Michel LEYMARIE et Michela PASSINI pour « La grande pitié des églises de France » (Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012). Vendredi 15 février 2013, à 17h30, à l’IESR

 

Dans le cadre des rencontres de l’IESR consacrées aux ouvrages récemment parus en sciences religieuses, Michel Leymarie et Michela Passini présenteront l’ouvrage qu’ils ont édité La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012).

Avec la participation de Benoît de Sagazan (journaliste du patrimoine et créateur de Patrimoine en blog)

  • Discutante : Isabelle Saint-Martin (IESR-EPHE)

Vendredi 15 février 2013, à 17h30, à l’IESR :

14 rue Ernest Cresson  (porte cochère verte à côté du 14)

Paris 14e. Métro : Denfert-Rochereau

Entrée libre

BARRÈS Maurice, La grande pitié des églises de France. Presses universitaires du Septentrion, INHA, 2012

Image1Présentation de l’éditeur :

De 1910 à 1914, Barrès mène campagne pour la défense des églises menacées de ruine. La loi de Séparation de 1905 a des lacunes, le Pape refuse la constitution d’associations cultuelles, le patrimoine religieux français est en péril. L’antidreyfusard du tournant du siècle dépasse ici ses engagements antérieurs et le seul combat clérical. Avec des hommes politiques de différents bords, des artistes, des critiques et des historiens de l’art, il œuvre à une prise de conscience de l’opinion publique et à un amendement de la loi.

N’excluant aucun des divers héritages qui ont façonné l’histoire de la France, Barrès considère les édifices religieux d’abord comme un « trésor national » qui constitue « la belle chaîne de l’art français » et doit, à ce titre, être préservé. C’est pourquoi il propose le classement global de toutes les églises – y compris les modestes églises de village – bâties avant 1800. Au musée, institution qui, selon lui, déracine, il préfère le patrimoine agissant in situ, qui incarne de manière concrète et immédiate la continuité historique de la nation et permet une adhésion de sentiment.

La grande pitié des églises de France, texte hybride et original – fait de débats parlementaires, dialogues, lettres ouvertes, articles, méditations métaphysiques –, est le journal d’une campagne réussie qui a contribué au vote de la loi de 1913 sur les monuments historiques. Œuvre souvent citée et pourtant mal connue, elle marque la naissance d’une conscience patrimoniale nouvelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *