Archives par mot-clé : France

Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude : entre mythe et réalité

verriere-de-champigny-cliche-mp-terrien
Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude
Marie-Pierre Terrien – Propos recueillis par Christian Bernard. Éditions Pays et Terroirs, 2007

La chapelle de Champigny-sur-Veude fait partie de la famille restreinte des sept Saintes-Chapelles édifiées du XIIIe au XVIe siècle, qui ont résisté aux vicissitudes du temps : celles de Paris et de Vincennes (chapelles royales), Riom, Châteaudun, Aigueperse, Champigny-sur-Veude et Vic-le-Comte (chapelles princières). Les Saintes-Chapelles de Vivier-en-Brie, Gué-de-Maulny, Bourges et les deux chapelles de Bourbon l’Archambault ont été détruites. Partie intégrante d’un château royal ou princier, une Sainte-Chapelle doit avoir été fondée par Saint Louis (1214-1270) ou par l’un de ses descendants. Ces édifices sont décorés à profusion de portraits du roi et des princes fondateurs, d’armoiries, d’emblèmes héraldiques et de devises. Toutefois, une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle princière ordinaire. Elle est un écrin, qui abrite des reliques de la Passion. C’est sa fonction essentielle. Le message religieux est donc également très important. Les chanoines sont les gardiens de ces reliques, ils sont chargés de célébrer des messes pour le fondateur et ses descendants.
La Sainte-Chapelle de Champigny a été fondée à la fin du XVe siècle par Louis Ier de Bourbon. Sa nef abrite onze verrières, hautes de plus de huit mètres. Démontés à la Révolution et cachés, puis de nouveau déposés en 1940, ces vitraux remarquablement bien conservés ont la réputation bien méritée d’être les plus beaux vitraux Renaissance de France. Ils sont divisés en trois registres superposés. Dans le soubassement sont représentés les descendants de Saint Louis. Tous ces personnages sont agenouillés sur un prie-Dieu qui porte leurs armes, et leur nom est inscrit dans un cartouche de verre blanc. Ils sont tournés en direction de la verrière centrale, qui représente la Crucifixion ainsi que le couple fondateur, Saint Louis et son épouse Marguerite de Provence. Cette disposition forme comme une procession, elle est une mise en scène ostentatoire qui permet à la famille de Bourbon-Montpensier d’affirmer sa puissance et de rappeler que Saint Louis, leur ancêtre, leur a transmis une parcelle de son sang royal. Dans les deux autres registres, une scène unique occupe toute la baie. Elle n’est pas constituée de multiples épisodes juxtaposés et superposés comme dans les vitraux du Moyen-Âge, mais constitue un véritable tableau qui ne tient pas compte des meneaux de pierre. Le registre central, le plus important, est une évocation de la vie de Saint Louis, depuis son sacre à Reims le 29 novembre 1226 jusqu’à sa mort à Tunis le 25 août 1270. Le roi est mis en parallèle avec le Christ, dont la Passion est représentée dans le tympan. La lecture des verrières se fait du bas vers le haut, des Bourbons vers le Christ.
Un important corpus de biographies de Louis IX a été produit par les hagiographes à la fin du XIIIe siècle, afin de le glorifier en vue de sa canonisation. S’intéressant davantage au saint qu’au souverain, elles ont véhiculé le portrait d’un roi mythique. Trois images principales, qui veulent souligner sa piété, s’en dégagent : un roi héritier des rois de l’Ancien Testament, un roi très chrétien qui pratique la charité et un roi guerrier qui part en croisade sur les pas du Christ. Les images de Saint Louis, proposées dans les verrières de la Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude concordent avec ce portrait idéalisé du souverain. Le cardinal de Givry, qui a offert les vitraux, a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce programme iconographique très abouti. Homme d’Église, mais aussi grand mécène, il était au contact des humanistes de son temps. Enrichis par les sources de la Renaissance, les vitraux de Champigny-sur-Veude véhiculent un message qui vise également à célébrer Louis Ier de Bourbon, dont les hauts faits répètent ceux de son ancêtre, le roi Très saint. Ils rappellent à la fois son courage quand il part faire les guerres d’Italie et sa ferveur religieuse quand il lègue des reliques de la Passion à la collégiale.

  • Par Marie-Pierre Terrien, chargée de cours à l’Université du Maine (Le Mans)
  • Propos recueillis par Christian Bernard, correspondant de l’IESR à Poitiers

ISLAM DE FRANCE, ISLAM EN FRANCE – Bernard Godard

Conférence du 2 octobre 2007 de Bernard Godard

L’implantation de la religion musulmane en France est une réalité qui rend le débat sur sa nature exogène ou endogène un peu dépassé. La lancinante question de son incongruité apparente dans le paysage religieux hexagonal est surtout posée par les nostalgiques d’un certain gallicanisme ou encore par les frileux gardiens d’une laïcité ombrageuse. Plus de la moitié des musulmans de France est de nationalité française, dont une partie non négligeable est née en France. Les multiples tentatives qui depuis plus de dix huit ans, ont cherché à institutionnaliser un certain islam de France finissent, péniblement, à connaître une certaine réussite.
Cette réalité de l’Islam en France/islam de France est celle d’un kaléidoscope d’origines nationales, régionales ou d’affiliations à des courants conservateurs, spiritualistes, idéologiques, modernistes ou tout simplement traditionnels. L’islam en France n’est pas si éloigné d’une configuration similaire à celle d’autres religions, en particulier dans le rapport à la foi de ses adeptes. Son originalité réside, par rapport aux religions traditionnellement établies en la quasi impossibilité de lui trouver un magistère bien défini ou encore, en raison de son implantation récente, dans son « frottement » un peu vif parfois avec les exigences d’une laïcité rigoureuse. C’est tout cela que nous allons tenter d’aborder ensemble.

[Auteur(s) : GODARD Bernard / Producteur Canal-U : Université de tous les savoirs ]

La question musulmane en France

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Bernard Godard présentera La question musulmane en France (Fayard, 2015).
Discutant: Philippe Gaudin (EPHE)

Présentation de l’éditeur

La Question musulmane en France développe un certain nombre de points qui sont le signe d’une évolution récente de l’islam à l’intérieur de nos frontières européennes.
Les évolutions géopolitiques du monde musulman, les échos de l’affrontement entre Israël et le Hamas bouleversent en effet en profondeur la réalité de l’islam dans notre société. Marqué par l’affirmation de deux hégémonies, marocaine et turque, sur nos propres communautés, l’islam traditionnel tend à être décrédibilisé depuis l’apparition d’un islam combattant, voire terroriste, apparu depuis l’affaire Merah et surtout depuis la guerre en Syrie. Celle-ci a suscité de nombreuses vocations djihadistes au cœur même de notre pays.
Quel est le rôle des imams, quelle place pour les mosquées dans la cité, pour les écoles coraniques, quelle est l’influence d’Internet dans cette évolution? Voici quelques-unes des interrogations, parmi de nombreuses autres, que soulève ici Bernard Godard. Il analyse également en profondeur les arrière-plans de l’islamophobie et la guerre des cultures que ces questions génèrent au cœur de notre société.
Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman

Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman.

Mercredi 1er avril 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

GODARD, BernardLa question musulmane en France,(Fayard, 2015).

« Vers une laïcité d’intelligence ? » – Mercredi de l’IESR

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin ont présenté, le 26 novembre 2014, son ouvrage « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014).
Discutant : Régis Debray

Visionnez la captation

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Préface Philippe Portier, Directeur du GSRL, directeur détudes à l’EPHE.
Postface Isabelle Saint-Martin, Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE.

Critique du zèle en France, XVI-XVIII siècles

Dans le cadre du projet « Revisiter les monothéismes » dirigé par Constantin Macris (CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes -UMR 8584), en collaboration avec l’IESR, Chrystel Bernat (Institut protestant de théologie, Montpellier) et Frédéric Gabriel (Institut d’histoire de la pensée classique, CNRS), présenteront l’ouvrage qu’ils ont dirigé (Beauchesne, 2014) :

Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelle. France, XVIe-XVIIIe siècleTH n°122 CRITIQUE DU ZELE. Fidélités et radicalités confessionnelles. France, XVIè-XVIIIè siècle

La présentation aura lieu le mardi 13 mai 2014, de 17 h 30 à 19 h 30, Amphithéâtre de l’Institut Protestant de Théologie,  83, boulevard Arago – 75014 Paris / Métro : Saint-Jacques (ligne 6).

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur (lien vers le site)

Le zèle fait partie de ces notions omniprésentes tant dans les sources des XVIe-XVIIIe siècles que dans le vocable des chercheurs, sans pourtant avoir suscité d’enquête tant l’aspect a priori signifiant de ce terme semble acquis. Ce consensus herméneutique dissimule un vide interprétatif qui se traduit par un usage indifférencié du terme, relégué à une ardeur religieuse indistincte. L’étude s’empare de ce terme en apparence univoque pour en explorer la plasticité sémantique. Matrice rhétorique et didactique des ouvrages de piété modernes, le zèle est examiné dans ses fondements théologico-politiques et ses usages littéraires (théorique, polémique et apologétique) qui interrogent tant la désignation que le sens de la ferveur des hommes. Ce volume est une façon d’appréhender l’expression de la dévotion et d’en considérer les intensités revendiquées à travers l’exploration d’un « lieu terminologique » problématique qui, placé sous tension théologique, relève de l’aspiration et du modèle de spiritualité, tout aussi régulateur et volontiers normatif que mouvant et transgressif. Présent au cœur de l’histoire de la pensée et des pratiques chrétiennes, quel est au juste le statut du zèle dans le régime de croyance de l’âge classique ? C’est à la fois la polysémie, la diversité des situations d’énonciation, le rôle et les qualités prêtées au zèle en diverses composantes du christianisme – catholicisme, protestantisme, jansénisme – qui sont ici évalués. Centrée sur une notion par essence distante de la tempérance, l’enquête investit un idéal de foi qui pose la question de la juste intensité d’amour et de la droite déférence à Dieu.

Sommaire :

Préface

Sémantique et herméneutique d’une passion de Dieu
Chrystel Bernat et Frédéric Gabriel

Remerciements

Première partie – LE FEU DE LA CONTROVERSE

CHAPITRE 1
Zèle, assassinat théologico-politique et défense 
de la communauté : « Vieux de la montagne »
ou France madianite ? De Rainier de Pise à Robert de Cambrai
Frédéric Gabriel

CHAPITRE 2
Le zèle polémique du père Garasse : de l’excès de zèle
 au « zèle inconsidéré »
Julie Ménand

CHAPITRE 3
La tentation de la négligence. Grâce et zelum animarum
 de Jansénius à Pascal
Alberto Frigo
  
  
Deuxième partie – ZÈLE ET SUBJECTIVITÉ

CHAPITRE 4
Le discernement du faux zèle dans le catholicisme classique
Simon Icard

CHAPITRE 5
Liturgie, théâtralité du zèle et habits ecclésiastiques
 au XVIIe siècle
Joy Palacios

CHAPITRE 6
D’une fidélité à l’autre : le « récit de conversion », expression controversée d’un zèle religieux (finXVIe-finXVIIe siècle)
Véronique Castagnet

CHAPITRE 7
Le zèle des saints : lieux, vie et parole efficaces dans l’ascétisme
 et l’hagiographie (1643-1745)
Frédéric Gabriel

CHAPITRE 8
« L’amour-propre déguisé en zèle » : critique
 de « l’orgueil spirituel » par Fénelon
François Trémolières

Troisième partie
 – FERVEUR CONFESSIONNELLE

CHAPITRE 9
Éloge et critique du zèle dans les commentaires bibliques et les sermons de Calvin
Bruno Méniel

CHAPITRE 10
Montaigne et l’analyse du zèle à l’époque des guerres
 de religion
Emiliano Ferrari

CHAPITRE 11
Souffler le chaud et le froid sur les fidèles. Place du zèle et rôle 
du pasteur dans le Traité de la dévotion de Pierre Jurieu
Hubert Bost

CHAPITRE 12
Le zèle, matrice d’une homilétique combative dans la
 prédication de Claude Brousson (1689-1698) Chrystel Bernat

CHAPITRE 13
Vrai et faux zèle dans les sermons protestants
du second XVIIIe siècle. Entre principes théologiques
 et considérations politiques
Céline Borello

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« La Vierge Marie dans le royaume de France au Moyen Âge : dévotions et représentations. » Conférence de D. RUSSO le 30/01/13 à l’IESR

Cette conférence a lieu dans le cadre du cycle « Le religieux dans l’histoire de France » organisé par l’IESR avec la participation d’enseignants-chercheurs de l’EPHE, du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE/CRH – EHESS) et de l’Inspection générale de l’Education nationale.

  • Mercredi 30 janvier 2013, 17h-19h, à l’IESR : La Vierge Marie dans le royaume de France au Moyen Âge : dévotions et représentations par Daniel RUSSO, professeur en histoire de l’art médiéval à l’Université de Bourgogne

Ce cycle de conférences tente de repérer ce qui relève du religieux dans l’histoire de France et de mesurer comment ce religieux est présent dans les évolutions politiques, culturelles et sociales. Le religieux présent dans l’histoire de France a-t-il des caractères spécifiques ? Relève-t-il plus généralement d’une histoire religieuse de la chrétienté, de l’Europe ? Autrement dit c’est une approche à double entrée : la place et le rôle du religieux dans l’histoire de France, d’une part, et, d’autre part, l’analyse de son éventuelle spécificité « française ».

Le séminaire propose également une comparaison avec la vulgate de l’histoire de France, telle qu’elle est (ou était) enseignée. Il entend, en outre, réfléchir à la possibilité de rendre sensible, de « montrer » ce religieux.

Prochaine conférence :

  • Mercredi 27 février 2013, 17h-19h : La naissance de la paroisse : communauté et territoire (Dominique Iogna-Prat, directeur de recherche au CNRS)

Entrée libre et gratuite.

Accès IESR : 14 rue Ernest-Cresson Paris 14e, porte cochère verte

Quelle histoire de France ? Rencontre le 5 avril 2012 au lycée Henri-IV

Rencontre organisée autour du numéro de la Documentation photographique Histoires de France et rassemblant, outre l’auteur Dominique Borne, historien, Régis Debray, écrivain et philosophe, Pierre Nora, historien et éditeur (sous réserve) et Jean-Pierre Rioux, historien.

Le débat sera animé par Daniel Henri, professeur d’histoire en classes préparatoires.

  • Le jeudi 5 avril 2012 à 17h30

  • Salle des conférences du lycée Henri-IV, 23 rue Clovis Paris 5e

Entrée libre