Archives de catégorie : Débats

Celui qui ne travaille pas ne mange pas !

Couverture de l'ouvrage
Régis Burnet. Celui qui ne travaille pas ne mange pas ! Éditions du Cerf. Octobre 2015.

Le 11 mai 2016, 18h30
REPORTÉ
EPHE – Bâtiment Le France
salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]

Régis Burnet (UCL) présentera son ouvrage « Celui qui ne travaille pas ne mange pas ! »
Discutant : André Vauchez

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Présentation de l’éditeur

Des abbayes bénédictines aux soviets bolchéviques et de la Réforme calviniste au capitalisme globalisé, la formule de saint Paul n’a cessé de retentir : Que celui qui ne travaille pas ne mange pas non plus ! Sous couvert de moralité et d’équité, elle aura ainsi servi, sur vingt siècles, à la volonté de contrôle et d’efficacité de sociétés aussi diverses que contradictoires. Ce sont ces deux mille ans d’idéologies du travail et de la pauvreté, de l’oisiveté coupable et de la réhabilitation industrieuse, du salaire du péché et du salut productiviste, de la solidarité communautaire et de l’individualisme financier, que récapitule ici Régis Burnet en montrant comment elles ont toutes voulu récupérer le Nouveau Testament à leur profit. De l’annonce du retour imminent du Christ à l’apothéose de la mondialisation marchande, en passant par la promesse radieuse de la constitution stalinienne de 1936, cet essai historique et critique éblouissant montre ce que le pauvre d’hier et le miséreux d’aujourd’hui ont malheureusement d’irréductible.

« Aux sources de l’idée laïque »

Rita Hermon-Belot (EHESS) présentera son ouvrage  » Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse « .

Discutant : Patrick Cabanel (EPHE).

Mercredi 4 novembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France,  salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse
RitaHermonBbelot
Rita Hermon-Belot, Aux sources de l’Idée laïque. Révolution et pluralité religieuse (Odile Jacob, 2015).

La question de la laïcité est aujourd’hui au cœur de notre débat politique et social. Les conflits actuels trouvent leur origine dans la reconstruction par l’histoire républicaine d’un affrontement limité à la République et au catholicisme. C’est cet héritage national que l’historienne Rita Hermon-Belot entreprend ici de revisiter. Elle met en lumière la rupture révolutionnaire. Elle révèle à travers les débats de la Révolution française que celle-ci ne fut pas, comme on le dit trop souvent, foncièrement hostile aux religions. Elle en organisa même la diversité d’expressions avant que l’évolution des parties en présence ne l’entraîne à partir de 1793 vers une position plus tranchée.

En remontant aux sources de notre laïcité, en reformulant les termes du débat actuel, cette grande enquête peut contribuer aujourd’hui à éclairer et à comprendre les tensions qui traversent notre société.

« Les sept laïcités françaises » et « Penser la laïcité »

Jean Baubérot et Catherine Kintzler débattront de la question de la laïcité à partir de leurs ouvrages.

Discutants : Philippe Gaudin et Marie Perret
Mercredi 30 septembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France, auditorium
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Les sept laïcités françaises
couverture Baubérot
Jean Baubérot, Les sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015).

Avec la loi de séparation des Églises et de l’État (1905) et son inscription dans la Constitution (1946 et 1958), la laïcité apparaît comme une référence importante en France. Depuis le début du XXIe siècle, elle est de plus en plus invoquée, et une très grande majorité de Français affirment qu’ils y sont « attachés ». Pourtant des spécialistes soulignent la « confusion » qui règne sur le sens de ce terme. De plus, hier valeur essentielle de la gauche, elle est de plus en plus omniprésente dans le discours politique de la droite et de l’extrême droite. En fait, nous indique Jean Baubérot, il n’existe pas de « modèle français » unique de laïcité mais des visions divergentes qui s’affrontent dans un rapport de forces toujours évolutif. Ainsi le contenu de la loi de 1905 a représenté un enjeu entre quatre conceptions différentes de la laïcité. Celles-ci ont subsisté en s’adaptant, alors que trois « nouvelles laïcités » sont apparues. Ces sept laïcités, l’auteur nous les décrit en les qualifiant de : laïcité antireligieuse, laïcité gallicane, laïcité séparatiste stricte, laïcité séparatiste inclusive, laïcité ouverte, laïcité identitaire et laïcité concordataire. Une partie finale rend compte des mutations de la laïcité depuis la fin du XIXe siècle et effectue des hypothèses sur son devenir.

Penser la laïcité
Couverture ouvrage C. Kintzler
Catherine Kintzler, Penser la laïcité (Minerve, 2014)

La laïcité est une idée à la fois simple et difficile – ce n’est pas incompatible. C’est paradoxalement sa pauvreté (son minimalisme) qui en fait la puissance. Il ne sert à rien de dire qu’elle est abstraite : son efficacité concrète s’apprécie à la quantité de liberté qu’elle rend possible. C’est ce qu’on essaie de montrer en examinant les questions « de terrain » qui ont jalonné les deux dernières décennies, entre autres : qu’est-ce que l’extrémisme laïque ? Comment la laïcité a-t-elle été offerte en cadeau à l’extrême droite ? L’interdiction du masque intégral est-elle d’inspiration laïque ? La liberté des cultes requiert-elle un soutien public ? Une entreprise peut-elle revendiquer la laïcité ? Y a-t-il une « spiritualité laïque » ? Autant d’occasions pour l’auteur de tester une théorisation générale et d’élargir la réflexion par des échappées philosophiques – sur la nature du lien politique, les formes de la liberté, la notion de communauté, l’identité, la notion de position critique, le statut de la culture, celui de la morale et de la perfectibilité.

Moïse fragile

Jean-Christophe Attias (EPHE) présentera   Moïse fragile

Discutants : Henri Raczymow  (écrivain)

et (sous réserve)  Jérôme Anciberro  (La Vie)

Présentation de l’éditeur

Couverture-Moïse-Attias-747x1024
Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Selon la tradition, Moïse est censé avoir écrit les cinq premiers livres  de la Bible. Il s’y dépeint de façon très étrange : avec et contre Dieu, avec et contre son peuple, porteur des tables de la Loi qu’il brise, prophète incapable de parler, guide vers une Terre promise où il n’obtient pas le droit d’entrer, mort dont nul ne connaît le tombeau… La tradition, jusqu’à nos jours, semble tout aussi déroutante. L’humilité de l’ « homme Moïse » n’y est que l’autre face de sa grandeur.

Puisant dans la tradition rabbinique et dans sa propre imagination autant que dans la Bible elle-même, Jean-Christophe Attias fait émerger des mots et des silences des textes la silhouette incertaine d’un Moïse bien différent de celui, d’un seul bloc, qui encombre nos mémoires. Un homme de l’exil et de la dispersion.
À travers une série de portraits possibles – y compris celui d’un Moïse féminin –, l’enquête de Jean-Christophe Attias est aussi une enquête sur le judaïsme dont le libérateur des Hébreux offre l’image la plus paradoxale : un judaïsme de l’esprit, de l’errance, de la diaspora et de l’inachèvement – voire de l’échec. Ou presque.
Recevoir et transmettre. Écouter, quand bien même le message serait confus. Questionner, avec insistance parfois, même quand il n’y a pas de réponse. Tel semble bien être le judaïsme de Moïse, « un judaïsme qui parle aux Juifs et pas seulement à eux, invitant à en finir avec l’orgueil de la tribu, la violence des armes et la tyrannie du lieu ».

Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Le 17 juin 2015, à 18h00, Auditorium
EPHE – Bâtiment Le France
190 avenue de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
entrée libre

Enseigner les cultures religieuses au Québec

Enseigner les cultures religieuses au Québec :
Un défi pédagogique et historiographique à l’Université

Brigitte Caulier  (Professeure titulaire au Département des sciences historiques de l’Université Laval, Québec)

Discutante : Sara Teinturier
(Post-doctorante du GSRL)

Au Québec, la diversité religieuse s’inscrit dans les origines de la colonie dès la rencontre avec les Amérindiens. Des institutions, aussi importantes que l’École, se sont organisées au XIXe siècle sur une division confessionnelle. Comment des étudiants, inscrits à des programmes universitaires variés (histoire, sciences de l’éducation, sciences religieuses, théologie), appréhendent-ils aujourd’hui ce passé religieux du Québec, son pluralisme ? Je présenterai leurs positionnements, l’état de leurs connaissances, puis les défis pédagogiques de cet enseignement qui appelle à une réappropriation de la chronologie du pluralisme religieux. Mais, pour le professeur, c’est également l’occasion de repérer de nouvelles pistes de recherche.

Autant nous identifions la religion de chaque individu recensé au Canada, autant nous connaissons assez mal la vie des communautés religieuses et encore moins les modalités d’échanges entre elles.

Lundi 18  mai 2015, à 18h00,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 115
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

 

 

 

 

Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Simon C. Mimouni (EPHE) présentera Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth (Bayard Culture, 2015).

Discutante : Marie-Françoise Baslez (Paris IV- Sorbonne)

Mercredi 27 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

jacques-le-juste-frere-de-jesus-de-nazarethSimon Mimouni travaille depuis de nombreuses années sur l’histoire du judaïsme et du christianisme antiques, et notamment sur la première communauté chrétienne, fondée à Jérusalem, à la suite de la prédication de Jésus. Ce livre est un événement qui retrace une impressionnante enquête à la fois historique, archéologique et textuelle, sur la figure de Jacques, le fondateur de cette première communauté. Ce «frère de Jésus» a fait couler beaucoup d’encre.
L’auteur fait ici un point clair et très documenté sur la famille de Jésus. Il nous donne accès à l’ensemble des sources principales sur les premiers pas de cette communauté chrétienne.
Sur les relations entre Jacques, Pierre, Etienne et Paul. Simon Mimouni aborde ici le dossier capital de «la succession de Jésus» et du devenir de la communauté de Jérusalem et de ces premiers «nazoréens chrétiens», communauté messianique, selon l’auteur, créée après l’exécution de Jésus, dans la ville sainte des Judéens.
Et posant la question : Jacques appartenait-il à la classe sacerdotale ? Ainsi que la problématique familiale, des frères et des soeurs de Jésus, et de savoir à partir de quand les chrétiens ont-ils cru à la virginité de la mère de leur Messie, Marie. Un livre passionnant sur les origines du christianisme.

Mimouni, Simon Claude, Jacques le Juste, frère de Jésus de Nazareth, Bayard Culture, 2015.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les avatars du christianisme en bandes dessinées

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », René Nouailhat présentera Les avatars du christianisme en bandes dessinées
(EME Editions, 2014).
Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Mercredi 20 mai 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Présentation de l’éditeur

La bande dessinée confessionnelle franco-belge est issue de la pastorale de la jeunesse des années 1930-40. Elle a donné ses codes à l’illustration de l’univers symbolique religieux.
Les hebdomadaires Spirou et Tintin sont nés dans ce contexte. Les récits catho-laïques des années 50 en ont prolongé les modèles. Les productions qui ont fait événement dans les décennies traduisent les transgressions et les ruptures qui ont bouleversé le rapport au religieux dans les années 1960-90, avec la contestation libertaire de l’héritage chrétien, le délitement de l’institut catholique et la critique des représentations venue de l’expression religieuse elle-même.
La BD illustre ce phénomène de façon spectaculaire. Le grand retour des dieux et du divin dans les récits dessinés de la fin du siècle dernier et les questionnements identitaires des années 2000 marquent de nouvelles postures à l’égard des religions. Ils ravivent les interrogations sur le mystère de l’existence, la fonction de l’imaginaire et la manière d’en traiter, par l’image qui ouvre à un au-delà d’elle-même et par le texte qui en accompagne l’intelligibilité et le sens.
Ce parcours sur près d’un siècle de bandes dessinées montre aussi que, dans un champ culturel sécularisé, les références au christianisme restent privilégiées. Ses avatars, si éclatés et recomposés soient-ils, stimulent encore la créativité du neuvième art.

Nouailhat, René, Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME Editions, 2014).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La question musulmane en France

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Bernard Godard présentera La question musulmane en France (Fayard, 2015).
Discutant: Philippe Gaudin (EPHE)

Présentation de l’éditeur

La Question musulmane en France développe un certain nombre de points qui sont le signe d’une évolution récente de l’islam à l’intérieur de nos frontières européennes.
Les évolutions géopolitiques du monde musulman, les échos de l’affrontement entre Israël et le Hamas bouleversent en effet en profondeur la réalité de l’islam dans notre société. Marqué par l’affirmation de deux hégémonies, marocaine et turque, sur nos propres communautés, l’islam traditionnel tend à être décrédibilisé depuis l’apparition d’un islam combattant, voire terroriste, apparu depuis l’affaire Merah et surtout depuis la guerre en Syrie. Celle-ci a suscité de nombreuses vocations djihadistes au cœur même de notre pays.
Quel est le rôle des imams, quelle place pour les mosquées dans la cité, pour les écoles coraniques, quelle est l’influence d’Internet dans cette évolution? Voici quelques-unes des interrogations, parmi de nombreuses autres, que soulève ici Bernard Godard. Il analyse également en profondeur les arrière-plans de l’islamophobie et la guerre des cultures que ces questions génèrent au cœur de notre société.
Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman

Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l’islam en France. Titulaire d’un master 2 de sociologie des religions et d’un diplôme de l’Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le monde arabo-musulman.

Mercredi 1er avril 2015, à 18h30,
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France, aile B, 1er étage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

GODARD, BernardLa question musulmane en France,(Fayard, 2015).