Archives par mot-clé : christianisme

« Quand l’Église et la Synagogue se sont-elles distinguées ? » conférence de Simon C. Mimouni le 25/03/13 (18h-20h) à l’IESR

Dans le cadre du projet « Revisiter les monothéismes » du LEM (Laboratoire d’Études sur les Monothéismes, UMR 8584), Simon Claude Mimouni (EPHE) présentera l’ouvrage codirigé avec Bernard Pouderon aux Éditions du Cerf (2012) : La Croisée des chemins revisitée. Quand l’Église et la Synagogue se sont-elles distinguées ?

Les origines du christianisme en tant que religion distincte du judaïsme font actuellement l’objet d’une perception renouvelée, insistant davantage sur la continuité des deux mouvements. Un colloque international organisé à Tours en juin 2010 a réuni plusieurs des acteurs majeurs du débat actuel. L’ouvrage présenté, qui en constitue les Actes, revient sur la difficile question de la séparation, pour examiner quand et comment s’est effectué ce qui paraît être plus une « distinction » qu’une « séparation », depuis les origines – l’évangile selon Matthieu – jusqu’à la fin du IVe siècle et aux invectives de l’Adversus Judaeos de Jean Chrysostome.

Discutants : Jean-Daniel Dubois (EPHE), Jean-Marie Salamito (Univ. Paris-Sorbonne)

  • Lundi 25 mars 2013 de 18h à 20h à l’IESR (14 rue Ernest-Cresson 75014 Paris, porte cochère verte – Métro Denfert-Rochereau).

Entrée libre.

Denis PELLETIER et Jean-Louis SCHLEGEL pour « À la gauche du Christ, les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours », mercredi 23 janvier 2013, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel présenteront l’ouvrage qu’ils ont dirigé À la gauche du Christ, les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours (Seuil, 2012)

Mercredi 23 janvier 2013, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

PELLETIER Denis, SCHLEGEL Jean-Louis (dir.), À la gauche du Christ, les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours. Seuil, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

« Cathos de gauche » : l’expression s’est imposée dans la seconde moitié du XXe siècle pour désigner un monde de militants et de ‘clercs’, d’organes de presse et de mouvements, laïques ou religieux, dont la contribution politique, sociale, culturelle et intellectuelle à l’histoire de la France de l’après-guerre apparaît souvent oubliée. Cet ouvrage retrace pour la première fois l’aventure des « chrétiens de gauche », comme on devrait appeler plus justement les catholiques et les protestants de cette mouvance.

Contre une Église catholique jusque-là massivement portée à droite et une Église protestante embourgeoisée, ils voulaient, au nom de leur foi, s’engager dans la Cité et peser sur la politique tout en changeant le visage de leurs Églises. Décolonisation, syndicalisme, autogestion, féminisme, tiers-mondisme… : ils ont été de toutes les luttes, et souvent même à l’avant-garde de la contestation. Beaucoup engagèrent un dialogue exigeant avec la tradition marxiste.

Après le concile Vatican II et Mai 68, certains furent même tentés par la révolution dans la société et dans leurs Églises. Leur contribution à la rénovation de la gauche socialiste puis à l’élection de François Mitterrand en 1981 fut ensuite décisive. Mais la réforme de l’Église catholique n’est-elle pas devenue restauration sous Jean-Paul II puis Benoît XVI ? Et la victoire de la gauche en 1981 n’a-t-elle pas sonné l’heure du déclin politique de la gauche chrétienne ? Que reste-t-il aujourd’hui de ses combats et des idéaux qu’elle entendait porter ? Au-delà d’une parenthèse utopique, c’est l’évolution du rapport entre le politique et le religieux, à l’épreuve de la sécularisation de la société française, que cette histoire éclaire.

Auteurs : Jérôme Bocquet, Patrick Cabanel, Tangi Cavalin, Mathilde Dubesset, Bruno Duriez, Franck Georgi, Frédéric Gugelot, Denis Pelletier, Claude Prudhomme, Yann Raison du Cleuziou, Sabine Rousseau, Jean-Louis Schlegel, Vincent Soulage, Yvon Tranvouez, Nathalie Viet-Depaule

Le ciel entre science et religions – Cycle de conférences – P. PORTIER le 15/01/13 à l’IAP

Présentation

L’Institut Européen en Sciences des Religions, de l’École Pratique des Hautes Études (IESR-EPHE) et l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP) organisent ensemble en 2013 un cycle mensuel de conférences, dans les locaux de l’IAP, intitulé « Le ciel entre science et religions ».

Le « ciel » pris dans son sens le plus général, à la fois le plus matériel et le plus symbolique, constitue par excellence un objet de connaissance et de représentations à la croisée de la démarche scientifique, de la philosophie et des religions.

Ces conférences s’attacheront donc à faire comprendre comment se sont mêlées, opposées ou juxtaposées ces différentes approches dans l’histoire et comment l’état actuel des connaissances transforme, déplace ou repose d’antiques questions métaphysiques et religieuses. C’est donc l’histoire des religions, des sciences, l’épistémologie, l’astronomie ou la théologie qui seront convoquées pour dire en quoi le ciel peut être circonscrit comme un objet de savoir et de pouvoir et comment, à cause de sa nature même et/ou de celle du cœur humain, il excède sans cesse cette emprise intellectuelle et technique.

Prochaine conférence

Mardi 15 janvier 2013, de 19h30 à 21h, à l’IAP, amphithéâtre Henri Mineur :

  • Présentation du cycle par Daniel Kunth (IAP) et Philippe Gaudin (IESR-EPHE).

  • Philippe Portier (directeur d’études à l’EPHE et directeur du GSRL), « L’Église romaine et les développements de la science contemporaine : langage de la vérité et art du compromis dans le catholicisme d’aujourd’hui »

Informations pratiques

  • Les conférences ont lieu un mardi par mois de 19h30 à 21h (ouverture des portes à 19h)

  • À l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP), 98bis Boulevard Arago Paris 14e– Métro Denfert-Rochereau ou Saint-Jacques (plan d’accès)

  • L’entrée est gratuite mais uniquement sur réservation et dans la limite des places disponibles. Les inscriptions ne sont possibles que pour la conférence à venir (et sont ouvertes à partir du lendemain de la conférence précédente).

  • Pour la conférence du 15 janvier 2013, les inscriptions sont ouvertes à partir du 19 décembre 2012 (par mail ou courrier), aucune inscription antérieure à cette date ne sera enregistrée.

  • Pour vous inscrire, à partir du 19/12/12 envoyez un message à iesr@ephe.sorbonne.fr en précisant vos civilité, nom, prénom, adresse courriel et postale, téléphone, affiliation ou remplir le formulaire d’inscription joint et l’adresser à IESR-EPHE 14 rue Ernest-Cresson 75014 Paris

  • Après 19h30, en cas de grande affluence les inscriptions ne peuvent pas constituer une garantie de participation à la conférence

Référence du document

François BŒSPFLUG et Évelyne MARTINI pour « Franc-parler, du christianisme dans la société d’aujourd’hui » (Bayard, 2012) Jeudi 13 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, François Bœspflug et Évelyne Martini présenteront Franc-parler, du christianisme dans la société d’aujourd’hui (Bayard, 2012).

  • La discutante sera Françoise Dunand

Jeudi 13 décembre 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

BŒSPFLUG François, Franc-parler, du christianisme dans la société d’aujourd’hui : entretiens avec Évelyne Martini. Préface de Jean-Paul Vesco.Bayard, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

« J’en rêvais, écrit François Bœspflug, de parvenir à dire des choses qui me tiennent à cœur, ruminées durant des années. Des choses qu’il est difficile et peut-être risqué de formuler, mais qui, bien énoncées, sans esbroufe ni faux-fuyant, sans amertume ni tapage ni provocation, pourraient s’avérer utiles, éclairantes, libérantes pour moi et pour d’autres. »

François Bœspflug accepte de se livrer à l’exercice singulier de relecture d’une vie. Il nous livre un entretien profond, sans fard, sur ses choix de jeunesse, sa fidélité à un projet radical de vie, sa formation tant intellectuelle qu’affective, et sur son travail exceptionnel de théologien et d’historien de l’art. Chemin faisant, il aborde avec franchise les interrogations parfois brûlantes, les défis auxquels le catholicisme, et plus largement le christianisme dans son ensemble, sont confrontés dans la société d’aujourd’hui.

« Il est singulier, et même mystérieux, de voir un jeune homme doué pour la vie, et doué tout court, faire le choix de Dieu dans toute sa radicalité. Et il est singulier de voir un homme mûr faire retour sans complaisance ni voyeurisme sur la confrontation, tout au long d’une vie, à la radicalité d’un choix de jeunesse. » Frère Jean-Paul Vesco, Prieur de la Province dominicaine de France.

L’IESR-EPHE aux « Rendez-vous de l’histoire » le 19 octobre 2012 à Blois

Les 15e « Rendez-vous de l’histoire »à Blois (18-21 octobre 2012), traitent des paysans.

Conférence-débat « La christianisation des campagnes, de Martin de Tours à la jeunesse agricole chrétienne»

  • Vendredi 19 octobre 2012 de 16h15 à 17h45, amphi 2, Université

La christianisation des paysans est-elle un éternel recommencement ? La table ronde choisit trois moments afin de définir les mots, de comparer et de débattre : la fin de l’Empire romain, le cœur du Moyen-âge et le XXe siècle de l’action catholique.

Intervenants : Dominique Borne (président du comité de direction de l’IESR), Isabelle Heuillant-Donat (professeur à l’université de Reims Champagne-Ardenne), Denis Pelletier (directeur d’études à la section des sciences religieuses et président de l’EPHE), Claire Sotinel (professeure à l’université de Paris XII – Créteil).

« La naissance de la paroisse : communauté et territoire ». Conférence de Dominique IOGNA-PRAT le 27/02/13 à l’IESR

Cette conférence a lieu dans le cadre du cycle « Le religieux dans l’histoire de France » organisé par l’IESR avec la participation d’enseignants-chercheurs de l’EPHE, du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE/CRH – EHESS) et de l’Inspection générale de l’Education nationale.

  • Mercredi 27 février 2013, 17h-19h, à l’IESR : La naissance de la paroisse : communauté et territoire par Dominique IOGNA-PRAT, directeur de recherche au CNRS

Ce cycle de conférences tente de repérer ce qui relève du religieux dans l’histoire de France et de mesurer comment ce religieux est présent dans les évolutions politiques, culturelles et sociales. Le religieux présent dans l’histoire de France a-t-il des caractères spécifiques ? Relève-t-il plus généralement d’une histoire religieuse de la chrétienté, de l’Europe ? Autrement dit c’est une approche à double entrée : la place et le rôle du religieux dans l’histoire de France, d’une part, et, d’autre part, l’analyse de son éventuelle spécificité « française ».

Le séminaire propose également une comparaison avec la vulgate de l’histoire de France, telle qu’elle est (ou était) enseignée. Il entend, en outre, réfléchir à la possibilité de rendre sensible, de « montrer » ce religieux.

Entrée libre et gratuite.

Accès IESR : 14 rue Ernest-Cresson Paris 14e, porte cochère verte

« La conversion au christianisme des aristocraties romaines puis barbares » conférence de B. Dumézil le 20 juin 2012 à l’IESR

Cette conférence a lieu dans le cadre du cycle « Le religieux dans l’histoire de France » organisé par l’IESR avec la participation d’enseignants-chercheurs de l’EPHE, du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE/CRH – EHESS), de l’Inspection générale de l’Education nationale et le soutien de la Maison de l’histoire de France.

  • Mercredi 20 juin 2012, 17h-19h, à l’IESR : La conversion au christianisme des aristocraties romaines puis barbares par Bruno DUMÉZIL, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest, Nanterre-La Défense

Ce cycle de conférences tente de repérer ce qui relève du religieux dans l’histoire de France et de mesurer comment ce religieux est présent dans les évolutions politiques, culturelles et sociales. Le religieux présent dans l’histoire de France a-t-il des caractères spécifiques ? Relève-t-il plus généralement d’une histoire religieuse de la chrétienté, de l’Europe ? Autrement dit c’est une approche à double entrée : la place et le rôle du religieux dans l’histoire de France, d’une part, et, d’autre part, l’analyse de son éventuelle spécificité « française ».

Le séminaire propose également une comparaison avec la vulgate de l’histoire de France, telle qu’elle est (ou était) enseignée. Il entend, en outre, réfléchir à la possibilité de rendre sensible, de « montrer » ce religieux (galerie des temps de la Maison de l’histoire de France, expositions temporaires, etc.).

Prochaines conférences :

  • Mercredi 24 octobre 2012, 17h-19h : La naissance de la paroisse : communauté et territoire (Dominique Iogna-Prat, directeur de recherche au CNRS)

  • Mercredi 28 novembre 2012, 17h-19h autour des Juifs dans l’histoire de France au Moyen Âge (Laurence Sigal, directrice honoraire du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme)

Entrée libre et gratuite.

Accès IESR : 14 rue Ernest-Cresson Paris 14e, porte cochère verte

Présentation de « Le judaïsme ancien, du VIe s. avant notre ère au IIIe s. de notre ère : des prêtres aux rabbins » par S. C. Mimouni à l’IESR le 4 avril 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, consacrés à la présentation d’ouvrages en sciences religieuses, Simon Claude Mimouni, directeur d’études à l’EPHE, présentera Le judaïsme ancien, du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère : des prêtres aux rabbins (PUF, 2012)

  • Les discutants seront Marie-Françoise Baslez (Paris IV – Sorbonne) et Gilles Dorival (Aix-Marseille I)

Mercredi 4 avril 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur :

Pluriel et ancré dans son histoire, le judaïsme n’en obéit pas moins à une loi, la Torah, dont le développement est soumis aux époques et aux territoires qu’elle traverse. Les huit siècles couverts ici sont ceux du glissement du judaïsme des prêtres à celui des chrétiens et des rabbins, du judaïsme de Palestine à celui de la Diaspora. À la suite notamment de l’échec des révoltes contre Rome, il a fallu à ce peuple forgé dans la déportation, qui ne reconnaît d’autre dieu que le sien, affirmer mais aussi – bien plus qu’on ne le croit – adapter son identité.

Dans cette somme sur le judaïsme ancien, nouant les histoires politique et religieuse, il apparaît évident que l’évolution de la religion judéenne – juive –, mais aussi de la culture et de la société qui en découlent, n’est pas le produit d’une autarcie. Le judaïsme s’est moulé dans son époque, a évolué avec elle et les civilisations qui l’ont faite. Cette histoire antique y est décryptée dans une étude qui fera date pour tous ceux qui cherchent à comprendre réellement les racines d’un judaïsme bien moins figé que l’historiographie ne l’a laissé transparaître jusqu’ici.