IESR.

SAINT-MARTIN I., GAUDIN P. (dir.) Double défi pour l’école laïque: enseigner la morale et les faits religieux. Riveneuve éditions. Coll. « Actes académiques », 2014, 202 p. [ISBN 978-2-36013-252-2] – 24€

Sommaire
Introduction: Gérald Chaix, Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin

Ouverture: Jean-Paul Delahaye

Première partie- Morale, laïcité et éducation: mise en perspective historique et philosophique

  • Jean Baubérot « La morale laïque sous la IIIe République »
  • Jean-Paul Willaime « Le plaidoyer de Paul Ricoeur pour une « laïcité positive de confrontation » »

Deuxième partie- Enseignement moral, enseignement des faits religieux religieux: les nouvelles conditions d’un défi éducatif

  • Laurence Loeffel « Pour un enseignement laïque de la morale »
  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et enseignement laïque de la morale: état des lieux et perspectives »
  • Charles Coutel « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux: des difficultés philosophiques aux propositions pédagogiques »

Troisième partie- Prendre en compte la dimension morale et les faits religieux dans le cadre des disciplines

  • Abdennour Bidar « Enseignement de la philosophie et laïcité »
  • Frédérique Leichter-Flack « La littérature comme laboratoire des cas de conscience »
  • Anna Van den Kerchove « Histoire, faits religieux et éthique »
  • Isabelle Saint-Martin « Arts, morale et faits religieux: culture de la sensibilité et culture du jugement »

Quatrième partie- Table ronde

  • Valentine Zuber « Quelques réflexions sur les enjeux d’un enseignement de morale laïque »
  • Charles Conte « Le point de vue de la Ligue de l’enseignement »
  • Eric Vinson « Plaidoyer d’un acteur pour une culture laïque des religions en lien avec l’enseignement moral »
  • Philippe Portier « La morale laïque face à la culture religieuse en France. Parcours d’une reconnaissance »

Commande de l’ouvrage via Riveneuve éditions.

Cette publication fera l’objet d’une présentation lors de la journée d’études organisée par l’IESR le 6 décembre 2014 à l’auditorium du Bâtiment France: « L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes »

« Vers une laïcité d’intelligence ? » : présentation et débat avec Philippe Gaudin

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », présentations d’ouvrages en sciences religieuses, Philippe Gaudin exposera « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Présentation de l’éditeur :

Couverture "Vers une laicité d'intelligence?" / Philippe Gaudin
Source: librairie Lgdj.fr

Régis Debray en appelait dans son rapport de 2002 sur l’enseignement du fait religieux dans l’École laïque à une laïcité d’intelligence plutôt que d’abstention. Cette politique éducative veut donner accès au plus grand nombre à la connaissance là où il y a urgence à ne plus subir sans recul la pression d’une actualité saturée par les faits religieux. L’enquête commence dans les années 1980 au cours desquelles les caractéristiques mêmes du vingtième siècle disparaissent dans le monde, tandis que la société française et son École changent en profondeur. Appuyée sur des textes inédits ou peu connus et des sources variées, nourrie par une longue expérience pratique en la matière, cette recherche met en lumière la construction théorique et technique, les tâtonnements et interrogations de cette «laïcité d’intelligence» en cours, vue au travers de la question de l’enseignement des faits religieux depuis trente ans à l’École.

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Mercredi 26 novembre 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France (niveau -1)

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Rencontre-débat autour de Jaurès le 15/10/2014

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », en partenariat avec Le Monde des Religions :

  • Discutant : Henri Nallet (Président de la Fondation Jean Jaurès)

LALOUETTE Jacqueline, Jean Jaurès. L’assassinat, la gloire, le souvenir. Perrin, 2014

Couv. Jean Jaurès par J. Lalouette
Source: Editions Perrin

Présentation de l’éditeur :

Le 31 juillet 1914, le député socialiste du Tarn Jean Jaurès, 55 ans, directeur de L’Humanité, tombait assassiné par Raoul Villain, au Café du Croissant. Trois jours plus tard commençait la Grande Guerre. Le 29 mars 1919, après une incarcération de près de cinq ans, déclaré non coupable par le jury de la cour d’assises de la Seine, Villain fut acquitté, ce qui fit naître à Paris et en province une émotion presque aussi énorme que celle provoquée par son crime. Qui était au juste Villain, lui-même assassiné à Ibiza en septembre 1936 ? Et comment la légende jaurésienne se construisit-elle, dès les lendemains de la disparition du leader socialiste ?

Sur la mort, le procès, l’apothéose d’un des plus illustres de nos grands hommes, dont la mémoire est désormais glorifiée par l’ensemble de la nation, et aussi à l’étranger, Jacqueline Lalouette, au prix d’immenses lectures et suivant des pistes parfois inattendues, apporte des informations et des éclairages décisifs et surprenants.

VINSON-VIGIER Sophie et VINSON Éric, Jaurès le Prophète. Mystique et politique d’un combattant républicain. Albin Michel, 2014

Couv. Jaurès le prophète par E. Vinson et S. Viguier-Vinson
Source: Albin Michel

Présentation de l’éditeur :

Tout le monde croit connaître Jean Jaurès, icône républicaine, qui demeure encore dans les mémoires – cent ans après sa mort – le père du socialisme français, le fondateur de L’Humanité, l’historien de la Révolution française, l’inlassable combattant dreyfusard, le champion parlementaire de la séparation des Églises et de l’État, le pacifiste assassiné à la veille de la Grande Guerre… Mais d’où lui venait ce souffle qui l’habitait, quel était le fondement de son élan humaniste, et en quoi croyait-il ?

Éric Vinson et Sophie Viguier-Vinson nous donnent à voir le vrai visage de Jaurès, celui du penseur et du «mystique» qui a inspiré le politique. Car Jaurès est non seulement un philosophe, normalien, agrégé et docteur rivalisant avec Bergson, mais aussi un authentique spirituel. Si l’on néglige sa thèse sur La Réalité du monde sensible, si l’on passe à côté de sa spiritualité – qui s’oppose au pouvoir temporel de l’Église catholique, mais reconnaît en l’homme la présence du divin –, on ignore les principes mêmes qui ont guidé toute son action.

Voici donc un Jaurès « prophète » d’une laïcité spirituelle, qui a encore beaucoup à nous apprendre pour construire l’humanisme de demain.

Mercredi 15 octobre 2014, à 18h30

Au Bâtiment France (salle 117)

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

  • Présentation de l’ouvrage de Jacqueline Lalouette dans les « Lundis de l’histoire » (France Culture) le 30/06/2014, émission sur Jaurès et la guerre (58 minutes)
  • Présentation de l’ouvrage d’Eric Vinson et de Sophie Viguier-Vinson dans « Religions du monde » (RFI) le 01/06/2014, émission sur Jean Jaurès, le « saint » laïc (26 minutes)

 

Le cas de la crèche Baby-Loup : une question de laïcité ? Rencontre-débat

Rencontre-débat organisée par l’IESR et IRENE (Identités et Religions, Étude des Nouveaux Enjeux).

Débat présenté par Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE et Sylvie Taussig, présidente d’IRENE, chercheuse au Centre Jean Pépin (CNRS)

Intervenants et communications écrites:

–        Caroline Eliacheff, pédopsychiatre et psychanalyste, auteur de Comment le voile est tombé sur la crèche (Albin Michel, 2013) : communication

–        Patrice Rolland, professeur de droit public, Université Paris-Est Créteil : communication

–        Marika Moisseeff, ethnologue, psychiatre, chargée de recherche au Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS) : communication

–        Abdennour Bidar, philosophe, chargé de mission laïcité à la direction générale des enseignements scolaires (DGESCO)

Avis de l’Observatoire de la laïcité :

–        Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité : communication

Conclusions :

–        Philippe Gaudin, philosophe, responsable formation-recherche à l’IESR : communication

Mercredi 9 avril 2014, à 18h, à l’auditorium du Bâtiment France :

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre