Tous les articles par iesr

Guerre et religion

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Je tiens à signaler la tenue prochaine, les 22-24 janvier 2014 d’un colloque qui devrait intéresser tout enseignant, en particulier d’histoire, du fait de la thématique : Guerre et religion. Trois axes seront abordés : Les dieux de la cité en guerre ; les grandes religions face à la guerre ; Les religions en guerre. Les organisateurs ont fait appel à des éminents spécialistes et le programme est plus que passionnant ! Le voici.

En particulier, pour les enseignants d’histoire en seconde, j’attire l’attention sur l’intervention qui se déroulera le mercredi après-midi sur « La guerre fleurie dans le Mexique préhispanique » où Christian Duverger (EHESS) expliquera en quoi consiste cette guerre fleurie. Les manuels scolaires d’histoire Seconde en parlent, souvent beaucoup. Mais les informations données sont plus que succinctes. Voici l’occasion d’en apprendre plus ! sur ce thème, et sur d’autres, pour les mondes anciens et contemporains.

N’hésitez pas à venir à ce colloque qui se tiendra à l’Institut de France, 10 rue Alfred de Vigny, à Paris (8e arrondissement).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Image en islam

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Mercredi 13 novembre 2013, nous avons eu une belle séance autour de la présentation du dernier ouvrage de François Boespflug, Le Prophète de l’islam en images, Paris, 2013 (pour une présentation de l’éditeur, voir notre précédent billet).

La question de la représentation de Muhammad en islam est souvent, pour un large public et en particulier pour beaucoup d’enseignants, un sujet tabou. Cela n’est pas le cas chez les spécialistes selon l’auteur. D’où cet ouvrage, dont l’origine est à situer, selon la présentation orale de l’auteur, dans l’épisode des caricatures danoises de l’automne 2005. Quant au fait que l’ouvrage soit dû à un non musulman, l’auteur parle de la « vertu de l’extra-territorialité » qui permet des échanges de regards.

Le premier discutant, Pierre Lory (spécialiste de la mystique musulmane, EPHE), rappelle que, alors que les musulmans débattent sur de nombreux points, ils le font très peu à propos de l’image et qu’il n’y a aucune interdiction absolue fondée sur l’écriture. L’autorité n’est pas le Coran mais un consensus qui s’est peu à peu dégagé, résultat d’une tendance de la culture musulmane. Cette idée de consensus est très importante et laisse entendre que la position musulmane vis-à-vis des images pourrait changer si le consensus évolue.

Pierre Lory relie ensuite la question des images à la perception du prophète. Celle-ci se modifia au cours du temps. Dans un premier temps, Muhammad était perçu comme un homme, un chef, avec ses faiblesses. À partir du IXe siècle, une figure de plus en plus idéale se met en place et le prophète devient infaillible. Enfin, à partir du XIe siècle, les musulmans considèrent que le prophète existe avant même la création et – c’est un point qui serait mal perçu en Occident – Muhammad est considéré comme un visage de Dieu sur terre.

Enfin, Pierre Lory rappelle que s’il y a peu de représentations picturales, les écrits transmettent beaucoup de détails sur son apparence physique (à la différence de Jésus dans les écrits chrétiens). Le prophète peut être écrit, il peut être vu en rêve. Pierre Lory parle d’une « image visuelle », en rêve. Il considère que là serait la clé : pour un musulman, l’image du prophète est plus efficace dans la mesure où elle est intérieure.

Il termine sa riche intervention en concluant qu’à l’heure actuelle, le consensus s’est raidi et que dans le même temps cela serait lié à une diminution de l’aspect mystique.

Le second discutant, Abdennour Bidar (philosophe, spécialiste de Mohamed Iqbal), revient sur les trois raisons avancées par François Boespflug pour expliquer pourquoi il s’agit d’un sujet tabou pour certains. Il y a en premier lieu des mauvaises raisons : ignorance de ce que dit le Coran. Le livre de François Boespflug dissipe une rumeur qui tend à essentialiser une « mytho-histoire » (expression de Mohammed Arkoun) de l’islam. Il y a en deuxième lieu des causes historiques : la filiation juive de l’islam qui, du côté de l’islam, tend souvent à être à l’état d’impensé. En troisième lieu, il y a la question de la possibilité et du droit pour l’homme de représenter ce qui est animé. En islam, les théologiens justifient la non représentation par le fait que le geste créateur de l’homme ne peut s’égaler à celui de Dieu. Cependant, Abdennour Bidar rappelle que cette possibilité pour l’homme d’être élevé à l’état de co-créateur est travaillée dans les deux autres monothéismes et aussi, au sein de l’islam, dans la tradition soufie.

La discussion se clôt par un débat portant d’une part sur l’affaire des caricatures danoises qui a pris un tour plus politique que religieux et sur ce que signifie « représenter ».

L’ensemble incite à lire l’ouvrage de François Boespflug qui est utile pour les enseignants

– en ce qu’il fait le point sur la question de l’image en islam, sur les textes qui parlent de l’image et

– en ce qu’il présente vingt images de Muhammad (en couleur) avec une brève présentation ; toutes sont en couleur et de diverses époques (du XIIIe jusqu’au début des années 2000). Les enseignants pourront facilement exploiter ces documents en cours.

Sommaire de l’ouvrage :

Introduction : Un sujet tabou ? Les ravages d’une rumeur

I- La place du Décalogue dans le Coran et les hadiths

II- Le Prophète et son image

III- L’islam et les images, aujourd’hui et demain

Vingt images du Prophète Muhammad

En guise de conclusion : Une question et sa réponse

Notes

Bibliographie

Bonne lecture !

 

 

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Enseignement de la morale, enseignement des faits religieux

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Vendredi 18 et samedi 19 octobre 2013, s’est tenu le colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » organisé par l’IESR (en particulier par Isabelle Saint-Martin et Philippe Gaudin).

Il s’agit d’une réponse directe à la proposition du ministre de l’Éducation nationale d’instaurer pour la rentrée 2015 un enseignement de la morale, proposition qui a donné lieu dans un premier temps à une commission et à un rapport. Les rapporteurs ont modifié la proposition du ministre (enseignement de la morale laïque) en « enseignement laïque de la morale ». Le colloque souhaitait permettre de nouvelles réflexions voire des pistes concrètes.

Le sujet de la morale n’étant pas une de mes spécialités, j’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre vraiment ni comment je pourrais y participer (devant faire une communication). Au final, j’ai beaucoup apprécié le colloque : la majorité des interventions était enrichissante ; j’ai appris beaucoup.

Je ne vais pas faire un résumé de l’ensemble, notamment parce qu’une publication est prévue au cours de l’année 2014. Vous trouverez ici des réflexions plus personnelles. Pour le programme, vous pouvez le consulter dans un autre billet.

La parole institutionnelle était de qualité. Jean-Paul Delahaye et Laurence Loeffel ont tous les deux rappelé qu’il ne s’agissait pas d’enseigner une morale dogmatique ni une morale d’État. L’enjeu majeur de cet enseignement est de redonner du contenu au respect, et cet enseignement doit se faire dans le cadre laïque de l’école. Reste à définir le contenu (même s’il semble que l’institution a plus en tête un travail de critique qu’un travail d’apprentissage) et les modalités pratiques. Ce n’est pas une mince affaire.

Les interventions suivantes (Philippe Gaudin, Abdennour Bidar, Frédérique Leichter-Flack, Charles Coutel et Isabelle Saint-Martin et moi-même) ont montré quel était le lien possible entre enseignement de la morale et enseignement des faits religieux. Ils l’ont fait soit d’une manière théorique et philosophique, soit de façon historique, soit sur un plan plus pédagogique. L’intervention de Frédérique Leichter-Flack m’a particulièrement éblouie. Les deux enseignements se complètent, sans se superposer ; ils ont leur particularité propre, des finalités propres, mais d’autres se rejoignent. Il en ressortait aussi que chaque enseignement, de par sa posture, sa déontologie, ses méthodes est une éducation éthique en soi. L’ensemble des exposés était convaincant pour montrer qu’éviter les faits religieux dans le cadre de l’enseignement de la morale serait une erreur. Cet enseignement ne doit pas s’y réduire ; il ne doit pas non plus les oublier.

Jean Baubérot est revenu sur la morale laïque de la IIIe République, pour déconstruire l’idée que l’on s’en fait généralement. Cet enseignement, au moins jusqu’en 1914, était plus dynamique, en phase avec la société (ce qui est moins le cas après 1914, quand son contenu ne change pas, alors que la société elle change), société qu’elle a influencée. Ceux qui ont une mauvaise image de la morale laïque se réfèrent non pas à la morale d’avant 1914, mais à celle d’après 1914 et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, et à une époque où on peut parler de hiatus entre cet enseignement et la société.

Jean-Paul Willaime, quant à lui, est revenu sur Paul Ricœur (dont il a d’ailleurs été souvent question dans les autres interventions), sur sa conception de la laïcité, de l’école et de la morale. Relire Ricœur devient nécessaire aussi pour alimenter la discussion sur l’enseignement de la morale (voire sur l’école en général).

Philippe Portier a fait une synthèse générale dans une intervention qui était en fait une véritable communication en elle-même. Il a bien montré combien le projet n’était pas une reconduction de ce qui avait déjà été, que les participants ont finalement souvent parlé de l’emboîtement des enseignements et de l’ouverture des méthodes.

En effet, un point intéressant était la convergence de plusieurs intervenants vers l’idée de débats, de discussions à mettre en œuvre dans le cadre de cet enseignement, de « faire travailler sa conscience » (pour reprendre une expression de Philippe Portier) et cela en particulier à partir d’œuvres picturales, littéraires, philosophiques, cinématographiques, etc.. Certes, nous ne sommes pas, en France, dans une vraie culture du débat et organiser un débat demande du temps (et des compétences). Mais cet apprentissage est important : apprendre à écouter l’autre, à respecter ce qu’il dit même si on est en désaccord, apporter des arguments valables et fondés en faveur de sa propre position… En tout les cas, plusieurs intervenants considéraient qu’il était nécessaire de donner plus la parole aux jeunes. Cela nécessite aussi l’acquisition d’un lexique correct, autre point qui a été souligné plusieurs fois.

La discussion est ouverte.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Allègement des programmes d’histoire

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Le 19 septembre 2013, le Conseil supérieur de l’éducation a rendu, selon l’AFP, un avis favorable à l’allègement des programmes d’histoire.

Saluons cette décision ; en effet, tout le monde s’accordait à dire que les programmes d’histoire étaient beaucoup trop chargés et que certaines questions étaient difficiles à aborder en peu de temps.

Nous pourrions seulement regretter que la décision soit tardive. Alors que tout au long de l’année passée, des critiques se sont élevées au cours de la mise en oeuvre des programmes et qu’une pétition a récolté de nombreuses signatures en juin dernier, les rumeurs d’un allègement ont percé dans la presse dès les premiers jours du mois de septembre, avant que la décision finale ne soit prise le 19. La rentrée est déjà loin ; or l’une des questions censées disparaître (le patrimoine, en Terminale) est abordée en premier dans l’année scolaire. Certains enseignants l’ont de ce fait préparée, ne voulant pas se fonder sur les seules rumeurs. Mais encore à ce jour, plusieurs ne savent toujours pas à quoi s’en tenir, car si une décision a été prise sur le principe, le site éduscol ne donne toujours pas une nouvelle version des programmes.

Au-delà de ces questions pratiques, mais au demeurant importantes, l’allègement était nécessaire. L’arbitrage, sûrement difficile. En classe de Terminale, cela devrait aboutir à la fin des deux chapitres sur le patrimoine et sur « religion et société aux États-Unis depuis 1880 », ces deux chapitres permettant de traiter des faits religieux. La décision ne repose pas sur une prise de position contre l’enseignement des faits religieux (il n’en est d’ailleurs jamais question), mais sur le fait que ces deux chapitres sont nouveaux et difficiles, en particulier celui sur le patrimoine. Je trouve dommage l’éviction du chapitre sur les États-Unis, car je pense qu’il aurait apporté des éléments pour mieux comprendre la place de la religion dans ce pays et pour mieux lutter contre certains clichés. Plusieurs académies avaient investi dans l’organisation de formations sur ce thème.

Cette opinion, toute personnelle, ne remet pas en cause la nécessité de l’allègement et au-delà la nécessité d’une réflexion nouvelle sur les programmes. Le ministre a appelé à une telle réflexion en vue de l’élaboration de nouveaux programmes d’ici à 2017. Cela devrait donner le temps d’une réflexion approfondie (en espérant qu’elle ne soit pas parasitée par des débats politiques notamment à l’approche de la prochaine élection présidentielle en 2017) qui devrait porter sur le contenu mais aussi sur la pédagogie et les méthodes. Si les contenus sont nécessaires et importants, tout aussi capitale est la capacité à réfléchir, à percevoir la pluralité des points de vue, etc. Que veut-on apprendre aux jeunes ? Espérons que ce long temps réflexif sera productif ; espérons aussi qu’il permette d’élaborer des ressources, afin que celles-ci ne soient pas publiées plusieurs mois après l’officialisation des programmes.

Il ne faudrait pas oublier non plus les faits religieux lors de la prochaine discussion sur les programmes, en particulier parce que nous avons encore à apprendre comment certaines sociétés anciennes ont géré le multiculturalisme et la coexistence entre plusieurs communautés religieuses. Nous pensons à l’Empire romain et nous renvoyons aux propos de John Scheid dans Le Point (juin 2013: voir ici) et à son dernier livre Les Dieux, l’État et l’individu (Paris, 2013).

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Saluons l’initiative de Dominique Avon (Université du Maine) qui a mis au point une ressource en ligne sur un module « Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen ».

Il a réuni des spécialistes des religions antiques autour de trois thématiques : « espaces du sacré », « mutations » (sous-entendu « religieuses ») et « religions, pouvoirs ». L’ensemble donne 12 fiches (voir la liste donnée ci-dessus). Les informations sont denses, mais dans un langage clair. Des documents, des cartes et des schémas sont également présents. Enfin, une bibliographie est disponible, un glossaire des termes et une liste de références sur des personnages et divinités. L’ensemble s’avère ainsi être une mine d’informations, d’autant que des liens hypertextes permettent d’accéder à un second niveau d’informations.

À n’en pas douter, cette ressource intéressera au premier chef les enseignants du second degré, aussi bien en histoire qu’en français, essentiellement pour la classe de sixième. Cette ressource est d’autant plus intéressante qu’elle permet de présenter aux élèves (le format choisi facilite une vidéoprojection en classe) des documents autres que ceux des manuels et des thématiques qui permettent d’aborder autrement certaines parties du programme. Une ressource donc de qualité.

Liste des chapitres :

Espaces du sacré

    • Les lieux de culte du nord et du sud de la Gaule à l’Âge du Fer – Annie Allély
    • Le temple du prince saint Echmoun. Sanctuaire purificateur de Bostan Ech-Cheikh, près de Sidon – Elsa Ghossoub
    • Entre maison, synagogue et temple : Jésus et la politique des espaces dans l’Evangile de Marc – Mara Rescio
    • Eau et sacré dans le Maghreb antique (époque romaine) – Tayab Abdesselam

Mutations

      • La « fin » de la religion pharaonique – Youri Volokhine
      • Anciens dieux, nouveaux cultes en Gaule romaine – Estelle Bertrand
      • Les cultes dans l’Afrique du Nord antique – Abdelmajid Amghir
      • Le phénix comme symbole universel de mort et de renaissance – Marwan Abi Fadel

Religions, pouvoirs

        • Le culte d’Apollon et l’idéologie du pouvoir à Rome de la fin de la République à l’avènement du Principat – Rita Compatangelo-Soussignan
        • Des dieux poliades aux dieux des nations – Philippe Borgeaud
        • Pouvoir et religion dans l’univers phénico-punique – Elkbir Atouf
        • Le Christianisme au patriarcat d’Antioche dans l’Antiquité tardive – Karam Rizk

Bonne lecture et bonne utilisation !

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda

Une proposition pour un status quaestionis sur l’étude des manuels scolaires et l’enseignement sur les religions

Par Mariachiara Giorda, Université de Turin (version pdf : etatquestionMCG2013)

L’attention portée aux études concernant les religions et leur enseignement est plutôt vive aujourd’hui ; dans la même mesure, on peut constater une certaine vivacité du débat sur la didactique des religions et plus précisément de l’histoire des religions[1]. À cet égard, on peut mentionner par exemple le projet L’enseignement de l’histoire en perspective qui offre un aperçu des changements qui ont marqué l’Europe depuis 1949 et fait état des réponses que le Conseil de l’Europe a données à ces transformations[2]. Il faut notamment signaler un projet entamé en 2012, intitulé L’Image de l’autre dans l’enseignement de l’histoire[3] qui a comme objectif la promotion, par des mesures de politique éducative et par des propositions de stratégies et de méthodes, d’un enseignement et d’un apprentissage de l’histoire adaptés au caractère de plus en plus diversifié des sociétés européennes au plan culturel et religieux. Cet enseignement contribuerait ainsi à favoriser la réconciliation, la reconnaissance, la compréhension et la confiance mutuelle entre les cultures et les conceptions du monde et au dépassement des stéréotypes et des préjugés en promouvant les valeurs de tolérance, d’ouverture et de respect, les Droits de l’Homme et la démocratie. Continuer la lecture de État de la question de l’étude des manuels scolaires, par Mariachiara Giorda

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Femmes dans les Amériques : appel à communications

L’Institut des Amériques (IdA), en partenariat avec le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER, AMU) et avec le soutien de SciencesPo Aix, du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, AMU) du Laboratoire Interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales (LID2MS, AMU) et du Centre d’Etudes mexicaines et centraméricaines (CEMCA), propose pour la 11e édition de son Congrès annuel, de réfléchir sur la thématique Femmes dans les Amériques.

Il se tiendra du 4 au 6 décembre 2013 dans les locaux d’Aix-Marseille Université (Maison de la Recherche-Centre Schuman). Il se déroulera en français, en anglais et en espagnol et débouchera sur plusieurs publications à caractère international.

Un appel à communications est lancé, la date limite de réception des propositions est fixée au 1er avril 2013. Pour plus d’informations, voir le texte de l’appel en françaisanglais et espagnol ou le site internet du congrès.

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Mahomet, histoire d’un arabe »

Par Louis HOURMANT

Mercredi 9 janvier 2013, à l’Institut européen en sciences des religions, Jean-Marc Tétaz présenta l’ouvrage de Tilman Nagel, Mahomet. Histoire d’un Arabe. Invention d’un prophète, qu’il a traduit. Les questions abordées par Jean-Marc Tétaz et par Mohammad Ali Amir-Moezzi, le discutant, ne pouvaient manquer d’intéresser les chercheurs mais également les enseignants. Pour ceux qui n’ont pas pu assister à cette présentation ou qui aimeraient se rappeler ce qui s’est dit, en voici un compte rendu, de la main de Louis Hourmant. Continuer la lecture de « Mahomet, histoire d’un arabe »

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter