Tous les articles par Caroline Brafman

« Fondation de villes » par C. Badel

Le dernier titre de la collection des « Récits primordiaux » (La Documentation Française), Fondation de villes par Christophe BADEL, sera présenté en présence de Dominique BORNE, président de l’IESR et directeur de la collection et de l’équipe pédagogique

Jeudi 31 mai 2012 à 17h45, à la librairie de l’éducation

13 rue du Four Paris 6ee.

Entrée libre

Présentation de l’ouvrage par l’éditeur:

Après les Récits de création, les Récits de la mort et de l’au-delà, et les récits sur les Déesses de l’Olympe, Ulysse, Abraham, Jésus, Muhammad et Héraclès, c’est au tour de Fondation de villes d’être présenté dans la collection « Récits primordiaux » ; des récits qui appartiennent au patrimoine commun de l’humanité et qui ont été retenus ici à ce titre.

Les villes ont aussi une histoire. Les six récits de ce recueil nous content la fondation, ou la refondation, de cinq cités parmi les plus emblématiques du pourtour méditerranéen : Jérusalem, Rome, Alexandrie, Constantinople… sans oublier Marseille.

Histoire et mythes sont intimement mêlés. Pour les Anciens, la naissance d’une nouvelle ville concerne les dieux autant que les hommes et s’accompagne de prodiges. Le fondateur doit respecter certains rites. Ces récits légendaires sont aujourd’hui confrontés aux découvertes archéologiques qui ne les remettent pas toujours en question.

Les six récits :

  • Jérusalem ;

  • Rome : Romulus et Rémus ;

  • Rome : les Sabines ;

  • Marseille ;

  • Alexandrie ;

  • Constantinople.

Les plus+ pédagogiques – une œuvre patrimoniale : Les Sabines, Jacques-Louis David

« Le religieux avant le christianisme ou les religions des Gaules », conférence de Jean-Louis Brunaux le 23 mai 2012 à l’IESR

Cette conférence a lieu dans le cadre du cycle « Le religieux dans l’histoire de France » organisé par l’IESR avec la participation d’enseignants-chercheurs de l’EPHE, du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE/CRH – EHESS), de l’Inspection générale de l’Education nationale et le soutien de la Maison de l’histoire de France.

  • Mercredi 23 mai 2012, 17h-19h, à l’IESR (14 rue Ernest-Cresson Paris 14e, porte cochère verte)

Ce cycle de conférences tente de repérer ce qui relève du religieux dans l’histoire de France et de mesurer comment ce religieux est présent dans les évolutions politiques, culturelles et sociales. Le religieux présent dans l’histoire de France a-t-il des caractères spécifiques ? Relève-t-il plus généralement d’une histoire religieuse de la chrétienté, de l’Europe ? Autrement dit c’est une approche à double entrée : la place et le rôle du religieux dans l’histoire de France, d’une part, et, d’autre part, l’analyse de son éventuelle spécificité « française ».

Le séminaire propose également une comparaison avec la vulgate de l’histoire de France, telle qu’elle est (ou était) enseignée. Il entend, en outre, réfléchir à la possibilité de rendre sensible, de « montrer » ce religieux (galerie des temps de la Maison de l’histoire de France, expositions temporaires, etc.).

Prochaine conférence : mercredi 20 juin 2012, 17h-19h : La conversion au christianisme des aristocraties romaines puis barbares (Bruno Dumézil)

Entrée libre et gratuite.

Présentation de « La voie d’Hermès » par A. Van den Kerchove à l’IESR le 13 juin 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Anna Van den Kerchove (IESR-EPHE) présentera La voie d’Hermès, pratiques rituelles et traités hermétiques (Brill, 2012)

  • Le discutant sera Constantin Macris (LEM, CNRS)

Mercredi 13 juin 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur:

Les écrits hermétiques transmis en grec, latin et copte (Corpus hermeticum, Asclepius et les trois textes hermétiques du Codex VI de Nag Hammadi) sont les témoins de différents courants religieux qui relèvent de la tradition hermétique, entre le IIe et le IVe siècle. Ces courants appartiennent à un milieu de sagesse égyptien, tout en mêlant tradition égyptienne et tradition grecque, et proposent une voie de salut, la voie d’Hermès. Ce volume est la première monographie qui étudie les pratiques rituelles et leur place dans la voie de salut. À partir de la documentation grecque, latine et copte, sont tour à tour analysés les sacrifices, les prières, le baptême dans le cratère, la régénération et les visions. Une place importante est accordée à la pratique didactique, qui participe à la formation spirituelle du disciple, notamment par le biais d’exercices spirituels. Ce livre étudie aussi la manière dont au moins certains auteurs s’intègrent dans les débats philosophico-religieux de leur époque. Il intéressera aussi bien les historiens de la fin de l’Antiquité, les historiens des religions que ceux de la philosophie.

Présentation de « Quatre-vingt-treize » par G. Kepel à l’IESR le 9 mai 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, Gilles Kepel présentera Quatre-vingt-treize (Gallimard, 2012).

  • Les discutants seront Jean-Paul Willaime (EPHE) et Bernard Godard (chargé de mission au bureau des cultes, ministère de l’Intérieur)

Mercredi 9 mai 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur:

Enjeu complexe, les « banlieues » représentent à la fois la cristallisation des peurs d’une société inquiète face à des nouvelles « classes dangereuses » du XXIe siècle, et la mauvaise conscience de celle-ci, accusée d’avoir laissé se développer et perdurer des zones d’exclusion en marge de sa prospérité. Cette ambivalence est propice à l’emballement du discours médiatique sur un sujet propre à toutes les surenchères idéologiques ainsi qu’aux simplifications des images-chocs – voitures brûlées, caches d’armes dans les HLM, musulmans en prière sur la chaussée… autant de « figures » de la banlieue dont l’accumulation est censée produire du sens, au détriment d’une construction rationnelle de celui-ci. Ces « figures » sont au cœur du malentendu persistant entre la presse et les habitants des banlieues concernées, qui discrédite à leurs yeux la pratique journalistique « stigmatisante ».

Quelle histoire de France ? Rencontre le 5 avril 2012 au lycée Henri-IV

Rencontre organisée autour du numéro de la Documentation photographique Histoires de France et rassemblant, outre l’auteur Dominique Borne, historien, Régis Debray, écrivain et philosophe, Pierre Nora, historien et éditeur (sous réserve) et Jean-Pierre Rioux, historien.

Le débat sera animé par Daniel Henri, professeur d’histoire en classes préparatoires.

  • Le jeudi 5 avril 2012 à 17h30

  • Salle des conférences du lycée Henri-IV, 23 rue Clovis Paris 5e

Entrée libre

Présentation de « Le théâtre divin : une histoire de la messe, XVIe-XXe siècles » par P. Martin à l’IESR le 12 avril 2012

Dans le cadre des rencontres de l’IESR, consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Philippe Martin, professeur d’histoire moderne à l’université de Nancy 2, présentera Le théâtre divin : une histoire de la messe, XVIe-XXe (CNRS Editions, 2010)

  • Les discutants seront Claude Langlois (EPHE) et Laurent Gagnebin (Institut Protestant de Théologie)

Jeudi 12 avril 2012, à 17h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur :

Rite central de la religion catholique, attaquée par les protestants pendant les guerres de religion et par les libres-penseurs sous la IIIe République, la messe nous est ici présentée comme objet d’histoire : des prescriptions officielles du concile de Trente, qui ne furent appliquées que près de trois siècles plus tard, aux appropriations et expériences individuelles d’aujourd’hui.

Entre miracles et querelles de préséance, entre élans spirituels et courses aux vanités, entre prescriptions ecclésiastiques et jeux amoureux, entre manipulations d’argent et piété personnelle, ce livre dévoile les innombrables stratégies par lesquelles les catholiques se sont approprié la cérémonie pour vivre une religion au quotidien.

Présentation de « Le judaïsme ancien, du VIe s. avant notre ère au IIIe s. de notre ère : des prêtres aux rabbins » par S. C. Mimouni à l’IESR le 4 avril 2012

Dans le cadre des mercredis de l’IESR, consacrés à la présentation d’ouvrages en sciences religieuses, Simon Claude Mimouni, directeur d’études à l’EPHE, présentera Le judaïsme ancien, du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère : des prêtres aux rabbins (PUF, 2012)

  • Les discutants seront Marie-Françoise Baslez (Paris IV – Sorbonne) et Gilles Dorival (Aix-Marseille I)

Mercredi 4 avril 2012, à 18h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

Présentation de l’éditeur :

Pluriel et ancré dans son histoire, le judaïsme n’en obéit pas moins à une loi, la Torah, dont le développement est soumis aux époques et aux territoires qu’elle traverse. Les huit siècles couverts ici sont ceux du glissement du judaïsme des prêtres à celui des chrétiens et des rabbins, du judaïsme de Palestine à celui de la Diaspora. À la suite notamment de l’échec des révoltes contre Rome, il a fallu à ce peuple forgé dans la déportation, qui ne reconnaît d’autre dieu que le sien, affirmer mais aussi – bien plus qu’on ne le croit – adapter son identité.

Dans cette somme sur le judaïsme ancien, nouant les histoires politique et religieuse, il apparaît évident que l’évolution de la religion judéenne – juive –, mais aussi de la culture et de la société qui en découlent, n’est pas le produit d’une autarcie. Le judaïsme s’est moulé dans son époque, a évolué avec elle et les civilisations qui l’ont faite. Cette histoire antique y est décryptée dans une étude qui fera date pour tous ceux qui cherchent à comprendre réellement les racines d’un judaïsme bien moins figé que l’historiographie ne l’a laissé transparaître jusqu’ici.