Archives par mot-clé : histoire

La théologie byzantine et sa tradition. Vol. I/1

510_capture_decran_2016-02-02_a_21.15.34
C.-G. Conticello (ed.), La théologie byzantine et sa tradition, Brepols.

Carmelo Giuseppe Conticello (LEM-CNRS) présentera son ouvrage   » La théologie byzantine et sa tradition « Vol. I/1

Discutants : P. Michel Fédou et Renaud Rochette

Le 30 mars 2016, 18h30
EPHE – Bâtiment Le France,
salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]

Entrée libre dans la limite des places disponibles

L’ambition première de La théologie byzantine et sa tradition est d’aborder le domaine théologique byzantin à travers ses forces vives, les théologiens, perçus comme des sujets porteurs d’une riche expérience spirituelle, dont la production compte parfois parmi les chefs-d’œuvre de la littérature théologique universelle. Sa seconde ambition est de considérer le domaine de la théologie byzantine dans toute son extension, aussi bien chronologique que géographique, la coupure historique de 1453, date de la chute de Constantinople, ne marquant pas la fin de cet univers de pensée qui se prolonge dans l’Orthodoxie moderne et contemporaine

La théologie byzantine et sa tradition se propose d’offrir au monde universitaire et au public cultivé une première mise au point d’envergure et un instrument de travail fondamental pour entreprendre des recherches approfondies dans ce domaine. C’est la raison pour laquelle un soin particulier a été accordé à la prosopographie, à la constitution de répertoires complets des œuvres de chaque auteur considéré – cette section constitue l’esquisse d’une Clavis Auctorum Byzantinorum, sur le modèle de la Clavis Patrum Graecorum de M. Geerard et J. Noret –, au repérage des manuscrits pour les œuvres inédites, à l’exhaustivité et à la présentation critique des bibliographies en langues occidentales et orientales, à l’élaboration d’indices détaillés. Pour illustrer l’exposé sur la doctrine des auteurs traités, partie centrale de chaque contribution, l’ouvrage présente également un grand nombre de textes pour la première fois traduits ou édités de façon critique.

« Aux sources de l’idée laïque »

Rita Hermon-Belot (EHESS) présentera son ouvrage  » Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse « .

Discutant : Patrick Cabanel (EPHE).

Mercredi 4 novembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France,  salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse
RitaHermonBbelot
Rita Hermon-Belot, Aux sources de l’Idée laïque. Révolution et pluralité religieuse (Odile Jacob, 2015).

La question de la laïcité est aujourd’hui au cœur de notre débat politique et social. Les conflits actuels trouvent leur origine dans la reconstruction par l’histoire républicaine d’un affrontement limité à la République et au catholicisme. C’est cet héritage national que l’historienne Rita Hermon-Belot entreprend ici de revisiter. Elle met en lumière la rupture révolutionnaire. Elle révèle à travers les débats de la Révolution française que celle-ci ne fut pas, comme on le dit trop souvent, foncièrement hostile aux religions. Elle en organisa même la diversité d’expressions avant que l’évolution des parties en présence ne l’entraîne à partir de 1793 vers une position plus tranchée.

En remontant aux sources de notre laïcité, en reformulant les termes du débat actuel, cette grande enquête peut contribuer aujourd’hui à éclairer et à comprendre les tensions qui traversent notre société.

« La laïcité : notion biaisée par les politiques »

La laïcité : notion biaisée par les politiques
article Libértion.fr 27 mars 2015

Depuis 1991 et la création d’une chaire d’histoire et de sociologie de la laïcité à l’EPHE, une cinquantaine d’universitaires débattent du concept. Ces chercheurs, qui privilégient une approche ouverte, reconnaissent avoir du mal à convaincre les élus.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Vers une laïcité d’intelligence ? » – Mercredi de l’IESR

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin ont présenté, le 26 novembre 2014, son ouvrage « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014).
Discutant : Régis Debray

Visionnez la captation

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Préface Philippe Portier, Directeur du GSRL, directeur détudes à l’EPHE.
Postface Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE.

Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises. Publication des actes du colloque des 20-22/09/12 à Sèvres

Publication des actes du colloque « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes » tenu à Sèvres les 20, 21, 22 septembre 2012 au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres.

Couv. "Le défi de l'enseignement des faits religieux à l'école, réponses européennes et québécoises
Source : Riveneuve éditions

« École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes », tel est le titre du colloque qui s’est tenu au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres les 20, 21 et 22 septembre 2012. Organisé par l’Institut européen en sciences des religions (IESR), sous la direction d’Isabelle Saint-Martin, il a réuni de nombreux spécialistes de l’enseignement en Espagne, en Italie, au Danemark, en Flandre et Belgique, en Angleterre, en Allemagne et en Suisse qui ont échangé sur la place de la religion dans l’enseignement et les débats qu’elle induit dans la société de chacun des pays. Le présent ouvrage, issu de ce colloque, enrichit la réflexion de l’exemple québécois au travers du programme Éthique et culture religieuse et d’un jugement de la Cour suprême du Canada. L’ensemble met en perspective la laïcité en France et l’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle.

Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’aborder les faits religieux dans le cadre d’un enseignement s’adressant à tous les élèves d’une même classe et s’inscrivant dans les objectifs, les méthodes et la déontologie de l’école publique. Le débat aujourd’hui se focalise désormais sur la place que l’on accorde ou non à l’expérience religieuse et aux questionnements existentiels des élèves.

L’ouvrage est dédié à Évelyne Martini (†), inspectrice d’académie et inspectrice pédagogique régionale en lettres de l’Éducation nationale, qui a beaucoup œuvré pour l’enseignement des faits religieux à l’école publique et a été une collaboratrice fidèle de l’IESR.

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (« Histoire et sociologie des protestantismes ») est responsable du réseau européen de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), après avoir dirigé cet Institut de 2005 à 2010.

WILLAIME J.-P. (dir.), Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, 358 p. [ISBN 978-2-36013-223-2] – 24€

Sommaire

Introduction : Jean-Paul Willaime «Comparer l’incomparable ?» 

Première partie : Les cours de religion pour tous

  • Julia Ipgrave « Le débat anglais sur la « Religious Education » dans les écoles publiques
  • Tim Jensen « L’enseignement de la religion au Danemark : les réponses récentes à des défis communs »
  • Wolfram Weisse « La religion à l’école dans le Land de Hambourg »
  • Séverine Desponds, Christine Fawer Caputo, Andrea Rota « L’évolution des manuels pour l’enseignement religieux en Suisse. Analyses sociohistoriques, didactiques et pragmatiques »

Deuxième partie : Les cours confessionnels de religion

  • Roberto Mazzola « La religion à l’école en Italie : états des lieux et évolutions »
  • Maria Chiara Giorda « Les faits religieux dans les manuels scolaires en Italie »
  • Maria Del Mar Giera « Les débats concernant l’enseignement des religions à l’école en Espagne »
  • Patrick Loobuyck et Leni Franken « Les cours de religion en Flandre et en Belgique : situation actuelle et débats »

Troisième partie : L’expérience québécoise

  • Mireille Estivalèzes « L’approche culturelle des religions dans le programme et les manuels d’éthique et culture religieuse au Québec »
  • Jean-Paul Martin « Québec : quels débats autour de l’enseignement de la religion ? »
  • Jacques Pettigrew « Le programme Éthique et culture religieuse et le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire S. L. c. la Commission scolaire des Chênes »

Quatrième partie : Laïcité et enseignement des faits religieux en France

  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et laïcité en France »
  • Stéphanie Laithier et Anna Van den Kerchove « L’enseignement des faits religieux dans les programmes et les manuels d’histoire en France »
  • Evelyne Martini (†) « Le fait religieux dans le champ littéraire »
  • Isabelle Saint-Martin « Histoire des arts et enseignement des faits religieux : concurrence et complémentarité »
  • Louis Hourmant et Jean-Paul Willaime « L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle : évolutions et défis »

Bon de commande / contact Riveneuve éditions :  riveneuveeditions@orange.fr

Guerre et religion – 2

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Fin janvier, un colloque s’est tenue sur « Guerre et religion » signalé dans un précédent billet avec le programme.

Je n’ai malheureusement pu assister qu’à une partie du colloque. Les communications entendues étaient de grande qualité et très instructives. Une grande partie de leur contenu pourrait être d’une grande utilité pour les enseignants.

I- Salvatore d’Onofrio (« La religion de la guerre dans une société primitive« ) s’est intéressé à la manière dont certaines théories ont été développées sur guerre et religion / sacré ; il a montré en particulier qu’elles tiennent peu compte des matériaux des sociétés étudiées.

II- Thomas Römer (« La guerre dans la Bible hébraïque, entre histoire et fiction« ), dans une communication limpide, apporte des réponses claires aux lecteurs qui pourraient s’interroger ou s’offusquer de l’omniprésence de la guerre dans la Bible hébraïque. Il mit en avant plusieurs idées :

– guerre et paix ne sont pas deux entités opposées (contrairement à ce qui est couramment pensé) ; elles interviennent ensemble pour contrer le chaos.

– dans la Bible, l’héritage proche-oriental est important et on ne peut séparer Bible et Proche-Orient : la guerre est un moyen de « rétablir l’ordre », d’affirmer la puissance du roi et de le légitimer ; les récits de guerre relèvent plus de l’idéologie qu’ils ne sont le reflet de la réalité.

pas de guerre purement humaine. La défaite d’un peuple conduit à la déportation de ses statues.

– il faut lier la guerre à l’idéologie du combat contre les forces du mal.

Ces informations compléteront les informations données dans les manuels, aussi bien pour ce qui concerne l’Orient ancien que pour les débuts du judaïsme.

III- François de Polignac (« En Grèce ancienne, des dieux en guerre ou des dieux dans la guerre ?« ) a fait une communication passionnante centrée sur la bataille de Salamine, une bataille parfois évoquée dans les manuels scolaires. Les informations données peuvent cependant s’appliquer à d’autres batailles.

Dans un premier temps, des informations générales :

– les guerres entre les hommes ne sont pas les guerres entre les dieux. Dans les premières, les dieux peuvent intervenir (en particulier parce que les hommes cherchent à obtenir leur appui), mais ils ne sont pas en guerre.

– Arès est peu présent dans les récits de guerre. Il est plutôt le dieu de la fureur guerrière.

Dans un second temps, la bataille de Salamine, pour laquelle de nombreux documents existent. Différents dieux interviennent à différents moments : héros locaux et Déméter au début ; Aphrodite (ce qui témoigne qu’il ne faut pas la cantonner à l’amour ; elle a un lien fort avec le combat, notamment via Eros, l’éros du combat, c’est-à-dire la soumission au désir du combat) ; Artémis Aristoboulé qui a permis de prendre la bonne décision (la ruse qui a permis d’égarer les Perses).

François de Polignac fit remarquer que les rôles sont interchangeables selon les batailles. Ce qui est important : savoir quel est le dieu le mieux placé pour tel combat dans tel lieu à tel moment ; il y a toujours plusieurs dieux impliqués.

Parler de la bataille de Salamine de cette façon en cours permet de donner du sens, en particulier à la « place » de la religion à Athènes et de ne pas déconnecter ce que l’on dit de la religion de ce que l’on enseigne sur la société, la politique, la guerre.

IV- Olivier Picard (« La guerre faiseuse de dieux au temps d’Alexandre le Grand et de ses successeurs« ) évoqua essentiellement des monnaies d’Alexandre et de ses successeurs. Celles-ci ne sont pas religieuses. Cependant, en Grèce, l’image de la monnaie était celle de la divinité tutélaire de l’État. Désormais, c’est le roi. Olivier Picard conclut que les cultes royaux hellénistiques sont des créations grecques et non des scories venant d’Orient.

V- Christian Duverger (« La guerre fleurie dans le Mexique préhispanique« ) était absent mais sa communication a été lue. Elle apporte des informations très importantes pour les enseignants de seconde en particulier. En effet, dans les manuels de seconde, histoire, il est souvent question de la « guerre fleurie ».

– Dans le Mexique ancien, la dimension symbolique de la guerre semble l’emporter.

– Le sacrifice humain est le socle de la société, car c’est un moyen de dissiper la disparition des énergies. Le soleil est considéré comme vorace.

– La « guerre fleurie » est un moyen d’avoir des captifs pour le sacrifice. D’où son nom « guerre fleurie », car la fleur est le symbole du jeu. La « guerre fleurie » est une addition de duels, qui se déroulent sans arme et en musique. Elle est stoppée brutalement et s’ensuit un échange de captifs. Il n’y a pas de mort (ni de vainqueur ni de vaincu), car la mort est reportée, au moment du sacrifice. Il s’agit d’une guerre très ritualisée.

À côté de cette guerre ritualisée, il semble qu’il y ait eu aussi des guerres plus conventionnelles, des guerres punitives (mais de guerres de conquêtes à priori).

Nous espérons que toutes ces informations aideront en particulier les enseignants.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseignement de la morale, enseignement des faits religieux

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2013, s’est tenu le colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » organisé par l’IESR (en particulier par Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin).

Il s’agit d’une réponse directe à la proposition du ministre de l’Éducation nationale d’instaurer pour la rentrée 2015 un enseignement de la morale, proposition qui a donné lieu dans un premier temps à une commission et à un rapport. Les rapporteurs ont modifié la proposition du ministre (enseignement de la morale laïque) en « enseignement laïque de la morale ». Le colloque souhaitait permettre de nouvelles réflexions voire des pistes concrètes.

Le sujet de la morale n’étant pas une de mes spécialités, j’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre vraiment ni comment je pourrais y participer (devant faire une communication). Au final, j’ai beaucoup apprécié le colloque : la majorité des interventions était enrichissante ; j’ai appris beaucoup.

Je ne vais pas faire un résumé de l’ensemble, notamment parce qu’une publication est prévue au cours de l’année 2014. Vous trouverez ici des réflexions plus personnelles. Pour le programme, vous pouvez le consulter dans un autre billet.

La parole institutionnelle était de qualité. Jean-Paul Delahaye et Laurence Loeffel ont tous les deux rappelé qu’il ne s’agissait pas d’enseigner une morale dogmatique ni une morale d’État. L’enjeu majeur de cet enseignement est de redonner du contenu au respect, et cet enseignement doit se faire dans le cadre laïque de l’école. Reste à définir le contenu (même s’il semble que l’institution a plus en tête un travail de critique qu’un travail d’apprentissage) et les modalités pratiques. Ce n’est pas une mince affaire.

Les interventions suivantes (Philippe Gaudin, Abdennour Bidar, Frédérique Leichter-Flack, Charles Coutel et Isabelle Saint-Martin et moi-même) ont montré quel était le lien possible entre enseignement de la morale et enseignement des faits religieux. Ils l’ont fait soit d’une manière théorique et philosophique, soit de façon historique, soit sur un plan plus pédagogique. L’intervention de Frédérique Leichter-Flack m’a particulièrement éblouie. Les deux enseignements se complètent, sans se superposer ; ils ont leur particularité propre, des finalités propres, mais d’autres se rejoignent. Il en ressortait aussi que chaque enseignement, de par sa posture, sa déontologie, ses méthodes est une éducation éthique en soi. L’ensemble des exposés était convaincant pour montrer qu’éviter les faits religieux dans le cadre de l’enseignement de la morale serait une erreur. Cet enseignement ne doit pas s’y réduire ; il ne doit pas non plus les oublier.

Jean Baubérot est revenu sur la morale laïque de la IIIe République, pour déconstruire l’idée que l’on s’en fait généralement. Cet enseignement, au moins jusqu’en 1914, était plus dynamique, en phase avec la société (ce qui est moins le cas après 1914, quand son contenu ne change pas, alors que la société elle change), société qu’elle a influencée. Ceux qui ont une mauvaise image de la morale laïque se réfèrent non pas à la morale d’avant 1914, mais à celle d’après 1914 et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, et à une époque où on peut parler de hiatus entre cet enseignement et la société.

Jean-Paul Willaime, quant à lui, est revenu sur Paul Ricœur (dont il a d’ailleurs été souvent question dans les autres interventions), sur sa conception de la laïcité, de l’école et de la morale. Relire Ricœur devient nécessaire aussi pour alimenter la discussion sur l’enseignement de la morale (voire sur l’école en général).

Philippe Portier a fait une synthèse générale dans une intervention qui était en fait une véritable communication en elle-même. Il a bien montré combien le projet n’était pas une reconduction de ce qui avait déjà été, que les participants ont finalement souvent parlé de l’emboîtement des enseignements et de l’ouverture des méthodes.

En effet, un point intéressant était la convergence de plusieurs intervenants vers l’idée de débats, de discussions à mettre en œuvre dans le cadre de cet enseignement, de « faire travailler sa conscience » (pour reprendre une expression de Philippe Portier) et cela en particulier à partir d’œuvres picturales, littéraires, philosophiques, cinématographiques, etc.. Certes, nous ne sommes pas, en France, dans une vraie culture du débat et organiser un débat demande du temps (et des compétences). Mais cet apprentissage est important : apprendre à écouter l’autre, à respecter ce qu’il dit même si on est en désaccord, apporter des arguments valables et fondés en faveur de sa propre position… En tout les cas, plusieurs intervenants considéraient qu’il était nécessaire de donner plus la parole aux jeunes. Cela nécessite aussi l’acquisition d’un lexique correct, autre point qui a été souligné plusieurs fois.

La discussion est ouverte.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Journées d’étude « Religions et migrations »: mercredis 13 et 27 nov., 11 déc. 2013 et 22 janvier 2014

Présentation

Quelle est la part du religieux dans les phénomènes migratoires ? Les migrations ont-elles des motivations d’ordre religieux ? Entraînent-elles la sécularisation des communautés, la transformation des pratiques, voire des convictions des migrants ?

À partir de l’exemple de la France, mais sans exclure des comparaisons, le Musée de l’histoire de l’immigration, l’IESR-EPHE, l’Institut du monde arabe, le Musée d’art et d’histoire du judaïsme, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), l’Université Paris-Est Créteil, proposent quatre journées d’études et de réflexion sur le thème « Religions et migrations ».

Informations pratiques

Inscriptions

Auprès du Musée de l’histoire de l’immigration : remplir le formulaire d’inscription en ligne.

Programme

Mercredi 13 novembre 2013 : Religions et migrations dans l’histoire de la France, XIXe-XXe siècle

Musée de l’histoire de l’immigration (auditorium), 293 avenue Daumesnil – 75012 Paris. Métro Porte Dorée

  • 10h : Ouverture par Luc Gruson, Directeur général de l’Établissement public du Palais de la Porte dorée – Cité nationale de l’histoire de l’immigration

  • 10h15 – 11h15 : Conférence inaugurale « Religions et migrations dans l’Histoire de France » par Philippe Joutard, historien, ancien Recteur.

  • 11h15 – 13h15 : Table-ronde « Religions et migrations en situation coloniale ». Modérateur – discutant : Jean-Robert Henry, directeur de recherches au CNRS – IREMAM, Centre d’histoire sociale de l’islam méditerranéen. Avec : Frédéric Abécassis, maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon ; Raberh Achi, agrégé de Sciences sociales

  • 14h30 – 16h30 : Table-ronde « Migrants européens en France ». Modératrice – discutante : Peggy Derder, responsable du département Éducation du Musée de l’histoire de l’immigration. Avec : Janine Ponty, historienne, Professeur des Universités ; Marie-Claude Blanc-Chaléard, historienne, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense ; Nancy L. Green, historienne, Directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

  • 16h30 – 17h30 : Conférence « Des lieux de culte pour les migrants ? Quelles formes dans les paysages urbains ? » par Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, Directrice d’études à l’École pratiques des hautes études.

Mercredi 27 novembre 2013 : Religions et migrations de la Seconde Guerre mondiale à nos jours

Matinée : Musée d’art et d’histoire du judaïsme (auditorium)

Après-midi :Institut du monde arabe (salle du Haut Conseil)

Matinée : Musée d’art et d’histoire du judaïsme (auditorium), Hôtel de Saint-Aignan, 71 rue du Temple – 75003 Paris. Métro Rambuteau / Hôtel de Ville

  • 09h : Ouverture par Paul Salmona, directeur du Musée d’art et d’histoire du judaïsme

  • 09h30 – 10h30 : Conférence « Immigration, diversité et intégration » par Dominique Schnapper, sociologue, ancien membre du Conseil constitutionnel et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, présidente du Musée d’art et d’histoire du judaïsme.

  • 10h30 – 12h30 : Table-ronde « Les pratiques religieuses des migrants en France (2nde moitié XXe siècle) ». Modératrice – discutante : Mireille Jacotin, Conservateur du Patrimoine, responsable du département Afrique du Nord / Proche et Moyen Orient au MuCEM. Avec : Régine Azria, sociologue, chargée de recherche au Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS-EHESS) ; Damien Mottier, post-doctorant FNRS, LAMC – Université Libre de Bruxelles ; Simona Tersigni, sociologue, maître de conférences ; Jean Schmitz, anthropologue, directeur à l’Institut de recherches pour le développement

Après-midi : Institut du monde arabe (Salle du Haut Conseil) place Mohammed V, 1 rue des Fossés Saint-Bernard – 75005 Paris. Métro Jussieu / Sully-Morland

  • 14h30 : Ouverture par Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe

  • 14h45 – 16h45 : Table-ronde « Pratiques religieuses des migrants en Europe ». Modératrice – discutante : Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes et Migrations. Avec : Danièle Joly, Professeur à University of Warwick, Marie Curie Fellow au CADIS ; Faruk Bilici, historien, Professeur des Universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ; Christine Moliner, doctorante au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud – EHESS

  • 16h45 – 17h45 : Conférence « Religions et Migrations aux Etats-Unis » par Denis Lacorne, politiste, directeur de recherche au CERI – Sciences Po (sous réserve)

Mercredi 11 décembre 2013 : Religions et migrations : acteurs et territoires. L’exemple de la Seine Saint-Denis

École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ex IUFM) de Créteil, site de Saint-Denis (amphithéâtre), place du 8 mai 1945 – 93200 Saint-Denis. Métro Basilique Saint-Denis / RER D Saint-Denis

  • 09h : Ouverture par Brigitte Marin, administratrice provisoire de l’ESPÉ de Saint-Denis et Olivier Veber, Directeur général adjoint du pôle Société et Citoyenneté au Conseil général de la Seine-Saint-Denis (sous réserve)

  • 09h30 – 10h30 : Conférence « Saint-Denis : acteurs et territoires » par Gilles Kepel, politologue, professeur à l’Institut d’Études politiques (Sciences Po) de Paris, membre de l’Institut universitaire de France.

  • 10h30 – 12h30 : Table-ronde « Religions et patrimoines dans l’histoire et l’espace de la Seine-Saint-Denis ». Modérateur – discutant: Jean-Barthélémi Debost, Directeur du Service Réseau et Partenariats du Musée de l’Histoire de l’immigration. Avec : Arlette Auduc, Chef du Service Patrimoines et Inventaire au Conseil régional d’Île-de-France ; Bénédicte Penne, responsable du Service des Ressources historiques/Archives communales de la ville de Bobigny ; Evelyne Ribert, sociologue, chargée de recherche au CNRS, Centre Edgar Morin, équipe de l’IIAC ; Tatiana Sagatni, chargée de mission au sein de l’association Génériques

  • 14h – 16h : Table-ronde « Nouvelles dynamiques religieuses ». Modérateur – discutant : Dominique Borne, historien, IESR-EPHE. Avec : Sébastien Fath, historien, chargé de recherches au CNRS, membre du laboratoire Groupe Sociétés Religions Laïcités (UMR 8582) ; Pierre-Yves Trouillet, géographe, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS-CNRS) ; Caroline Gyss, chargée de recherche au CNRS ; Chantal Saint-Blancat, professeur associé de sociologie à l’Université de Padoue

  • 16h – 17h : Conférence « Les lieux du judaïsme. Ancrages et mobilités entre la Seine Saint Denis et l’agglomération parisienne » par Lucine Endelstein, géographe, chargée de recherches au CNRS, laboratoire LISST Université de Toulouse Le Mirail

Mercredi 22 janvier 2014 : Religions et migrations : acteurs et territoires. L’exemple de Marseille

MuCEM Marseille (amphithéâtre de l’I2MP- Fort Saint-Jean), 1 esplanade du J4, 13002 Marseille – entrée basse Fort Saint-Jean, 201 quai du Port

9h15 – 9h30 : Accueil des participants

9h30 : Introduction « Le môle du J4 (MuCEM) : Mémoire de l’immigration à Marseille » par Jean-Jacques Jordi historien, (Direction des affaires culturelles Ville de Marseille) (sous réserve)

10h – 12h30 :

  • « Le pèlerinage de la vierge dans le quartier du Panier et la communauté sicilienne » par Manuel Pénicault, département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM. Présentation et extraits du film « Fête mariale au panier ».

  • « Pèlerinages gitans aux Saintes-Maries de la mer » par Marc Bordigoni, anthropologue à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC, UMR 6591-CNRS-Université de Provence) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence

  • « Histoire des familles protestantes de France » par Patrick Cabanel, Professeur d’histoire contemporaine, université de Toulouse – le Mirail

  • « Arméniens à Marseille » par Patrick Donabedian, Maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille (sous réserve)

14h – 17h :

  • « Immigrations d’Algérie » par Jean-Robert Henry, directeur de recherche, CNRS, IREMAM (Aix-en-Provence)

  • « Les Comoriens à Marseille » par Karima Direche (CNRS-MMSH) (sous réserve)

17h :

  • Conclusion « Marseille, une ville tolérante ? »par Mireille Jacotin, conservateur du patrimoine au MuCEM .

  • Dans le cadre de la programmation des films du MuCEM, « Marseille Transit », proposition de diffusion du film de René Allio « Les Camisards » (1972) sur la révolte des Camisards dans les Cévennes à la fin de l’année 2013 (en lien avec la conférence de Patrick Cabanel).

Programme en format PDF