Archives par mot-clé : christianisme

Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude : entre mythe et réalité

verriere-de-champigny-cliche-mp-terrien
Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude
Marie-Pierre Terrien – Propos recueillis par Christian Bernard. Éditions Pays et Terroirs, 2007

La chapelle de Champigny-sur-Veude fait partie de la famille restreinte des sept Saintes-Chapelles édifiées du XIIIe au XVIe siècle, qui ont résisté aux vicissitudes du temps : celles de Paris et de Vincennes (chapelles royales), Riom, Châteaudun, Aigueperse, Champigny-sur-Veude et Vic-le-Comte (chapelles princières). Les Saintes-Chapelles de Vivier-en-Brie, Gué-de-Maulny, Bourges et les deux chapelles de Bourbon l’Archambault ont été détruites. Partie intégrante d’un château royal ou princier, une Sainte-Chapelle doit avoir été fondée par Saint Louis (1214-1270) ou par l’un de ses descendants. Ces édifices sont décorés à profusion de portraits du roi et des princes fondateurs, d’armoiries, d’emblèmes héraldiques et de devises. Toutefois, une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle princière ordinaire. Elle est un écrin, qui abrite des reliques de la Passion. C’est sa fonction essentielle. Le message religieux est donc également très important. Les chanoines sont les gardiens de ces reliques, ils sont chargés de célébrer des messes pour le fondateur et ses descendants.
La Sainte-Chapelle de Champigny a été fondée à la fin du XVe siècle par Louis Ier de Bourbon. Sa nef abrite onze verrières, hautes de plus de huit mètres. Démontés à la Révolution et cachés, puis de nouveau déposés en 1940, ces vitraux remarquablement bien conservés ont la réputation bien méritée d’être les plus beaux vitraux Renaissance de France. Ils sont divisés en trois registres superposés. Dans le soubassement sont représentés les descendants de Saint Louis. Tous ces personnages sont agenouillés sur un prie-Dieu qui porte leurs armes, et leur nom est inscrit dans un cartouche de verre blanc. Ils sont tournés en direction de la verrière centrale, qui représente la Crucifixion ainsi que le couple fondateur, Saint Louis et son épouse Marguerite de Provence. Cette disposition forme comme une procession, elle est une mise en scène ostentatoire qui permet à la famille de Bourbon-Montpensier d’affirmer sa puissance et de rappeler que Saint Louis, leur ancêtre, leur a transmis une parcelle de son sang royal. Dans les deux autres registres, une scène unique occupe toute la baie. Elle n’est pas constituée de multiples épisodes juxtaposés et superposés comme dans les vitraux du Moyen-Âge, mais constitue un véritable tableau qui ne tient pas compte des meneaux de pierre. Le registre central, le plus important, est une évocation de la vie de Saint Louis, depuis son sacre à Reims le 29 novembre 1226 jusqu’à sa mort à Tunis le 25 août 1270. Le roi est mis en parallèle avec le Christ, dont la Passion est représentée dans le tympan. La lecture des verrières se fait du bas vers le haut, des Bourbons vers le Christ.
Un important corpus de biographies de Louis IX a été produit par les hagiographes à la fin du XIIIe siècle, afin de le glorifier en vue de sa canonisation. S’intéressant davantage au saint qu’au souverain, elles ont véhiculé le portrait d’un roi mythique. Trois images principales, qui veulent souligner sa piété, s’en dégagent : un roi héritier des rois de l’Ancien Testament, un roi très chrétien qui pratique la charité et un roi guerrier qui part en croisade sur les pas du Christ. Les images de Saint Louis, proposées dans les verrières de la Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude concordent avec ce portrait idéalisé du souverain. Le cardinal de Givry, qui a offert les vitraux, a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce programme iconographique très abouti. Homme d’Église, mais aussi grand mécène, il était au contact des humanistes de son temps. Enrichis par les sources de la Renaissance, les vitraux de Champigny-sur-Veude véhiculent un message qui vise également à célébrer Louis Ier de Bourbon, dont les hauts faits répètent ceux de son ancêtre, le roi Très saint. Ils rappellent à la fois son courage quand il part faire les guerres d’Italie et sa ferveur religieuse quand il lègue des reliques de la Passion à la collégiale.

  • Par Marie-Pierre Terrien, chargée de cours à l’Université du Maine (Le Mans)
  • Propos recueillis par Christian Bernard, correspondant de l’IESR à Poitiers

Moïse fragile

Jean-Christophe Attias (EPHE) présentera   Moïse fragile

Discutants : Henri Raczymow  (écrivain)

et (sous réserve)  Jérôme Anciberro  (La Vie)

Présentation de l’éditeur

Couverture-Moïse-Attias-747x1024
Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Selon la tradition, Moïse est censé avoir écrit les cinq premiers livres  de la Bible. Il s’y dépeint de façon très étrange : avec et contre Dieu, avec et contre son peuple, porteur des tables de la Loi qu’il brise, prophète incapable de parler, guide vers une Terre promise où il n’obtient pas le droit d’entrer, mort dont nul ne connaît le tombeau… La tradition, jusqu’à nos jours, semble tout aussi déroutante. L’humilité de l’ « homme Moïse » n’y est que l’autre face de sa grandeur.

Puisant dans la tradition rabbinique et dans sa propre imagination autant que dans la Bible elle-même, Jean-Christophe Attias fait émerger des mots et des silences des textes la silhouette incertaine d’un Moïse bien différent de celui, d’un seul bloc, qui encombre nos mémoires. Un homme de l’exil et de la dispersion.
À travers une série de portraits possibles – y compris celui d’un Moïse féminin –, l’enquête de Jean-Christophe Attias est aussi une enquête sur le judaïsme dont le libérateur des Hébreux offre l’image la plus paradoxale : un judaïsme de l’esprit, de l’errance, de la diaspora et de l’inachèvement – voire de l’échec. Ou presque.
Recevoir et transmettre. Écouter, quand bien même le message serait confus. Questionner, avec insistance parfois, même quand il n’y a pas de réponse. Tel semble bien être le judaïsme de Moïse, « un judaïsme qui parle aux Juifs et pas seulement à eux, invitant à en finir avec l’orgueil de la tribu, la violence des armes et la tyrannie du lieu ».

Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Le 17 juin 2015, à 18h00, Auditorium
EPHE – Bâtiment Le France
190 avenue de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
entrée libre

Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Simon C. Mimouni (EPHE) présentera Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth (Bayard Culture, 2015).

Discutante : Marie-Françoise Baslez (Paris IV- Sorbonne)

Mercredi 27 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

jacques-le-juste-frere-de-jesus-de-nazarethSimon Mimouni travaille depuis de nombreuses années sur l’histoire du judaïsme et du christianisme antiques, et notamment sur la première communauté chrétienne, fondée à Jérusalem, à la suite de la prédication de Jésus. Ce livre est un événement qui retrace une impressionnante enquête à la fois historique, archéologique et textuelle, sur la figure de Jacques, le fondateur de cette première communauté. Ce «frère de Jésus» a fait couler beaucoup d’encre.
L’auteur fait ici un point clair et très documenté sur la famille de Jésus. Il nous donne accès à l’ensemble des sources principales sur les premiers pas de cette communauté chrétienne.
Sur les relations entre Jacques, Pierre, Etienne et Paul. Simon Mimouni aborde ici le dossier capital de «la succession de Jésus» et du devenir de la communauté de Jérusalem et de ces premiers «nazoréens chrétiens», communauté messianique, selon l’auteur, créée après l’exécution de Jésus, dans la ville sainte des Judéens.
Et posant la question : Jacques appartenait-il à la classe sacerdotale ? Ainsi que la problématique familiale, des frères et des soeurs de Jésus, et de savoir à partir de quand les chrétiens ont-ils cru à la virginité de la mère de leur Messie, Marie. Un livre passionnant sur les origines du christianisme.

Mimouni, Simon Claude, Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth, Bayard Culture, 2015.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les avatars du christianisme en bandes dessinées

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », René Nouailhat présentera Les avatars du christianisme en bandes dessinées
(EME Editions, 2014).
Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Mercredi 20 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux.
Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles. Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institut catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même.
La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire. Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.
Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art.

Nouailhat, René, Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME Editions, 2014).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Christianisme et philosophie

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Sébastien Morlet présentera Christianisme et philosophie (Le Livre de Poche, 2014).
Discutante : Anna Van den Kerchove (Institut protestant de théologie)

Présentation de l’éditeur

Dans l’Antiquité, christianisme et philosophie se font face comme deux voies d’accès à la vérité: l’une, par le moyen de la foi, l’autre, par la recherche rationnelle. Les rapports du christianisme et de la philosophie sont cependant plus complexes. Les néoplatoniciens accordent une place grandissante aux éléments extra-rationnels et en viennent à ne plus considérer la raison comme la seule voie d’accès au savoir. Inversement, les chrétiens reconnaissent une certaine vérité dans la philosophie et lui accordent un rôle préliminaire dans l’acquisition de la sagesse. Souvent convaincus que la révélation biblique est la source du savoir grec, les chrétiens présentent leur religion comme la seule « vraie philosophie ». Ce livre retrace les grandes lignes d’une confrontation qui joua un rôle capital dans la formation de la doctrine chrétienne comme dans la transmission de la culture gréco-romaine. Il amène à réviser certaines idées reçues sur le christianisme et son rapport à la raison.

Mercredi 4 mars 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe s

Extrait de la présentation-débat de l’ouvrage Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle par Isabelle Saint-Martin.
Enregistré dans le cadre des Mercredis de l’IESR, jeudi 18 décembre 2014 à Paris.

Quels liens existent et perdurent entre art et religion ? Loin d’être dépassée, cette question a suscité d’intenses débats au cours des XIXe et XXe siècles, gravitant autour de la quête d’un art chrétien idéal, de l’existence d’un style spécifique, de la foi de l’artiste, de la question du sujet ou de la place de l’abstraction, etc.
L’ouvrage met en évidence, outre les ruptures manifestes, la permanence de certaines interrogations à travers le rêve d’un retour aux origines. Il restitue par l’étude des discours et des théories de l’art religieux, et au-delà des diverses tentatives de définition de l’art sacré, une histoire du goût. Celle-ci affleure en effet dans la réflexion sur la place de l’art dans les lieux de culte, qu’il s’agisse d’art ancien ou d’art contemporain.

Isabelle Saint-Martin, Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle. (PUR, 2014)

Chrétiens persécuteurs. Destructions, exclusions et violences religieuses au IVe s.

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Marie-Françoise Baslez présentera Chrétiens persécuteurs. Destructions, exclusions et violences religieuses au IVe siècle (Albin Michel, 2014).
Discutant : Simon C. Mimouni (EPHE)

Présentation de l’éditeur
Siècle charnière dans l’histoire des religions, le IVe siècle voit le christianisme passer de religion minoritaire et persécutée à religion tolérée et tolérante, puis officielle et parfois répressive. À partir de Constantin Ier, en effet, des persécutions ont été exercées à la fois contre des chrétiens hérétiques, les païens et les juifs considérés comme des ennemis de l’intérieur. Ces répressions nous interrogent encore aujourd’hui. Quand une religion est établie en position dominante, avec la possibilité d’utiliser le bras séculier dans une confusion du religieux et du politique, devient-elle nécessairement intolérante et répressive ? Plusieurs religions et, notamment, plusieurs monothéismes peuvent-ils coexister ? Un monothéisme, par définition exclusif, est-il intrinsèquement intransigeant, voire fanatique? Dans le champ très actuel de l’histoire des représentations, on a beaucoup écrit sur la persécution en se fondant principalement sur les sources apologétiques. Cet ouvrage collectif s’attache, au contraire, à analyser dans leur contexte toutes les sources disponibles, archéologiques aussi bien que littéraires et juridiques, chrétiennes aussi bien que juives ou « païennes ». Ainsi ces études de cas invitent-elles à réfléchir sur la notion même de persécution, en confrontant la loi à son application, l’idéologie aux actes, en faisant la part d’un discours convenu tant sur les victimes que sur les destructions.

Mercredi 14 janvier 2015, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe s

Dans le cadre des “conférences-débats de l’IESR »
Isabelle Saint-Martin présentera Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle. (PUR, 2014)
Discutant: Olivier Christin (EPHE, Université de Neuchâtel)

Présentation
Quels liens existent et perdurent entre art et religion ? Loin d’être dépassée, cette question a suscité d’intenses débats au cours des XIXe et XXe siècles, gravitant autour de la quête d’un art chrétien idéal, de l’existence d’un style spécifique, de la foi de l’artiste, de la question du sujet ou de la place de l’abstraction, etc. L’ouvrage met en évidence, outre les ruptures manifestes, la permanence de certaines interrogations à travers le rêve d’un retour aux origines. Il restitue par l’étude des discours et des théories de l’art religieux, et au-delà des diverses tentatives de définition de l’art sacré, une histoire du goût. Celle-ci affleure en effet dans la réflexion sur la place de l’art dans les lieux de culte, qu’il s’agisse d’art ancien ou d’art contemporain.

Jeudi 18 décembre 2014, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre