Archives par mot-clé : genre

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

« Penser le judaïsme » et « En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme » présentations et débat avec Jean-Christophe Attias et Delphine Horvilleur

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR, Jean-Christophe Attias présentera « Penser le judaïsme » (CNRS Éditions, 2013) et Delphine Horvilleur « En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme » (Grasset, 2013).

Discutant : Philippe Gaudin (IESR-EPHE)

Couv. "Penser le judaisme" / J.C. Attias
Source : CNRS Éditions

Présentation de l’éditeur:

Penser le judaïsme surprendra par sa liberté de ton. Cultivant à la fois empathie et distance critique vis-à-vis de son objet d’étude, Jean-Christophe Attias livre là une œuvre à la fois érudite et personnelle.

Loin des tentations du repli communautaire, pas davantage enclin à sacrifier à la frilosité du savant, il n’explore pas seulement le passé du judaïsme. Il interroge aussi son présent et s’inquiète de son avenir. Il le pense à la fois en chercheur, en Juif et en citoyen. Quitte à toucher des questions explosives, impasses du dialogue interreligieux ou ambiguïtés des rapports entre judaïsme et sionisme.

Un plaidoyer pour une approche audacieuse et exigeante du judaïsme, affrontant sans complexes les grands défis de l’heure.

Jean-Christophe Attias, « Penser le judaïsme  » (CNRS Éditions, 2013)

 

Couv. "En tenue d'Eve" / D. Horvilleur
Source : Grasset

Présentation de l’éditeur:

Les discours religieux fondamentalistes actuels expriment une obsession croissante de la pudeur des femmes. Réduite aux parties de son corps susceptibles d’éveiller le désir, la femme est « génitalisée » à outrance. Faut-il alors couvrir sa nudité ? Faut-il la renvoyer à son destin : le voilement ?

Delphine Horvilleur analyse successivement les sens de la pudeur et de la nudité, l’obsession du corps de la femme et sa représentation comme « être orificiel » pour proposer une autre interprétation de la tradition religieuse. Elle met à mal les lectures qui font de la femme un être tentateur, et de la pudeur l’instrument de sa domination. Ainsi nous montre-t-elle comment la nudité recouverte d’Adam, d’Eve ou de Noé, renvoie à une culture du désir et non à une volonté de le tuer. Comment le voile est à l’origine destiné, non à rejeter, mais à approcher l’autre. Comment le féminin concerne aussi les hommes qui endossent, dans la prière et la pratique judaïques, les attributs des femmes et du maternel. On découvre alors, dans cette plongée au cœur des grands monothéismes, un autre visage de la femme, de la pudeur, et de la religion.

Delphine Horvilleur, « En tenue d’Eve : féminin, pudeur et judaïsme » (Grasset, 2013)

Mardi 20 mai 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

Les autorités religieuses face aux questions de genre

Colloque organisé par Romain Carnac (doctorant EPHE-GSRL / Université de Rennes 1-IDPSP) ; Diletta Guidi (doctorante EPHE-GSRL / Université de Fribourg) ; Guillaume Roucoux (doctorant EPHE-GSRL / Université Paris 8-Labtop-CEFEG) dans le cadre du programme « Genre, religions, sécularisations » du Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL, EPHE-CNRS) dirigé par Florence Rochefort.

Présentation

Le renforcement de l’engagement des acteurs religieux dans le débat public autour des questions de genre est une tendance particulièrement marquante de l’actualité nationale. Si l’Église catholique est toujours en première ligne contre l’introduction de la notion de genre dans les programmes scolaires ou le Mariage pour tous, elle n’est plus la seule voix religieuse à se faire entendre sur qu’il est convenu d’appeler, dans les médias, la « controverse du genre », définie ici comme l’ensemble des questions ayant trait à l’identité sexuelle, aux sexualités et aux rôles de sexe.

les questions de genre font apparaître, au sein de la sphère religieuse, des clivages particulièrement importants qui donnent lieu à une reconfiguration des rapports de pouvoir. Il semble dès lors indispensable de dépasser la compréhension strictement institutionnelle de la notion d’ « autorités religieuses » pour désigner plus largement tous les acteurs du monde religieux qui exercent une autorité. On peut aller jusqu’à s’interroger sur la disparition de l’« autorité » dans sa forme traditionnelle, dans un contexte où les discours religieux sont désormais mis en concurrence, sur un plan horizontal, avec d’autres discours religieux ou séculiers, et où la référence à la transcendance ne constitue plus un argument recevable dans la délibération démocratique.

Ce colloque se donne pour objectif de dresser un «état des lieux» des positionnements des autorités religieuses, sans délimitation géographique et restriction liée au statut des groupes religieux. Il nous a également semblé important de ne pas nous tenir à la seule actualité, mais au contraire d’éclairer celle-ci à la lumière de l’histoire en mettant en évidence les permanences et les mutations observables lorsque l’on compare l’attitude des autorités religieuses à l’égard de l’ordre genré – et des transgressions de celui-ci – à différentes périodes et dans différents contextes.

Programme détaillé

Comité scientifique

  • Valérie Aubourg (GSRL-UCLy)
  • Céline Béraud (Caen-CERReV)
  • Magali della Sudda (CED-Bordeaux)
  • Béatrice de Gasquet (Paris 7-URMIS)
  • Stéphanie Latte-Abdallah (IREMAM-Aix-Marseille)
  • Gwendoline Malogne-Fer (GSRL)
  • Séverine Mathieu (Lille1-GSRL)
  • Philippe Portier (EPHE-GSRL)
  • Florence Rochefort (GSRL)
  • Maria Eleonora Sanna (GSRL)
  • Vincent Vilmain (Paris 8-GSRL)

Informations pratiques

  • Jeudi 22 mai et vendredi 23 mai 2014
  • Au site Pouchet du CNRS, salle de conférences, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris