Archives par mot-clé : christianisme

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

Retrouvez l’IESR aux Rendez-vous de l’histoire à Blois le 10/10/14

L’IESR sera présent lors des 17e « Rendez-vous de l’histoire » de Blois sur les rebelles (les 9-12 octobre 2014, programme complet), pour la table-ronde «Moines et moniales : des rebelles au nom de Dieu, du Moyen Âge à nos jours?»

Rebelles ceux qui refusent de se plier aux exigences de leur ordre. Mais la vie monastique, diverse dans le temps et l’espace, ses modalités masculines et féminines, selon les individus, n’est-elle pas aussi une forme de rébellion contre le monde ?

Intervenants : Gérald Chaix (IESR-EPHE, univ. de Tours), Dominique Iogna-Prat (EHESS), Isabelle Poutrin (univ. Paris Est Créteil Val de Marne), Anne Tallon (univ. Picardie Jules Verne).

Entrée libre.

« La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine » : présentation et débat avec Giovanni Careri

Dans le cadre des « conférences-débats de l’IESR », Giovanni Careri présentera La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine (Ed. de l’EHESS, 2014).

CARERI Giovanni, La torpeur des ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine (Editions de l’EHESS, 2014)

Couv. "La torpeur des ancêtres" de G. Careri
Source : Éditions EHESS

Parmi les centaines de personnages de la chapelle Sixtine, les Ancêtres du Christ, représentés dans les lunettes et les cintres de la voûte, semblent être en marge du contexte héroïque de l’ensemble.

On y voit des familles prises dans leur vie intime, des femmes s’occupant de leurs enfants ou de travaux domestiques, des vieillards mélancoliques endormis, des personnages errants, des hommes et des femmes dans l’attente.

Que font-ils à côté des corps pleins d’énergie des anges et des élus du Jugement dernier, des prophètes et sibylles de la voûte ? De quelle manière participent-ils de l’histoire chrétienne, qui est celle du temps des origines (Genèse), de la fondation (Histoires de Moïse et du Christ) et de l’accomplissement (Jugement dernier) ?

Giovanni Careri scrute ces figures de l’altérité. Étudiant l’articulation entre le Jugement dernier et le cycle des Ancêtres, il renouvelle en profondeur la compréhension de la chapelle dans son ensemble.

Giovanni Careri est directeur d’études à l’EHESS, directeur du Centre d’histoire et théorie des arts, et professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon.

Mardi 24 juin 2014, à 18h30, au Bâtiment France, salle 117 :

190 avenue de France Paris 13e.

Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

Présentation de Giovanni Careri au CRAL (centre de recherches sur les arts et le langage, CNRS-EHESS) le 24/03/2014

« De la peur à l’espérance » : présentation et débat avec Jean Delumeau au Collège de France

 

Dans le cadre des « conférences-débats de l’IESR », Jean Delumeau présentera De la peur à l’espérance (Robert Laffont, 2013) au Collège de France.

  • Discutant : Gérald Chaix (professeur émérite à l’Université de Tours, président du conseil de direction de l’IESR)

DELUMEAU Jean, De la peur à l’espérance (Robert Laffont, 2013) – édition établie par Pascal Ory

Couv. De la peur à l'espérance / J. Delumeau
Source : Robert Laffont

Présentation de l’éditeur :

Reconnu par ses pairs dès les années 1950, Jean Delumeau aurait pu n’être qu’un universitaire parmi tant d’autres, expert, comme beaucoup d’historiens de la première génération de l’après-guerre, en matière d’histoire dite « économique et sociale ». Il fut cela, mais aussi beaucoup plus. Chemin faisant, il est devenu un grand historien de la culture, et l’un des principaux essayistes chrétiens de son temps. Grâce sans doute à la foi chrétienne qui l’anime, mais aussi à la manière dont il a vécu cette foi.

Ce volume permettra au lecteur de lire ou de relire son ouvrage scientifique le plus connu, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècle), paru en 1978 et qui marqua une date décisive dans l’avènement d’une « histoire des mentalités religieuses » (le nom de sa chaire au Collège de France), qu’on appellerait plutôt aujourd’hui une « histoire culturelle du religieux ». Ce qu’il nous dit là des peurs respectives de la « culture dirigeante » et du « plus grand nombre » n’est pas sans écho dans le monde d’aujourd’hui.

Ce volume permettra aussi de lire le texte le plus important de sa bibliographie chrétienne, Guetter l’aurore (2003), ou l’on retrouve, développé et mis à jour, l’essentiel de son fameux livre de 1977, qui provoqua tant de remous : Le christianisme va-t-il mourir ? La réponse de Delumeau à cette question est à la fois lucide et optimiste.

On a adjoint à cette édition un ensemble de textes jamais réunis en volume : deux exposés fondateurs encadrant son Parcours au Collège de France, six introductions jalonnant l’itinéraire de ses Recherches, enfin un espace de Débats, dont un Entretien sur la fin des temps et le dossier de la vive polémique suscitée par la publication de Le christianisme va-t-il mourir ?

Le lecteur retrouvera dans tous ces textes la lumineuse clarté de l’auteur, la générosité avec laquelle il anime la recherche historique et l’approche ouverte qu’il a de la religion chrétienne, dans la ligne de Vatican II.

Le tout est précédé d’un avant-propos de Pascal Ory, qui éclaire le chemin parcouru par Jean Delumeau.

Jeudi 5 juin 2014, à 16h, au Collège de France, salle 2

11 place M. Berthelot

Paris 5e. Métro : Cluny-Sorbonne ou Maubert-Mutualité

Entrée libre

Pour en savoir plus:


Un monde d’idées – Jean Delumeau par FranceInfo

      •  Compte-rendu de François Lebrun sur La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles) paru dans les « Annales. Économies, Sociétés, Civilisations », 1979, vol. 34, n°6, consultable sur Persée
      • Compte-rendu de François-André Isambert sur Le christianisme va-t-il mourir? paru dans les « Archives des sciences sociales des religions », 1978, vol. 45, n°45-2, consultable sur Persée
      • Compte-rendu de Jean Séguy sur Entretiens sur la fin des temps paru dans les « Archives des sciences sociales des religions », 1999, vol. 108, n°108, consultable sur Persée
      • Vidéos de Jean Delumeau sur Canal-U (la webtv de l’enseignement supérieur)

« Servir Dieu en temps de guerre (…) » et « L’Église et la Grande Guerre », présentations par Séverine Blenner-Michel, Jacqueline Lalouette, Olivier Chaline et débat

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR :

Séverine Blenner-Michel et Jacqueline Lalouette présenteront Servir Dieu en temps de guerre. Guerre et clergés à l’époque contemporaine, XIXe-XXIs. (Armand Colin, 2013)

Olivier Chaline présentera L’Église et la Grande Guerre (numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4, 227-228, mai-août 2013)

Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergé à l'époque contemporaine, XIXe-XXe siècles
Source : Armand Colin

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage consacré aux clergés en temps de guerre offre une synthèse couvrant plus de deux siècles, des guerres napoléoniennes aux opérations en Afghanistan.

Les auteurs, dont les contributions, précédées d’une introduction de Philippe Portier, sont ici réunies, se sont intéressés aux fonctions, aux actions, aux engagements patriotiques et idéologiques des membres des cultes reconnus durant les divers conflits étudiés, parmi lesquels la Première Guerre mondiale tient une place importante.

L’ensemble permet de dégager de grandes évolutions tenant à divers facteurs. La politique laïque de la République met fin aux immunités canoniques des clercs et les soumet à « l’impôt du sang » ; avec la loi de séparation des Églises et de l’État disparaît l’obligation de réciter des prières et d’organiser des cérémonies pour appeler les succès des armées et remercier Dieu pour les victoires. Mais les évolutions tiennent aussi aux clercs eux-mêmes, qui n’hésitent pas à suivre leur conscience, comme le montrent certains parcours individuels durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

BLENNER-MICHEL Séverine, LALOUETTE Jacqueline (dir.) Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergés à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles) (Armand Colin, 2013)

L'Eglise et la Grande Guerre, revue Communio, tome XXXVIII, 4/5, 237-238, mai-août 2013
Source: Communio

Présentation :

1914-1918 : la grande mêlée de peuples commencée en Europe et étendue aux dimensions du monde reste cent ans après un abîme de contraires et de paradoxes. Loin d’y échapper, les catholiques en offrent une saisissante illustration. L’unité de l’Église est mise à rude épreuve par les frères ennemis tandis que Benoît XV, père attendu et récusé, appelle vainement à la négociation et énonce les conditions d’une paix véritable que les traités seront incapables de faire advenir. L’échec du pape marque aussi son retour sur la scène internationale.

Partageant le sentiment général d’une juste guerre, les catholiques des pays belligérants ont conscience de devoir servir leurs patries respectives tout autant que leur commune Église. La lutte qui les sépare de leurs coreligionnaires ennemis conduit certains d’entre eux vers leurs compatriotes et alliés d’autres religions. Elle contribue parfois à les réintégrer à la vie politique.

L’horreur du front rend souvent plus présente la figure du Crucifié et c’est sous la croix que reposent tant de morts européens. La guerre ne provoque pas un « réveil » religieux durable mais fait naître les totalitarismes et prépare de nouvelles tragédies. Pire, la paix attise le désir de revanche en même temps qu’elle aveugle les vainqueurs sur des périls bien plus grands qu’en 1914. Pourtant, la grande épreuve jette aussi les semences d’improbables rapprochements : œcuménisme, lutte au nom du Christ contre les totalitarismes, pardon mutuel et refus du cycle sans fin de la vengeance.

L’Église et la Grande Guerre, numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4,227-228, mai-août 2013

Mercredi 29 janvier 2014, à 18h, au Bâtiment France, salle 117 :

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

« Les chrétiens au Proche-Orient », présentation par Bernard Heyberger et débat

Dans le cadre des « rencontres-livres » de l’IESR, Bernard Heyberger présentera Les chrétiens au Proche-Orient, de la compassion à la compréhension (Payot, 2013). Discutants: Claude Langlois (EPHE) et Élizabeth Picard (CNRS).

Les chretiens au Proche-Orient, de la compassion à la compréhension
Source: Éditions Payot & Rivages

Présentation de l’éditeur :

L’opinion et les médias occidentaux s’intéressent aujourd’hui de plus en plus aux chrétiens du Proche-Orient. Mais c’est en général sur le mode de la complainte face à leur prochaine disparition. Sans nier les difficultés à être chrétien à l’heure actuelle dans la région, cet ouvrage place les événements récents dans une perspective du temps long et du contexte politique global.

L’histoire des chrétiens en Orient ne se réduit pas à celle d’une lente dégénérescence imputable aux musulmans. Malgré les discriminations qui leur étaient imposées, ils partageaient avec l’environnement islamique dominant des modes de vie, des croyances et des pratiques religieuses, dont l’introduction des formes modernes d’éducation les a progressivement éloignés à partir du XVIIe siècle. La montée des nationalismes a rendu difficile l’adaptation des institutions communautaires et des Églises aux nouveaux États et aux nouvelles frontières, et, à plusieurs reprises, a conduit à des massacres et des expulsions.

Les chrétiens ne sont pas des victimes passives de la persécution. Ils agissent et s’adaptent aux changements politiques et culturels de la région et du monde, à travers leurs institutions. Ce livre ne prédit pas la disparition des chrétiens du Proche-Orient, mais il invite à réfléchir sur les nouvelles conditions de leur présence dans ces pays majoritairement musulmans.

HEYBERGER Bernard, Les chrétiens au Proche-Orient, de la compassion à la compréhension. Payot, 2013

Mercredi 23 octobre 2013, à 18h, au Bâtiment France, salle 123:

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Pour en savoir plus:

Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Saluons l’initiative de Dominique Avon (Université du Maine) qui a mis au point une ressource en ligne sur un module « Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen ».

Il a réuni des spécialistes des religions antiques autour de trois thématiques : « espaces du sacré », « mutations » (sous-entendu « religieuses ») et « religions, pouvoirs ». L’ensemble donne 12 fiches (voir la liste donnée ci-dessus). Les informations sont denses, mais dans un langage clair. Des documents, des cartes et des schémas sont également présents. Enfin, une bibliographie est disponible, un glossaire des termes et une liste de références sur des personnages et divinités. L’ensemble s’avère ainsi être une mine d’informations, d’autant que des liens hypertextes permettent d’accéder à un second niveau d’informations.

À n’en pas douter, cette ressource intéressera au premier chef les enseignants du second degré, aussi bien en histoire qu’en français, essentiellement pour la classe de sixième. Cette ressource est d’autant plus intéressante qu’elle permet de présenter aux élèves (le format choisi facilite une vidéoprojection en classe) des documents autres que ceux des manuels et des thématiques qui permettent d’aborder autrement certaines parties du programme. Une ressource donc de qualité.

Liste des chapitres :

Espaces du sacré

    • Les lieux de culte du nord et du sud de la Gaule à l’Âge du Fer – Annie Allély
    • Le temple du prince saint Echmoun. Sanctuaire purificateur de Bostan Ech-Cheikh, près de Sidon – Elsa Ghossoub
    • Entre maison, synagogue et temple : Jésus et la politique des espaces dans l’Evangile de Marc – Mara Rescio
    • Eau et sacré dans le Maghreb antique (époque romaine) – Tayab Abdesselam

Mutations

      • La « fin » de la religion pharaonique – Youri Volokhine
      • Anciens dieux, nouveaux cultes en Gaule romaine – Estelle Bertrand
      • Les cultes dans l’Afrique du Nord antique – Abdelmajid Amghir
      • Le phénix comme symbole universel de mort et de renaissance – Marwan Abi Fadel

Religions, pouvoirs

        • Le culte d’Apollon et l’idéologie du pouvoir à Rome de la fin de la République à l’avènement du Principat – Rita Compatangelo-Soussignan
        • Des dieux poliades aux dieux des nations – Philippe Borgeaud
        • Pouvoir et religion dans l’univers phénico-punique – Elkbir Atouf
        • Le Christianisme au patriarcat d’Antioche dans l’Antiquité tardive – Karam Rizk

Bonne lecture et bonne utilisation !

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Cours du soir et journées de formation en sciences des religions : programme 2013-2014

Le programme 2013-2014 des cours du soir et journées de formation organisés par l’IESR dans le cadre de la formation continue de l’EPHE est paru et les inscriptions sont à envoyer à partir du 19 août 2013 à l’EPHE, Inscriptions – formation continue, 4-14 rue Ferrus 75014 Paris. Les cours ont tous lieu au Bâtiment France, 190 avenue de France 75013 Paris (salle 123).

Programme détaillé:

Introduction a l’islam

  • Sessions en journées, les mercredis 25 septembre et 2 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

  • Pour les deux journées : tarif normal: 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Les deux journées proposent une introduction à l’étude de l’islam, autour de quatre thématiques, relevant d’approches historiques et sociologiques.

Mercredi 25 septembre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : Introduction à la pensée musulmane (Pierre Lory, EPHE)

  • 14h – 17h : L’image en islam à travers les manuscrits (Annie Vernay-Nouri, BnF)

Mercredi 2 octobre 2013 :

  • 9h30 – 12h30 : La diversité de l’islam. Le cas du shi’isme (Mohammed Ali Amir-Moezzi, EPHE)

  • 14h – 17h : La gestion de l’islam dans les politiques publiques (Claire de Galembert, ENS).

Laïcité : principes et pratiques

  • Session en journée, le mercredi 9 octobre 2013 (9h30 / 17h) au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La fin du XIXe  siècle et le début du XXe siècle forment un contexte historique et idéologique bien particulier où les débats sur la laïcité furent passionnés en France. De nos jours nous assistons à un retour de débats et de discours souvent vifs sur ces questions alors même que les grands principes de la loi de 1905 font l’objet d’un consensus. Comment rendre compte de ce paradoxe, sinon en essayant de comprendre le changement de contexte historique et idéologique dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui ?

  • 9h30 – 12h30 : Les enjeux de la laïcité à la fin du XIXe siècle et aujourd’hui en France : continuités ou ruptures (Philippe Gaudin, EPHE-IESR)

  • 14h – 17h : Permanence ou transformation ? La laïcité française entre le juge et le législateur (1989-2013) (Patrice Rolland, Université de Paris Est – Créteil – Val de Marne)

Religion et société aux États-Unis depuis 1880

  • Session en journée, le mercredi 16 octobre 2013 (9h30 / 17h), au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123.

  • Tarif normal à la journée : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

La religion est très prégnante aux États-Unis, et son rôle est souvent mal perçu et mal compris en France. Pourtant, les États-Unis sont aussi un État laïque. La journée apportera des éléments pour mieux comprendre les relations entre religion, société et État, en revenant sur leur mise en place à la fin du XIXe siècle.

  • Par Blandine Chelini-Pont (Université d’Aix-Marseille 3)

Les religions dans les relations internationales. Une géopolitique du religieux dans le monde contemporain

  • Cycle du soir en novembre et décembre 2013 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Ce cours a pour but de mettre en relief l’impact des religions sur la vie internationale contemporaine, impact qui peut être indirect via la politique intérieure ou direct par l’intervention dans l’espace international. Il étudiera le poids et l’influence des grandes religions du monde aujourd’hui (christianisme, islam, religions de l’Asie) qui s’exerce de manière différenciée selon les grandes zones géographiques et les enjeux religieux tels que traités dans les débats globaux. Une conclusion reviendra sur les tendances du facteur religieux au sein de l’actuelle mondialisation et les interprétations qui peuvent en être données.

  • Jeudis 7, 14, 21, 28 novembre et les 5 et 12 décembre 2013, de 18h30 à 20h au Bâtiment France – Roland Dubertrand (Conseiller pour les affaires religieuses du Ministère des Affaires étrangères)

La religion au Brésil

  • Cycle du soir en novembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le Brésil est un pays très divers du point de vue religieux. Si la majorité de la population est chrétienne, traditionnellement catholique mais aussi depuis peu protestante évangélique, on observe une expansion du spiritisme et un grand nombre de religions afro-brésiliennes. C’est sur ce dernier point peu connu que l’accent sera mis, même si le cycle propose une approche générale de la complexité religieuse de ce pays.

  • Mardi 12 novembre 2013  La religiosité brésilienne (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 19 novembre 2013 : Le spiritisme et ses différentes formes (Anne-Marie Losonczy, EPHE)

  • Mardi 26 novembre 2013 : La religion des orisha : nouvelles configurations du champ religieux afro-brésilien (Stefania Capone, IIAC, CNRS/EHESS)

La conférence portera sur les nouvelles configurations du champ religieux  afro-brésilien mettant en rapport différentes variantes de la  » religion des orisha  » dans la diaspora. L’accent sera mis sur les processus qui ont mené à la diffusion des religions afro-cubaines au Brésil et à leur confrontation avec le modèle dominant du candomblé. Cette diffusion – et les recompositions religieuses qu’elle entraîne – est sous-tendue par une vision de la  » religion des orisha « , élaborée lors des Conférences mondiales sur la tradition et la culture des orisha (COMTOC ou World Yoruba Congress). Cette expression, qui est devenue une puissante métaphore du champ religieux afro-américain, désigne l’ensemble des modalités de culte qui vénèrent les orisha, les dieux d’origine yoruba, autant en Afrique que dans les Amériques. Le cas de la réintroduction dans le candomblé brésilien du culte d’Ifá, qui avait disparu au Brésil dans les années trente avec la mort des derniers babalaôs (spécialistes de la divination), permettra d’appréhender la négociation rituelle engendrée par la rencontre de différentes modalités régionales – nigériane, cubaine et brésilienne – du culte des orisha, en mettant en lumière les enjeux d’une transnationalisation religieuse qui modifie en profondeur l’équilibre, parfois fragile, entre modalités de culte afro-américaines.

Interprétations patristiques de textes bibliques

  • Cycle du soir en décembre 2013 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Ce cycle propose d’aborder des textes bibliques et d’analyser la manière dont ils ont été lus à l’âge patristique. L’attention sera plus particulièrement accordée aux pratiques exégétiques de deux représentants de l’école d’Alexandrie, Clément et Origène.

  • Mardis 3, 10 et 17 décembre 2013, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Anna Van den Kerchove (EPHE-IESR)

Femmes, clergé, sacerdoce dans quelques traditions religieuses aujourd’hui

  • Cycle du soir en janvier et février 2014 au Bâtiment France – 6 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

La plupart des religions se caractérise par une stricte répartition des fonctions religieuses dans laquelle les femmes sont généralement écartées du sacerdoce, sauf le cas de cultes spécifiquement féminins. Souvent cependant, elles accèdent à certaines fonctions cléricales ou prennent des responsabilités dans des domaines tels ceux de la pastorale, de l’instruction religieuse, ou de la mystique. Le cycle de conférences permettra de s’interroger sur la place des femmes parmi les spécialistes religieux des grandes religions, ainsi que sur les tendances actuelles qui revendiquent leur accès à des fonctions religieuses plus centrales, comme le sacerdoce.

  • Mardi 7 janvier 2014 : L’accès des femmes au rituel synagogal dans le(s) judaïsme(s) contemporain(s) (Béatrice de Gasquet, Université Paris 7)

  • Mardi 14 janvier 2014 : Les femmes pasteurs et les mutations contemporaines du rôle de pasteur (Jean-Paul Willaime, EPHE)

  • Mardi 21 janvier 2014 : L’accès des femmes catholiques à l’autorité religieuse. Approche sociologique (Céline Béraud, Université de Caen, Institut Universitaire de France)

  • Mardi 28 janvier 2014 : Le mysticisme musulman, religion des femmes ? (Sossie Andézian, LAHIC-IIAC, CNRS)

  • Mardi 4 février 2014 : Le statut des femmes dans l’hindouisme : exclusions, inclusions, combats (Martine van Woerkens, EPHE)

  • Mardi 11 février 2014 : La place des femmes parmi les spécialistes religieux en Chine (Vincent Goossaert, EPHE)

L’Égypte ptolémaïque

  • Cycle du soir en janvier 2014 au Bâtiment France – 3 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

À la fin du ive siècle av. J.-C., l’Égypte passe sous domination lagide. Concernant la religion, les Ptolémées poursuivent la politique des pharaons antérieurs, faisant des offrandes aux dieux et dotant les temples de terres et de ressources. Dans le même temps, de nouvelles images religieuses apparaissent, plus ou moins influencées par des « modèles » grecs. Le cycle propose une première approche de la religion dans l’Égypte ptolémaïque.

  •  Jeudi 9 janvier 2014 : Religion et pouvoir : une dynastie gréco-macédonienne face à la religion égyptienne.

Les Ptolémées sont arrivés en Égypte en conquérants. Mais leur attitude à l’égard de la religion égyptienne, comme l’avait été celle d’Alexandre, est respectueuse de traditions qu’ils n’ont d’ailleurs aucun intérêt à bousculer. Une collaboration s’établit très tôt entre les rois et les hauts dignitaires du clergé égyptien, qui par ailleurs peuvent être des hauts fonctionnaires de l’administration. Un cas particulier : les relations étroites entre le roi et le grand-prêtre de Ptah de Memphis. Les grands temples, véritables entités économiques, ont-ils pu constituer des « contre-pouvoirs » en face du pouvoir royal ? Pas sûr ; pourtant, essai de contrôle des terres des temples au IIIe siècle, puis à partir du IIe siècle mesures extrêmement libérales (amnistie, remise d’impôts…). Possible évaluation de la situation des rap-ports pouvoir/clergé à l’époque de Cléopâtre VII ?

  •  Jeudi 16 janvier 2014 : Une religion plus que jamais vivante.

Les centres de la vie religieuse : les grands temples, leurs importants textes théologiques et liturgiques, leurs multiples activités économiques, médicales, judiciaires… Or la plupart de ceux qui ont été conservés ont été construits à l’époque ptolémaïque. Les très nombreux temples de la vallée et des oasis fonctionnent également comme des centres de la vie locale. Les formes traditionnelles de la vie religieuse sont préservées. Le culte quotidien est réservé au clergé, mais les fidèles sont impliqués dans de nombreuses pratiques, fêtes, visites aux temples, consultation des oracles, pratiques sur lesquelles on est beaucoup mieux informé que pour l’époque pharaonique. Développement des rites et croyances funéraires : l’extension de la momification. Question de ce qu’on appelle improprement le « culte des animaux ».

  •  Jeudi 23 janvier 2014 : Des idées, des images nouvelles.

Les Grecs installés en Égypte ont apporté avec eux leurs cultes et leurs pratiques funéraires. Le système égyptien et le système grec fonctionnent côte à côte, avec leurs temples et leurs clergés. Mais des passages s’établissent. Le culte « nouveau » de Sarapis, au départ limité à Alexandrie, s’étend progressivement à toute l’Égypte ; des dieux égyptiens peuvent être invoqués avec un vocabulaire grec. Des images nouvelles des dieux égyptiens apparaissent, plus ou moins « hellénisées », mais apparemment dans un usage non liturgique, souvent lisibles selon une double lecture, en fonction de la culture, égyptienne ou grecque, des utilisateurs. En revanche, dans le domaine funéraire, ce sont les pratiques égyptiennes qui s’imposent au détriment des rites grecs. L’Égypte devient alors multiculturelle et multi-religieuse (le judaïsme est également bien présent).

  •  Jeudis 9, 16 et 23 janvier 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Françoise Dunand (Professeur émérite des Universités)

L’annulation de l’ego dans le Talmud et la mystique juive

  • Cycle du soir en janvier, février et mars 2014 au Bâtiment France – 4 séances : 3 jeudis et 1 mercredi (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

On entend fréquemment que le dépassement de l’ego, de la personne, dans un élan vers l’absolu est un thème commun, mutatis mutandis, à tous les grands courants mystiques.

Nous verrons ici comment le Hassidisme, mouvement mystique juif éclos au XVIIIe siècle, a relié, sur ce thème, les sources ésotériques de la Kabbale aux textes du Talmud. C’est d’ailleurs ce pont entre deux corpus et deux types de pensée connexes, mais néanmoins distincts, qui fait l’une des originalités du Hassidisme.

Cette exploration se veut aussi comparatiste et permettra ainsi d’aborder, outre les sources, certains auteurs modernes, par exemple Elie Wiesel et Paul Valéry.

Notre recherche devra aussi considérer certains aspects éthiques : comment le Hassidisme a-t-il conçu le dépassement du « moi-je » dans l’humilité, quelles définitions (plurielles) donner à ces valeurs ?

  • Jeudis 30 janvier, 6, 13 février 2014 et le mercredi 5 mars 2014, de 18h30 à 20h00, au Bâtiment France – Bernard Paperon (Agrégé de Lettres classiques)

De l’Église persécutée à l’Église persécutrice. Histoire du christianisme aux IVe et Vsiècles

  • Cycle du soir en mars, avril et mai 2014 au Bâtiment France – 8 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 137 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 86 €

Alors qu’il est régulièrement persécuté depuis 250, le christianisme devient une religion reconnue dans l’Empire romain en 311 avec l’Édit de Galère. Entre 325 avec le concile de Nicée et 451 avec le concile de Chalcédoine, l’Église devient dominante et triomphante, en éliminant le paganisme, en combattant l’hérésie et en réduisant l’influence du judaïsme. L’approche proposée dans ces conférences relève à la fois de l’histoire politique et de l’histoire religieuse : l’une et l’autre étant inséparables.

  • Mardi 4 mars 2014 : Le christianisme à la fin du IIIe siècle et au début du IVe siècle

  • Mardi 11 mars 2014 : La persécution du christianisme par Dioclétien et sa reconnaissance par Constantin (303-337)

  • Mardi 18 mars 2014 : Le concile œcuménique de Nicée de 325, la confrontation avec Arius

  • Mardi 25 mars 2014 : La lutte contre le paganisme aux IV e et Ve siècles

  • Mardi 1er avril 2014 : Les relations entre l’Église et l’État dans l’Empire romain au IVe siècle : la question idéologique

  • Mardi 29 avril 2014 : La lutte contre l’hérésie aux IVe et Ve siècles

  • Mardi 6 mai 2014 : Le concile œcuménique de Chalcédoine de 451, la confrontation avec Eutychès

  • Mercredi 7 mai 2014: La lutte contre le judaïsme aux IVe-Ve siècles
  • Par Simon C. Mimouni (EPHE)

Le Stabat Mater en musique et en peinture

  • Cycle du soir en mars et avril 2014 au Bâtiment France – 6 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 103 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 64 €

Le Stabat Mater est un poème médiéval d’origine franciscaine qui a profondément inspiré les artistes, tant les peintres, les sculpteurs que les musiciens. Depuis le Moyen Âge, l’image violente de la mère souffrant au pied de son fils mourant a suscité maintes interprétations à travers les siècles.

L’étude de plusieurs Stabat Mater en musique trouvera un écho dans les œuvres d’art de la même période. Du grégorien à Poulenc, de la peinture médiévale au plus contemporain, ce cycle de cours croisera la musique et les arts pour découvrir les multiples facettes de cet épisode de la Passion.

  • Jeudis 6 et 13 mars, mercredi 19 mars, jeudis 27 mars, 3 et 10 avril 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Hélène Décis-Lartigau (musicologue) et Isabelle Saint-Martin (EPHE)

La religion chez Auguste Comte et Sigmund Freud

  • Cycle du soir en mai 2014 au Bâtiment France – 3 mardis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 52 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 32 €

Le cycle de conférences poursuivra celui de 2012-2013 sur les efforts théoriques d’Auguste Comte et Sigmund Freud quant à la compréhension du phénomène religieux. Il n’est cependant pas nécessaire d’avoir suivi le cycle précédent. On insistera sur la notion de religion de l’humanité chez Comte et sur la question de la possibilité de dépassement de la religion chez Freud.

  • Mardis 13, 27 mai et 3 juin 2014, de 18h30 à 20h, au Bâtiment France  – Philippe Gaudin (EPHE-IESR)

L’art bouddhique

  • Cycle du soir en mai et juin 2014 au Bâtiment France, 190 avenue de France, salle 123 – 2 mercredis et 2 jeudis (18h30 / 20h)

  • Tarif normal : 69 € – Tarif réduit (voir le bulletin d’inscription) : 44 €

De l’Inde au Japon, au cours des siècles, le bouddhisme a uni l’Asie, assimilant les styles locaux et léguant un patrimoine d’une richesse exceptionnelle et d’une incroyable diversité.

Dans un premier temps seront abordés les différents modes de représentation du Buddha, tant dans la sculpture que dans la peinture, à partir des trois écoles principales indiennes et suivant trois trajectoires : la route Nord de l’Asie Centrale à la Chine et au Japon, la route Sud de Sri Lanka à l’Asie du Sud-Est, enfin l’évolution tantrique du Népal au Tibet et en Mongolie.

Dans un second temps, les développements architecturaux seront mis en évidence en présentant trois grands types de construction, suivant leur contexte symbolique, historique et géographique : le stupa, le monastère et le temple.

Cette vaste fresque sera complétée par une présentation des évolutions doctrinales associées aux différentes écoles qui vont se créer, suivant les trois grands développements de l’enseignement bouddhique.

  • Jeudi 15 mai, mercredis 21 et 28 mai et jeudi 5 juin 2014 de 18h30 à 20h, au Bâtiment France – Guy David (IESR)

Informations pratiques

Tarifs des cours

Inscription

Tarif

Accès

Conférence d’essai

20 €

Tout public

Passeport EPHE-IESR

198 €

Accès illimité à tous les cours du soir et sessions en journée de l’année pour 2013-2014.

Tarif normal

Selon le cycle

Tout public hors tarif réduit ou préférentiel

Tarif réduit

Selon le cycle

  • Aux auditeurs de l’EPHE, aux étudiants, aux chômeurs

  • Aux titulaires de la carte MAHJ (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Aux adhérents de la Carte Blanche et de Muséo (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

  • Dès la 2e inscription à un cycle de l’année 2013-2014.

Tarif préférentiel

Chaque cycle à 20 €

Pour les personnels enseignants et administratifs de l’enseignement des 1er et 2nd degrés (joindre impérativement la photocopie d’un justificatif)

Inscription

  1. consultez le programme et les tarifs ;

  2. choisissez votre mode d’inscription (passeport ou cycles indépendants) et déterminez votre tarif (normal, préférentiel ou réduit) ;

  3. téléchargez et imprimez le bulletin d’inscription ;

  4. adressez le bulletin rempli, accompagné d’un chèque, à partir du 19 août 2013 :

    1. à l’ordre de l’Agent comptable de l’EPHE ;

    2. à l’adresse : EPHE — Inscriptions – Formation Continue — 4-14 rue Ferrus — 75014 Paris.

  5. pour les détenteurs de passeports, confirmation de présence aux cycles choisis auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (accès dans la limite des places disponibles)

Accès à la salle de cours au Bâtiment France, salle 123

Cours au Bâtiment France (salle 123, 1er étage) : Immeuble de France, 190 avenue de France, 75013 Paris, MQuai de la Gare, RER C Bibliothèque François Mitterrand.

Plan d’accès au Bâtiment France

(cliquez sur l’image pour une vue plus large) :

Image1