Tous les articles par Chrystelle Myrtil

Annuaire Droit et Religions n°8

Depuis 2005, le LID2MS (Laboratoire Interdisciplinaire de Droit des Médias et des Mutations Sociales) publie annuellement aux Presses universitaires d’Aix-Marseille (PUAM), sous la direction de Mme le Professeur Blandine Chelini-Pont, un Annuaire Droit et Religion abordant les diverses et nombreuses problématiques qui peuvent exister à cheval entre le monde des religions et celui du droit.

Le dernier volume de la revue Annuaire Droit et Religions 2016 (numéro 8).

Téléchargez le flyer

La Laïcité au quotidien. Guide pratique

Régis Debray & Didier Leschi. La Laïcité au quotidien. Guide pratique (Folio, 2016)
Régis Debray & Didier Leschi. La Laïcité au quotidien. Guide pratique (Folio, 2016)

Régis Debray et Didier Leschi
présenteront leur ouvrage   »  La Laïcité au quotidien. Guide pratique « .

Discutants : Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin

Le 10 février 2016  à 18h
EPHE – Bâtiment Le France,
auditorium
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]

Entrée libre

38 cas pratiques de A comme aumônerie jusqu’à Z comme zèle sont soumis à un examen critique de la question sur la morale laïque et sur la manière dont elle doit s’exercer.

Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres | la prière /1

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.
Il s’est donné comme objectif la mise en place d’un lexique du religieux et réfléchit, dans cette optique, à l’utilisation de « cartes heuristiques ».
En 2016, le travail du lexique portera sur le thème de la prière.

 Editorial

La Prière

Le groupe des Lettres a placé ce thème au cœur de son travail sur le lexique pour l’année 2016, en se fixant trois priorités ancrées dans les domaines du Socle commun de Connaissances, de Compétences et de Culture et corollaires les unes des autres.

La première, mettre en œuvre une progressivité des apprentissages, de façon à former le jugement de l’élève, sans redite, mais non sans reprise : Domaine 3 « formation de la personne et du citoyen ». Le parti pris de suivre le cursus scolaire à partir du cycle 3 à l’entrée au collège,  – qui n’exclut pas les autres niveaux car le chantier est vaste -, offre l’avantage d’harmoniser méthode d’investigation et choix des textes littéraires au programme.

La deuxième, engager l’élève dans une démarche d’investigation : Domaine 2  « Des méthodes pour apprendre ».  La méthode de recherche lexicale initiée à ce cycle se fonde sur l’analyse étymologique qui puise aux sources de l’Antiquité, objet d’étude distancié du présent qui offre le double intérêt de libérer le sujet-élève de son actualité en lui permettant d’aborder le fait religieux comme une donnée d’observation et de l’initier à une étude comparatiste car il entre de facto au cœur d’une civilisation différente. L’objectif est de le rendre capable de construire ses propres énoncés définitoires.

La troisième priorité sera de construire des repères spatiaux et temporels en donnant à l’élève les premiers éléments de contextualisation pour lui apprendre à interpréter : Domaine 5  « Les représentations du monde et l’activité humaine». Etudier le mot « prière », terme générique qui recouvre bien des postures face au divin, c’est, pour l’élève, tenter de découvrir la richesse de cet acte de parole et acquérir ainsi les premiers éléments d’une connaissance du fait religieux.

Du côté du professeur, ce travail sur le lexique se fera dans une approche globale susceptible de répondre à la diversité socio-culturelle du public scolaire d’aujourd’hui. Le mot sera étudié dans son contexte littéraire afin de mettre en lumière la forme et la syntaxe de cette action verbale, la fonction qu’elle remplit, mais aussi les gestes qui lui sont associés, les arts qui l’expriment, les lieux qui l’accueillent. C’est pourquoi, la réalisation d’un corpus de textes requerra la participation de la communauté des acteurs éducatifs.

A côté d’un corpus initial, ancré dans la réalité de l’Antiquité, ayant pour vocation  d’être un objet commun à la fois d’observation, de mise en regard et d’étude de l’homme, on recherchera d’autres textes littéraires, dont les livrets d’opéra par exemple font partie, on fera connaître d’autres œuvres picturales, sculpturales, architecturales…

Peut-être une nouvelle définition des études d’humanité, nourrie du passé et du langage universel des arts et des techniques, mais en prise sur le monde actuel, pour former les élèves d’aujourd’hui à comprendre l’humanité et la dignité de l’homme ?

Monique Legrand IA-IPR honoraire

« Martin Buber. Sentinelle de l’humanité »

Dominique Bourel (CNRS) présentera son ouvrage   » Martin Buber.
Sentinelle de l’humanité « .

Discutant : Julien Darmon

Le 3 février 2016, 18h30
EPHE – Bâtiment Le France,
aile B, 1er étage, salle 117
190 av. de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

 

Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.
Dominique Bourel. Martin Buber. Sentinelle de l’humanité. Albin Michel, novembre 2015.

Martin Buber est né à Vienne en 1878, a passé son enfance en Galicie et a traversé l’Europe de part en part durant sa jeunesse. Il devient vite une figure importante du judaïsme allemand et des courants de pensée sionistes. Il meurt en 1965. Il fait partie de ces penseurs juifs tels Freud, Einstein ou Kafka, parmi les plus connus du XXe siècle. Il en a traversé les années sombres.

Il s’installe à Jérusalem en 1938 où il s’imposera comme un penseur incontournable et sera invité dans le monde entier. Il fera la rencontre de Herzl, Freud, Einstein, Rosenzweig, Kafka, Zweig, Scholem, Gandhi, Bachelard, Jung, Heidegger, Levinas, Ben Gourion et de tant d’autres, comme en témoigne sa correspondance foisonnante.

La philosophie de Martin Buber s’intéresse à l’altérité (Je et Tu), à la piété mystique (Les Récits hassidiques) et au dialogue interreligieux (Deux types de foi), mais il est aussi « le héraut infatigable d’un sionisme humaniste cherchant sans cesse la paix avec les Arabes, et un dénonciateur des totalitarismes hitlérien et stalinien ». 

« Aux sources de l’idée laïque »

Rita Hermon-Belot (EHESS) présentera son ouvrage  » Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse « .

Discutant : Patrick Cabanel (EPHE).

Mercredi 4 novembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France,  salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Aux sources de l’idée laïque. Révolution et pluralité religieuse
RitaHermonBbelot
Rita Hermon-Belot, Aux sources de l’Idée laïque. Révolution et pluralité religieuse (Odile Jacob, 2015).

La question de la laïcité est aujourd’hui au cœur de notre débat politique et social. Les conflits actuels trouvent leur origine dans la reconstruction par l’histoire républicaine d’un affrontement limité à la République et au catholicisme. C’est cet héritage national que l’historienne Rita Hermon-Belot entreprend ici de revisiter. Elle met en lumière la rupture révolutionnaire. Elle révèle à travers les débats de la Révolution française que celle-ci ne fut pas, comme on le dit trop souvent, foncièrement hostile aux religions. Elle en organisa même la diversité d’expressions avant que l’évolution des parties en présence ne l’entraîne à partir de 1793 vers une position plus tranchée.

En remontant aux sources de notre laïcité, en reformulant les termes du débat actuel, cette grande enquête peut contribuer aujourd’hui à éclairer et à comprendre les tensions qui traversent notre société.

« Les sept laïcités françaises » et « Penser la laïcité »

Jean Baubérot et Catherine Kintzler débattront de la question de la laïcité à partir de leurs ouvrages.

Discutants : Philippe Gaudin et Marie Perret
Mercredi 30 septembre 2015 à 18h
EPHE – Bâtiment Le France, auditorium
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]
Entrée libre

Les sept laïcités françaises
couverture Baubérot
Jean Baubérot, Les sept laïcités françaises. Le modèle français de laïcité n’existe pas (éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015).

Avec la loi de séparation des Églises et de l’État (1905) et son inscription dans la Constitution (1946 et 1958), la laïcité apparaît comme une référence importante en France. Depuis le début du XXIe siècle, elle est de plus en plus invoquée, et une très grande majorité de Français affirment qu’ils y sont « attachés ». Pourtant des spécialistes soulignent la « confusion » qui règne sur le sens de ce terme. De plus, hier valeur essentielle de la gauche, elle est de plus en plus omniprésente dans le discours politique de la droite et de l’extrême droite. En fait, nous indique Jean Baubérot, il n’existe pas de « modèle français » unique de laïcité mais des visions divergentes qui s’affrontent dans un rapport de forces toujours évolutif. Ainsi le contenu de la loi de 1905 a représenté un enjeu entre quatre conceptions différentes de la laïcité. Celles-ci ont subsisté en s’adaptant, alors que trois « nouvelles laïcités » sont apparues. Ces sept laïcités, l’auteur nous les décrit en les qualifiant de : laïcité antireligieuse, laïcité gallicane, laïcité séparatiste stricte, laïcité séparatiste inclusive, laïcité ouverte, laïcité identitaire et laïcité concordataire. Une partie finale rend compte des mutations de la laïcité depuis la fin du XIXe siècle et effectue des hypothèses sur son devenir.

Penser la laïcité
Couverture ouvrage C. Kintzler
Catherine Kintzler, Penser la laïcité (Minerve, 2014)

La laïcité est une idée à la fois simple et difficile – ce n’est pas incompatible. C’est paradoxalement sa pauvreté (son minimalisme) qui en fait la puissance. Il ne sert à rien de dire qu’elle est abstraite : son efficacité concrète s’apprécie à la quantité de liberté qu’elle rend possible. C’est ce qu’on essaie de montrer en examinant les questions « de terrain » qui ont jalonné les deux dernières décennies, entre autres : qu’est-ce que l’extrémisme laïque ? Comment la laïcité a-t-elle été offerte en cadeau à l’extrême droite ? L’interdiction du masque intégral est-elle d’inspiration laïque ? La liberté des cultes requiert-elle un soutien public ? Une entreprise peut-elle revendiquer la laïcité ? Y a-t-il une « spiritualité laïque » ? Autant d’occasions pour l’auteur de tester une théorisation générale et d’élargir la réflexion par des échappées philosophiques – sur la nature du lien politique, les formes de la liberté, la notion de communauté, l’identité, la notion de position critique, le statut de la culture, celui de la morale et de la perfectibilité.

L’égalité des femmes en Tunisie

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique

Trois ans après que la Tunisie ait connu la révolution de la dignité, elle s’est dotée d’une nouvelle constitution qui protège les acquis des Tunisiennes. L’originalité de l’expérience tunisienne, c’est qu’elle a osé toucher le domaine du statut personnel, un domaine considéré comme relevant du sacré, pour offrir une relecture contemporaine de l’héritage islamique et octroyer ainsi aux femmes des droits révolutionnaires.

couverture
Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Cependant, le Code du statut personnel, tout en étant l’élément déclencheur et déterminant de la promotion des femmes, reste une norme juridique qui peine à se démarquer, dans certains de ses aspects fondamentaux, de la lecture et de l’interprétation encore uniformes d’un corpus de lois découlant du droit et de la tradition musulmans. Pour mieux saisir les acquis des Tunisiennes d’aujourd’hui, nous proposons, dans un premier temps, de s’attarder sur la période de l’avant indépendance. Nous avons essayé de définir le droit musulman, présenter les droits qu’il accorde aux femmes musulmanes, étudier leur application dans la Tunisie d’autrefois et, enfin, nous avons retracé la genèse du discours émancipateur. La seconde étape de notre manuscrit consiste à analyser le statut juridique des Tunisiennes à travers le Code de statut personnel, qui a permis de réparer les grandes injustices qui pesaient sur les femmes jusqu’à l’indépendance. Cette étude du droit tunisien est très vite investie par une interrogation sur le rapport de ce Code à l’héritage islamique. En effet, le Code a marqué ses distances par rapport à l’œuvre des jurisconsultes musulmans d’une part, mais il est resté fidèle à une certaine interprétation classique, d’autre part. Malgré les insuffisances de certaines de ses règles juridiques et le caractère discriminatoire de quelques dispositions, ce Code est résolument moderne. En réalité, il a été et demeure un vecteur de changement de la société tunisienne, en général, et du statut des femmes, en particulier.

Rim GTARI, L’égalité des femmes en Tunisie : histoire et incertitudes d’une révolution juridique (PUAM, 2015)

Avant-propos Blandine CHELINI-PONT
Préface de Bernard BOTIVEAU

Moïse fragile

Jean-Christophe Attias (EPHE) présentera   Moïse fragile

Discutants : Henri Raczymow  (écrivain)

et (sous réserve)  Jérôme Anciberro  (La Vie)

Présentation de l’éditeur

Couverture-Moïse-Attias-747x1024
Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Selon la tradition, Moïse est censé avoir écrit les cinq premiers livres  de la Bible. Il s’y dépeint de façon très étrange : avec et contre Dieu, avec et contre son peuple, porteur des tables de la Loi qu’il brise, prophète incapable de parler, guide vers une Terre promise où il n’obtient pas le droit d’entrer, mort dont nul ne connaît le tombeau… La tradition, jusqu’à nos jours, semble tout aussi déroutante. L’humilité de l’ « homme Moïse » n’y est que l’autre face de sa grandeur.

Puisant dans la tradition rabbinique et dans sa propre imagination autant que dans la Bible elle-même, Jean-Christophe Attias fait émerger des mots et des silences des textes la silhouette incertaine d’un Moïse bien différent de celui, d’un seul bloc, qui encombre nos mémoires. Un homme de l’exil et de la dispersion.
À travers une série de portraits possibles – y compris celui d’un Moïse féminin –, l’enquête de Jean-Christophe Attias est aussi une enquête sur le judaïsme dont le libérateur des Hébreux offre l’image la plus paradoxale : un judaïsme de l’esprit, de l’errance, de la diaspora et de l’inachèvement – voire de l’échec. Ou presque.
Recevoir et transmettre. Écouter, quand bien même le message serait confus. Questionner, avec insistance parfois, même quand il n’y a pas de réponse. Tel semble bien être le judaïsme de Moïse, « un judaïsme qui parle aux Juifs et pas seulement à eux, invitant à en finir avec l’orgueil de la tribu, la violence des armes et la tyrannie du lieu ».

Jean-Christophe Attias, Moïse fragile (Alma Editeur, 2015)

Le 17 juin 2015, à 18h00, Auditorium
EPHE – Bâtiment Le France
190 avenue de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]
entrée libre