Archives par mot-clé : catholicisme

« Aux sources de l’idée laïque »

Rita Hermon-Belot (EHESS) présentera son ouvrage  » Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse « .

Discutant : Patrick Cabanel (EPHE).

Mercredi 4 novembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France,  salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse
RitaHermonBbelot
Rita Hermon-Belot, Aux sources de l’Idée laïque. Révolution et pluralité religieuse (Odile Jacob, 2015).

La question de la laïcité est aujourd’hui au cœur de notre débat politique et social. Les conflits actuels trouvent leur origine dans la reconstruction par l’histoire républicaine d’un affrontement limité à la République et au catholicisme. C’est cet héritage national que l’historienne Rita Hermon-Belot entreprend ici de revisiter. Elle met en lumière la rupture révolutionnaire. Elle révèle à travers les débats de la Révolution française que celle-ci ne fut pas, comme on le dit trop souvent, foncièrement hostile aux religions. Elle en organisa même la diversité d’expressions avant que l’évolution des parties en présence ne l’entraîne à partir de 1793 vers une position plus tranchée.

En remontant aux sources de notre laïcité, en reformulant les termes du débat actuel, cette grande enquête peut contribuer aujourd’hui à éclairer et à comprendre les tensions qui traversent notre société.

Silence

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », François Dupuigrenet-Desroussilles (traducteur et auteur de la préface) présentera Silence de Giovanni Pozzi (Payot, 2014)
Discutant : Gérald Chaix ( Président de l’IESR – Université de Tours)

Le père capucin Giovanni Pozzi (1924-2002) était professeur de littérature italienne à l’université de Fribourg. Silence est son dernier livre.

Mercredi 4 février 2015, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

« La droite catholique aux États-Unis » présentation par Blandine Chelini-Pont et débat

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », présentations d’ouvrages en sciences religieuses:

Blandine Chelini-Pont présentera La droite catholique aux États-Unis, de la guerre froide aux années 2000 (PUR, 2013).

Discutant : Florian Michel (Paris I)

Couv. La droite catholique aux Etats-Unis
Source : PUR

Présentation de l’éditeur :

Cette recherche explore la constellation des catholiques conservateurs aux États-Unis qui a pris, depuis les années 1950, une place croissante au sein de la vie politique américaine, au point d’exercer aujourd’hui un fort leadership sur sa droite. Le visage actuel du conservatisme américain s’explique mal sans cet apport intellectuel et militant se revendiquant comme catholique. Le phénomène, imprévisible et paradoxal, commence à peine à être mesuré et étudié et il oblige à réévaluer les racines traditionnellement données aux différentes familles du néo-conservatisme ou de la droite religieuse. En reprenant étape par étape les grands moments de la pensée et de la militance catho-conservatrice dans la droite américaine, ce texte fait découvrir un continent intellectuel et un réseau resté très vivace, aujourd’hui tenté par une expansion idéologique vers l’Europe. L’auteure inscrit l’histoire de la pensée politique catholique dans l’histoire du conservatisme américain qu’elle analyse, en la mettant en phase avec les évolutions de la société américaine, de manière extrêmement précise et circonstanciée. Il s’agit d’une autre vision de la droite aux États-Unis, présentée de manière novatrice, sur le fondement d’informations proprement inédites.

Blandine Chelini-Pont La droite catholique aux États-Unis, de la guerre froide aux années 2000 (PUR, 2013)

Mercredi 12 février 2014, à 18h, au Bâtiment France, salle 117:

190 avenue de France

Paris 13e. Métro: Quai de la Gare

Entrée libre

« Servir Dieu en temps de guerre (…) » et « L’Église et la Grande Guerre », présentations par Séverine Blenner-Michel, Jacqueline Lalouette, Olivier Chaline et débat

Dans le cadre des « rencontres livres » de l’IESR :

Séverine Blenner-Michel et Jacqueline Lalouette présenteront Servir Dieu en temps de guerre. Guerre et clergés à l’époque contemporaine, XIXe-XXIs. (Armand Colin, 2013)

Olivier Chaline présentera L’Église et la Grande Guerre (numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4, 227-228, mai-août 2013)

Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergé à l'époque contemporaine, XIXe-XXe siècles
Source : Armand Colin

Présentation de l’éditeur :

Cet ouvrage consacré aux clergés en temps de guerre offre une synthèse couvrant plus de deux siècles, des guerres napoléoniennes aux opérations en Afghanistan.

Les auteurs, dont les contributions, précédées d’une introduction de Philippe Portier, sont ici réunies, se sont intéressés aux fonctions, aux actions, aux engagements patriotiques et idéologiques des membres des cultes reconnus durant les divers conflits étudiés, parmi lesquels la Première Guerre mondiale tient une place importante.

L’ensemble permet de dégager de grandes évolutions tenant à divers facteurs. La politique laïque de la République met fin aux immunités canoniques des clercs et les soumet à « l’impôt du sang » ; avec la loi de séparation des Églises et de l’État disparaît l’obligation de réciter des prières et d’organiser des cérémonies pour appeler les succès des armées et remercier Dieu pour les victoires. Mais les évolutions tiennent aussi aux clercs eux-mêmes, qui n’hésitent pas à suivre leur conscience, comme le montrent certains parcours individuels durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

BLENNER-MICHEL Séverine, LALOUETTE Jacqueline (dir.) Servir Dieu en temps de guerre, guerre et clergés à l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles) (Armand Colin, 2013)

L'Eglise et la Grande Guerre, revue Communio, tome XXXVIII, 4/5, 237-238, mai-août 2013
Source: Communio

Présentation :

1914-1918 : la grande mêlée de peuples commencée en Europe et étendue aux dimensions du monde reste cent ans après un abîme de contraires et de paradoxes. Loin d’y échapper, les catholiques en offrent une saisissante illustration. L’unité de l’Église est mise à rude épreuve par les frères ennemis tandis que Benoît XV, père attendu et récusé, appelle vainement à la négociation et énonce les conditions d’une paix véritable que les traités seront incapables de faire advenir. L’échec du pape marque aussi son retour sur la scène internationale.

Partageant le sentiment général d’une juste guerre, les catholiques des pays belligérants ont conscience de devoir servir leurs patries respectives tout autant que leur commune Église. La lutte qui les sépare de leurs coreligionnaires ennemis conduit certains d’entre eux vers leurs compatriotes et alliés d’autres religions. Elle contribue parfois à les réintégrer à la vie politique.

L’horreur du front rend souvent plus présente la figure du Crucifié et c’est sous la croix que reposent tant de morts européens. La guerre ne provoque pas un « réveil » religieux durable mais fait naître les totalitarismes et prépare de nouvelles tragédies. Pire, la paix attise le désir de revanche en même temps qu’elle aveugle les vainqueurs sur des périls bien plus grands qu’en 1914. Pourtant, la grande épreuve jette aussi les semences d’improbables rapprochements : œcuménisme, lutte au nom du Christ contre les totalitarismes, pardon mutuel et refus du cycle sans fin de la vengeance.

L’Église et la Grande Guerre, numéro de la revue Communio, tome XXXVIII, 3/4,227-228, mai-août 2013

Mercredi 29 janvier 2014, à 18h, au Bâtiment France, salle 117 :

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

Le catholicisme d’identité : appel à communications

Appel à communications dans le cadre du colloque « Le catholicisme d’identité. Approches historiques et sociologiques » organisé les jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2014, à l’EHESS par Céline Béraud, Bruno Dumons et Frédéric Gugelot, avec le soutien du CEIFR, du LARHRA et de l’IUF.

  • Les propositions de communications (titre et résumé de 3000 signes maximum, espaces compris, avec le nom, le statut et l’institution de rattachement de leur auteur-e) devront être adressées avant le 25 janvier 2014 à Céline Béraud, Buno Dumons et Frédéric Gugelot.

Contrairement à l’image souvent monolithique qu’en donnent volontiers les médias, le catholicisme français est un monde pluriel. Pour appréhender cette pluralité, Philippe Portier a élaboré (2001) et précisé (2012) une typologie construite autour de deux pôles : celui de l’ouverture et celui de l’identité. Pour décrire le même phénomène, Jacques Lagroye (2006) a parlé du « régime des témoignages » et de celui « des certitudes ». Si les catholiques d’ouverture ont fait l’objet de travaux récents (Pelletier et Schlegel, 2012), les catholiques d’identité ont été encore peu étudiés (Baudouin et Portier, 2002 ; Landron, 2004). On ne dispose que de quelques recherches, déjà un peu anciennes, sur les communautés dites « nouvelles » (Hervieu-Léger et Champion et Hervieu-Léger, dir., 1990 ; Pina 2001), surtout d’ailleurs sur les charismatiques (l’Emmanuel, le Chemin neuf…) et moins sur les « réstitutionnistes » (Communauté Saint-Martin, frères de Saint-Jean, foyers de Charité…).

L’un des premiers objectifs du colloque consistera à interroger et à préciser la catégorie de  « catholicisme d’identité », en la confrontant notamment à d’autres, depuis plus longtemps constituées. Sera donc menée une réflexion sur les typologies employées mais également sur les conditions historiques d’émergence de ce catholicisme.

A cet égard, les années 1970 apparaissent comme un moment important. Ces années, celles de la « crise catholique » (Pelletier, 2002), constituent une référence repoussoir pour les générations plus jeunes, que l’on retrouve majoritairement dans le pôle de l’identité. Sans les avoir vécues personnellement, elles en font la source de la déprise catholique en France et développent un discours souvent très critique par rapport à leurs aînés. Surtout, dans le sillage du décret Ad Gentes (1965) sur l’activité missionnaire de l’Eglise, l’exhortation apostolique Evangelii nuntiandi (1975) pose déjà la question de la nécessité d’une annonce « explicite » de la « Bonne Nouvelle » et celle d’un « nouvel apostolat » pour défendre une foi « assiégée et combattue » par le « sécularisme » et l’« athéisme militant » et pour rejoindre les non-croyants et les non-pratiquants, en particulier ceux des pays de tradition chrétienne, en prêtant une attention particulière à la culture et aux médias. Si le colloque est principalement centré sur le catholicisme français, l’échelon romain devra donc bien sûr être pris en considération.

Les intervenant-e-s veilleront aussi à articuler leur propos aux changements en cours dans le catholicisme français depuis une quarantaine d’années. Il s’agira notamment de comprendre le basculement qui se produit dans les années 1980, marquées par un épuisement et un vieillissement des catholiques d’ouverture au profit de ceux qui se situent du côté de l’identité. Comment ces derniers ont-ils investi les lieux traditionnels d’exercice de l’autorité catholique (paroisses, diocèses, conférence épiscopale) ? De quels soutiens ont-ils bénéficié à Rome ? Pourquoi le second pôle est-il devenu plus attractif que le premier, tout particulièrement pour les jeunes ? Quels sont les liens avec le vieux courant intransigeant  (Poulat, 2007) ? Reste-t-il attaché à des formes d’intégralisme ? (Donegani, 1993 ; Fouilloux, 2008) ? Comment s’y pose la problématique du schisme intégriste ?

Dans une perspective ethnographique, on s’intéressera aux modalités de socialisation et de communalisation que les réseaux qui relèvent du pôle de l’identité proposent à leurs membres (clercs et laïcs). On pourrait notamment étudier les formes de piété qu’ils ont contribué à revigorer : processions, adorations, chemins de croix dans l’espace urbain, etc. On montrera aussi comment y prédomine une logique d’entre-soi, tout à la fois chaleureuse et rassurante, caractéristique des groupements de convaincus. Au cours des activités religieuses mais également dans leur comportement dans le monde marqué par un « perfectionnisme moral », c’est un catholicisme de virtuoses (Weber, 1922) qui se donne à voir. S’ils affichent leur attachement à la norme romaine, ces fidèles n’en sont pas moins travaillés eux aussi par un processus d’individualisation. L’authenticité de l’engagement personnel librement choisi et la qualité des relations interpersonnelles tissées dans des réseaux ecclésiaux, subjectivement appréciée, peuvent primer sur l’obéissance diocésaine. La question de la (dé)régulation institutionnelle s’y pose donc autant qu’ailleurs.

Les catholiques d’identité, qui à tort ou à raison se pensent comme minoritaires, ont développé une nouvelle forme de présence au monde. Ils ont de fait rompu radicalement avec la stratégie d’enfouissement de leurs aînés et cultivent volontiers leur visibilité (importance accordée aux signes religieux, organisation de grands rassemblements dont les Journées Mondiales de la Jeunesse sont exemplaires…) dans une société sécularisée  qui, selon eux, les ignore voire les méprise. Apparaît ainsi l’affinité de ces catholiques avec la démocratie des identités (Gauchet, 1998), travaillée par des luttes pour la reconnaissance (Honneth, 1992).

Ces catholiques virtuoses ne sont pas seulement des pratiquants mais également des militants, dont l’engagement s’est déployé dans l’espace public et le réinvestissement du politique. On s’intéressera aux principaux champs d’intervention qui sont les leurs (bioéthique, famille, genre, culture, caritatif et humanitaire…) ainsi qu’à leur répertoire d’actions (manifestations, pétitions, blogs, réseaux sociaux, lobbying parlementaire, savoir-faire événementiel…).

Enfin, on pourra s’interroger sur les effets de cette réaffirmation identitaire catholique dans les relations aux autres groupes religieux. Repli confessionnel et donc refroidissement de l’œcuménisme ? Quelle place dans le paysage religieux lui aussi pluriel ?

Astronomie et accusation d’irréligion au XVIIe siècle, conférence de Sylvie Taussig

Dans le cadre du cycle IESR/IAP « Le ciel, entre science et religion » Sylvie Taussig (Centre Jean Pépin, CNRS) fera une conférence sur  « Astronomie et accusation d’irréligion au XVIIe siècle. Le cas Gassendi »

Mardi 19 novembre 2013, de 19h30 à 21h

A l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP), amphithéâtre Henri Mineur

98bis Boulevard Arago Paris 14e. Métro Saint-Jacques

Entrée gratuite sur inscription auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr (préciser civilité, nom, prénom, adresse courriel et le cas échéant affiliation)

Alfonso PEREZ-AGOTE pour « Portraits du catholicisme, une comparaison européenne » (PUR, 2012) et Céline BERAUD, Frédéric GUGELOT et Isabelle SAINT-MARTIN, pour « Catholicisme en tensions » (EHESS, 2012)- Mercredi 20 février 2013, à 18h30, à l’IESR

 

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Alfonso Perez-Agote présentera Portraits du catholicisme, une comparaison européenne (PUR, 2012) et Céline Beraud, Frédéric Gugelot et Isabelle Saint-Martin présenteront Catholicisme en tensions (EHESS, 2012).

  • Les discutants seront Danièle Hervieu-Léger (EHESS) et Guillaume Cuchet (Lille3, IUF)

Mercredi 20 février 2013, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à gauche de l’entrée principale)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

PEREZ-AGOTE Alfonso (dir.), Portraits du catholicisme, une comparaison européenne. PUR, 2012

Image1L’Europe occidentale, nous dit-on, est le théâtre privilégié de la sécularisation et du désenchantement du monde. Mais qu’en est-il vraiment du rapport entre la modernité et l’effacement du religieux à l’horizon des sociétés contemporaines ? La perte d’emprise des institutions ecclésiales signifie-t-elle la fin des croyances religieuses? Quelle place le catholicisme occupe-t-il encore au sein de cultures qu’il a contribué à façonner ? Qu’advient-il de ses structures, de sa présence à l’actualité, de sa capacité à peser dans le débat public ou dans les pratiques privées de nos contemporains ? En un mot, quel rôle nos sociétés assignent-elles à un « religieux » dont on n’en finit pas d’annoncer à la fois la disparition et le retour ? De 2006 à 2012, ces questions ont été au centre des travaux du Groupe européen de recherche inter-disciplinaire sur le changement religieux (GERICR).

Sociologues, politistes et historiens, issus de cinq pays européens de tradition catholique, les chercheurs du GERICR se sont rencontrés à plusieurs reprises, comparant leurs démarches, confrontant leurs résultats, construisant à l’épreuve de leurs débats un questionnaire dont ce livre est issu. Le lecteur y trouvera les analyses de la situation du catholicisme en Belgique, en Espagne, en France, en Italie et au Portugal, élaborées selon un plan commun et autour de thématiques parallèles.

Un dernier chapitre, rédigé collectivement, propose une synthèse comparative. Unique en son genre, ce livre est à la fois l’analyse inédite de l’évolution du catholicisme en Europe occidentale au cours des dernières décennies, et le résultat d’une aventure intellectuelle partagée.

BERAUD Céline, GUGELOT Frédéric et SAINT-MARTIN Isabelle (dir.), Catholicisme en tensions. EHESS, 2012

Image2Présentation de l’éditeur :

L’ouvrage a pour objet de dresser un panorama des évolutions catholiques les plus contemporaines en croisant les approches disciplinaires. Au-delà du cas français, une attention particulière est également portée à d’autres configurations nationales marquées par un catholicisme majoritaire aujourd’hui en voie  plus ou moins rapide d’« exculturation ».

Confronté aux défis de la modernité, le catholicisme a entrepris dans la seconde moitié du XXe siècle une transformation considérable de son auto-compréhension et de son organisation, cristallisée dans le concile Vatican II. Il oscille aujourd’hui entre deux attitudes. La première est une forme affichée et revigorée d’intransigeantisme, que l’opinion publique perçoit comme romaine. Différentes illustrations en sont offertes par les évolutions récentes du droit, en des domaines qui focalisent l’attention inquiète du magistère catholique (famille, bioéthique, euthanasie…). La seconde tente des ajustements entre l’enseignement de l’Église et la culture moderne. Diverses recompositions dans le rapport au territoire, à l’autorité et aux autres religions, en donnent des exemples pertinents malgré les débats internes qu’ils suscitent.

Cet ouvrage permet de confronter les acquis de recherches récentes, innovantes et encore éparses qui manifestent un regain d’intérêt pour le catholicisme comme objet d’études en sciences sociales, non seulement en France mais également en Espagne, en Italie et au Québec. La dynamique paradoxale contradictoire « changement/maintien de la tradition » qui y prévaut s’y trouve interrogée.

L’Église catholique apparaît ainsi confrontée à un double défi : celui de sa déprise sociale (plus ou moins avancée selon les contextes nationaux) et celui de sa réforme interne.