Archives par mot-clé : faits religieux

L’expression du religieux dans la sphère publique

couverture de l'ouvrage
L’expression du religieux dans la sphère publique : comparaisons internationales
Ministère de l’Intérieur, IESR – Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. La Documentation française, 2016

Les questions liées à l’expression du religieux dans la sphère publique donnent lieu régulièrement à de vifs échanges dans les débats publics. Afin d’en mettre en perspective les enjeux, un colloque international (réuni sous l’égide des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères en lien avec l’Institut européen en sciences des religions – IES) a permis de préciser le cadre d’application du principe de laïcité en abordant les aspects philosophiques, juridiques et sociologiques liés à la garantie de liberté de conscience et de religion. Sont ainsi examinées :
– la sphère de l’État et la dimension de la neutralité dans les sociétés démocratiques ;
– la sphère de la société et la régulation des manifestations religieuses dans l’espace public ;
– la sphère de l’éducation et ses particularités.
Quelques points de comparaison éclairent la diversité des pratiques de pays étrangers qui proposent des modèles alternatifs (Allemagne, Angleterre, Belgique, Canada, Turquie).

Ouvrage publié par le ministère de l’Intérieur et l’IESR. Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. Préface de Bernard Cazeneuve.

Avec les contributions de :
Thomas Andrieu, Jean-Louis Bianco, Gérard Bouchard, Louis-Léon Christians, Jean-Paul Costa, Xavier Delgrange, Philippe Gaudin, Alfred Grosser, Danièle Hervieu-Léger, Ahmet Insel, Julia Ipgrave, Hubert des Longchamps, Jean-Christophe Peaucelle, Philippe Portier, Florence Robine, Patrice Rolland, Isabelle Saint-Martin, Arnaud Schaumasse, Rémy Schwartz, Christopher Sinclair, Jean-Paul Willaime.

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

 Chronique d’un lycée laboratoire 

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin  

Le 1er juillet 2015, je disais lors du mercredi des lettres à L’IESR : « Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves ». Je pourrais hélas reprendre les mêmes mots pour décrire ce qui s’est passé au lycée au lendemain des évènements du 13 novembre.

A une nuance près : si la soudaineté et la brutalité des attentats de novembre nous ont tout autant choqués que celles des attentats de janvier, les enseignants et les personnels de direction du lycée étaient sans doute mieux « armés » pour faire face aux conséquences. Et ce grâce à une réflexion en profondeur sur la laïcité et l’enseignement des faits religieux menée sans discontinuité depuis janvier 2015 et des actions sur le long terme qui tentaient d’échapper aux contraintes de l’urgence.

Trois principes ou trois axes d’action pour cette année :

  • Poursuite de la réflexion autour des valeurs républicaines et de la laïcité ; réflexion collective et autogérée : les enseignants choisissent les thèmes et fixent le calendrier des réunions – la présence du proviseur n’ôte rien à cette autonomie des équipes puisqu’il n’est pas là pour rappeler les consignes du ministère mais pour participer à la réflexion commune.
  • Enseignement de la laïcité et des faits religieux dans le cadre des disciplines ou dans un cadre interdisciplinaire. Exemples :
    • deux EMC interdisciplinaires en terminale, un en terminale S, philosophie – sciences de la vie et de la terre, autour des questions d’éthique posées par les progrès scientifiques en biologie, médecine, chirurgie, le second en terminale L,  philosophie – histoire sur le thème de la laïcité libératrice ;
    • l’étude de la prière dans l’Antiquité en LCA (latin et grec) ;
    • le parcours citoyen en EMC;
    • rencontres inter – lycées de deux classes de terminale ES du lycée Cassin et du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles débouchant sur une enquête sociologique croisée autour des pratiques et valeurs de chacun (disciplines concernées : philosophie – sciences économiques et sociales)
  • Formation des enseignants du lycée et formation des enseignants du bassin avec l’IESR. Rappel : le 14 avril 2015, conférence de Philippe Gaudin sur l’enseignement et la laïcité au lycée Cassin ; le 7 mai, stage de bassin (Etampes) sur les valeurs de la République au lycée Cassin. En 2016 : le 10 septembre, présentation par Renaud Rochette aux professeurs du lycée du site et des missions de l’IESR, du site et des programmes de l’IERS puis les 2 et 11 février, un autre temps fort, nouveau stage de bassin sur « Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC ». Enfin, l’enseignement des faits religieux sera un des thèmes d’un stage de formation des enseignants en lettres classiques (Langues et cultures de l’Antiquité) inscrit au Plan Académique de Formation de l’académie de Versailles organisé au lycée Cassin les 7 et 12 avril.

Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC 

Parmi les leçons que nous avons tirées de l’année 2015, celles-ci nous semblent essentielles :

  • Il nous faut sortir de l’isolement (du professeur dans sa classe et de l’établissement dans sa position géographique et dans son fonctionnement)
  • Il nous faut un soutien extérieur de compétences et de culture sur ces questions, même si des ressources humaines très importantes existent dans ce lycée.

D’où l’idée que j’ai soumise à Philippe Gaudin et Monique Legrand d’inscrire l’action de l’IESR dans les territoires au travers d’une collaboration avec des établissements scolaires relais au sein des académies.

Cette idée a remporté auprès d’eux un succès auquel je ne m’attendais guère… Et par conséquent il a fallu commencer très vite à la traduire dans les faits.

D’où ce projet d’un stage de formation des enseignants sur le bassin d’éducation d’Etampes [définition du bassin] avec le concours de l’IESR, et par conséquent de Philippe Gaudin et de Monique Legrand que je remercie vivement ici. Je focalise ce petit exposé sur ce stage qui s’est construit en partie sur nos  pratiques pédagogiques et qui en quelque sorte résume ce premier semestre 2015-2016.

I – Un stage commun IESR – Lycée

Les objectifs :

  • 1er objectif : contribuer à la formation des professeurs de collège, particulièrement concernés par la réforme et des professeurs de lycée.
  • 2ème objectif : montrer que les deux questions de la laïcité et de l’enseignement des faits religieux doivent mobiliser des professeurs de toutes disciplines y compris dans le cadre de l’EMC. « Vaste programme ! ».

Les contenus

Sur trois demi-journées (2 et 11 février) :

  • Le 2 février au matin : la conférence de Philippe Gaudin sur Laïcité, enseignement du fait religieux et EMCdont l’importance est à souligner. En ce sens que sur ces questions qui laissent bon nombre d’enseignants désemparés il est nécessaire et possible de construire des démarches pédagogiques qui s’appuient sur une réflexion de haut niveau, réflexion qui, en torpillant les idées reçues, en remettant en cause les  discours paresseux et convenus, légitime sur le terrain des expérimentations et des actions comme celles menées au lycée Cassin.
  • Le 2 février après-midi et le 11 au matin : trois ateliers menés par six professeurs du lycée Cassin d’Arpajon et un professeur du Lycée Einstein de Sainte Geneviève des Bois (dont quatre référents « laïcité » nationaux ou académiques) sur les thèmes pluridisciplinaires suivants : enseignement des faits religieux (français – latin – grec), parcours citoyen (EMC – histoire – philosophie), questions de science – questions d’éthique (Sciences de la vie et de la terre – philosophie). Ces trois ateliers s’appuyant sur des séquences pédagogiques élaborées par les enseignants au cours du premier semestre de l’année scolaire et sur des échanges de pratiques entre participants au stage, permettaient de montrer que les établissements scolaires étaient bel et bien le lieu où l’on doit et où l’on peut s’approprier les injonctions programmatiques, où au-delà de ces programmes, on peut réfléchir et élaborer des réponses intelligentes aux interrogations des élèves, et les faire accéder à une culture émancipatrice et libératrice (et je ne crains pas les redondances en la matière).
  • Les animateurs des ateliers :
    • Enseignement des faits religieux : Emilie Nguyen, professeur de lettres classiques, référent laïcité académique, Béatrice Beltrando, professeur de lettres modernes, toutes deux au lycée René Cassin
    • Construction du parcours citoyen : Muriel Bellemere, professeur de sciences physiques, référent laïcité académique, Isabelle Durand, professeur d’histoire – géographie, référent laïcité national, toutes deux au lycée René Cassin, Benoît Charruau, professeur de philosophie au lycée Albert Einstein à Sainte Geneviève des Bois, référent laïcité académique
    • Questions de sciences, questions d’éthique : Alexandre Buteau, professeur de philosophie, Nathalie Arson, professeur de sciences de la vie et de la terre, tous deux au lycée René Cassin

II – Le bilan

  • Les stagiaires : une soixantaine de stagiaires présents à la conférence de Philippe Gaudin : professeurs, CPE, personnels de direction ; présence du Directeur académique adjoint de l’Essonne. Une cinquantaine dans les ateliers (les chefs d’établissement sont retournés à leurs occupations). Pour les deux tiers, des professeurs de collège ; le dernier tiers, des professeurs de lycée général et technologique et de lycée professionnel.
  • Disciplines représentées : majoritairement l’histoire – géographie, (dont, actuellement, les professeurs assurent quasi-exclusivement l’enseignement de l’EMC) ; de façon très minoritaire : les lettres, les sciences économiques et sociales, les sciences physiques. A noter aussi la présence de professeurs documentalistes. Absents : les enseignements artistiques, la philosophie, l’EPS.
  • Les établissements représentés : nous l’avons vu, des collèges en majorité. Mais la proportion de lycées n’était pas négligeable et ce panel était assez représentatif de la proportion collèges – lycées dans le bassin d’Etampes. On notera que les établissements présents avaient envoyé plusieurs enseignants, ce qui a permis à la fois des regroupements dans un même atelier et la présence de tous les établissements ou presque dans chacun des ateliers. Un regret cependant : l’absence de quelques établissements du bassin qui me semblent situés dans des endroits sensibles.
  • Réactions des stagiaires :
    • très grande satisfaction concernant l’intervention de Philippe Gaudin
    • pas de défections entre le 2 et le 11 février, ce qui est bon signe !
    • expression d’inquiétudes multiples et d’un besoin profond de formation ;
    • échanges d’expériences nombreux (par exemple à propos de l’insertion de la charte de la laïcité dans les carnets de liaison, ce qui a parfois provoqué la colère de certains parents, à propos des pressions « sociales » exercées par certains élèves sur d’autres élèves, etc.) ;
    • des évolutions notables : au départ, certains stagiaires ne se sentaient pas à leur place (raisons possibles : la diversité collèges – lycées, l’intitulé du stage…) mais ils se sont très vite impliqués dans les échanges ; on est passé d’une conception « étriquée » de la laïcité qui ne faisait pas sa place à l’enseignement des religions à des perspectives plus larges en particulier par les cartes heuristiques qui montrent les points de rencontre entre les faits religieux et les programmes
    • un regret exprimé par les stagiaires : n’avoir pu participer qu’à deux ateliers sur trois, ce qui est un autre bon signe !
    • enfin les formateurs étaient eux aussi heureux !
  • et après ? Nous sommes dans la double hypothèse suivante :

    • les actions menées au lycée s’intensifient et se diversifient ; en particulier l’EMC doit devenir sur l’ensemble du lycée (et non plus seulement sur quelques classes) le lieu d’une approche pluridisciplinaire de la laïcité ; les faits religieux sont pris en compte dans leurs dimensions et leurs complexités sociologiques, historiques, culturelles, philosophiques et scientifiques. Ce qui suppose un élargissement de la problématique aux disciplines et aux enseignants qui ne s’en sont pas encore emparée.
    • le stage devrait être reconduit en 2016 – 2017, sous une forme qui tienne compte de nos satisfactions et de nos insatisfactions (comment élargir notre public à davantage de disciplines, à davantage d’établissements ? Faut-il nous focaliser encore une fois sur l’EMC ? etc.

Double hypothèse qui s’appuie sur le constat suivant et qui se confronte à lui : on ne s’adresse pas qu’à un seul élève mais à une multitude ; on ne peut convaincre un élève en une heure de cours, on travaille dans la durée ; on ne peut se limiter à l’EMC et pour élargir notre champ d’action, nous sommes encore bien peu nombreux.
D’où la nécessité de continuer notre travail de formation, avec le soutien indispensable de l’IESR.

III – Comment monter un stage d’établissement ou inter – établissements.
Quelques conseils…

  • Toute académie propose sur une année scolaire un plan académique de formation (quel que soit le nom adopté). Mais si les formations proposées ne conviennent pas, il est possible de demander des formations sur mesure, stage d’établissement ou inter – établissements (au niveau du bassin, voire du département).
  • S’adresser à la division académique chargée de la formation (DAFPA pour l’Académie de Versailles) pour instruire la demande.
  • Les soutiens indispensables : le chef d’établissement (surtout s’il doit héberger le stage), un ou plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux.
  • Quels formateurs ? Les référents « laïcité » (par conséquent des professeurs, vous !), des inspecteurs, l’IESR (dans la mesure des possibilités).
Bertrand Villain,
proviseur du lycée René Cassin – Arpajon (91)

Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres | la prière /1

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.
Il s’est donné comme objectif la mise en place d’un lexique du religieux et réfléchit, dans cette optique, à l’utilisation de « cartes heuristiques ».
En 2016, le travail du lexique portera sur le thème de la prière.

 Editorial

La Prière

Le groupe des Lettres a placé ce thème au cœur de son travail sur le lexique pour l’année 2016, en se fixant trois priorités ancrées dans les domaines du Socle commun de Connaissances, de Compétences et de Culture et corollaires les unes des autres.

La première, mettre en œuvre une progressivité des apprentissages, de façon à former le jugement de l’élève, sans redite, mais non sans reprise : Domaine 3 « formation de la personne et du citoyen ». Le parti pris de suivre le cursus scolaire à partir du cycle 3 à l’entrée au collège,  – qui n’exclut pas les autres niveaux car le chantier est vaste -, offre l’avantage d’harmoniser méthode d’investigation et choix des textes littéraires au programme.

La deuxième, engager l’élève dans une démarche d’investigation : Domaine 2  « Des méthodes pour apprendre ».  La méthode de recherche lexicale initiée à ce cycle se fonde sur l’analyse étymologique qui puise aux sources de l’Antiquité, objet d’étude distancié du présent qui offre le double intérêt de libérer le sujet-élève de son actualité en lui permettant d’aborder le fait religieux comme une donnée d’observation et de l’initier à une étude comparatiste car il entre de facto au cœur d’une civilisation différente. L’objectif est de le rendre capable de construire ses propres énoncés définitoires.

La troisième priorité sera de construire des repères spatiaux et temporels en donnant à l’élève les premiers éléments de contextualisation pour lui apprendre à interpréter : Domaine 5  « Les représentations du monde et l’activité humaine». Etudier le mot « prière », terme générique qui recouvre bien des postures face au divin, c’est, pour l’élève, tenter de découvrir la richesse de cet acte de parole et acquérir ainsi les premiers éléments d’une connaissance du fait religieux.

Du côté du professeur, ce travail sur le lexique se fera dans une approche globale susceptible de répondre à la diversité socio-culturelle du public scolaire d’aujourd’hui. Le mot sera étudié dans son contexte littéraire afin de mettre en lumière la forme et la syntaxe de cette action verbale, la fonction qu’elle remplit, mais aussi les gestes qui lui sont associés, les arts qui l’expriment, les lieux qui l’accueillent. C’est pourquoi, la réalisation d’un corpus de textes requerra la participation de la communauté des acteurs éducatifs.

A côté d’un corpus initial, ancré dans la réalité de l’Antiquité, ayant pour vocation  d’être un objet commun à la fois d’observation, de mise en regard et d’étude de l’homme, on recherchera d’autres textes littéraires, dont les livrets d’opéra par exemple font partie, on fera connaître d’autres œuvres picturales, sculpturales, architecturales…

Peut-être une nouvelle définition des études d’humanité, nourrie du passé et du langage universel des arts et des techniques, mais en prise sur le monde actuel, pour former les élèves d’aujourd’hui à comprendre l’humanité et la dignité de l’homme ?

Monique Legrand IA-IPR honoraire

Enseigner les cultures religieuses au Québec

Enseigner les cultures religieuses au Québec :
Un défi pédagogique et historiographique à l’Université

Brigitte Caulier  (Professeure titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval, Québec)

Discutante : Sara Teinturier
(Post-doctorante du GSRL)

Au Québec, la diversité religieuse s’inscrit dans les origines de la colonie dès la rencontre avec les Amérindiens. Des institutions, aussi importantes que l’École, se sont organisées au XIXe siècle sur une division confessionnelle. Comment des étudiants, inscrits à des programmes universitaires variés (histoire, sciences de l’éducation, sciences religieuses, théologie), appréhendent-ils aujourd’hui ce passé religieux du Québec, son pluralisme ? Je présenterai leurs positionnements, l’état de leurs connaissances, puis les défis pédagogiques de cet enseignement qui appelle à une réappropriation de la chronologie du pluralisme religieux. Mais, pour le professeur, c’est également l’occasion de repérer de nouvelles pistes de recherche.

Autant nous identifions la religion de chaque individu recensé au Canada, autant nous connaissons assez mal la vie des communautés religieuses et encore moins les modalités d’échanges entre elles.

Lundi 18  mai 2015, à 18h00,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 115
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

 

 

 

 

La question musulmane en France

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Bernard Godard présentera La question musulmane en France (Fayard, 2015).
Discutant: Philippe Gaudin (EPHE)

Présentation de l’éditeur

La Question musulmane en France développe un certain nombre de points qui sont le signe d’une évolution récente de l’islam à l’intérieur de nos frontières européennes.
Les évolutions géopolitiques du monde musulman, les échos de l’affrontement entre Israël et le Hamas bouleversent en effet en profondeur la réalité de l’islam dans notre société. Marqué par l’affirmation de deux hégémonies, marocaine et turque, sur nos propres communautés, l’islam traditionnel tend à être décrédibilisé depuis l’apparition d’un islam combattant, voire terroriste, apparu depuis l’affaire Merah et surtout depuis la guerre en Syrie. Celle-ci a suscité de nombreuses vocations djihadistes au cœur même de notre pays.
Quel est le rôle des imams, quelle place pour les mosquées dans la cité, pour les écoles coraniques, quelle est l’influence d’Internet dans cette évolution? Voici quelques-unes des interrogations, parmi de nombreuses autres, que soulève ici Bernard Godard. Il analyse également en profondeur les arrière-plans de l’islamophobie et la guerre des cultures que ces questions génèrent au cœur de notre société.
Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman

Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman.

Mercredi 1er avril 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

GODARD, BernardLa question musulmane en France,(Fayard, 2015).

Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux.

Publication des actes du colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2013, à l’EPHE.

Le projet d’un enseignement laïque de la morale – de la Maternelle à la Terminale – oblige à penser à nouveaux frais les relations entre école, éducation et laïcité. Cet enseignement qui doit passer par les disciplines existantes implique une réflexion sur ses contenus et ses méthodes qui ne va pas sans analogie avec ce que l’enseignement des faits religieux met en œuvre depuis une dizaine d’années. Les deux perspectives, très différentes, méritent toutefois d’être comparées. L’Institut européen en sciences des religions (IESR), particulièrement concerné par la thématique de l’enseignement des faits religieux et des questions de laïcité, a réuni chercheurs et acteurs autour de ces deux politiques publiques d’éducation. Il s’agit d’examiner en quoi et comment ce projet de nouvel enseignement peut ou doit croiser celui des faits religieux et renouveler la réflexion sur la laïcité à l’école, dans les enseignements comme dans la vie scolaire.

Isabelle Saint-Martin, directrice d’études à l’École pratique des hautes études, est directrice de l’Institut européen en sciences des religions (IESR).

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie, est responsable formation recherche à l’IESR.

SAINT-MARTIN I., GAUDIN P. (dir.) Double défi pour l’école laïque: enseigner la morale et les faits religieux. Riveneuve éditions. Coll. « Actes académiques », 2014, 202 p. [ISBN 978-2-36013-252-2] – 24€

Sommaire
Introduction: Gérald Chaix, Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin

Ouverture: Jean-Paul Delahaye

Première partie- Morale, laïcité et éducation: mise en perspective historique et philosophique

  • Jean Baubérot « La morale laïque sous la IIIe République »
  • Jean-Paul Willaime « Le plaidoyer de Paul Ricoeur pour une « laïcité positive de confrontation » »

Deuxième partie- Enseignement moral, enseignement des faits religieux religieux: les nouvelles conditions d’un défi éducatif

  • Laurence Loeffel « Pour un enseignement laïque de la morale »
  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et enseignement laïque de la morale: état des lieux et perspectives »
  • Charles Coutel « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux: des difficultés philosophiques aux propositions pédagogiques »

Troisième partie- Prendre en compte la dimension morale et les faits religieux dans le cadre des disciplines

  • Abdennour Bidar « Enseignement de la philosophie et laïcité »
  • Frédérique Leichter-Flack « La littérature comme laboratoire des cas de conscience »
  • Anna Van den Kerchove « Histoire, faits religieux et éthique »
  • Isabelle Saint-Martin « Arts, morale et faits religieux: culture de la sensibilité et culture du jugement »

Quatrième partie- Table ronde

  • Valentine Zuber « Quelques réflexions sur les enjeux d’un enseignement de morale laïque »
  • Charles Conte « Le point de vue de la Ligue de l’enseignement »
  • Eric Vinson « Plaidoyer d’un acteur pour une culture laïque des religions en lien avec l’enseignement moral »
  • Philippe Portier « La morale laïque face à la culture religieuse en France. Parcours d’une reconnaissance »

Commande de l’ouvrage via Riveneuve éditions.

Cette publication fera l’objet d’une présentation lors de la journée d’études organisée par l’IESR le 6 décembre 2014 à l’auditorium du Bâtiment France: « L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes »

« Mahomet, histoire d’un arabe »

Par Louis HOURMANT

Mercredi 9 janvier 2013, à l’Institut européen en sciences des religions, Jean-Marc Tétaz présenta l’ouvrage de Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe. Invention d’un prophète, qu’il a traduit. Les questions abordées par Jean-Marc Tétaz et par Mohammad Ali Amir-Moezzi, le discutant, ne pouvaient manquer d’intéresser les chercheurs mais également les enseignants. Pour ceux qui n’ont pas pu assister à cette présentation ou qui aimeraient se rappeler ce qui s’est dit, en voici un compte rendu, de la main de Louis Hourmant. Continuer la lecture de « Mahomet, histoire d’un arabe »

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

École et enseignement des faits religieux en Europe

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Les 20-22 septembre 2012, l’Institut européen en sciences des religions a organisé un colloque international au Centre International d’études pédagogiques à Sèvres sur « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes ».

Il s’agissait de reprendre 10 ans après le rapport de Régis Debray au ministre de l’Éducation Jack Lang et un an après le colloque de la DGESCO l’analyse comparée à l’échelle européenne des aspects précis de l’enseignement des faits religieux, à savoir ses objectifs, les programmes qui le délimitent et le matériel pédagogique utilisé. Continuer la lecture de École et enseignement des faits religieux en Europe

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter