Tous les articles par Caroline Brafman

Chrétiens persécuteurs. Destructions, exclusions et violences religieuses au IVe s.

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », Marie-Françoise Baslez présentera Chrétiens persécuteurs. Destructions, exclusions et violences religieuses au IVe siècle (Albin Michel, 2014).
Discutant : Simon C. Mimouni (EPHE)

Présentation de l’éditeur
Siècle charnière dans l’histoire des religions, le IVe siècle voit le christianisme passer de religion minoritaire et persécutée à religion tolérée et tolérante, puis officielle et parfois répressive. À partir de Constantin Ier, en effet, des persécutions ont été exercées à la fois contre des chrétiens hérétiques, les païens et les juifs considérés comme des ennemis de l’intérieur. Ces répressions nous interrogent encore aujourd’hui. Quand une religion est établie en position dominante, avec la possibilité d’utiliser le bras séculier dans une confusion du religieux et du politique, devient-elle nécessairement intolérante et répressive ? Plusieurs religions et, notamment, plusieurs monothéismes peuvent-ils coexister ? Un monothéisme, par définition exclusif, est-il intrinsèquement intransigeant, voire fanatique? Dans le champ très actuel de l’histoire des représentations, on a beaucoup écrit sur la persécution en se fondant principalement sur les sources apologétiques. Cet ouvrage collectif s’attache, au contraire, à analyser dans leur contexte toutes les sources disponibles, archéologiques aussi bien que littéraires et juridiques, chrétiennes aussi bien que juives ou « païennes ». Ainsi ces études de cas invitent-elles à réfléchir sur la notion même de persécution, en confrontant la loi à son application, l’idéologie aux actes, en faisant la part d’un discours convenu tant sur les victimes que sur les destructions.

Mercredi 14 janvier 2015, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe s

Dans le cadre des “conférences-débats de l’IESR »
Isabelle Saint-Martin présentera Art chrétien/Art sacré. Regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe–XXe siècle. (PUR, 2014)
Discutant: Olivier Christin (EPHE, Université de Neuchâtel)

Présentation
Quels liens existent et perdurent entre art et religion ? Loin d’être dépassée, cette question a suscité d’intenses débats au cours des XIXe et XXe siècles, gravitant autour de la quête d’un art chrétien idéal, de l’existence d’un style spécifique, de la foi de l’artiste, de la question du sujet ou de la place de l’abstraction, etc. L’ouvrage met en évidence, outre les ruptures manifestes, la permanence de certaines interrogations à travers le rêve d’un retour aux origines. Il restitue par l’étude des discours et des théories de l’art religieux, et au-delà des diverses tentatives de définition de l’art sacré, une histoire du goût. Celle-ci affleure en effet dans la réflexion sur la place de l’art dans les lieux de culte, qu’il s’agisse d’art ancien ou d’art contemporain.

Jeudi 18 décembre 2014, à 18h30
190 avenue de France, Paris 13e.
Bâtiment France,  escalier B, 2eétage, salle 117
Métro : Quai de la Gare
Entrée libre

Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux.

Publication des actes du colloque « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » tenu à Paris les 18 et 19 octobre 2013, à l’EPHE.

Le projet d’un enseignement laïque de la morale – de la Maternelle à la Terminale – oblige à penser à nouveaux frais les relations entre école, éducation et laïcité. Cet enseignement qui doit passer par les disciplines existantes implique une réflexion sur ses contenus et ses méthodes qui ne va pas sans analogie avec ce que l’enseignement des faits religieux met en œuvre depuis une dizaine d’années. Les deux perspectives, très différentes, méritent toutefois d’être comparées. L’Institut européen en sciences des religions (IESR), particulièrement concerné par la thématique de l’enseignement des faits religieux et des questions de laïcité, a réuni chercheurs et acteurs autour de ces deux politiques publiques d’éducation. Il s’agit d’examiner en quoi et comment ce projet de nouvel enseignement peut ou doit croiser celui des faits religieux et renouveler la réflexion sur la laïcité à l’école, dans les enseignements comme dans la vie scolaire.

Isabelle Saint-Martin, directrice d’études à l’École pratique des hautes études, est directrice de l’Institut européen en sciences des religions (IESR).

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie, est responsable formation recherche à l’IESR.

SAINT-MARTIN I., GAUDIN P. (dir.) Double défi pour l’école laïque: enseigner la morale et les faits religieux. Riveneuve éditions. Coll. « Actes académiques », 2014, 202 p. [ISBN 978-2-36013-252-2] – 24€

Sommaire
Introduction: Gérald Chaix, Philippe Gaudin et Isabelle Saint-Martin

Ouverture: Jean-Paul Delahaye

Première partie- Morale, laïcité et éducation: mise en perspective historique et philosophique

  • Jean Baubérot « La morale laïque sous la IIIe République »
  • Jean-Paul Willaime « Le plaidoyer de Paul Ricoeur pour une « laïcité positive de confrontation » »

Deuxième partie- Enseignement moral, enseignement des faits religieux religieux: les nouvelles conditions d’un défi éducatif

  • Laurence Loeffel « Pour un enseignement laïque de la morale »
  • Philippe Gaudin « Enseignement des faits religieux et enseignement laïque de la morale: état des lieux et perspectives »
  • Charles Coutel « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux: des difficultés philosophiques aux propositions pédagogiques »

Troisième partie- Prendre en compte la dimension morale et les faits religieux dans le cadre des disciplines

  • Abdennour Bidar « Enseignement de la philosophie et laïcité »
  • Frédérique Leichter-Flack « La littérature comme laboratoire des cas de conscience »
  • Anna Van den Kerchove « Histoire, faits religieux et éthique »
  • Isabelle Saint-Martin « Arts, morale et faits religieux: culture de la sensibilité et culture du jugement »

Quatrième partie- Table ronde

  • Valentine Zuber « Quelques réflexions sur les enjeux d’un enseignement de morale laïque »
  • Charles Conte « Le point de vue de la Ligue de l’enseignement »
  • Eric Vinson « Plaidoyer d’un acteur pour une culture laïque des religions en lien avec l’enseignement moral »
  • Philippe Portier « La morale laïque face à la culture religieuse en France. Parcours d’une reconnaissance »

Commande de l’ouvrage via Riveneuve éditions.

Cette publication fera l’objet d’une présentation lors de la journée d’études organisée par l’IESR le 6 décembre 2014 à l’auditorium du Bâtiment France: « L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes »

Genre et christianisme

Dernière publication des Cahiers de l’AFHRC (Association française d’histoire religieuse contemporaine), aux éditions Beauchesnes: « Genre et christianisme, plaidoyers pour une histoire croisée« , sous la direction de Matthieu Brejon de Lavergnée, Magali Della Sudda.

Présentation
La politisation des questions sexuelles en Europe a connu un moment de crispation particulièrement vif en 2012-2013 à la faveur de l’ouverture en France du mariage civil aux couples de même sexe qui, dans son projet initial, envisageait aussi la question de l’homoparentalité. Du « Mariage pour tous » à la « Manif pour tous », le « gender » – ou la « théorie du genre » – est devenu un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants, principalement catholiques, mais aussi protestants, juifs et musulmans, ont formé la pointe de l’opposition.
Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse plus familières au lecteur français comme la religion, la classe ou l’âge.
De l’histoire des femmes, qui offre des voies de renouvellement à la faveur du genre, à la plus jeune histoire des masculinités, les quatorze auteurs réunis par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle.
Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences en histoire à l’Université catholique de l’Ouest. Il s’attache à une histoire sociale et culturelle de la charité qui l’a conduit à s’intéresser à la figure de l’homme d’œuvres (La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, 2008). Entre histoire des femmes, du genre et du catholicisme, il travaille actuellement à une histoire des Filles de la Charité de Saint- Vincent-de-Paul dont le premier volume, La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe), a été publié en 2011.
Magali Della Sudda est chargée de recherches en science politique au Centre Emile Durkheim (CNRS) à Bordeaux. Dans La citoyenneté avant le vote (à paraître), elle retrace les voies de la politisation féminine au sein des mouvements d’action catholique en France et en Italie. Elle s’intéresse particulièrement à la dimension transnationale du militantisme féminin catholique et aux transformations de l’autorité au sein de l’Église, à partir du fonds Pie XI conservé aux Archives secrètes vaticanes.

L’enseignement moral et civique: comparaisons européennes: journée d’études IESR le 6/12/14 au Bat. France

Journée d’études organisée par l’IESR-EPHE.

Présentation

Depuis 2013, la France est confrontée à un vif débat sur la mise en place d’un «enseignement laïque de la morale», qui tend à devenir, après maintes discussions sur le sujet, un «enseignement moral et civique». En prenant ce thème comme fil conducteur de cette journée d’études, nous partirons de l’état, encore mouvant, des réflexions en France sur cette question pour les comparer à la diversité des situations européennes. La présentation de chaque situation nationale sera l’occasion de fournir un état des lieux des modalités d’un enseignement moral et/ou de la citoyenneté. Il précisera si ce type d’enseignement existe. Si oui, de quelle manière (heure spécifique, contenu, programmes…)? Ses contenus et/ou son existence sont-ils en débat actuellement? Si non, ressurgit-il de manière indirecte à travers d’autres aspects des programmes (histoire, lettres, philosophie…)? Ou à travers un enseignement de l’éthique qui prend place, dans certains pays, en parallèle à un cours sur les religions ?

Programme détaillé

  • 9h15 : Accueil
  • 9h30: Ouverture par Isabelle Saint-Martin (IESR) et Philippe Gaudin (IESR) : Présentation de l’ouvrage Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux (Riveneuve éditions, 2014), actes du colloque IESR 2013 « Enseignement laïque de la morale et enseignement des faits religieux » (programme)
  • 10h: Laurence Loeffel (Inspectrice générale de l’Éducation nationale) : Le projet français d’un enseignement moral et civique
  • 10h30: Tim Jensen (Syddansk Universitet, Danemark) : KLM: Combining Citizenship Education with Life-Philosophy and the Teaching of Christianity in Danish Teachers Training (traduction en français sur le diaporama)
  • Pause
  • 11h15: Wolfram Weisse (Universität Hamburg, Allemagne) : L’enseignement au respect et à la tolérance interculturelle et interreligieuse dans le Land de Hambourg : la position des élèves
  • 11h45: Mar Griera (Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne) : Quelle morale pour l’école? Le débat sur l’éducation à la citoyenneté en Espagne
  • 12h15: Débat et pause déjeuner
  • 14h: Mariachiara Giorda (Università degli Studi di Torino, Italie) : Rien ne va plus? Le cas de l’Italie
  • 14h30: Andrea Rota (Universität Bern, Suisse) : L’enseignement de l’éthique dans le cadre d’un enseignement sur les religions : exemples de Suisse romande et alémanique
  • 15h: Patrick Loobuyck (Universiteit Antwerpen, Belgique) : L’absence de l’enseignement de la citoyenneté en Belgique… et la différence entre communauté flamande et francophone
  • 15h30: Julia Ipgrave (University of Warwick, Royaume-Uni): Le cas du Royaume-Uni
  • 16h: Jean-Paul Willaime (GSRL, EPHE) : Mise en perspective comparative des situations européennes et québécoise
  • Débat général
  • 17h: Clôture

Informations pratiques

  • Samedi 6 décembre 2014
  • À l’auditorium (niveau -1) du Bâtiment Le France, 190 av. de France 75013 Paris, voir plan d’accès

Entrée gratuite sur inscription auprès de iesr@ephe.sorbonne.fr

Discours de Najat Vallaud-Belkacem à l’Observatoire de la laicité le 21 oct. 2014

Najat Vallaud-Belkacem s’est exprimée à l’Observatoire de la laïcité, mardi 21 octobre 2014. La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a rappelé « la mission que la République a dès l’origine confiée au service public de l’éducation : transmettre nos valeurs essentielles, former des citoyens, apprendre le respect des autres, mettre une culture en partage ».

Lire le discours sur le site de l’Éducation Nationale

 

 

« Vers une laïcité d’intelligence ? » : présentation et débat avec Philippe Gaudin

Dans le cadre des « mercredis de l’IESR », présentations d’ouvrages en sciences religieuses, Philippe Gaudin exposera « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Présentation de l’éditeur :

Couverture "Vers une laicité d'intelligence?" / Philippe Gaudin
Source: librairie Lgdj.fr

Régis Debray en appelait dans son rapport de 2002 sur l’enseignement du fait religieux dans l’École laïque à une laïcité d’intelligence plutôt que d’abstention. Cette politique éducative veut donner accès au plus grand nombre à la connaissance là où il y a urgence à ne plus subir sans recul la pression d’une actualité saturée par les faits religieux. L’enquête commence dans les années 1980 au cours desquelles les caractéristiques mêmes du vingtième siècle disparaissent dans le monde, tandis que la société française et son École changent en profondeur. Appuyée sur des textes inédits ou peu connus et des sources variées, nourrie par une longue expérience pratique en la matière, cette recherche met en lumière la construction théorique et technique, les tâtonnements et interrogations de cette «laïcité d’intelligence» en cours, vue au travers de la question de l’enseignement des faits religieux depuis trente ans à l’École.

Philippe Gaudin, agrégé de philosophie et docteur de l’EPHE, est Responsable formation recherche à l’IESR-EPHE depuis 2005 et membre du GSRL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, CNRS/EPHE). Il a notamment publié « La religion de Nietzsche » (L’Atelier, 2008).

GAUDIN Philippe, « Vers une laïcité d’intelligence ? L’enseignement des faits religieux comme politique publique d’éducation depuis les années 1980 » (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2014)

Mercredi 26 novembre 2014, à 18h30, à l’auditorium du Bâtiment France (niveau -1)

190 avenue de France

Paris 13e. Métro : Quai de la Gare

Entrée libre

L’éducation interculturelle à travers l’enseignement des faits religieux- Projet européen 2014-2015

Séminaire IERS les 21-23/10/2014

Présentation du séminaire en français:

Du mardi 21 octobre au jeudi 23 octobre 2014, l’IESR-EPHE accueille les partenaires européens du projet IERS (Intercultural Education through Religious Studies/Éducation interculturelle à travers l’enseignement des faits religieux) pour un séminaire de travail destiné à faire le point sur la première année d’activité du projet et pour planifier l’année suivante.

Les points principaux examinés lors de cette réunion par le consortium international seront :

  • Conclusion des études préliminaires qui font l’état des lieux des approches nationales et européennes concernant l’éducation sur les faits religieux et leurs relations avec les sciences des religions.
  • Évaluation et discussion des contenus et de la forme des modules numériques, ainsi que du plan de pilotage, en lien avec les enseignants des écoles partenaires du projet.

Des participants de l’Université Ca’ Foscari de Venice, de l’Université de Salamanque, de l’Université d’Augsbourg, d’Oxfam Italia Intercultura, et de l’Université du Sud-Danemark, et des enseignants des écoles partenaires de chaque pays assistent à cette réunion.

Présentation du séminaire en anglais:

The IESR-EPHE hosts a three days meeting (October 21-23, 2014) to work with the European project partners in presence in Paris for assessing one year of IERS project activities and plan together the next steps.

During the meeting the international consortium will focus on the following main issues:

  • Conclusion of the baseline study which analyzes the state of the art of both National and European approaches regarding religious education and their relations with the studies of religions.
  • Assessment and discussing of the Digital Modules’ contents & design, as well as the Digital Modules Piloting Plan, in particular with teachers from partner schools.

Participants from the Ca’ Foscari University of Venice, the University of Salamanca, the University of Augsburg, Oxfam Italia Intercultura, and University of Southern Denmark, together with teachers of partner schools from each country, are attending the event.

Flyer in English, Italian, French, Spanish, German and Danish: http://iers.unive.it/dissemination/iers-flyer/

Présentation du projet IERS

L’IESR est engagé dans le projet IERS (Intercultural Education through Religious Studies/Éducation interculturelle à travers l’enseignement des faits religieux) pour une durée de deux ans (2014-2015). Ce projet est financé par le Programme d’éducation et de formation tout au long de la vie (LLP, Lifelong Learning Programme) relevant des Projets multilatéraux Comenius de l’Union européenne. Il est coordonné par l’Université Ca’Foscari de Venise.

L’objectif du projet IERS est de répondre aux défis en matière d’éducation d’une Europe de plus en plus marquée par la pluralité des cultures et des religions : les migrations contemporaines accroissent la diversité culturelle et religieuse, ce qui crée des défis nouveaux pour les enseignants des classes européennes. Cependant, les pays européens ont des modèles très différents d’enseignement relatif aux religions à l’école publique. La raison d’être du projet, c’est la conviction qu’un enseignement non-confessionnel, objectif et de bonne qualité sur les religions favorise le développement de compétences sociales, civiques et interculturelles, et participe d’une éducation orientée vers une intelligence constructive et critique de la diversité religieuse.

Cinq institutions académiques européennes – dont l’IESR – et une ONG se sont associées pour proposer des outils numériques accessibles aux enseignants pour traiter les questions liées à la diversité religieuse. Au sein de ce projet, la mission de l’IESR est de coordonner le travail de conception des modules pédagogiques numériques et de concevoir une partie d’entre eux.

Développement du projet

Phase 1 : créer des outils d’enseignement innovants, combinant les apports des technologies de l’information et de la communication avec les apports scientifiques les plus récents dans l’étude des faits religieux. Le résultat de l’action consistera en une série de modules pédagogiques qui permettront aux enseignants d’explorer dans leurs classes des questions liées à la place des différentes traditions religieuses dans l’histoire et la culture de l’Europe et du monde.

Phase 2 : évaluation préalable des modules numériques testés en classe dans de vrais cours. Tous les retours d’enquête, les observations et suggestions de bonnes pratiques recueillis durant cette période de test seront rassemblés dans un manuel d’accompagnement des modules numériques qui inclura aussi l’état des lieux, une introduction technique et des données informatives supplémentaires.

Participants

Coordinateur :

Partenaires institutionnels du projet IERS :

Voir la plaquette de présentation en français.