Archives de catégorie : Lectures / Readings

De la religion en prison

Céline Beraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing,
De la  religion en prison . Presses universitaires de Rennes, 2016.

Cette recherche sociologique, basée sur deux ans d’enquête de terrain au sein des prisons françaises, englobe toutes les religions et se décentre du versant le plus exceptionnel ou spectaculaire du religieux pour embrasser ses manifestations ordinaires. Elle met au jour la façon dont l’administration gère les cultes. Elle donne des clés pour comprendre la façon dont les personnes détenues mobilisent – ou non – la religion et les rôles que peuvent tenir les aumôniers en la matière.
De La Religion En Prison Couverture
Céline Beraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, De la
religion en prison . Presses universitaires de Rennes, 2016.

Terrain privilégié pour saisir les mises en œuvre concrètes de la laïcité et la manière dont les institutions publiques font usage du religieux, la prison se révèle en même temps un lieu d’exception pour comprendre ce que la religion fait aux gens et ce qu’ils en font.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), laboratoire ISP-UMR 7220.

 

L’égalité des femmes en Tunisie

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique

Trois ans après que la Tunisie ait connu la révolution de la dignité, elle s’est dotée d’une nouvelle constitution qui protège les acquis des Tunisiennes. L’originalité de l’expérience tunisienne, c’est qu’elle a osé toucher le domaine du statut personnel, un domaine considéré comme relevant du sacré, pour offrir une relecture contemporaine de l’héritage islamique et octroyer ainsi aux femmes des droits révolutionnaires.

couverture
Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Cependant, le Code du statut personnel, tout en étant l’élément déclencheur et déterminant de la promotion des femmes, reste une norme juridique qui peine à se démarquer, dans certains de ses aspects fondamentaux, de la lecture et de l’interprétation encore uniformes d’un corpus de lois découlant du droit et de la tradition musulmans. Pour mieux saisir les acquis des Tunisiennes d’aujourd’hui, nous proposons, dans un premier temps, de s’attarder sur la période de l’avant indépendance. Nous avons essayé de définir le droit musulman, présenter les droits qu’il accorde aux femmes musulmanes, étudier leur application dans la Tunisie d’autrefois et, enfin, nous avons retracé la genèse du discours émancipateur. La seconde étape de notre manuscrit consiste à analyser le statut juridique des Tunisiennes à travers le Code de statut personnel, qui a permis de réparer les grandes injustices qui pesaient sur les femmes jusqu’à l’indépendance. Cette étude du droit tunisien est très vite investie par une interrogation sur le rapport de ce Code à l’héritage islamique. En effet, le Code a marqué ses distances par rapport à l’œuvre des jurisconsultes musulmans d’une part, mais il est resté fidèle à une certaine interprétation classique, d’autre part. Malgré les insuffisances de certaines de ses règles juridiques et le caractère discriminatoire de quelques dispositions, ce Code est résolument moderne. En réalité, il a été et demeure un vecteur de changement de la société tunisienne, en général, et du statut des femmes, en particulier.

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Avant-propos Blandine CHELINI-PONT
Préface de Bernard BOTIVEAU

Moïse fragile

Jean-Christophe Attias (EPHE) présentera   Moïse fragile

Discutants : Henri Raczymow  (écrivain)

et (sous réserve)  Jérôme Anciberro  (La Vie)

Présentation de l’éditeur

Couverture-Moïse-Attias-747x1024
Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Selon la tradition, Moïse est censé avoir écrit les cinq premiers livres  de la Bible. Il s’y dépeint de façon très étrange : avec et contre Dieu, avec et contre son peuple, porteur des tables de la Loi qu’il brise, prophète incapable de parler, guide vers une Terre promise où il n’obtient pas le droit d’entrer, mort dont nul ne connaît le tombeau… La tradition, jusqu’à nos jours, semble tout aussi déroutante. L’humilité de l’ « homme Moïse » n’y est que l’autre face de sa grandeur.

Puisant dans la tradition rabbinique et dans sa propre imagination autant que dans la Bible elle-même, Jean-Christophe Attias fait émerger des mots et des silences des textes la silhouette incertaine d’un Moïse bien différent de celui, d’un seul bloc, qui encombre nos mémoires. Un homme de l’exil et de la dispersion.
À travers une série de portraits possibles – y compris celui d’un Moïse féminin –, l’enquête de Jean-Christophe Attias est aussi une enquête sur le judaïsme dont le libérateur des Hébreux offre l’image la plus paradoxale : un judaïsme de l’esprit, de l’errance, de la diaspora et de l’inachèvement – voire de l’échec. Ou presque.
Recevoir et transmettre. Écouter, quand bien même le message serait confus. Questionner, avec insistance parfois, même quand il n’y a pas de réponse. Tel semble bien être le judaïsme de Moïse, « un judaïsme qui parle aux Juifs et pas seulement à eux, invitant à en finir avec l’orgueil de la tribu, la violence des armes et la tyrannie du lieu ».

Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Le 17 juin 2015, à 18h00, Auditorium
EPHE – Bâtiment Le France
190 avenue de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
entrée libre

Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Simon C. Mimouni (EPHE) présentera Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth (Bayard Culture, 2015).

Discutante : Marie-Françoise Baslez (Paris IV- Sorbonne)

Mercredi 27 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

jacques-le-juste-frere-de-jesus-de-nazarethSimon Mimouni travaille depuis de nombreuses années sur l’histoire du judaïsme et du christianisme antiques, et notamment sur la première communauté chrétienne, fondée à Jérusalem, à la suite de la prédication de Jésus. Ce livre est un événement qui retrace une impressionnante enquête à la fois historique, archéologique et textuelle, sur la figure de Jacques, le fondateur de cette première communauté. Ce «frère de Jésus» a fait couler beaucoup d’encre.
L’auteur fait ici un point clair et très documenté sur la famille de Jésus. Il nous donne accès à l’ensemble des sources principales sur les premiers pas de cette communauté chrétienne.
Sur les relations entre Jacques, Pierre, Etienne et Paul. Simon Mimouni aborde ici le dossier capital de «la succession de Jésus» et du devenir de la communauté de Jérusalem et de ces premiers «nazoréens chrétiens», communauté messianique, selon l’auteur, créée après l’exécution de Jésus, dans la ville sainte des Judéens.
Et posant la question : Jacques appartenait-il à la classe sacerdotale ? Ainsi que la problématique familiale, des frères et des soeurs de Jésus, et de savoir à partir de quand les chrétiens ont-ils cru à la virginité de la mère de leur Messie, Marie. Un livre passionnant sur les origines du christianisme.

Mimouni, Simon Claude, Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth, Bayard Culture, 2015.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les avatars du christianisme en bandes dessinées

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », René Nouailhat présentera Les avatars du christianisme en bandes dessinées
(EME Editions, 2014).
Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Mercredi 20 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux.
Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles. Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institut catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même.
La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire. Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.
Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art.

Nouailhat, René, Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME Editions, 2014).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La question musulmane en France

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Bernard Godard présentera La question musulmane en France (Fayard, 2015).
Discutant: Philippe Gaudin (EPHE)

Présentation de l’éditeur

La Question musulmane en France développe un certain nombre de points qui sont le signe d’une évolution récente de l’islam à l’intérieur de nos frontières européennes.
Les évolutions géopolitiques du monde musulman, les échos de l’affrontement entre Israël et le Hamas bouleversent en effet en profondeur la réalité de l’islam dans notre société. Marqué par l’affirmation de deux hégémonies, marocaine et turque, sur nos propres communautés, l’islam traditionnel tend à être décrédibilisé depuis l’apparition d’un islam combattant, voire terroriste, apparu depuis l’affaire Merah et surtout depuis la guerre en Syrie. Celle-ci a suscité de nombreuses vocations djihadistes au cœur même de notre pays.
Quel est le rôle des imams, quelle place pour les mosquées dans la cité, pour les écoles coraniques, quelle est l’influence d’Internet dans cette évolution? Voici quelques-unes des interrogations, parmi de nombreuses autres, que soulève ici Bernard Godard. Il analyse également en profondeur les arrière-plans de l’islamophobie et la guerre des cultures que ces questions génèrent au cœur de notre société.
Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman

Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman.

Mercredi 1er avril 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

GODARD, BernardLa question musulmane en France,(Fayard, 2015).

Péguy, l’homme-Cathédrale : La religion comme hospitalité accomplie

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Charles Coutel présentera Petite vie de Charles Péguy « L’homme-cathédrale » (Editions Desclée de Brouwer, 2013).

Discutante : Isabelle de Mecquenem (Université de Reims – Champagne-Ardennes)

Présentation de l’éditeur

Socialiste, dreyfusard, fondateur des Cahiers de la Quinzaine, prophète du sens et de l’espérance… Charles Péguy (1873-1914) est l’auteur d’une œuvre prolifique et inclassable, qui témoigne aussi bien de ses engagements que de sa ferveur mystique. Des faubourgs ouvriers d’Orléans jusqu’à sa fin tragique et brusque au début de la Grande Guerre, en passant par Paris et Chartres, Charles Coutel retrace l’itinéraire de ce génie visionnaire, un « homme-cathédrale » qui a choisi de vivre dans la fidélité à soi-même.

« Écouter Péguy aujourd’hui, entendre son œuvre, la recevoir et la comprendre, c’est se tenir prêt à accueillir, par-delà les vociférations nécessaires de la polémique auxquelles tous les prophètes ont recours, l’écho d’une « petite vie », qui fut une « belle vie ». Comme Charles Coutel a raison de nous replacer au cœur d’un destin d’homme, d’intellectuel et de poète qui abomina la grandiloquence pour mieux révérer la grandeur ! ».

Mercredi 8 avril 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

COUTEL Charles, Petite vie de Charles Péguy « L’homme-cathédrale »,(Editions Desclée de Brouwer, 2013).

Quelle histoire pour la France ?

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Dominique Borne présentera Quelle histoire pour la France (Gallimard, 2014).
Discutante : Vincent Duclert EHESS (CESPRA)

Présentation de l’éditeur

Certains annoncent la mort de l’histoire de France. En ces temps de mondialisation, et surtout d’arrivée massive de populations issues de pays anciennement colonisés, le récit purement national serait à mettre au rebut. D’autres voudraient le retour d’un âge d’or, avec ses histoires saintes, monarchiques ou républicaines. Dans cet essai qui peut faire débat, Dominique Borne propose de dépasser l’une et l’autre attitude. L’usure des veux récits est réelle, même si beaucoup de leurs épisodes éveillent encore un écho profond. Reste que la société française à laquelle on chantait le refrain national a été bouleversée et que les évolutions européennes et mondiales pèsent lourdement sur les destins des peuples.
Ces récits portaient en eux une espérance eschatologique qui a déserté quand la croyance au progrès s’est évanouie. Faut-il pour autant abandonner toute l’histoire de France? L’auteur prend vigoureusement parti : «Le besoin d’histoire nationale est d’autant plus grand que les incertitudes contemporaines sont nombreuses.»

À suivre Dominique Borne, il est possible de reconstruire une histoire à partir de moments d’histoire. Une telle histoire, pluraliste et discontinue, serait tissée avec celle de l’Europe et du monde et prendrait en compte toutes les composantes de la société. Se prêtant lui-même à l’exercice, l’auteur en propose quelques facettes qui redessinent un paysage national, suggèrent d’éventuels héros et donnent même des raisons d’espérer en l’avenir.

Mercredi 11 mars 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre