Archives par mot-clé : islam

Jean-Marc TÉTAZ pour Tilman NAGEL « Mahomet. Histoire d’un Arabe – Invention d’un prophète », mercredi 9 janvier 2013, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Jean-Marc Tétaz, traducteur, présentera l’ouvrage de Tilman Nagel Mahomet. Histoire d’un Arabe – Invention d’un prophète (Labor et Fides, 2012)

  • Le discutant sera Mohammad Ali Amir-Moezzi (EPHE)

Mercredi 9 janvier 2013, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

NAGEL Tilman, Mahomet. Histoire d’un Arabe – Invention d’un prophète. Labor et Fides, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

L’ouvrage du professeur Tilman Nagel est la première biographie historico-critique de Mahomet parue depuis plus de cent ans. Pour cela, il met à profit les importants progrès faits ces dernières décennies par la recherche historique sur l’Arabie préislamique et utilise l’intégralité des sources à disposition. Il peut ainsi à la fois revisiter l’image dogmatique de la vie de Mahomet transmise par les traditions musulmanes et proposer une biographie du fondateur de l’islam inscrite de façon aussi précise que possible dans l’histoire politique, religieuse et sociale de son temps. Dans les derniers chapitres du livre, Nagel montre par quels chemins et pour quelles raisons la vie du Prophète a été par la suite l’objet d’une dogmatisation qui en a estompé les contours historiques. C’est en ce sens qu’on peut parler de l’invention d’un Prophète. Cette seconde démarche n’explique pas seulement comment est née la conception habituelle de la vie de Mahomet ; elle fournit aussi les clés nécessaires pour soumettre à la critique historique ces traditions et les rendre ainsi utilisables pour une discussion informée sur l’islam et son fondateur.

Isabelle POUTRIN pour « Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609 » (PUF, 2012) mercredi 5 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Isabelle Poutrin présentera Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609 (PUF, 2012)

  • Le discutant sera Alain Tallon (Paris IV-Paris-Sorbonne)

Mercredi 5 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

POUTRIN Isabelle, Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609. PUF, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

La conversion sous la contrainte des musulmans d’Espagne au christianisme s’étend sur un siècle, de la fin de la Reconquista à l’expulsion de quelque 300 000 morisques, descendants des convertis. Forgée sur le modèle médiéval de persécution des juifs, elle est perçue comme un échec par les contemporains.

Pourquoi avoir forcé les musulmans à recevoir le baptême alors qu’il était évident qu’ils n’avaient pas la foi dans le Christ ? Pourquoi avoir expulsé leurs descendants après tant d’efforts pour les faire rompre avec l’islam ?

En donnant la parole aux différents acteurs de cette histoire, morisques, grands seigneurs, inquisiteurs, théologiens et conseillers du roi, un éclairage neuf est porté sur un épisode douloureux pour les musulmans, tragique pour l’Espagne, et capital dans les relations entre l’Église et les non-chrétiens. Cet épisode est aujourd’hui une invitation à réfléchir sur l’usage de la contrainte en matière de foi.

Cours du soir et journées de formation en sciences religieuses (2012-2013)

Présentation

Les cours se déroulent, selon les cycles, à l’IESR ou au bâtiment France

L’IESR et la section des sciences religieuses de l’EPHE proposent des cycles de conférences ouverts à tout public, animés par des enseignants de l’EPHE ou des chercheurs invités. Les religions y sont abordées par leurs dimensions historique, sociologique, juridique et philosophique, dans une perspective distanciée, pluraliste et laïque.

–        L’École pratique des hautes études (EPHE) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche.

–        L’Institut européen en sciences des religions (IESR) est un institut de formation de l’EPHE, associé à la Section des Sciences religieuses, qui a pour but de constituer un lieu laïque d’expertise et de conseil sur l’histoire et l’actualité des questions religieuses.

Modifications pour le cycle « Jérusalem »:

  • Le cours prévu le mardi 2 avril 2013 (18h30-20h) à l’IESR est maintenu. Suite à la disparition de Gilles Veinstein, professeur au Collège de France, la séance sera assurée par son collègue Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS. La séance portera sur «La Jérusalem ottomane».
  • Le cours de Henri Bresc prévu le mardi 26 mars 2013 (18h30-20h) à l’IESR « Jérusalem, XIe-XIVe siècles, compétitions et voies de coexistence oecuménique » est déplacé au mardi 21 mai 2013 (18h30-20h) à l’IESR

Programme 2012-2013

Mésopotamie

–        Cycle du soir en octobre 2012 à l’IESR – 4 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

Dans la suite du programme proposé en novembre 2010, ce cycle poursuit la présentation de la religion en Mésopotamie, de mieux en mieux connue grâce à des recherches récentes. Les deux premières séances seront consacrées à la religion syro-mésopotamienne, puis l’accent sera mis sur l’aspect féminin de la divinité et sur le personnel religieux féminin. Aucun prérequis n’est demandé.

–        2 et 9 octobre 2012 : Présentation de la religion et du panthéon syro-mésopotamien (Maria-Grazia Masetti-Rouault, EPHE)

–        16 octobre : Inanna/Ishtar, volupté amoureuse et férocité guerrière (Véronique Grandpierre, IA, Paris)

–        23 octobre : Prêtresses et prophétesses (Brigitte Lion, Université de Tours)

Bibles en traduction

–        Session en journée, le mercredi 17 octobre 2012 (9h30/12h30-14h/17h) à l’IESR

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La Bible ou plutôt les Bibles juive et chrétienne ont fait l’objet de nombreuses traductions, d’abord en grec (pour les écrits juifs, c’est la Septante) et en latin (pour la Bible chrétienne, c’est la Vetus latina) puis dans les langues vernaculaires. Pourtant, traduire, et plus encore traduire des écrits religieux canoniques, ne va pas de soi. Des questions se posent quant à la légitimité de l’acte, quant aux langues dans lesquelles il est permis ou non de le faire, quant aux techniques de traduction et à l’interprétation que l’on a du texte original. Ainsi, les traductions ont-elles souvent été au cœur de polémiques religieuses. On s’interrogera également sur ce que ces Bibles traduites représentent matériellement.

–        Les traductions de la Bible de l’Antiquité au Haut Moyen Age (Martine Dulaey, EPHE)

–        Les traductions de la Bible en français (Gilbert Dahan, EPHE)

–        Les traductions françaises de la Bible au XVIe siècle : humanisme, réformes protestante et catholique (Annie Noblesse-Rocher, Université de Strasbourg)

–        L’enjeu de la traduction dans l’épistémologie exégétique de Richard Simon (Pierre Gibert, Université Catholique de Lyon)

–        Légitimités de la traduction biblique dans la tradition juive (Jean-Jacques Wahl, Association européenne pour la culture juive)

Le Taoïsme

–        Cycle du soir en novembre 2012 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 3 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Trois grandes voies spirituelles ont dominé la Chine : le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme. Il serait vain de les opposer, même si parfois au cours des siècles, elles sont entrées en concurrence tout en s’influençant mutuellement.

Le taoïsme emprunte au fond religieux de la Chine ancienne des notions telles que : forces de la nature, ordre cosmique, culte des ancêtres, complémentarité Yin Yang.

Selon la tradition, le taoïsme a été fondé au vie ou ve siècle avant notre ère par Laozi, peut-être un personnage légendaire. Il aurait écrit le Daode jing (livre du tao), enseignant que l’individu, pour atteindre le bonheur, doit rechercher l’unité avec le tao en suivant l’exemple de la nature. Le taoïsme s’est développé suivant un enseignement philosophique (chia) et une doctrine (chiao), les deux établissant une unité intrinsèque entre la pratique du tao et la quête de l’immortalité.

Au cours des siècles, face à l’influence grandissante du bouddhisme, le taoïsme s’est structuré avec des écoles, des rituels et un panthéon particulièrement riche et complexe.

Les trois conférences s’articuleront suivant une progression ternaire : 1/ Fondement et histoire ; 2/ Enseignements et courants ; 3/ Panthéon et pratiques.

–        Jeudis 8, 15 et 22 novembre 2012, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Guy David (IESR)

La Nativité dans les arts

–        Cycle du soir en novembre et décembre 2012 à l’IESR – 5 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 83 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 52 €

Célébration de la naissance de Jésus, en lien avec le dogme de l’Incarnation, Noël est l’une des principales fêtes chrétiennes. Elle est de ce fait l’un des grands thèmes d’inspiration des artistes, qui se fondent à la fois sur les écrits canoniques et sur les traditions « apocryphes » et légendaires. Ce cycle de conférences abordera le thème de la Nativité sous l’angle de l’histoire des arts, en analysant plusieurs œuvres musicales ainsi que, en contrepoint, certaines représentations picturales.

–        Mardis 20, 27 novembre 2012, 4, 11 et 18 décembre 2012, à l’IESR – Hélène Décis-Lartigau (musicologue) et Isabelle Saint-Martin (EPHE)

Introduction à l’islam

–        Sessions en journée à l’IESR les mercredis 28 novembre et 5 décembre 2012

–        Tarif normal pour les deux journées : 100 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 62 €

–        Tarif normal à la journée : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Les deux journées sont une initiation à l’islam, autour de cinq thématiques : la diversité religieuse ; les écrits fondateurs ; l’iconographie ; la gestion publique de l’islam en France et les salafismes en France.

Mercredi 28 novembre 2012 :

–        9h30-12h30 : L’islam et sa diversité (Mohammed Ali Amir-Moezzi, EPHE)

–        14h30-17h15 : Les textes fondateurs de l’islam : le Coran, le hadith (Pierre Lory, EPHE)

Mercredi 5 décembre 2012 :

–        9h30-12h30 : Les images en islam (Annie Vernay-Nouri, BnF)

–         14h-15h30 : Gestion publique de l’islam (Claire de Galembert, CNRS)

–         15h30-17h : Comprendre le salafisme contemporain. Définitions, lieux communs et réalités du terrain (Maryam Borghée, EPHE)

L’auteure de « Voile intégral en France, sociologie d’un paradoxe » (Éditions Michalon) exposera les axes cardinaux d’une doctrine historique avant d’en aborder les nouvelles pratiques sociales devenues problématiques sur le territoire national.

Le mouvement de Jésus hors du judaïsme au IIe siècle

–        Cycle du soir en janvier et février 2013 à l’IESR – 8 lundis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 132 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 83 €

Le développement du mouvement de Jésus hors du judaïsme se caractérise par une opposition permanente entre ses tendances d’origine « juive » et ses tendances d’origine « païenne ». Il se traduit aussi par une lutte de ces divers éléments, surtout le second, à l’égard des autorités romaines, qui n’ont jamais pu accepter de considérer le christianisme comme une religiosité parmi d’autres. Elles estimaient sans doute le culte messianique comme une contestation du culte impérial, ce qu’il a été de fait parmi ses membres les plus extrêmes. C’est donc à une série de crises internes et de crises externes que se voit confronté le mouvement chrétien à partir des années 135-150.

Issu du judaïsme, le christianisme s’est implanté et développé en milieu gréco-romain. Phénomène original, il n’en a pas moins subi l’influence du milieu d’où il est issu. Un des problèmes majeurs de l’histoire du mouvement chrétien aux Ier-IIe siècles est d’essayer de préciser, et en quelque sorte de doser, la part respective des éléments « juifs » et des éléments « païens » dans sa genèse et son évolution.

–        Lundi 7 janvier 2013 : Les origines du christianisme en Palestine et en Diaspora aux Ier et IIe siècles de notre ère : les communautés et les doctrines

–        Lundi 14 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances judaïsantes (les nazoréens et les ébionites)

–        Lundi 21 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances judaïsantes (les elkasaïtes et le cas de Cérinthe)

–        Lundi 28 janvier 2013 : Les crises internes : les tendances paganisantes (le gnosticisme et le marcionisme)

–        Lundi 4 février 2013 : Les crises internes : les tendances paganisantes (le montanisme et le cas de Tatien)

–        Lundi 11 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le paganisme (l’apologétique)

–        Lundi 18 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le paganisme (la persécution)

–        Lundi 25 février 2013 : Les crises externes : les relations avec le judaïsme (l’antijudaïsme)

–        Par Simon C. Mimouni (EPHE)

Laïcité : principes et pratiques

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 9 janvier 2013 (9h30-17h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La laïcité a récemment été au cœur de discours et de débats parfois très passionnés. C’est pourquoi, dans ce contexte, il semble utile et important de revenir d’une part sur le principe français de laïcité, dans une perspective juridique, d’autre part sur son application au sein de l’espace scolaire.

–        9h30–12h30 : – Introduction (Dominique Borne, IESR) – Le principe de laïcité en droit français : République laïque, service public laïque (Frédérique de la Morena, HCI)

–        14h-17h : Les enjeux actuels de la laïcité à travers son application à l’école (Abdennour Bidar, HCI) – Synthèse (Philippe Gaudin, IESR)

Talmud et mystique juive : leur rencontre et leur confrontation

–        Cycle du soir en janvier 2013 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 4 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

Le Talmud est un corpus à la fois normatif et édifiant. Comme le souligne Charles Touati (ancien directeur d’études à l’EPHE, chaire « Judaïsme talmudique et rabbinique »), dans son article « Talmud » de l’Encyclopaedia Universalis, le Talmud a façonné la conscience et le mode de vie des juifs dès le début de l’ère chrétienne (et même avant, si l’on tient compte de la tradition rabbinique qui l’a produit). Au xviiie siècle, la mystique connaît un essor populaire avec la naissance et l’expansion du Hassidisme, encore dynamique en notre temps. Ces deux courants, certes distincts, se sont rencontrés : le Hassidisme a procédé à une relecture du Talmud, à travers les grilles de l’interprétation mystique des cabalistes. C’est ce que nous nous proposons d’explorer. Le premier passage du Talmud qui sera traité (Sota 34b / 35a ) a fait l’objet d’une étude du philosophe Lévinas, dans ses Quatre lectures talmudiques (éditions de Minuit), ce qui permettra d’ouvrir une comparaison entre cette lecture et celle proposée par la mystique juive.

–        Jeudis 10, 17, 24 et 31 janvier 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Bernard Paperon (Académie de Jérusalem des études juives)

Religion et société aux Etats-Unis depuis 1880

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 6 février 2013 (9h30-17h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La religion est très prégnante aux États-Unis, et son rôle est souvent mal perçu et mal compris en France. Pourtant, les États-Unis sont aussi un État laïque. Le cycle apportera des éléments pour mieux comprendre les relations entre religion, société et État, en revenant sur leur mise en place à la fin du xixe siècle.

–        Par Blandine Chelini-Pont (Aix-Marseille 3)

Visages d’Orphée

–        Cycle du soir en février 2013 au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 3 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

Le mythe raconte que le chant et la musique d’Orphée charmaient êtres animés et inanimés, qu’il est allé aux Enfers chercher sa bien-aimée, qu’il est mort mis en pièce par des femmes furieuses, mais que sa tête a continué à chanter. Personnage mythologique, Orphée est aussi objet d’un culte. Les Grecs lui élèvent un sanctuaire où il rend des oracles, et lui attribuent également une théogonie et des hymnes sacrés qui servent de point d’appui à une tradition religieuse, l’orphisme.

Innombrables sont donc les visages d’Orphée. Ils seront évoqués ici à partir des sources écrites et iconographiques, selon trois grands thèmes : Orphée l’Enchanteur ; Orphée amoureux ; Orphée et l’orphisme.

–        Jeudis 7, 14, 21 février 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment FranceAnne Zali (directrice honoraire du service pédagogique de la BnF)

Jérusalem

–        Cycle du soir en mars, avril, mai 2013 à l’IESR – 7 mardis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 116 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 73 €

Jérusalem : ville au cœur de plusieurs religions et de nombreuses passions, une ville aux multiples visages, à la fois historique, mystique, symbolique, religieux. Le cycle propose d’explorer ces différents aspects à travers un parcours dans le temps, dans l’espace et dans l’imaginaire.

–        Mardi 19 mars 2013 : Jérusalem cité sainte, centre du monde (Marie-Françoise Baslez, Paris IV)

–       Mardi 2 avril 2013 : La Jérusalem ottomane (Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS)

Suite à la disparition de Gilles Veinstein, professeur au Collège de France, la séance sera assurée par son collègue Frédéric Hitzel, chargé de recherches au CNRS.

–       Mardi 9 avril 2013 : Jérusalem dans l’imaginaire musulman (Nicolle Samadi, IESR)

–       Mardi 16 avril 2013 : Enjeux politiques et identités religieuses de Jérusalem à l’époque contemporaine (Stéphanie Laithier, IESR)

–       Mardi 23 avril 2013 : Images et imaginaire de Jérusalem dans le christianisme (Isabelle Saint-Martin, EPHE)

–       Mardi 14 mai 2013 : Patrimonialisation des lieux saints (Sossie Andézian, CNRS)

–       Mardi 21 mai 2013 : Jérusalem, XIe-XIVe siècles, compétitions et voies de coexistence œcuménique (Henri Bresc, Paris Ouest Nanterre La Défense)

Introduction à la théorie de la religion chez Auguste Comte et Sigmund Freud

–        Cycle du soir en mars et avril 2013 Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 117 – 4 jeudis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 66 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 42 €

On essaiera de comprendre en quoi ces deux efforts théoriques enracinés dans le xixe siècle conditionnent encore largement notre compréhension du phénomène religieux tout en ayant montré leurs limites. Les deux premières séances seront consacrées à Auguste Comte et les deux suivantes à Sigmund Freud.

–        Jeudis 21, 28 mars, 4 et 11 avril 2013, de 18h30 à 20h, au Bâtiment FrancePhilippe Gaudin (IESR)

Méthodologie en ethnologie et en anthropologie du religieux

–        Session en journée à l’IESR le mercredi 10 avril 2013 (10h-16h)

–        Tarif normal : 50 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 31 €

La journée propose une initiation à la méthodologie en ethnologie et en anthropologie du religieux, autour de deux questions principales : la manière dont le chercheur construit sur le terrain sa relation à son objet d’étude ; la façon dont les technologies numériques, de plus en plus utilisées en sciences humaines, modifient les méthodes et les pratiques du terrain.

–        10h-12h30: Sur le terrain : la construction de la relation ethnographique (Odile Journet-Diallo, EPHE)

–       14h-16h: De l’anthropologie visuelle à l’anthropologie du numérique : évolution des méthodes et des pratiques (Nadine Wanono, CNRS)

La prophétie en Israël au temps de l’Exil

–        Cycle du soir en mai et juin 2013 à l’IESR – 5 lundis (18h30 / 20h)

–        Tarif normal : 83 € – Tarif réduit (voir le tableau sur les tarifs) : 52 €

Le parcours proposé prolongera la lecture des livres prophétiques menée au cours des deux précédentes années. On se centrera cette fois sur deux grandes voix du vie siècle qui accompagnent l’Exil et profilent son terme. À partir d’un choix de textes, on introduira ainsi à la lecture du livre d’Ezéchiel, le prophète visionnaire prêtre du temple de Jérusalem, et à celle des oracles de l’anonyme dont la prédication est recueillie dans le deutéro-Isaïe.

–        Lundis 13 et 27 mai, 3, 10 et 17 juin 2013, de 18h30 à 20h, à l’IESR – Anne-Marie Pelletier (professeur honoraire des Universités)

Renseignements pratiques

Contacts

Pour obtenir des renseignements complémentaires :

–        sur les tarifs et inscriptions, contacter l’IESR;

–        sur le contenu scientifique des cours du soir, contacter Isabelle Saint-Martin ou Anna Van Den Kerchove.

Tarifs des cours

Inscription Tarif Accès
Conférence d’essai 18 € Tout public
Passeport EPHE-IESR  195 € Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année
Tarif normal Selon le cycle Tout public hors tarif réduit ou préférentiel
Tarif réduit Selon le cycle –        Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs-        Aux titulaires de la carte MAHJ(joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)-        Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)-        Dès la 2e inscription à un cycle.
Tarif préférentiel Chaque cycle à 20 € Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;
  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;
  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;
  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque :

1-      à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

2-      à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 46, rue de Lille — 75007 Paris.

  1. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès aux salles de cours

Consulter chaque descriptif de cycle pour connaître la localisation (IESR ou bâtiment France) :

–        Cours à l’IESR : 14 rue Ernest-Cresson (porte cochère verte à gauche de l’entrée principale), 75014 Paris, MDenfert-Rochereau ou Mouton-Duvernet

Plan d’accès à l’IESR 

–        Cours au bâtiment France (salle 117) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au bâtiment France

 

 

Présentation de « Quatre-vingt-treize » par G. Kepel à l’IESR le 9 mai 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Gilles Kepel présentera Quatre-vingt-treize (Gallimard, 2012).

  • Les discutants seront Jean-Paul Willaime (EPHE) et Bernard Godard (chargé de mission au bureau des cultes, ministère de l’Intérieur)

Mercredi 9 mai 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur:

Enjeu complexe, les « banlieues » représentent à la fois la cristallisation des peurs d’une société inquiète face à des nouvelles « classes dangereuses » du XXIe siècle, et la mauvaise conscience de celle-ci, accusée d’avoir laissé se développer et perdurer des zones d’exclusion en marge de sa prospérité. Cette ambivalence est propice à l’emballement du discours médiatique sur un sujet propre à toutes les surenchères idéologiques ainsi qu’aux simplifications des images-chocs – voitures brûlées, caches d’armes dans les HLM, musulmans en prière sur la chaussée… autant de « figures » de la banlieue dont l’accumulation est censée produire du sens, au détriment d’une construction rationnelle de celui-ci. Ces « figures » sont au cœur du malentendu persistant entre la presse et les habitants des banlieues concernées, qui discrédite à leurs yeux la pratique journalistique « stigmatisante ».

Enseigner « Les débuts de l’islam »

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Le mercredi 7 mars 2012 eut lieu à l’IESR la Présentation de “Le Coran silencieux et le Coran parlant” par M. A. Amir-Moezzi à l’IESR le 7 mars 2012.  Il s’agit d’un livre érudit fondé sur l’enseignement que Mohammed A. Amir-Moezzi assure à l’École Pratique des Hautes Études. L’ouvrage, et la présentation qu’en a faite l’auteur a insisté sur ce point, est original en deux points : faire entrer les sources shiites dans les études scientifiques sur les débuts de l’islam (or jusqu’à présent, souvent, ces sources ne sont pas prises au sérieux), des sources qui, comme le dit l’auteur lui-même lors  de la présentation du 7 mars 2012, permettent d’introduire une distance par rapport à l’histoire de la genèse de l’islam ; étudier l’articulation entre l’histoire des guerres du début de l’islam et l’histoire de la rédaction du Coran. Comme le fait remarquer l’auteur, les acteurs de ces deux phénomènes sont souvent les mêmes. Les violences civiles accompagnent l’élaboration des écritures saintes.

Nous ne pouvons que conseiller les enseignants d’histoire de lire cet ouvrage ou du moins d’en lire quelques-unes des pages (en particulier l’introduction et la conclusion). En effet, il pourrait les aider à aborder le chapitre sur « Les débuts de l’islam » en 5e, où il est recommandé de commencer par parler des guerres puis de l’apparition de la nouvelle religion et la rédaction du Coran. En ayant en tête l’articulation mentionnée par Mohammed A. Ali-Moezzi, ils arriveront peut-être à mieux expliquer ces phénomènes aux élèves. Irons-nous jusqu’à leur conseiller de proposer quelques sources shiites aux élèves, à côté des sources traditionnellement proposées dans les manuels ?

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Présentation de « Le Coran silencieux et le Coran parlant » par M. A. Amir-Moezzi à l’IESR le 7 mars 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, consacrés à la présentation d’ouvrages en sciences religieuses, Mohammad Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’EPHE, présentera Le Coran silencieux et le Coran parlant : sources scripturaires de l’islam entre histoire et ferveur (CNRS Éditions, 2011)

Le discutant sera Philippe Gaudin (IESR-EPHE)

Mercredi 7 mars 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur :

Les tout premiers siècles de l’islam furent marqués par deux faits majeurs indissolublement liés qui ont déterminé les évolutions historique et spirituelle de cette religion jusqu’à nos jours : l’élaboration des sources scripturaires, à savoir le Coran et le Hadith, et une violence chronique se manifestant principalement sous forme de guerres civiles.

Batailles du Prophète, violences autour de sa succession, « guerres d’apostasie » sous le premier calife Abu Bakr, guerres de conquêtes et morts violentes des autres califes « bien guidés », cycles de répressions et de révoltes sanglantes pendant la période omeyyade, brutale révolution abbasside, interminables massacres de Shi’ites… Parallèlement, s’élaborent, dans des conditions complexes et problématiques, les Écritures, paroles divines et traditions prophétiques, dont la forme et le contenu ont été sources de conflits et de débats pendant plusieurs siècles.

Pour la première fois, un ouvrage étudie l’articulation entre les deux phénomènes à travers l’examen minutieux de l’histoire de textes anciens aussi importants que peu connus. Il propose une nouvelle grille de lecture, un nouveau cadre de théorisation de l’histoire des débuts de l’islam, éclairant, en les mettant en perspective, jusqu’aux tensions contemporaines.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

ELA Conférence suite

Samedi 11 février, deuxième journée de la conférence.

Le matin fut particulièrement intéressant, avec l’accent mis sur l’organisation concrète d’une instruction religieuse musulmane, avec les cas des Pays-Bas, de la Suède, de l’Autriche. L’intervention concernant l’Autriche fut stimulante, du fait de la situation dans ce pays où l’islam est reconnu depuis les années 1920 et de la qualité de l’intervenante.

Ensuite la question de la présence des symboles a été évoquée, avec un point sur la situation aux États-Unis, notamment en montrant des caricatures. Intervention qui a suscité beaucoup de réactions, du fait de l’écart entre la situation aux États-Unis et celle dans la plupart des pays européens.

Au-delà des différences entre les pays, il est intéressant de noter que les défis sont identiques : formation des enseignants, qualité des manuels scolaires, contenu des manuels et de l’enseignement, lien avec les « valeurs fondamentales » (à définir peut-être de manière plus systématique). Puis au-delà de l’enseignement lui-même, la question de l’islam lui-même ; ainsi, plusieurs fois a été évoquée l’idée de la construction d’un islam d’Europe, d’un islam local.

À suivre

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

ELA conference

La conférence de l’ELA (European Association for Education Law and Policy) se tient cette année à Anvers, 9-11 février, sur le thème « Islam (Instruction) in State-Funded schools ».

Pour le moment, ont été abordées les questions de neutralité, de diversité dans les institutions publiques, d’éducation et d’intégration, d’instructions religieuses. Il en ressort de la majorité des communications que pour la plupart la solution pour une meilleure intégration est plus de religion à l’école, aussi bien dans les cours qu’à côté, dans la pratique.  Il s’agit toujours d’une instruction religieuse, jamais d’une éducation sur la religion ; l’aspect scientifique a été très peu mentionné. Continuer la lecture de ELA conference

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter