Archives de catégorie : Non classé

ISLAM DE FRANCE, ISLAM EN FRANCE – Bernard Godard

Conférence du 2 octobre 2007 de Bernard Godard

L’implantation de la religion musulmane en France est une réalité qui rend le débat sur sa nature exogène ou endogène un peu dépassé. La lancinante question de son incongruité apparente dans le paysage religieux hexagonal est surtout posée par les nostalgiques d’un certain gallicanisme ou encore par les frileux gardiens d’une laïcité ombrageuse. Plus de la moitié des musulmans de France est de nationalité française, dont une partie non négligeable est née en France. Les multiples tentatives qui depuis plus de dix huit ans, ont cherché à institutionnaliser un certain islam de France finissent, péniblement, à connaître une certaine réussite.
Cette réalité de l’Islam en France/islam de France est celle d’un kaléidoscope d’origines nationales, régionales ou d’affiliations à des courants conservateurs, spiritualistes, idéologiques, modernistes ou tout simplement traditionnels. L’islam en France n’est pas si éloigné d’une configuration similaire à celle d’autres religions, en particulier dans le rapport à la foi de ses adeptes. Son originalité réside, par rapport aux religions traditionnellement établies en la quasi impossibilité de lui trouver un magistère bien défini ou encore, en raison de son implantation récente, dans son « frottement » un peu vif parfois avec les exigences d’une laïcité rigoureuse. C’est tout cela que nous allons tenter d’aborder ensemble.

[Auteur(s) : GODARD Bernard / Producteur Canal-U : Université de tous les savoirs ]

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

Discours de Najat Vallaud-Belkacem à l’Observatoire de la laicité le 21 oct. 2014

Najat Vallaud-Belkacem s’est exprimée à l’Observatoire de la laïcité, mardi 21 octobre 2014. La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a rappelé « la mission que la République a dès l’origine confiée au service public de l’éducation : transmettre nos valeurs essentielles, former des citoyens, apprendre le respect des autres, mettre une culture en partage ».

Lire le discours sur le site de l’Éducation Nationale

 

 

Le catholicisme d’identité : appel à communications

Appel à communications dans le cadre du colloque « Le catholicisme d’identité. Approches historiques et sociologiques » organisé les jeudi 27 et vendredi 28 novembre 2014, à l’EHESS par Céline Béraud, Bruno Dumons et Frédéric Gugelot, avec le soutien du CEIFR, du LARHRA et de l’IUF.

  • Les propositions de communications (titre et résumé de 3000 signes maximum, espaces compris, avec le nom, le statut et l’institution de rattachement de leur auteur-e) devront être adressées avant le 25 janvier 2014 à Céline Béraud, Buno Dumons et Frédéric Gugelot.

Contrairement à l’image souvent monolithique qu’en donnent volontiers les médias, le catholicisme français est un monde pluriel. Pour appréhender cette pluralité, Philippe Portier a élaboré (2001) et précisé (2012) une typologie construite autour de deux pôles : celui de l’ouverture et celui de l’identité. Pour décrire le même phénomène, Jacques Lagroye (2006) a parlé du « régime des témoignages » et de celui « des certitudes ». Si les catholiques d’ouverture ont fait l’objet de travaux récents (Pelletier et Schlegel, 2012), les catholiques d’identité ont été encore peu étudiés (Baudouin et Portier, 2002 ; Landron, 2004). On ne dispose que de quelques recherches, déjà un peu anciennes, sur les communautés dites « nouvelles » (Hervieu-Léger et Champion et Hervieu-Léger, dir., 1990 ; Pina 2001), surtout d’ailleurs sur les charismatiques (l’Emmanuel, le Chemin neuf…) et moins sur les « réstitutionnistes » (Communauté Saint-Martin, frères de Saint-Jean, foyers de Charité…).

L’un des premiers objectifs du colloque consistera à interroger et à préciser la catégorie de  « catholicisme d’identité », en la confrontant notamment à d’autres, depuis plus longtemps constituées. Sera donc menée une réflexion sur les typologies employées mais également sur les conditions historiques d’émergence de ce catholicisme.

A cet égard, les années 1970 apparaissent comme un moment important. Ces années, celles de la « crise catholique » (Pelletier, 2002), constituent une référence repoussoir pour les générations plus jeunes, que l’on retrouve majoritairement dans le pôle de l’identité. Sans les avoir vécues personnellement, elles en font la source de la déprise catholique en France et développent un discours souvent très critique par rapport à leurs aînés. Surtout, dans le sillage du décret Ad Gentes (1965) sur l’activité missionnaire de l’Eglise, l’exhortation apostolique Evangelii nuntiandi (1975) pose déjà la question de la nécessité d’une annonce « explicite » de la « Bonne Nouvelle » et celle d’un « nouvel apostolat » pour défendre une foi « assiégée et combattue » par le « sécularisme » et l’« athéisme militant » et pour rejoindre les non-croyants et les non-pratiquants, en particulier ceux des pays de tradition chrétienne, en prêtant une attention particulière à la culture et aux médias. Si le colloque est principalement centré sur le catholicisme français, l’échelon romain devra donc bien sûr être pris en considération.

Les intervenant-e-s veilleront aussi à articuler leur propos aux changements en cours dans le catholicisme français depuis une quarantaine d’années. Il s’agira notamment de comprendre le basculement qui se produit dans les années 1980, marquées par un épuisement et un vieillissement des catholiques d’ouverture au profit de ceux qui se situent du côté de l’identité. Comment ces derniers ont-ils investi les lieux traditionnels d’exercice de l’autorité catholique (paroisses, diocèses, conférence épiscopale) ? De quels soutiens ont-ils bénéficié à Rome ? Pourquoi le second pôle est-il devenu plus attractif que le premier, tout particulièrement pour les jeunes ? Quels sont les liens avec le vieux courant intransigeant  (Poulat, 2007) ? Reste-t-il attaché à des formes d’intégralisme ? (Donegani, 1993 ; Fouilloux, 2008) ? Comment s’y pose la problématique du schisme intégriste ?

Dans une perspective ethnographique, on s’intéressera aux modalités de socialisation et de communalisation que les réseaux qui relèvent du pôle de l’identité proposent à leurs membres (clercs et laïcs). On pourrait notamment étudier les formes de piété qu’ils ont contribué à revigorer : processions, adorations, chemins de croix dans l’espace urbain, etc. On montrera aussi comment y prédomine une logique d’entre-soi, tout à la fois chaleureuse et rassurante, caractéristique des groupements de convaincus. Au cours des activités religieuses mais également dans leur comportement dans le monde marqué par un « perfectionnisme moral », c’est un catholicisme de virtuoses (Weber, 1922) qui se donne à voir. S’ils affichent leur attachement à la norme romaine, ces fidèles n’en sont pas moins travaillés eux aussi par un processus d’individualisation. L’authenticité de l’engagement personnel librement choisi et la qualité des relations interpersonnelles tissées dans des réseaux ecclésiaux, subjectivement appréciée, peuvent primer sur l’obéissance diocésaine. La question de la (dé)régulation institutionnelle s’y pose donc autant qu’ailleurs.

Les catholiques d’identité, qui à tort ou à raison se pensent comme minoritaires, ont développé une nouvelle forme de présence au monde. Ils ont de fait rompu radicalement avec la stratégie d’enfouissement de leurs aînés et cultivent volontiers leur visibilité (importance accordée aux signes religieux, organisation de grands rassemblements dont les Journées Mondiales de la Jeunesse sont exemplaires…) dans une société sécularisée  qui, selon eux, les ignore voire les méprise. Apparaît ainsi l’affinité de ces catholiques avec la démocratie des identités (Gauchet, 1998), travaillée par des luttes pour la reconnaissance (Honneth, 1992).

Ces catholiques virtuoses ne sont pas seulement des pratiquants mais également des militants, dont l’engagement s’est déployé dans l’espace public et le réinvestissement du politique. On s’intéressera aux principaux champs d’intervention qui sont les leurs (bioéthique, famille, genre, culture, caritatif et humanitaire…) ainsi qu’à leur répertoire d’actions (manifestations, pétitions, blogs, réseaux sociaux, lobbying parlementaire, savoir-faire événementiel…).

Enfin, on pourra s’interroger sur les effets de cette réaffirmation identitaire catholique dans les relations aux autres groupes religieux. Repli confessionnel et donc refroidissement de l’œcuménisme ? Quelle place dans le paysage religieux lui aussi pluriel ?

Allègement des programmes d’histoire

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Le 19 septembre 2013, le Conseil supérieur de l’éducation a rendu, selon l’AFP, un avis favorable à l’allègement des programmes d’histoire.

Saluons cette décision ; en effet, tout le monde s’accordait à dire que les programmes d’histoire étaient beaucoup trop chargés et que certaines questions étaient difficiles à aborder en peu de temps.

Nous pourrions seulement regretter que la décision soit tardive. Alors que tout au long de l’année passée, des critiques se sont élevées au cours de la mise en oeuvre des programmes et qu’une pétition a récolté de nombreuses signatures en juin dernier, les rumeurs d’un allègement ont percé dans la presse dès les premiers jours du mois de septembre, avant que la décision finale ne soit prise le 19. La rentrée est déjà loin ; or l’une des questions censées disparaître (le patrimoine, en Terminale) est abordée en premier dans l’année scolaire. Certains enseignants l’ont de ce fait préparée, ne voulant pas se fonder sur les seules rumeurs. Mais encore à ce jour, plusieurs ne savent toujours pas à quoi s’en tenir, car si une décision a été prise sur le principe, le site éduscol ne donne toujours pas une nouvelle version des programmes.

Au-delà de ces questions pratiques, mais au demeurant importantes, l’allègement était nécessaire. L’arbitrage, sûrement difficile. En classe de Terminale, cela devrait aboutir à la fin des deux chapitres sur le patrimoine et sur « religion et société aux États-Unis depuis 1880 », ces deux chapitres permettant de traiter des faits religieux. La décision ne repose pas sur une prise de position contre l’enseignement des faits religieux (il n’en est d’ailleurs jamais question), mais sur le fait que ces deux chapitres sont nouveaux et difficiles, en particulier celui sur le patrimoine. Je trouve dommage l’éviction du chapitre sur les États-Unis, car je pense qu’il aurait apporté des éléments pour mieux comprendre la place de la religion dans ce pays et pour mieux lutter contre certains clichés. Plusieurs académies avaient investi dans l’organisation de formations sur ce thème.

Cette opinion, toute personnelle, ne remet pas en cause la nécessité de l’allègement et au-delà la nécessité d’une réflexion nouvelle sur les programmes. Le ministre a appelé à une telle réflexion en vue de l’élaboration de nouveaux programmes d’ici à 2017. Cela devrait donner le temps d’une réflexion approfondie (en espérant qu’elle ne soit pas parasitée par des débats politiques notamment à l’approche de la prochaine élection présidentielle en 2017) qui devrait porter sur le contenu mais aussi sur la pédagogie et les méthodes. Si les contenus sont nécessaires et importants, tout aussi capitale est la capacité à réfléchir, à percevoir la pluralité des points de vue, etc. Que veut-on apprendre aux jeunes ? Espérons que ce long temps réflexif sera productif ; espérons aussi qu’il permette d’élaborer des ressources, afin que celles-ci ne soient pas publiées plusieurs mois après l’officialisation des programmes.

Il ne faudrait pas oublier non plus les faits religieux lors de la prochaine discussion sur les programmes, en particulier parce que nous avons encore à apprendre comment certaines sociétés anciennes ont géré le multiculturalisme et la coexistence entre plusieurs communautés religieuses. Nous pensons à l’Empire romain et nous renvoyons aux propos de John Scheid dans Le Point (juin 2013: voir ici) et à son dernier livre Les Dieux, l’État et l’individu (Paris, 2013).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les autorités religieuses face aux questions de genre. Appel à communications

Appel à communications pour une journée d’étude pluridisciplinaire organisée

–        à Paris le vendredi 23 mai 2014

–        par le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS/EPHE), en partenariat avec l’École Doctorale de l’EPHE et l’Institut Émile du Châtelet.

Comité d’organisation : Romain Carnac, doctorant EPHE-GSRL / Université de Rennes 1-IDPSP ;  Diletta Guidi, doctorante EPHE-GSRL / Université de Fribourg ; Guillaume Roucoux, doctorant EPHE-GSRL / Université Paris 8-Labtop-CEFEG.

La participation au colloque est ouverte à tou.te.s les doctorant.e.s, post-doctorant.e.s et chercheurs/ses en anthropologie, études culturelles, histoire, philosophie, sciences de l’information et de la communication, science politique, sciences des religions, sociologie, théologie… Aucune restriction n’est posée quant à la délimitation géographique ou chronologique de l’objet d’étude.

Les propositions de communication devront être :

–        rédigées en français et ne pas excéder 2000 signes

–        mentionner les noms, coordonnées et institution(s) de rattachement des auteur.e.s

–        envoyées avant le 20 octobre 2013 à l’adresse suivante : autorites.religieuses.genre@gmail.com

Les notifications d’acceptation seront envoyées avant le 10 novembre 2013.

Présentation :

Le renforcement de l’engagement des acteurs religieux dans le débat public autour des questions de genre est une tendance particulièrement marquante de l’actualité nationale. Après une importante mobilisation du monde catholique contre l’introduction de la notion de genre dans les programmes scolaires de Sciences de la Vie et de la Terre en 2011, le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l’adoption aux couples de même sexe se heurte à une réaction religieuse plus importante encore. Si l’Église catholique est toujours en première ligne, elle n’est plus la seule voix religieuse à se faire entendre : des représentants de plusieurs autres confessions ont également exprimé leurs vues dans ce qu’il est convenu d’appeler, dans les médias, la « controverse du genre », et que l’on définira ici comme la discussion portant sur l’ensemble des questions ayant trait à l’identité sexuelle, aux sexualités et aux rôles de sexe.

Le parti pris de cette journée d’étude est d’analyser l’engagement des religions dans ce débat en focalisant l’attention sur les « autorités religieuses ». La définition d’un tel objet ne va pas de soi, en particulier dans le cadre du débat qui nous intéresse ici : les questions de genre, en effet, font apparaître des clivages importants qui donnent lieu à une reconfiguration des rapports de pouvoir dans la sphère religieuse. Il semble indispensable de dépasser la compréhension seulement institutionnelle de la notion d’ « autorités religieuses » pour désigner plus largement par cette locution tous les acteurs du monde religieux qui exercent une autorité, celle-ci pouvant s’appuyer sur des sources de légitimité et des modes de contrainte qui ne tiennent ni à la structure, ni à la tradition. On pourrait aller jusqu’à considérer l’hypothèse de l’obsolescence du concept d’ « autorité » dans un contexte où les discours religieux sont désormais mis en concurrence, sur un plan horizontal, avec d’autres discours religieux ou séculiers, et où la référence à la transcendance ne constitue plus un argument recevable dans la délibération démocratique.

Cette journée d’étude se donne pour objectif de dresser un « état des lieux » des positionnements des autorités religieuses, sans délimitation géographique et sans laisser de côté les religions minoritaires, les « nouveaux mouvements religieux » et les « sectes », qui, très souvent, produisent un discours sur ce sujet, mais rencontrent une faible audience. Il nous apparaît également important de ne pas nous en tenir à la seule actualité, mais au contraire d’éclairer celle-ci à la lumière de l’histoire : quelles sont les permanences et les mutations observables lorsque l’on compare l’attitude des autorités religieuses à l’égard de l’ordre genré – et des transgressions de celui-ci – à différentes périodes et dans différents contextes ? Et en particulier, quelle est l’influence réelle de l’évolution du féminisme, de la condition féminine et homosexuelle, et de la place des femmes et des minorités sexuelles au sein des institutions religieuses sur les discours des autorités religieuses sur les questions de genre ?

Quatre axes principaux sont proposés au sein desquels les intervenants pourront inscrire leur réflexion :

1°) Les objectifs des autorités religieuses dans le « débat du genre »

Recherche des raisons qui poussent les autorités religieuses à s’engager dans ce débat autour du genre et à mobiliser autant d’énergie pour y participer. Pourquoi cette question focalise-t-elle autant leur attention, pourquoi cristallise-t-elle autant d’inquiétudes de leur part ? Quelles sont les autorités religieuses les plus virulentes dans la critique, et quelles sont celles qui, à l’inverse, s’en démarquent par des positions plus bienveillantes à l’égard des mutations contemporaines en matière sexuelle ? Comment interpréter le silence des autres ?

2°) Les autorités religieuses face aux clivages externes et internes

Le débat autour des questions de genre semble, à première vue, faire apparaître une rupture profonde entre religions et modernité. Peut-on, pour autant, parler d’une alliance – ou même d’une simple convergence d’intérêts – des différentes autorités religieuses sur ce thème ? Rien n’est moins sûr. L’analyse des discours révèle en effet des lignes de divisions entre les religions elles-mêmes, et d’autres, peut-être plus importantes encore, au sein même des communautés religieuses.

Comment ces clivages sont-ils gérés par les autorités religieuses ? Dans quelle mesure sont-ils provoqués par elles, dans un souci de se distinguer et d’affirmer, ou réaffirmer, une singularité identitaire ? Comment cette pluralité est-elle instrumentalisée, mise en scène ou masquée, et dans quel but ? Enfin, l’organisation progressive des groupes qui portent une parole religieuse « dissidente » sur ces questions ne dessine-t-elle pas de nouveaux pôles d’autorité ?

3°) Les stratégies discursives et les arguments mobilisés par les autorités religieuses.

Pour pouvoir participer au débat de société autour des questions de genre, les autorités religieuses doivent donc tenir compte, dans la production de leur discours, des conditions de l’accès à l’espace de la délibération démocratique dans un espace public sécularisé. Ces contraintes ne sont cependant pas nécessairement subies : on peut aussi penser qu’elles procèdent d’une volonté d’étendre la portée du discours au-delà du cercle des croyants.

On voit ainsi les autorités religieuses déployer de nouveaux dispositifs de communication : aux relais traditionnels du discours (sermons adressés directement aux fidèles, revues et radios confessionnelles…) se sont ajoutés des modes de communication modernes qui le diffusent toujours plus largement (télévision, sites internet, réseaux sociaux, microblogging…). À l’instar des « nouveaux mouvements sociaux », les acteurs religieux font également un usage stratégique des mass-médias, développant de nouvelles modalités d’expression pour démultiplier leur audience grâce au levier médiatique.

Cet impératif lié à l’audience à laquelle le discours est destiné se traduit également par la prédominance d’une argumentation non théologique : est ainsi mobilisée l’autorité de savoirs séculiers (biologie, médecine, anthropologie, psychanalyse…) plutôt que celle de la doctrine, les éléments de foi apparaissant comme relégués au second plan. La règle du jeu du débat « laïc » semble acceptée : aux arguments scientifiques qui leur sont objectés, les religions répondent ainsi par d’autres arguments scientifiques. Cette « alliance » entre les religions et certaines sciences doit cependant être questionnée : il s’agit de savoir si elle va au-delà du vocabulaire… et si elle est réciproque.

4°) La réception du discours des autorités religieuses

L’ « état des lieux » des positionnements des autorités religieuses sur le genre ne saurait se passer d’un travail d’analyse de la réception de ceux-ci. Cela implique d’abord d’étudier la manière dont le discours des autorités religieuses sur les questions de genre est reçu à l’intérieur même de l’institution : comment les clercs s’approprient-ils le discours de la hiérarchie ? Comment les institutions religieuses encadrent-t-elles ce processus, en intégrant en leur sein une nécessaire flexibilité, une marge de manœuvre entre les positions de principe et la pastorale ?

Il est tout aussi indispensable de s’interroger sur l’attitude adoptée par les fidèles à l’égard des discours de ces autorités religieuses sur ces questions de genre qui touchent au domaine de l’intime : quelles sont les conséquences du décalage qui peut s’établir entre le discours des autorités et l’expérience personnelle ou la « sensibilité démocratique » des croyants ? Ce thème doit-il être envisagé comme un vecteur de prise de distance ou  de désaffiliation à l’égard de la communauté ? N’est-il pas pertinent, à l’inverse, de mettre l’accent sur son efficacité « biopolitique », en tant qu’il constitue un moyen de reprendre le contrôle sur les domaines privés de la vie des croyants ?

Il convient, enfin, d’interroger la perception du discours des autorités religieuses par l’opinion et par les médias, ces derniers contribuant à donner une vision déformée du débat : il n’est sans doute pas excessif de parler ici d’une caricature, voire d’une « diabolisation » des autorités religieuses. Les médias ne sont-ils pas, paradoxalement, les premiers acteurs de l’homogénéisation interne des positionnements sur les questions de genre que les autorités religieuses cherchent souvent à afficher ? Comment les autorités religieuses utilisent-elles ce traitement médiatique pour le mettre au service de leur argumentation ? Plus généralement, comment surmontent-elles les difficultés spécifiques auxquelles elles se heurtent lorsqu’elles s’expriment publiquement sur ces questions ?

Le fait religieux interrogé par les chercheurs, constructions disciplinaires : appel à communications

Après le « Corps témoin du religieux : preuves et épreuves » qui avait fait l’objet des séminaires de 2011 et 2012, le CIER (Centre interdisciplinaire d’Etude du Religieux), créé en 2006 dans le cadre de la MSH de Montpellier, a commencé au cours de l’année 2013 à explorer une nouvelle thématique : « Le fait religieux interrogé par les chercheurs. Constructions disciplinaires ». Il nous avait semblé opportun de faire un « pas de côté », laissant pour un temps la précision des objets circonscrits, les interrogations immédiatement saisissables, afin de nous interroger sur nos pratiques de chercheurs et d’examiner comment la recherche, dans toutes les disciplines, envisage la question du religieux. Comment le religieux oriente-t-il certaines hypothèses scientifiques ? Comment la recherche rencontre-t-elle le fait religieux, l’écarte-t-elle, s’en tient-elle à distance, ou en fait-elle le cœur même de son interrogation ? Ces questionnements sont-ils plutôt liés à la logique interne de la discipline ou à la spécificité de l’objet « religieux »? La dimension anthropologique du religieux donne-t-elle l’illusion que l’objet est un donné dont il importerait peu d’interroger la façon dont on le construit ? Autant de questions que nous comptons reprendre en 2014. Le développement  de cette nouvelle thématique au cours de l’année 2013 nous a montré qu’elle résistait et c’est au titre de cette résistance que nous avons décidé de poursuivre notre réflexion dans une claire volonté d’évolution de nos champs d’études et de notre façon de les aborder.

Les quatre premiers séminaires ont été animés successivement par Jean-Paul Willaime, Directeur d’Études à l’EPHE et Coordinateur du réseau européen de l’Institut Européen en Sciences des Religions, Allan Doig, fellow et aumônier de Lady Margaret Hall (Oxford), Béatrice Pérez, MCF en Études Hispaniques de Paris IV, dans le cadre de notre partenariat avec l’université de Sherbrooke, Francis Messner de l’équipe Droit et religions hébergée par la MISHA de Strasbourg et Vincente Fortier Directrice de l’UMR Dynamiques du Droit de l’UM1. Ces rencontres nous ont permis une première approche interdisciplinaire où ont été sollicités la sociologie, l’histoire et l’histoire de l’art, la théologie et le droit. Les « Journées Jeunes Chercheurs » qui auront lieu les 17, 18 et 19 octobre 2013 permettront d’étendre considérablement le champ des interrogations.

Dans le prolongement de ses recherches, le CIER se propose d’élargir sa réflexion concernant le religieux autour de la question de la mise en espace qui a été amorcée lors de l’intervention d’Allan Doig. La puissance normative des contenus religieux induit-elle des agencements spécifiques des lieux et des espaces, des rythmes des sociétés (urbanisme, architecture, calendriers…). Il nous importe aussi d’ouvrir notre réflexion à des terrains que nous n’avons pas abordés en 2013. Par exemple, que dit la philosophie sur la question de l’engagement du point de vue et qu’en est-il lorsqu’une pensée ou un courant de pensée rencontre l’objet religieux ? Dans le domaine de la littérature, ce sont le statut et les contours religieux du texte qui demandent à être questionnés. Sur un autre terrain encore, l’objet religieux confronté à la variable politique et culturelle est une dimension qui entre de plein pied dans notre recherche : la modernité ne devait-elle pas signer d’une certaine façon le dépérissement progressif du religieux, du moins son éviction de la sphère publique ? Qu’ont à dire, les politologues, les sociologues, les économistes, les philosophes nouvellement saisis par ce retour très contemporain du religieux (certains parlent de retour du refoulé) qui génère positions, conflits tant au niveau local – au niveau du quotidien des sociétés – qu’au niveau mondial, alors qu’on imaginait il y a une trentaine d’années, selon les perspectives évolutionnistes les plus autorisées, qu’ils étaient d’un autre temps ? LE CIER souhaiterait également questionner les disciplines en prise directe avec « le terrain », anthropologie, ethnologie…, pour lesquelles la rencontre avec le religieux est immédiate. Il ne s’agit là que de pistes qui peuvent être élargies, augmentées… : le CIER n’entend pas poser pour cette thématique un objet de recherche ou une façon de le saisir, mais accueillir les interrogations singulières des chercheurs dans les disciplines les plus variées.

Les propositions doivent parvenir avant le 10 octobre 2013 à anita.gonzalez-raymond@univ-montp3.fr ou luc.borot@univ-montp3.fr.

Les communications prononcées pendant les séminaires ont vocation à paraître dans notre revue Cahiers d’Études du Religieux – Recherches interdisciplinaires (http://cerri.revues.org).

Calendrier 2014 : le CIER organisera 5 rencontres le vendredi (24 janvier, 21 mars, 23 mai, 10 octobre, 21 novembre).