Archives par mot-clé : enseignement des faits religieux

L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes: journée d’études IESR le 6/12/14 au Bat. France

Journée d’études organisée par l’IESR-EPHE.

Présentation

Depuis 2013, la France est confrontée à un vif débat sur la mise en place d’un «enseignement laïque de la morale», qui tend à devenir, après maintes discussions sur le sujet, un «enseignement moral et civique». En prenant ce thème comme fil conducteur de cette journée d’études, nous partirons de l’état, encore mouvant, des réflexions en France sur cette question pour les comparer à la diversité des situations européennes. La présentation de chaque situation nationale sera l’occasion de fournir un état des lieux des modalités d’un enseignement moral et/ou de la citoyenneté. Il précisera si ce type d’enseignement existe. Si oui, de quelle manière (heure spécifique, contenu, programmes…)? Ses contenus et/ou son existence sont-ils en débat actuellement? Si non, ressurgit-il de manière indirecte à travers d’autres aspects des programmes (histoire, lettres, philosophie…)? Ou à travers un enseignement de l’éthique qui prend place, dans certains pays, en parallèle à un cours sur les religions ?

Programme détaillé

  • 9h15 : Accueil
  • 9h30: Ouverture par Isabelle Saint-Martin (IESR) et Philippe Gaudin (IESR) : Présentation de l’ouvrage Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux (Riveneuve éditions, 2014), actes du colloque IESR 2013 « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » (programme)
  • 10h: Laurence Loeffel (Inspectrice générale de l’Éducation nationale) : Le projet français d’un enseignement moral et civique
  • 10h30: Tim Jensen (Syddansk Universitet, Danemark) : KLM: Combining Citizenship Education with Life-Philosophy and the Teaching of Christianity in Danish Teachers Training (traduction en français sur le diaporama)
  • Pause
  • 11h15: Wolfram Weisse (Universität Hamburg, Allemagne) : L’enseignement au respect et à la tolérance interculturelle et interreligieuse dans le Land de Hambourg : la position des élèves
  • 11h45: Mar Griera (Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne) : Quelle morale pour l’école? Le débat sur l’éducation à la citoyenneté en Espagne
  • 12h15: Débat et pause déjeuner
  • 14h: Mariachiara Giorda (Università degli Studi di Torino, Italie) : Rien ne va plus? Le cas de l’Italie
  • 14h30: Andrea Rota (Universität Bern, Suisse) : L’enseignement de l’éthique dans le cadre d’un enseignement sur les religions : exemples de Suisse romande et alémanique
  • 15h: Patrick Loobuyck (Universiteit Antwerpen, Belgique) : L’absence de l’enseignement de la citoyenneté en Belgique… et la différence entre communauté flamande et francophone
  • 15h30: Julia Ipgrave (University of Warwick, Royaume-Uni): Le cas du Royaume-Uni
  • 16h: Jean-Paul Willaime (GSRL, EPHE) : Mise en perspective comparative des situations européennes et québécoise
  • Débat général
  • 17h: Clôture

Informations pratiques

  • Samedi 6 décembre 2014
  • À l’auditorium (niveau -1) du Bâtiment Le France, 190 av. de France 75013 Paris, voir plan d’accès

Entrée gratuite sur inscription auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr

« Vers une laïcité d’intelligence ? » : présentation et débat avec Philippe Gaudin

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », présentations d’ouvrages en sciences religieuses, Philippe Gaudin exposera « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Présentation de l’éditeur :

Couverture "Vers une laicité d'intelligence?" / Philippe Gaudin
Source: librairie Lgdj.fr

Régis Debray en appelait dans son rapport de 2002 sur l’enseignement du fait religieux dans l’École laïque à une laïcité d’intelligence plutôt que d’abstention. Cette politique éducative veut donner accès au plus grand nombre à la connaissance là où il y a urgence à ne plus subir sans recul la pression d’une actualité saturée par les faits religieux. L’enquête commence dans les années 1980 au cours desquelles les caractéristiques mêmes du vingtième siècle disparaissent dans le monde, tandis que la société française et son École changent en profondeur. Appuyée sur des textes inédits ou peu connus et des sources variées, nourrie par une longue expérience pratique en la matière, cette recherche met en lumière la construction théorique et technique, les tâtonnements et interrogations de cette «laïcité d’intelligence» en cours, vue au travers de la question de l’enseignement des faits religieux depuis trente ans à l’École.

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Mercredi 26 novembre 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France (niveau -1)

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Faits religieux et laïcité dans les nouveaux manuels scolaires. Rencontre-débat le 11/06/14 à 15h

Rencontre-débat organisée par l’IESR et le Réseau école laïcité religions (Récolarel) sur les faits religieux et la laïcité dans les nouveaux manuels scolaires de collège-lycée (Histoire, Éducation civique, Français)

  • Mercredi 11 juin 2014, à 15h
  • Au Bâtiment France, 190 avenue de France Paris 13e, salle 123
  • Entrée libre

Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises. Publication des actes du colloque des 20-22/09/12 à Sèvres

Publication des actes du colloque « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes » tenu à Sèvres les 20, 21, 22 septembre 2012 au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres.

Couv. "Le défi de l'enseignement des faits religieux à l'école, réponses européennes et québécoises
Source : Riveneuve éditions

« École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes », tel est le titre du colloque qui s’est tenu au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres les 20, 21 et 22 septembre 2012. Organisé par l’Institut européen en sciences des religions (IESR), sous la direction d’Isabelle Saint-Martin, il a réuni de nombreux spécialistes de l’enseignement en Espagne, en Italie, au Danemark, en Flandre et Belgique, en Angleterre, en Allemagne et en Suisse qui ont échangé sur la place de la religion dans l’enseignement et les débats qu’elle induit dans la société de chacun des pays. Le présent ouvrage, issu de ce colloque, enrichit la réflexion de l’exemple québécois au travers du programme Éthique et culture religieuse et d’un jugement de la Cour suprême du Canada. L’ensemble met en perspective la laïcité en France et l’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle.

Un large consensus se fait jour sur la nécessité d’aborder les faits religieux dans le cadre d’un enseignement s’adressant à tous les élèves d’une même classe et s’inscrivant dans les objectifs, les méthodes et la déontologie de l’école publique. Le débat aujourd’hui se focalise désormais sur la place que l’on accorde ou non à l’expérience religieuse et aux questionnements existentiels des élèves.

L’ouvrage est dédié à Évelyne Martini (†), inspectrice d’académie et inspectrice pédagogique régionale en lettres de l’Éducation nationale, qui a beaucoup œuvré pour l’enseignement des faits religieux à l’école publique et a été une collaboratrice fidèle de l’IESR.

Jean-Paul Willaime, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (« Histoire et sociologie des protestantismes ») est responsable du réseau européen de l’Institut européen en sciences des religions (IESR), après avoir dirigé cet Institut de 2005 à 2010.

WILLAIME J.-P. (dir.), Le défi de l’enseignement des faits religieux à l’école, réponses européennes et québécoises, Riveneuve éditions, Coll. « Actes académiques », 2014, 358 p. [ISBN 978-2-36013-223-2] – 24€

Sommaire

Introduction : Jean-Paul Willaime «Comparer l’incomparable ?» 

Première partie : Les cours de religion pour tous

  • Julia Ipgrave « Le débat anglais sur la « Religious Education » dans les écoles publiques
  • Tim Jensen « L’enseignement de la religion au Danemark : les réponses récentes à des défis communs »
  • Wolfram Weisse « La religion à l’école dans le Land de Hambourg »
  • Séverine Desponds, Christine Fawer Caputo, Andrea Rota « L’évolution des manuels pour l’enseignement religieux en Suisse. Analyses sociohistoriques, didactiques et pragmatiques »

Deuxième partie : Les cours confessionnels de religion

  • Roberto Mazzola « La religion à l’école en Italie : états des lieux et évolutions »
  • Maria Chiara Giorda « Les faits religieux dans les manuels scolaires en Italie »
  • Maria Del Mar Giera « Les débats concernant l’enseignement des religions à l’école en Espagne »
  • Patrick Loobuyck et Leni Franken « Les cours de religion en Flandre et en Belgique : situation actuelle et débats »

Troisième partie : L’expérience québécoise

  • Mireille Estivalèzes « L’approche culturelle des religions dans le programme et les manuels d’éthique et culture religieuse au Québec »
  • Jean-Paul Martin « Québec : quels débats autour de l’enseignement de la religion ? »
  • Jacques Pettigrew « Le programme Éthique et culture religieuse et le jugement de la Cour suprême du Canada dans l’affaire S. L. c. la Commission scolaire des Chênes »

Quatrième partie : Laïcité et enseignement des faits religieux en France

  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et laïcité en France »
  • Stéphanie Laithier et Anna Van den Kerchove « L’enseignement des faits religieux dans les programmes et les manuels d’histoire en France »
  • Evelyne Martini (†) « Le fait religieux dans le champ littéraire »
  • Isabelle Saint-Martin « Histoire des arts et enseignement des faits religieux : concurrence et complémentarité »
  • Louis Hourmant et Jean-Paul Willaime « L’enseignement religieux dans les écoles publiques d’Alsace-Moselle : évolutions et défis »

Bon de commande / contact Riveneuve éditions :  riveneuveeditions@orange.fr

Guerre et religion – 2

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Fin janvier, un colloque s’est tenue sur « Guerre et religion » signalé dans un précédent billet avec le programme.

Je n’ai malheureusement pu assister qu’à une partie du colloque. Les communications entendues étaient de grande qualité et très instructives. Une grande partie de leur contenu pourrait être d’une grande utilité pour les enseignants.

I- Salvatore d’Onofrio (« La religion de la guerre dans une société primitive« ) s’est intéressé à la manière dont certaines théories ont été développées sur guerre et religion / sacré ; il a montré en particulier qu’elles tiennent peu compte des matériaux des sociétés étudiées.

II- Thomas Römer (« La guerre dans la Bible hébraïque, entre histoire et fiction« ), dans une communication limpide, apporte des réponses claires aux lecteurs qui pourraient s’interroger ou s’offusquer de l’omniprésence de la guerre dans la Bible hébraïque. Il mit en avant plusieurs idées :

– guerre et paix ne sont pas deux entités opposées (contrairement à ce qui est couramment pensé) ; elles interviennent ensemble pour contrer le chaos.

– dans la Bible, l’héritage proche-oriental est important et on ne peut séparer Bible et Proche-Orient : la guerre est un moyen de « rétablir l’ordre », d’affirmer la puissance du roi et de le légitimer ; les récits de guerre relèvent plus de l’idéologie qu’ils ne sont le reflet de la réalité.

pas de guerre purement humaine. La défaite d’un peuple conduit à la déportation de ses statues.

– il faut lier la guerre à l’idéologie du combat contre les forces du mal.

Ces informations compléteront les informations données dans les manuels, aussi bien pour ce qui concerne l’Orient ancien que pour les débuts du judaïsme.

III- François de Polignac (« En Grèce ancienne, des dieux en guerre ou des dieux dans la guerre ?« ) a fait une communication passionnante centrée sur la bataille de Salamine, une bataille parfois évoquée dans les manuels scolaires. Les informations données peuvent cependant s’appliquer à d’autres batailles.

Dans un premier temps, des informations générales :

– les guerres entre les hommes ne sont pas les guerres entre les dieux. Dans les premières, les dieux peuvent intervenir (en particulier parce que les hommes cherchent à obtenir leur appui), mais ils ne sont pas en guerre.

– Arès est peu présent dans les récits de guerre. Il est plutôt le dieu de la fureur guerrière.

Dans un second temps, la bataille de Salamine, pour laquelle de nombreux documents existent. Différents dieux interviennent à différents moments : héros locaux et Déméter au début ; Aphrodite (ce qui témoigne qu’il ne faut pas la cantonner à l’amour ; elle a un lien fort avec le combat, notamment via Eros, l’éros du combat, c’est-à-dire la soumission au désir du combat) ; Artémis Aristoboulé qui a permis de prendre la bonne décision (la ruse qui a permis d’égarer les Perses).

François de Polignac fit remarquer que les rôles sont interchangeables selon les batailles. Ce qui est important : savoir quel est le dieu le mieux placé pour tel combat dans tel lieu à tel moment ; il y a toujours plusieurs dieux impliqués.

Parler de la bataille de Salamine de cette façon en cours permet de donner du sens, en particulier à la « place » de la religion à Athènes et de ne pas déconnecter ce que l’on dit de la religion de ce que l’on enseigne sur la société, la politique, la guerre.

IV- Olivier Picard (« La guerre faiseuse de dieux au temps d’Alexandre le Grand et de ses successeurs« ) évoqua essentiellement des monnaies d’Alexandre et de ses successeurs. Celles-ci ne sont pas religieuses. Cependant, en Grèce, l’image de la monnaie était celle de la divinité tutélaire de l’État. Désormais, c’est le roi. Olivier Picard conclut que les cultes royaux hellénistiques sont des créations grecques et non des scories venant d’Orient.

V- Christian Duverger (« La guerre fleurie dans le Mexique préhispanique« ) était absent mais sa communication a été lue. Elle apporte des informations très importantes pour les enseignants de seconde en particulier. En effet, dans les manuels de seconde, histoire, il est souvent question de la « guerre fleurie ».

– Dans le Mexique ancien, la dimension symbolique de la guerre semble l’emporter.

– Le sacrifice humain est le socle de la société, car c’est un moyen de dissiper la disparition des énergies. Le soleil est considéré comme vorace.

– La « guerre fleurie » est un moyen d’avoir des captifs pour le sacrifice. D’où son nom « guerre fleurie », car la fleur est le symbole du jeu. La « guerre fleurie » est une addition de duels, qui se déroulent sans arme et en musique. Elle est stoppée brutalement et s’ensuit un échange de captifs. Il n’y a pas de mort (ni de vainqueur ni de vaincu), car la mort est reportée, au moment du sacrifice. Il s’agit d’une guerre très ritualisée.

À côté de cette guerre ritualisée, il semble qu’il y ait eu aussi des guerres plus conventionnelles, des guerres punitives (mais de guerres de conquêtes à priori).

Nous espérons que toutes ces informations aideront en particulier les enseignants.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Image en islam

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 13 novembre 2013, nous avons eu une belle séance autour de la présentation du dernier ouvrage de François Boespflug, Le Prophète de l’islam en images, Paris, 2013 (pour une présentation de l’éditeur, voir notre précédent billet).

La question de la représentation de Muhammad en islam est souvent, pour un large public et en particulier pour beaucoup d’enseignants, un sujet tabou. Cela n’est pas le cas chez les spécialistes selon l’auteur. D’où cet ouvrage, dont l’origine est à situer, selon la présentation orale de l’auteur, dans l’épisode des caricatures danoises de l’automne 2005. Quant au fait que l’ouvrage soit dû à un non musulman, l’auteur parle de la « vertu de l’extra-territorialité » qui permet des échanges de regards.

Le premier discutant, Pierre Lory (spécialiste de la mystique musulmane, EPHE), rappelle que, alors que les musulmans débattent sur de nombreux points, ils le font très peu à propos de l’image et qu’il n’y a aucune interdiction absolue fondée sur l’écriture. L’autorité n’est pas le Coran mais un consensus qui s’est peu à peu dégagé, résultat d’une tendance de la culture musulmane. Cette idée de consensus est très importante et laisse entendre que la position musulmane vis-à-vis des images pourrait changer si le consensus évolue.

Pierre Lory relie ensuite la question des images à la perception du prophète. Celle-ci se modifia au cours du temps. Dans un premier temps, Muhammad était perçu comme un homme, un chef, avec ses faiblesses. À partir du IXe siècle, une figure de plus en plus idéale se met en place et le prophète devient infaillible. Enfin, à partir du XIe siècle, les musulmans considèrent que le prophète existe avant même la création et – c’est un point qui serait mal perçu en Occident – Muhammad est considéré comme un visage de Dieu sur terre.

Enfin, Pierre Lory rappelle que s’il y a peu de représentations picturales, les écrits transmettent beaucoup de détails sur son apparence physique (à la différence de Jésus dans les écrits chrétiens). Le prophète peut être écrit, il peut être vu en rêve. Pierre Lory parle d’une « image visuelle », en rêve. Il considère que là serait la clé : pour un musulman, l’image du prophète est plus efficace dans la mesure où elle est intérieure.

Il termine sa riche intervention en concluant qu’à l’heure actuelle, le consensus s’est raidi et que dans le même temps cela serait lié à une diminution de l’aspect mystique.

Le second discutant, Abdennour Bidar (philosophe, spécialiste de Mohamed Iqbal), revient sur les trois raisons avancées par François Boespflug pour expliquer pourquoi il s’agit d’un sujet tabou pour certains. Il y a en premier lieu des mauvaises raisons : ignorance de ce que dit le Coran. Le livre de François Boespflug dissipe une rumeur qui tend à essentialiser une « mytho-histoire » (expression de Mohammed Arkoun) de l’islam. Il y a en deuxième lieu des causes historiques : la filiation juive de l’islam qui, du côté de l’islam, tend souvent à être à l’état d’impensé. En troisième lieu, il y a la question de la possibilité et du droit pour l’homme de représenter ce qui est animé. En islam, les théologiens justifient la non représentation par le fait que le geste créateur de l’homme ne peut s’égaler à celui de Dieu. Cependant, Abdennour Bidar rappelle que cette possibilité pour l’homme d’être élevé à l’état de co-créateur est travaillée dans les deux autres monothéismes et aussi, au sein de l’islam, dans la tradition soufie.

La discussion se clôt par un débat portant d’une part sur l’affaire des caricatures danoises qui a pris un tour plus politique que religieux et sur ce que signifie « représenter ».

L’ensemble incite à lire l’ouvrage de François Boespflug qui est utile pour les enseignants

– en ce qu’il fait le point sur la question de l’image en islam, sur les textes qui parlent de l’image et

– en ce qu’il présente vingt images de Muhammad (en couleur) avec une brève présentation ; toutes sont en couleur et de diverses époques (du XIIIe jusqu’au début des années 2000). Les enseignants pourront facilement exploiter ces documents en cours.

Sommaire de l’ouvrage :

Introduction : Un sujet tabou ? Les ravages d’une rumeur

I- La place du Décalogue dans le Coran et les hadiths

II- Le Prophète et son image

III- L’islam et les images, aujourd’hui et demain

Vingt images du Prophète Muhammad

En guise de conclusion : Une question et sa réponse

Notes

Bibliographie

Bonne lecture !

 

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseignement de la morale, enseignement des faits religieux

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2013, s’est tenu le colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » organisé par l’IESR (en particulier par Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin).

Il s’agit d’une réponse directe à la proposition du ministre de l’Éducation nationale d’instaurer pour la rentrée 2015 un enseignement de la morale, proposition qui a donné lieu dans un premier temps à une commission et à un rapport. Les rapporteurs ont modifié la proposition du ministre (enseignement de la morale laïque) en « enseignement laïque de la morale ». Le colloque souhaitait permettre de nouvelles réflexions voire des pistes concrètes.

Le sujet de la morale n’étant pas une de mes spécialités, j’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre vraiment ni comment je pourrais y participer (devant faire une communication). Au final, j’ai beaucoup apprécié le colloque : la majorité des interventions était enrichissante ; j’ai appris beaucoup.

Je ne vais pas faire un résumé de l’ensemble, notamment parce qu’une publication est prévue au cours de l’année 2014. Vous trouverez ici des réflexions plus personnelles. Pour le programme, vous pouvez le consulter dans un autre billet.

La parole institutionnelle était de qualité. Jean-Paul Delahaye et Laurence Loeffel ont tous les deux rappelé qu’il ne s’agissait pas d’enseigner une morale dogmatique ni une morale d’État. L’enjeu majeur de cet enseignement est de redonner du contenu au respect, et cet enseignement doit se faire dans le cadre laïque de l’école. Reste à définir le contenu (même s’il semble que l’institution a plus en tête un travail de critique qu’un travail d’apprentissage) et les modalités pratiques. Ce n’est pas une mince affaire.

Les interventions suivantes (Philippe Gaudin, Abdennour Bidar, Frédérique Leichter-Flack, Charles Coutel et Isabelle Saint-Martin et moi-même) ont montré quel était le lien possible entre enseignement de la morale et enseignement des faits religieux. Ils l’ont fait soit d’une manière théorique et philosophique, soit de façon historique, soit sur un plan plus pédagogique. L’intervention de Frédérique Leichter-Flack m’a particulièrement éblouie. Les deux enseignements se complètent, sans se superposer ; ils ont leur particularité propre, des finalités propres, mais d’autres se rejoignent. Il en ressortait aussi que chaque enseignement, de par sa posture, sa déontologie, ses méthodes est une éducation éthique en soi. L’ensemble des exposés était convaincant pour montrer qu’éviter les faits religieux dans le cadre de l’enseignement de la morale serait une erreur. Cet enseignement ne doit pas s’y réduire ; il ne doit pas non plus les oublier.

Jean Baubérot est revenu sur la morale laïque de la IIIe République, pour déconstruire l’idée que l’on s’en fait généralement. Cet enseignement, au moins jusqu’en 1914, était plus dynamique, en phase avec la société (ce qui est moins le cas après 1914, quand son contenu ne change pas, alors que la société elle change), société qu’elle a influencée. Ceux qui ont une mauvaise image de la morale laïque se réfèrent non pas à la morale d’avant 1914, mais à celle d’après 1914 et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, et à une époque où on peut parler de hiatus entre cet enseignement et la société.

Jean-Paul Willaime, quant à lui, est revenu sur Paul Ricœur (dont il a d’ailleurs été souvent question dans les autres interventions), sur sa conception de la laïcité, de l’école et de la morale. Relire Ricœur devient nécessaire aussi pour alimenter la discussion sur l’enseignement de la morale (voire sur l’école en général).

Philippe Portier a fait une synthèse générale dans une intervention qui était en fait une véritable communication en elle-même. Il a bien montré combien le projet n’était pas une reconduction de ce qui avait déjà été, que les participants ont finalement souvent parlé de l’emboîtement des enseignements et de l’ouverture des méthodes.

En effet, un point intéressant était la convergence de plusieurs intervenants vers l’idée de débats, de discussions à mettre en œuvre dans le cadre de cet enseignement, de « faire travailler sa conscience » (pour reprendre une expression de Philippe Portier) et cela en particulier à partir d’œuvres picturales, littéraires, philosophiques, cinématographiques, etc.. Certes, nous ne sommes pas, en France, dans une vraie culture du débat et organiser un débat demande du temps (et des compétences). Mais cet apprentissage est important : apprendre à écouter l’autre, à respecter ce qu’il dit même si on est en désaccord, apporter des arguments valables et fondés en faveur de sa propre position… En tout les cas, plusieurs intervenants considéraient qu’il était nécessaire de donner plus la parole aux jeunes. Cela nécessite aussi l’acquisition d’un lexique correct, autre point qui a été souligné plusieurs fois.

La discussion est ouverte.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les religions à l’école : pureté des principes, hybridation des pratiques ? Colloque les 19-20/11/2013 à Lyon

Présentation

Un double constat est à l’origine de ce colloque international « Les religions à l’école : pureté des principes, hybridation des pratiques ? » : la domination de discours idéologiques, institutionnels ou prescriptifs sur la question des religions à l’école, d’une part ; la faiblesse relative de recherches empiriques, d’autre part. À la lumière des éclairages historiques et sociologiques, le colloque interroge l’articulation entre politiques publiques et actions des professionnels de l’éducation voire des usagers de l’éducation.

Colloque international organisé par le laboratoire Éducation, Cultures, Politiques (ECP) (EA 4571) (Lyon 2, IFÉ-ENS, UJM SaintÉtienne), l’Institut Supérieur d’Étude des Religions et de la Laïcité (ISERL) et l’IESR. Avec le soutien de l’université Lumière Lyon 2, de l’école doctorale EPIC et de l’Institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation (ISPEF).

Comité scientifique : Jacqueline Gautherin (PR émérite, laboratoire Éducation, Cultures, Politiques –ECP–, Lyon 2), Françoise Lantheaume (MCF HDR, directrice d’ECP, Lyon 2), Philippe Martin (PR, directeur de l’Institut supérieur des religions et de la laïcité – ISERL, Lyon 2, Lyon 3), Micheline Milot (PR, UQAM, directrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises – CEETUM), Isabelle Saint-Martin (Directrice de l’IESR, directrice d’études à l’EPHE, Paris).

Comité d’organisation : Françoise Lantheaume (Lyon 2, ECP), Angelina Ogier-Cesari (ESPE, Lyon 1), Sébastien Urbanski (Lyon 2, ISPEF), Jean Rakovitch (Lyon 2, ISPEF). Soutien logistique : Louisa Charfa (gestionnaire de l’ISERL), Marina Randriamiarisoa (Lyon 2, gestionnaire d’ECP).

  • Mardi 19 et mercredi 20 novembre 2013

  • A l’Université de Lyon 2, campus Berges du Rhône, salle des colloques, 18 quai Claude Bernard Lyon 7e . Accès tram T1 quai Claude Bernard, voir plans d’accès

  • Entrée sur inscription jusqu’au 12/11/2013 auprès de Jean Rakovitch (j.rakovitch@univ-lyon2.fr)

  • Voir site de Lyon 2

Programme

Mardi 19 novembre 2013

9h-9h15 : Accueil des participants

9h15 :

  • Introduction par Isabelle Lefort (Vice-Présidente chargée de la recherche, Lyon 2) et Françoise Lantheaume (Directrice du laboratoire Éducation, Cultures, Politiques, Lyon 2)

  • Modèles politiques et religions à l’école [Séance présidée par Jacqueline Costa-Lascoux, Directrice de recherche honoraire au CNRS associée au CEVIPOF, Sciences po Paris]

Micheline Milot, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal et Directrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises : « L’enseignement de l’éthique et de la culture religieuse au Québec : principes politiques et fondements juridiques »

Jacqueline Gautherin, Université Lyon 2, ECP : « Tensions dans le modèle républicain en France : entre logique civique et logique de la reconnaissance »

Roger Monjo, Université de Montpellier 3, LIRDEF : « Laïcité et société post-séculière »

  • Approche historique

Yves Verneuil, Université Champagne-Ardenne, CEREP : « L’école et les religions, de l’Ancien Régime à nos jours : enjeux du passé, enjeux dépassés ? »

12h45 – repas

14h :

  • Vie scolaire et religions [Séance présidée par Philippe Martin, directeur de l’ISERL]

Florence Bergeaud Blackler, IDEMEC/CNRS Aix-Marseille Université : « Droit et économie du halal dans les cantines scolaires en France »

Philippe Foray, Université Jean Monnet Saint-Étienne, ECP : « Les voiles islamiques à l’école: une question de justice »

Sébastien Urbanski, Lyon 2, Institut des sciences et pratiques d’éducation et de formation (ISPEF) : « L’expression de croyances religieuses dans l’enseignement public : une comparaison France-Pologne »

  • Des ressources pour enseigner et former en primaire : quels usages ? [Atelier animé par Isabelle-Saint Martin, IESR]

Avec Marine Quenin, Danielle André (association Enquête : autour du jeu l’Arbre à défis) ; Hubert Pharabet, IEN circonscription Lyon Vaise Tassin ; Annie Torres, professeure des écoles, maîtresse formatrice, École Édouard Herriot, Villeurbanne. Discutante : Angelina Ogier-Cesari, formatrice en histoire, ESPE-Lyon 1.

Mercredi 20 novembre 2013

9h : Deux thèmes, deux salles (salle des Colloques et salle de la Rotonde) :

Contenus d’enseignement et religions : étude comparée

  • Questions vives (salle des Colloques) [Séance présidée par Isabelle Saint-Martin, directrice de l’IESR]

Noëlle Monin, ESPE-Lyon 1, ECP : « Religions à l’école et enseignement de questions socialement vives en SVT au collège : la professionnalité enseignante mise à l’épreuve »

Anna Van den Kerchove, IESR : « L’enseignement laïque de l’islam »

Corinne Fortin, STEF-ENS Cachan, Ifé-ENS Lyon : « L’enseignement de l’évolution face aux croyances religieuses : quelles perspectives curriculaires possibles ? »

Nicole Durisch Gauthier, HEP Vaud, Lausanne : « Les discours créationnistes au sein de l’école publique suisse »

  • Religions et enseignement (salle de la Rotonde : 18 rue Chevreul, 6è étage) [Séance présidée par Jacqueline Gautherin, Professeur honoraire, ECP]

Anne-Claire Husser, ESPE de Paris, Université Paris Sorbonne-Paris 4 : « Ferdinand Buisson et l’enseignement de l’histoire sainte à l’école primaire : esquisse d’une approche laïque du fait religieux ? »

Stéphanie Tremblay, Ontario Institute for Studies in Education of the University of Toronto: « La construction de la citoyenneté dans les écoles juives et musulmanes au Québec »

Denis Poizat, Lyon 2, ECP : « L’école comme vecteur du renouveau du judaïsme. L’expérience française de Rachel Gordin »

12h – pause déjeuner

13h30 :

  • Formation des enseignants et ressources pour l’enseignement et la formation [Séance présidée par André Robert, directeur de l’école doctorale EPIC]

Philippe Gaudin, IESR : « Laïcité et enseignement des faits religieux : quelle formation initiale et continue des enseignants ? »

Philippe Borgeaud, Université de Genève : « L’enseignement laïque des faits religieux autour de « grands textes ». Exemple du canton de Genève »

  • Des ressources pour enseigner et former en secondaire : quels usages ? [Table ronde animée par Philippe Martin, ISERL]

Avec Jean-Pierre Chantin, professeur d’histoire en lycée ; Isabelle Blaha, professeure d’histoire en lycée agricole ; Jean-Yves Pennerath, professeur d’histoire en lycée en classe franco-allemande ; Isabelle Bourdier-Porhel, professeure d’histoire-géographie en collège.

  • Conclusion : Perspectives de recherche, enjeux de formation  avec Françoise Lantheaume (ECP) ; Philippe Martin (ISERL) ; Isabelle Saint-Martin (IESR).