Archives par mot-clé : droit et religion

L’expression du religieux dans la sphère publique

couverture de l'ouvrage
L’expression du religieux dans la sphère publique : comparaisons internationales
Ministère de l’Intérieur, IESR – Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. La Documentation française, 2016

Les questions liées à l’expression du religieux dans la sphère publique donnent lieu régulièrement à de vifs échanges dans les débats publics. Afin d’en mettre en perspective les enjeux, un colloque international (réuni sous l’égide des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères en lien avec l’Institut européen en sciences des religions – IES) a permis de préciser le cadre d’application du principe de laïcité en abordant les aspects philosophiques, juridiques et sociologiques liés à la garantie de liberté de conscience et de religion. Sont ainsi examinées :
– la sphère de l’État et la dimension de la neutralité dans les sociétés démocratiques ;
– la sphère de la société et la régulation des manifestations religieuses dans l’espace public ;
– la sphère de l’éducation et ses particularités.
Quelques points de comparaison éclairent la diversité des pratiques de pays étrangers qui proposent des modèles alternatifs (Allemagne, Angleterre, Belgique, Canada, Turquie).

Ouvrage publié par le ministère de l’Intérieur et l’IESR. Textes réunis par P. Courtade et I. Saint-Martin. Préface de Bernard Cazeneuve.

Avec les contributions de :
Thomas Andrieu, Jean-Louis Bianco, Gérard Bouchard, Louis-Léon Christians, Jean-Paul Costa, Xavier Delgrange, Philippe Gaudin, Alfred Grosser, Danièle Hervieu-Léger, Ahmet Insel, Julia Ipgrave, Hubert des Longchamps, Jean-Christophe Peaucelle, Philippe Portier, Florence Robine, Patrice Rolland, Isabelle Saint-Martin, Arnaud Schaumasse, Rémy Schwartz, Christopher Sinclair, Jean-Paul Willaime.

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Annuaire Droit et Religions n°8

Depuis 2005, le LID2MS (Laboratoire Interdisciplinaire de Droit des Médias et des Mutations Sociales) publie annuellement aux Presses universitaires d’Aix-Marseille (PUAM), sous la direction de Mme le Professeur Blandine Chelini-Pont, un Annuaire Droit et Religion abordant les diverses et nombreuses problématiques qui peuvent exister à cheval entre le monde des religions et celui du droit.

Le dernier volume de la revue Annuaire Droit et Religions 2016 (numéro 8).

Téléchargez le flyer

L’égalité des femmes en Tunisie

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique

Trois ans après que la Tunisie ait connu la révolution de la dignité, elle s’est dotée d’une nouvelle constitution qui protège les acquis des Tunisiennes. L’originalité de l’expérience tunisienne, c’est qu’elle a osé toucher le domaine du statut personnel, un domaine considéré comme relevant du sacré, pour offrir une relecture contemporaine de l’héritage islamique et octroyer ainsi aux femmes des droits révolutionnaires.

couverture
Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Cependant, le Code du statut personnel, tout en étant l’élément déclencheur et déterminant de la promotion des femmes, reste une norme juridique qui peine à se démarquer, dans certains de ses aspects fondamentaux, de la lecture et de l’interprétation encore uniformes d’un corpus de lois découlant du droit et de la tradition musulmans. Pour mieux saisir les acquis des Tunisiennes d’aujourd’hui, nous proposons, dans un premier temps, de s’attarder sur la période de l’avant indépendance. Nous avons essayé de définir le droit musulman, présenter les droits qu’il accorde aux femmes musulmanes, étudier leur application dans la Tunisie d’autrefois et, enfin, nous avons retracé la genèse du discours émancipateur. La seconde étape de notre manuscrit consiste à analyser le statut juridique des Tunisiennes à travers le Code de statut personnel, qui a permis de réparer les grandes injustices qui pesaient sur les femmes jusqu’à l’indépendance. Cette étude du droit tunisien est très vite investie par une interrogation sur le rapport de ce Code à l’héritage islamique. En effet, le Code a marqué ses distances par rapport à l’œuvre des jurisconsultes musulmans d’une part, mais il est resté fidèle à une certaine interprétation classique, d’autre part. Malgré les insuffisances de certaines de ses règles juridiques et le caractère discriminatoire de quelques dispositions, ce Code est résolument moderne. En réalité, il a été et demeure un vecteur de changement de la société tunisienne, en général, et du statut des femmes, en particulier.

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Avant-propos Blandine CHELINI-PONT
Préface de Bernard BOTIVEAU

Droits de l’homme et religions dans l’action extérieure de la France

Journée d’étude organisée par le Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL, EPHE-CNRS), le Conseiller pour les affaires religieuses et le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du Ministère des affaires étrangères (MAE).

Présentation 

Le problème de la relation avec les grandes religions ainsi que l’impératif de sauvegarde de la liberté de religion ou de conviction est l’un des grands défis auquel doit répondre la promotion mondiale des droits de l’homme. La France n’y échappe pas et sa tradition politique ancienne en la matière en fait un acteur incontournable.

Il existe cependant des divergences entre les États sur les contours qu’il convient de donner à la liberté religieuse dans la défense des droits de l’homme. Par ailleurs, les demandes, parfois insistantes, de certains mouvements ou États pour une meilleure protection des religions constituent un nouveau défi aux défenseurs institutionnels des droits de l’homme, notamment au sein du Conseil des droits de l’homme.

La journée d’étude, en associant et en confrontant les analyses de chercheurs académiques et de diplomates spécialisés, se propose de préciser l’histoire et la définition de la « doctrine française » en matière de promotion des droits de l’homme et de défense de la liberté de religion ou de conviction.

Le témoignage des acteurs religieux spécialisés dans la défense des droits de l’homme et de la liberté religieuse peut enfin permettre de dresser un état des lieux de l’engagement de la France, à la fois d’un point de vue étatique et associatif sur cet aspect de plus en plus prégnant dans la politique internationale.

Programme détaillé

Informations pratiques

  • Mercredi 21 mai 2014, de 9h à 18h30
  • Au centre de conférence ministériel : 27 rue de la Convention 75015 Paris