Quelques remarques sur l’enseignement des faits religieux en Europe

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Aujourd’hui, lundi 2 avril 2012, réunion du réseau européen de l’IESR. Chacun des membres a fait une brève présentation de la question « enseignement des faits religieux » dans son pays ou sa région (Allemagne, Belgique-Flandres, Angleterre, Danemark, Italie, Suisse et France). Ces présentations ont à nouveau montré la variété des réponses apportées ou envisagées par chaque pays. En Angleterre, pendant plusieurs années, il y a eu un débat sur la nécessité de maintenir une « Religious Education »; il est intéressant de noter que l’argument avancé par les médias et les parlementaires est un argument culturel, tandis que les spécialistes avancent l’argument du développement personnel ; ainsi, plusieurs formes de « Religious Education » se sont développées (pour le développement spirituel, pour le développement moral, pour mieux comprendre les autres). A l’inverse, la Suisse semble s’acheminer vers une homogénéisation en la matière.

Néanmoins, au-delà, ce sont des épistémologies différentes. Une approche théologique est-elle forcément confessionnelle ? Une approche scientifique est-elle incompatible avec un engagement personnel ? Quel est le modèle ? Religious studies ou histoire des religions ? Ce modèle change selon les pays, et il serait intéressant d’en avoir plus conscience ou que les enseignants en aient conscience.

L’attention a été portée aussi sur le vocabulaire, comme tolérance, vivre-ensemble, etc. qui relèvent de rhétoriques différentes.

Un colloque aura lieu à Sèvres en septembre pour approfondir ces questions. R

A bientôt


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *