Archives par mot-clé : judaïsme

« Martin Buber. Sentinelle de l’humanité »

Dominique Bourel (CNRS) présentera son ouvrage   » Martin Buber.
Sentinelle de l’humanité « .

Discutant : Julien Darmon

Le 3 février 2016, 18h30
EPHE – Bâtiment Le France,
aile B, 1er étage, salle 117
190 av. de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

 

Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.
Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.

Martin Buber est né à Vienne en 1878, a passé son enfance en Galicie et a traversé l’Europe de part en part durant sa jeunesse. Il devient vite une figure importante du judaïsme allemand et des courants de pensée sionistes. Il meurt en 1965. Il fait partie de ces penseurs juifs tels Freud, Einstein ou Kafka, parmi les plus connus du XXe siècle. Il en a traversé les années sombres.

Il s’installe à Jérusalem en 1938 où il s’imposera comme un penseur incontournable et sera invité dans le monde entier. Il fera la rencontre de Herzl, Freud, Einstein, Rosenzweig, Kafka, Zweig, Scholem, Gandhi, Bachelard, Jung, Heidegger, Levinas, Ben Gourion et de tant d’autres, comme en témoigne sa correspondance foisonnante.

La philosophie de Martin Buber s’intéresse à l’altérité (Je et Tu), à la piété mystique (Les Récits hassidiques) et au dialogue interreligieux (Deux types de foi), mais il est aussi « le héraut infatigable d’un sionisme humaniste cherchant sans cesse la paix avec les Arabes, et un dénonciateur des totalitarismes hitlérien et stalinien ». 

Moïse fragile

Jean-Christophe Attias (EPHE) présentera   Moïse fragile

Discutants : Henri Raczymow  (écrivain)

et (sous réserve)  Jérôme Anciberro  (La Vie)

Présentation de l’éditeur

Couverture-Moïse-Attias-747x1024
Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Selon la tradition, Moïse est censé avoir écrit les cinq premiers livres  de la Bible. Il s’y dépeint de façon très étrange : avec et contre Dieu, avec et contre son peuple, porteur des tables de la Loi qu’il brise, prophète incapable de parler, guide vers une Terre promise où il n’obtient pas le droit d’entrer, mort dont nul ne connaît le tombeau… La tradition, jusqu’à nos jours, semble tout aussi déroutante. L’humilité de l’ « homme Moïse » n’y est que l’autre face de sa grandeur.

Puisant dans la tradition rabbinique et dans sa propre imagination autant que dans la Bible elle-même, Jean-Christophe Attias fait émerger des mots et des silences des textes la silhouette incertaine d’un Moïse bien différent de celui, d’un seul bloc, qui encombre nos mémoires. Un homme de l’exil et de la dispersion.
À travers une série de portraits possibles – y compris celui d’un Moïse féminin –, l’enquête de Jean-Christophe Attias est aussi une enquête sur le judaïsme dont le libérateur des Hébreux offre l’image la plus paradoxale : un judaïsme de l’esprit, de l’errance, de la diaspora et de l’inachèvement – voire de l’échec. Ou presque.
Recevoir et transmettre. Écouter, quand bien même le message serait confus. Questionner, avec insistance parfois, même quand il n’y a pas de réponse. Tel semble bien être le judaïsme de Moïse, « un judaïsme qui parle aux Juifs et pas seulement à eux, invitant à en finir avec l’orgueil de la tribu, la violence des armes et la tyrannie du lieu ».

Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Le 17 juin 2015, à 18h00, Auditorium
EPHE – Bâtiment Le France
190 avenue de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
entrée libre

« La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine » : présentation et débat avec Giovanni Careri

Dans le cadre des « conférences-débats de l’IESR », Giovanni Careri présentera La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine (Ed. de l’EHESS, 2014).

CARERI Giovanni, La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine (Editions de l’EHESS, 2014)

Couv. "La torpeur des ancêtres" de G. Careri
Source : Éditions EHESS

Parmi les centaines de personnages de la chapelle Sixtine, les Ancêtres du Christ, représentés dans les lunettes et les cintres de la voûte, semblent être en marge du contexte héroïque de l’ensemble.

On y voit des familles prises dans leur vie intime, des femmes s’occupant de leurs enfants ou de travaux domestiques, des vieillards mélancoliques endormis, des personnages errants, des hommes et des femmes dans l’attente.

Que font-ils à côté des corps pleins d’énergie des anges et des élus du Jugement dernier, des prophètes et sibylles de la voûte ? De quelle manière participent-ils de l’histoire chrétienne, qui est celle du temps des origines (Genèse), de la fondation (Histoires de Moïse et du Christ) et de l’accomplissement (Jugement dernier) ?

Giovanni Careri scrute ces figures de l’altérité. Étudiant l’articulation entre le Jugement dernier et le cycle des Ancêtres, il renouvelle en profondeur la compréhension de la chapelle dans son ensemble.

Giovanni Careri est directeur d’études à l’EHESS, directeur du Centre d’histoire et théorie des arts, et professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.

Mardi 24 juin 2014, à 18h30, au Bâtiment France, salle 117 :

190 avenue de France Paris 13e.

Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

Présentation de Giovanni Careri au CRAL (centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS) le 24/03/2014

De Bagdad à Montréal, conférence de Naïm Kattan

L’Institut Rachi de Troyes invite pour une conférence exceptionnelle de clôture, Naïm Kattan, écrivain majeur de la littérature québécoise et auteur de Adieu Babylone. Mémoires d’un Juif d’Irak (Albin Michel, 2003).
Il évoquera ce que fut la communauté juive de Bagdad, la première de la diaspora et sa connaissance de la communauté juive de Montréal, la seule en Amérique du Nord qui pratique le français.
Né à Bagdad en 1928, Naïm Kattan écrit d’abord en arabe, sa langue maternelle, puis en français lorsqu’il choisit de poursuivre ses études de littérature à la Sorbonne à Paris et d’émigrer au Canada en 1954, où il exerce le métier de journaliste au Nouveau Journal en 1961 et dans les pages littéraires du Devoir dont il est toujours chroniqueur. Il est aujourd’hui l’un des écrivains majeurs de la littérature québécoise, dont il a été pendant de nombreuses années un promoteur infatigable, notamment lorsqu’il dirigeait le Conseil des Arts du Canada.

  • Jeudi 22 mai 2014, à 20h
  • A l’Institut Rachi de Troyes (2 rue Brunneval 10000 Troyes), contact : 03-25-73-82-67; institutrachi@wanadoo.fr

Entrée libre

« Penser le judaïsme » et « En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme » présentations et débat avec Jean-Christophe Attias et Delphine Horvilleur

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR, Jean-Christophe Attias présentera « Penser le judaïsme » (CNRS Éditions, 2013) et Delphine Horvilleur « En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme » (Grasset, 2013).

Discutant : Philippe Gaudin (IESR-EPHE)

Couv. "Penser le judaisme" / J.C. Attias
Source : CNRS Éditions

Présentation de l’éditeur:

Penser le judaïsme surprendra par sa liberté de ton. Cultivant à la fois empathie et distance critique vis-à-vis de son objet d’étude, Jean-Christophe Attias livre là une œuvre à la fois érudite et personnelle.

Loin des tentations du repli communautaire, pas davantage enclin à sacrifier à la frilosité du savant, il n’explore pas seulement le passé du judaïsme. Il interroge aussi son présent et s’inquiète de son avenir. Il le pense à la fois en chercheur, en Juif et en citoyen. Quitte à toucher des questions explosives, impasses du dialogue interreligieux ou ambiguïtés des rapports entre judaïsme et sionisme.

Un plaidoyer pour une approche audacieuse et exigeante du judaïsme, affrontant sans complexes les grands défis de l’heure.

Jean-Christophe Attias, « Penser le judaïsme  » (CNRS Éditions, 2013)

 

Couv. "En tenue d'Eve" / D. Horvilleur
Source : Grasset

Présentation de l’éditeur:

Les discours religieux fondamentalistes actuels expriment une obsession croissante de la pudeur des femmes. Réduite aux parties de son corps susceptibles d’éveiller le désir, la femme est « génitalisée » à outrance. Faut-il alors couvrir sa nudité ? Faut-il la renvoyer à son destin : le voilement ?

Delphine Horvilleur analyse successivement les sens de la pudeur et de la nudité, l’obsession du corps de la femme et sa représentation comme « être orificiel » pour proposer une autre interprétation de la tradition religieuse. Elle met à mal les lectures qui font de la femme un être tentateur, et de la pudeur l’instrument de sa domination. Ainsi nous montre-t-elle comment la nudité recouverte d’Adam, d’Eve ou de Noé, renvoie à une culture du désir et non à une volonté de le tuer. Comment le voile est à l’origine destiné, non à rejeter, mais à approcher l’autre. Comment le féminin concerne aussi les hommes qui endossent, dans la prière et la pratique judaïques, les attributs des femmes et du maternel. On découvre alors, dans cette plongée au cœur des grands monothéismes, un autre visage de la femme, de la pudeur, et de la religion.

Delphine Horvilleur, « En tenue d’Eve : féminin, pudeur et judaïsme » (Grasset, 2013)

Mardi 20 mai 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

Journées d’étude « Religions et migrations »: mercredis 13 et 27 nov., 11 déc. 2013 et 22 janvier 2014

Présentation

Quelle est la part du religieux dans les phénomènes migratoires ? Les migrations ont-elles des motivations d’ordre religieux ? Entraînent-elles la sécularisation des communautés, la transformation des pratiques, voire des convictions des migrants ?

À partir de l’exemple de la France, mais sans exclure des comparaisons, le Musée de l’histoire de l’immigration, l’IESR-EPHE, l’Institut du monde arabe, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), l’Université Paris-Est Créteil, proposent quatre journées d’études et de réflexion sur le thème « Religions et migrations ».

Informations pratiques

Inscriptions

Auprès du Musée de l’histoire de l’immigration : remplir le formulaire d’inscription en ligne.

Programme

Mercredi 13 novembre 2013 : Religions et migrations dans l’histoire de la France, XIXe-XXe siècle

Musée de l’histoire de l’immigration (auditorium), 293 avenue Daumesnil – 75012 Paris. Métro Porte Dorée

  • 10h : Ouverture par Luc Gruson, Directeur général de l’Établissement public du Palais de la Porte dorée – Cité nationale de l’histoire de l’immigration

  • 10h15 – 11h15 : Conférence inaugurale « Religions et migrations dans l’Histoire de France » par Philippe Joutard, historien, ancien Recteur.

  • 11h15 – 13h15 : Table-ronde « Religions et migrations en situation coloniale ». Modérateur – discutant : Jean-Robert Henry, directeur de recherches au CNRS – IREMAM, Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen. Avec : Frédéric Abécassis, maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon ; Raberh Achi, agrégé de Sciences sociales

  • 14h30 – 16h30 : Table-ronde « Migrants européens en France ». Modératrice – discutante : Peggy Derder, responsable du département Éducation du Musée de l’histoire de l’immigration. Avec : Janine Ponty, historienne, Professeur des Universités ; Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense ; Nancy L. Green, historienne, Directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

  • 16h30 – 17h30 : Conférence « Des lieux de culte pour les migrants ? Quelles formes dans les paysages urbains ? » par Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, Directrice d’études à l’École pratiques des hautes études.

Mercredi 27 novembre 2013 : Religions et migrations de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

Matinée : Musée d’art et d’histoire du judaïsme (auditorium)

Après-midi :Institut du monde arabe (salle du Haut Conseil)

Matinée : Musée d’art et d’histoire du judaïsme (auditorium), Hôtel de Saint-Aignan, 71 rue du Temple – 75003 Paris. Métro Rambuteau / Hôtel de Ville

  • 09h : Ouverture par Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du judaïsme

  • 09h30 – 10h30 : Conférence « Immigration, diversité et intégration » par Dominique Schnapper, sociologue, ancien membre du Conseil constitutionnel et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, présidente du Musée d’art et d’histoire du judaïsme.

  • 10h30 – 12h30 : Table-ronde « Les pratiques religieuses des migrants en France (2nde moitié XXe siècle) ». Modératrice – discutante : Mireille Jacotin, Conservateur du Patrimoine, responsable du département Afrique du Nord / Proche et Moyen Orient au MuCEM. Avec : Régine Azria, sociologue, chargée de recherche au Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS-EHESS) ; Damien Mottier, post-doctorant FNRS, LAMC – Université Libre de Bruxelles ; Simona Tersigni, sociologue, maître de conférences ; Jean Schmitz, anthropologue, directeur à l’Institut de recherches pour le développement

Après-midi : Institut du monde arabe (Salle du Haut Conseil) place Mohammed V, 1 rue des Fossés Saint-Bernard – 75005 Paris. Métro Jussieu / Sully-Morland

  • 14h30 : Ouverture par Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe

  • 14h45 – 16h45 : Table-ronde « Pratiques religieuses des migrants en Europe ». Modératrice – discutante : Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations. Avec : Danièle Joly, Professeur à University of Warwick, Marie Curie Fellow au CADIS ; Faruk Bilici, historien, Professeur des Universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ; Christine Moliner, doctorante au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud – EHESS

  • 16h45 – 17h45 : Conférence « Religions et Migrations aux Etats-Unis » par Denis Lacorne, politiste, directeur de recherche au CERI – Sciences Po (sous réserve)

Mercredi 11 décembre 2013 : Religions et migrations : acteurs et territoires. L’exemple de la Seine Saint-Denis

École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ex IUFM) de Créteil, site de Saint-Denis (amphithéâtre), place du 8 mai 1945 – 93200 Saint-Denis. Métro Basilique Saint-Denis / RER D Saint-Denis

  • 09h : Ouverture par Brigitte Marin, administratrice provisoire de l’ESPÉ de Saint-Denis et Olivier Veber, Directeur général adjoint du pôle Société et Citoyenneté au Conseil général de la Seine-Saint-Denis (sous réserve)

  • 09h30 – 10h30 : Conférence « Saint-Denis : acteurs et territoires » par Gilles Kepel, politologue, professeur à l’Institut d’Études politiques (Sciences Po) de Paris, membre de l’Institut universitaire de France.

  • 10h30 – 12h30 : Table-ronde « Religions et patrimoines dans l’histoire et l’espace de la Seine-Saint-Denis ». Modérateur – discutant: Jean-Barthélémi Debost, Directeur du Service Réseau et Partenariats du Musée de l’Histoire de l’immigration. Avec : Arlette Auduc, Chef du Service Patrimoines et Inventaire au Conseil régional d’Île-de-France ; Bénédicte Penne, responsable du Service des Ressources historiques/Archives communales de la ville de Bobigny ; Evelyne Ribert, sociologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Edgar Morin, équipe de l’IIAC ; Tatiana Sagatni, chargée de mission au sein de l’association Génériques

  • 14h – 16h : Table-ronde « Nouvelles dynamiques religieuses ». Modérateur – discutant : Dominique Borne, historien, IESR-EPHE. Avec : Sébastien Fath, historien, chargé de recherches au CNRS, membre du laboratoire Groupe Sociétés Religions Laïcités (UMR 8582) ; Pierre-Yves Trouillet, géographe, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS-CNRS) ; Caroline Gyss, chargée de recherche au CNRS ; Chantal Saint-Blancat, professeur associé de sociologie à l’Université de Padoue

  • 16h – 17h : Conférence « Les lieux du judaïsme. Ancrages et mobilités entre la Seine Saint Denis et l’agglomération parisienne » par Lucine Endelstein, géographe, chargée de recherches au CNRS, laboratoire LISST Université de Toulouse Le Mirail

Mercredi 22 janvier 2014 : Religions et migrations : acteurs et territoires. L’exemple de Marseille

MuCEM Marseille (amphithéâtre de l’I2MP- Fort Saint-Jean), 1 esplanade du J4, 13002 Marseille – entrée basse Fort Saint-Jean, 201 quai du Port

9h15 – 9h30 : Accueil des participants

9h30 : Introduction « Le môle du J4 (MuCEM) : Mémoire de l’immigration à Marseille » par Jean-Jacques Jordi historien, (Direction des affaires culturelles Ville de Marseille) (sous réserve)

10h – 12h30 :

  • « Le pèlerinage de la vierge dans le quartier du Panier et la communauté sicilienne » par Manuel Pénicault, département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM. Présentation et extraits du film « Fête mariale au panier ».

  • « Pèlerinages gitans aux Saintes-Maries de la mer » par Marc Bordigoni, anthropologue à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC, UMR 6591-CNRS-Université de Provence) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence

  • « Histoire des familles protestantes de France » par Patrick Cabanel, Professeur d’histoire contemporaine, université de Toulouse – le Mirail

  • « Arméniens à Marseille » par Patrick Donabedian, Maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille (sous réserve)

14h – 17h :

  • « Immigrations d’Algérie » par Jean-Robert Henry, directeur de recherche, CNRS, IREMAM (Aix-en-Provence)

  • « Les Comoriens à Marseille » par Karima Direche (CNRS-MMSH) (sous réserve)

17h :

  • Conclusion « Marseille, une ville tolérante ? »par Mireille Jacotin, conservateur du patrimoine au MuCEM .

  • Dans le cadre de la programmation des films du MuCEM, « Marseille Transit », proposition de diffusion du film de René Allio « Les Camisards » (1972) sur la révolte des Camisards dans les Cévennes à la fin de l’année 2013 (en lien avec la conférence de Patrick Cabanel).

Programme en format PDF

 

Cours du soir et journées de formation en sciences des religions : programme 2013-2014

Le programme 2013-2014 des cours du soir et journées de formation organisés par l’IESR dans le cadre de la formation continue de l’EPHE est paru et les inscriptions sont à envoyer à partir du 19 août 2013 à l’EPHE, Inscriptions – formation continue, 4-14 rue Ferrus 75014 Paris. Les cours ont tous lieu au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris (salle 123).

Programme détaillé:

Introduction a l’islam

  • Sessions en journées, les mercredis 25 septembre et 2 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

  • Pour les deux journées : tarif normal: 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Les deux journées proposent une introduction à l’étude de l’islam, autour de quatre thématiques, relevant d’approches historiques et sociologiques.

Mercredi 25 septembre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : Introduction à la pensée musulmane (Pierre Lory, EPHE)

  • 14h – 17h : L’image en islam à travers les manuscrits (Annie Vernay-Nouri, BnF)

Mercredi 2 octobre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : La diversité de l’islam. Le cas du shi’isme (Mohammed Ali Amir-Moezzi, EPHE)

  • 14h – 17h : La gestion de l’islam dans les politiques publiques (Claire de Galembert, ENS).

Laïcité : principes et pratiques

  • Session en journée, le mercredi 9 octobre 2013 (9h30 / 17h) au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La fin du XIXe  siècle et le début du XXe siècle forment un contexte historique et idéologique bien particulier où les débats sur la laïcité furent passionnés en France. De nos jours nous assistons à un retour de débats et de discours souvent vifs sur ces questions alors même que les grands principes de la loi de 1905 font l’objet d’un consensus. Comment rendre compte de ce paradoxe, sinon en essayant de comprendre le changement de contexte historique et idéologique dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui ?

  • 9h30 – 12h30 : Les enjeux de la laïcité à la fin du XIXe siècle et aujourd’hui en France : continuités ou ruptures (Philippe Gaudin, EPHE-IESR)

  • 14h – 17h : Permanence ou transformation ? La laïcité française entre le juge et le législateur (1989-2013) (Patrice Rolland, Université de Paris Est – Créteil – Val de Marne)

Religion et société aux États-Unis depuis 1880

  • Session en journée, le mercredi 16 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123.

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La religion est très prégnante aux États-Unis, et son rôle est souvent mal perçu et mal compris en France. Pourtant, les États-Unis sont aussi un État laïque. La journée apportera des éléments pour mieux comprendre les relations entre religion, société et État, en revenant sur leur mise en place à la fin du XIXe siècle.

  • Par Blandine Chelini-Pont (Université d’Aix-Marseille 3)

Les religions dans les relations internationales. Une géopolitique du religieux dans le monde contemporain

  • Cycle du soir en novembre et décembre 2013 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Ce cours a pour but de mettre en relief l’impact des religions sur la vie internationale contemporaine, impact qui peut être indirect via la politique intérieure ou direct par l’intervention dans l’espace international. Il étudiera le poids et l’influence des grandes religions du monde aujourd’hui (christianisme, islam, religions de l’Asie) qui s’exerce de manière différenciée selon les grandes zones géographiques et les enjeux religieux tels que traités dans les débats globaux. Une conclusion reviendra sur les tendances du facteur religieux au sein de l’actuelle mondialisation et les interprétations qui peuvent en être données.

  • Jeudis 7, 14, 21, 28 novembre et les 5 et 12 décembre 2013, de 18h30 à 20h au Bâtiment France – Roland Dubertrand (Conseiller pour les affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères)

La religion au Brésil

  • Cycle du soir en novembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le Brésil est un pays très divers du point de vue religieux. Si la majorité de la population est chrétienne, traditionnellement catholique mais aussi depuis peu protestante évangélique, on observe une expansion du spiritisme et un grand nombre de religions afro-brésiliennes. C’est sur ce dernier point peu connu que l’accent sera mis, même si le cycle propose une approche générale de la complexité religieuse de ce pays.

  • Mardi 12 novembre 2013  La religiosité brésilienne (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 19 novembre 2013 : Le spiritisme et ses différentes formes (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 26 novembre 2013 : La religion des orisha : nouvelles configurations du champ religieux afro-brésilien (Stefania Capone, IIAC, CNRS/EHESS)

La conférence portera sur les nouvelles configurations du champ religieux  afro-brésilien mettant en rapport différentes variantes de la  » religion des orisha  » dans la diaspora. L’accent sera mis sur les processus qui ont mené à la diffusion des religions afro-cubaines au Brésil et à leur confrontation avec le modèle dominant du candomblé. Cette diffusion – et les recompositions religieuses qu’elle entraîne – est sous-tendue par une vision de la  » religion des orisha « , élaborée lors des Conférences mondiales sur la tradition et la culture des orisha (COMTOC ou World Yoruba Congress). Cette expression, qui est devenue une puissante métaphore du champ religieux afro-américain, désigne l’ensemble des modalités de culte qui vénèrent les orisha, les dieux d’origine yoruba, autant en Afrique que dans les Amériques. Le cas de la réintroduction dans le candomblé brésilien du culte d’Ifá, qui avait disparu au Brésil dans les années trente avec la mort des derniers babalaôs (spécialistes de la divination), permettra d’appréhender la négociation rituelle engendrée par la rencontre de différentes modalités régionales – nigériane, cubaine et brésilienne – du culte des orisha, en mettant en lumière les enjeux d’une transnationalisation religieuse qui modifie en profondeur l’équilibre, parfois fragile, entre modalités de culte afro-américaines.

Interprétations patristiques de textes bibliques

  • Cycle du soir en décembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Ce cycle propose d’aborder des textes bibliques et d’analyser la manière dont ils ont été lus à l’âge patristique. L’attention sera plus particulièrement accordée aux pratiques exégétiques de deux représentants de l’école d’Alexandrie, Clément et Origène.

  • Mardis 3, 10 et 17 décembre 2013, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Anna Van den Kerchove (EPHE-IESR)

Femmes, clergé, sacerdoce dans quelques traditions religieuses aujourd’hui

  • Cycle du soir en janvier et février 2014 au Bâtiment France – 6 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

La plupart des religions se caractérise par une stricte répartition des fonctions religieuses dans laquelle les femmes sont généralement écartées du sacerdoce, sauf le cas de cultes spécifiquement féminins. Souvent cependant, elles accèdent à certaines fonctions cléricales ou prennent des responsabilités dans des domaines tels ceux de la pastorale, de l’instruction religieuse, ou de la mystique. Le cycle de conférences permettra de s’interroger sur la place des femmes parmi les spécialistes religieux des grandes religions, ainsi que sur les tendances actuelles qui revendiquent leur accès à des fonctions religieuses plus centrales, comme le sacerdoce.

  • Mardi 7 janvier 2014 : L’accès des femmes au rituel synagogal dans le(s) judaïsme(s) contemporain(s) (Béatrice de Gasquet, Université Paris 7)

  • Mardi 14 janvier 2014 : Les femmes pasteurs et les mutations contemporaines du rôle de pasteur (Jean-Paul Willaime, EPHE)

  • Mardi 21 janvier 2014 : L’accès des femmes catholiques à l’autorité religieuse. Approche sociologique (Céline Béraud, Université de Caen, Institut Universitaire de France)

  • Mardi 28 janvier 2014 : Le mysticisme musulman, religion des femmes ? (Sossie Andézian, LAHIC-IIAC, CNRS)

  • Mardi 4 février 2014 : Le statut des femmes dans l’hindouisme : exclusions, inclusions, combats (Martine van Woerkens, EPHE)

  • Mardi 11 février 2014 : La place des femmes parmi les spécialistes religieux en Chine (Vincent Goossaert, EPHE)

L’Égypte ptolémaïque

  • Cycle du soir en janvier 2014 au Bâtiment France – 3 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

À la fin du ive siècle av. J.-C., l’Égypte passe sous domination lagide. Concernant la religion, les Ptolémées poursuivent la politique des pharaons antérieurs, faisant des offrandes aux dieux et dotant les temples de terres et de ressources. Dans le même temps, de nouvelles images religieuses apparaissent, plus ou moins influencées par des « modèles » grecs. Le cycle propose une première approche de la religion dans l’Égypte ptolémaïque.

  •  Jeudi 9 janvier 2014 : Religion et pouvoir : une dynastie gréco-macédonienne face à la religion égyptienne.

Les Ptolémées sont arrivés en Égypte en conquérants. Mais leur attitude à l’égard de la religion égyptienne, comme l’avait été celle d’Alexandre, est respectueuse de traditions qu’ils n’ont d’ailleurs aucun intérêt à bousculer. Une collaboration s’établit très tôt entre les rois et les hauts dignitaires du clergé égyptien, qui par ailleurs peuvent être des hauts fonctionnaires de l’administration. Un cas particulier : les relations étroites entre le roi et le grand-prêtre de Ptah de Memphis. Les grands temples, véritables entités économiques, ont-ils pu constituer des « contre-pouvoirs » en face du pouvoir royal ? Pas sûr ; pourtant, essai de contrôle des terres des temples au IIIe siècle, puis à partir du IIe siècle mesures extrêmement libérales (amnistie, remise d’impôts…). Possible évaluation de la situation des rap-ports pouvoir/clergé à l’époque de Cléopâtre VII ?

  •  Jeudi 16 janvier 2014 : Une religion plus que jamais vivante.

Les centres de la vie religieuse : les grands temples, leurs importants textes théologiques et liturgiques, leurs multiples activités économiques, médicales, judiciaires… Or la plupart de ceux qui ont été conservés ont été construits à l’époque ptolémaïque. Les très nombreux temples de la vallée et des oasis fonctionnent également comme des centres de la vie locale. Les formes traditionnelles de la vie religieuse sont préservées. Le culte quotidien est réservé au clergé, mais les fidèles sont impliqués dans de nombreuses pratiques, fêtes, visites aux temples, consultation des oracles, pratiques sur lesquelles on est beaucoup mieux informé que pour l’époque pharaonique. Développement des rites et croyances funéraires : l’extension de la momification. Question de ce qu’on appelle improprement le « culte des animaux ».

  •  Jeudi 23 janvier 2014 : Des idées, des images nouvelles.

Les Grecs installés en Égypte ont apporté avec eux leurs cultes et leurs pratiques funéraires. Le système égyptien et le système grec fonctionnent côte à côte, avec leurs temples et leurs clergés. Mais des passages s’établissent. Le culte « nouveau » de Sarapis, au départ limité à Alexandrie, s’étend progressivement à toute l’Égypte ; des dieux égyptiens peuvent être invoqués avec un vocabulaire grec. Des images nouvelles des dieux égyptiens apparaissent, plus ou moins « hellénisées », mais apparemment dans un usage non liturgique, souvent lisibles selon une double lecture, en fonction de la culture, égyptienne ou grecque, des utilisateurs. En revanche, dans le domaine funéraire, ce sont les pratiques égyptiennes qui s’imposent au détriment des rites grecs. L’Égypte devient alors multiculturelle et multi-religieuse (le judaïsme est également bien présent).

  •  Jeudis 9, 16 et 23 janvier 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Françoise Dunand (Professeur émérite des Universités)

L’annulation de l’ego dans le Talmud et la mystique juive

  • Cycle du soir en janvier, février et mars 2014 au Bâtiment France – 4 séances : 3 jeudis et 1 mercredi (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

On entend fréquemment que le dépassement de l’ego, de la personne, dans un élan vers l’absolu est un thème commun, mutatis mutandis, à tous les grands courants mystiques.

Nous verrons ici comment le Hassidisme, mouvement mystique juif éclos au XVIIIe siècle, a relié, sur ce thème, les sources ésotériques de la Kabbale aux textes du Talmud. C’est d’ailleurs ce pont entre deux corpus et deux types de pensée connexes, mais néanmoins distincts, qui fait l’une des originalités du Hassidisme.

Cette exploration se veut aussi comparatiste et permettra ainsi d’aborder, outre les sources, certains auteurs modernes, par exemple Elie Wiesel et Paul Valéry.

Notre recherche devra aussi considérer certains aspects éthiques : comment le Hassidisme a-t-il conçu le dépassement du « moi-je » dans l’humilité, quelles définitions (plurielles) donner à ces valeurs ?

  • Jeudis 30 janvier, 6, 13 février 2014 et le mercredi 5 mars 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Bernard Paperon (Agrégé de Lettres classiques)

De l’Église persécutée à l’Église persécutrice. Histoire du christianisme aux IVe et Vsiècles

  • Cycle du soir en mars, avril et mai 2014 au Bâtiment France – 8 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 137 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 86 €

Alors qu’il est régulièrement persécuté depuis 250, le christianisme devient une religion reconnue dans l’Empire romain en 311 avec l’Édit de Galère. Entre 325 avec le concile de Nicée et 451 avec le concile de Chalcédoine, l’Église devient dominante et triomphante, en éliminant le paganisme, en combattant l’hérésie et en réduisant l’influence du judaïsme. L’approche proposée dans ces conférences relève à la fois de l’histoire politique et de l’histoire religieuse : l’une et l’autre étant inséparables.

  • Mardi 4 mars 2014 : Le christianisme à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle

  • Mardi 11 mars 2014 : La persécution du christianisme par Dioclétien et sa reconnaissance par Constantin (303-337)

  • Mardi 18 mars 2014 : Le concile œcuménique de Nicée de 325, la confrontation avec Arius

  • Mardi 25 mars 2014 : La lutte contre le paganisme aux IV e et Ve siècles

  • Mardi 1er avril 2014 : Les relations entre l’Église et l’État dans l’Empire romain au IVe siècle : la question idéologique

  • Mardi 29 avril 2014 : La lutte contre l’hérésie aux IVe et Ve siècles

  • Mardi 6 mai 2014 : Le concile œcuménique de Chalcédoine de 451, la confrontation avec Eutychès

  • Mercredi 7 mai 2014: La lutte contre le judaïsme aux IVe-Ve siècles
  • Par Simon C. Mimouni (EPHE)

Le Stabat Mater en musique et en peinture

  • Cycle du soir en mars et avril 2014 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Le Stabat Mater est un poème médiéval d’origine franciscaine qui a profondément inspiré les artistes, tant les peintres, les sculpteurs que les musiciens. Depuis le Moyen Âge, l’image violente de la mère souffrant au pied de son fils mourant a suscité maintes interprétations à travers les siècles.

L’étude de plusieurs Stabat Mater en musique trouvera un écho dans les œuvres d’art de la même période. Du grégorien à Poulenc, de la peinture médiévale au plus contemporain, ce cycle de cours croisera la musique et les arts pour découvrir les multiples facettes de cet épisode de la Passion.

  • Jeudis 6 et 13 mars, mercredi 19 mars, jeudis 27 mars, 3 et 10 avril 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Hélène Décis-Lartigau (musicologue) et Isabelle Saint-Martin (EPHE)

La religion chez Auguste Comte et Sigmund Freud

  • Cycle du soir en mai 2014 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le cycle de conférences poursuivra celui de 2012-2013 sur les efforts théoriques d’Auguste Comte et Sigmund Freud quant à la compréhension du phénomène religieux. Il n’est cependant pas nécessaire d’avoir suivi le cycle précédent. On insistera sur la notion de religion de l’humanité chez Comte et sur la question de la possibilité de dépassement de la religion chez Freud.

  • Mardis 13, 27 mai et 3 juin 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France  – Philippe Gaudin (EPHE-IESR)

L’art bouddhique

  • Cycle du soir en mai et juin 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123 – 2 mercredis et 2 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

De l’Inde au Japon, au cours des siècles, le bouddhisme a uni l’Asie, assimilant les styles locaux et léguant un patrimoine d’une richesse exceptionnelle et d’une incroyable diversité.

Dans un premier temps seront abordés les différents modes de représentation du Buddha, tant dans la sculpture que dans la peinture, à partir des trois écoles principales indiennes et suivant trois trajectoires : la route Nord de l’Asie Centrale à la Chine et au Japon, la route Sud de Sri Lanka à l’Asie du Sud-Est, enfin l’évolution tantrique du Népal au Tibet et en Mongolie.

Dans un second temps, les développements architecturaux seront mis en évidence en présentant trois grands types de construction, suivant leur contexte symbolique, historique et géographique : le stupa, le monastère et le temple.

Cette vaste fresque sera complétée par une présentation des évolutions doctrinales associées aux différentes écoles qui vont se créer, suivant les trois grands développements de l’enseignement bouddhique.

  • Jeudi 15 mai, mercredis 21 et 28 mai et jeudi 5 juin 2014 de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Guy David (IESR)

Informations pratiques

Tarifs des cours

Inscription

Tarif

Accès

Conférence d’essai

20 €

Tout public

Passeport EPHE-IESR

198 €

Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année pour 2013-2014.

Tarif normal

Selon le cycle

Tout public hors tarif réduit ou préférentiel

Tarif réduit

Selon le cycle

  • Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs

  • Aux titulaires de la carte MAHJ (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Dès la 2e inscription à un cycle de l’année 2013-2014.

Tarif préférentiel

Chaque cycle à 20 €

Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;

  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;

  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;

  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque, à partir du 19 août 2013 :

    1. à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

    2. à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 4-14 rue Ferrus — 75014 Paris.

  5. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès à la salle de cours au Bâtiment France, salle 123

Cours au Bâtiment France (salle 123, 1er étage) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au Bâtiment France

(cliquez sur l’image pour une vue plus large) :

Image1

 

Les représentations cosmologiques dans la pensée juive avant la Renaissance, conférence de Tony Lévy

«L’espace, le lieu, l’infini: les représentations cosmologiques dans la pensée juive avant la Renaissance. Éléments d’analyse historique», conférence donnée par Tony Lévy (Chercheur honoraire au CNRS, Centre d’histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévales) le 16 avril 2013 à l’IAP , dans le cadre du cycle IESR/IAP « Le ciel entre science et religions »