École et enseignement des faits religieux en Europe

Par Anna VAN DEN KERCHOVE

Les 20-22 septembre 2012, l’Institut européen en sciences des religions a organisé un colloque international au Centre International d’études pédagogiques à Sèvres sur « École et enseignement des faits religieux en Europe : objectifs et programmes ».

Il s’agissait de reprendre 10 ans après le rapport de Régis Debray au ministre de l’Éducation Jack Lang et un an après le colloque de la DGESCO l’analyse comparée à l’échelle européenne des aspects précis de l’enseignement des faits religieux, à savoir ses objectifs, les programmes qui le délimitent et le matériel pédagogique utilisé.

La parole a été très largement donnée aux chercheurs européens, notamment pour qu’ils présentent la manière dont se déroule l’enseignement des religions (« religious education » en anglais). Cet enseignement dépend beaucoup de l’histoire nationale de chaque pays étudié. Ainsi en Italie, le fait que l’enseignement soit surtout un enseignement de la confession catholique s’explique par la place historique de l’Église et également par l’inscription dans le concordat de 1984 de la tradition catholique comme valeur culturelle. Les situations nationales sont de ce fait très diverses. Si en Italie, les religions non chrétiennes et les confessions non catholiques doivent demander l’autorisation pour obtenir un cours de religion, en Belgique, en Flandre, les écoles doivent proposer un cours de religion pour chacune des religions reconnues (en y incluant la « laïcité organisée »), quel que soit le nombre d’élèves.

Quelles que soient les situations, les sociétés multiculturelles européennes et nord-américaines obligent un certain nombre d’acteurs à se poser la question du devenir d’un tel enseignement confessionnel. C’est le cas en Belgique et en Espagne, pour ne citer que deux exemples. Patrick Loobuyck et Maria del Mar Griera exposent les tenants et aboutissants de ces débats dans ces deux pays. Au Québec, sur lequel le colloque a fait un focus particulier, le choix a été fait d’un cours obligatoire pour tous, remplaçant l’enseignement confessionnel et intitulé « Cours d’éthique et de culture religieuse », ce qui n’a pas été sans discussions vives et sans procès (l’un est toujours en cours). En Grande-Bretagne, la question se pose aussi de ce qu’est exactement la Religious education et comment elle doit être conduite (accent sur les connaissances ? Accent que l’expérience religieuse des jeunes ?). Parmi les personnes ayant pris la parole, il faut noter que se sont exprimé des chercheurs mais aussi des chercheurs-militants qui sont partie prenante dans les débats en cours.

Plusieurs communications ont été consacrées à la France : place de la laïcité et évocation de la future « morale laïque » à l’école, l’histoire des arts, l’histoire et les lettres. L’histoire des arts a des éléments de programme qui constituent une porte d’entrée pour l’enseignement des faits religieux, notamment en histoire. Programmes d’histoire, documents d’accompagnement de ces programmes et manuels font une place à l’histoire des arts en lien avec l’enseignement des faits religieux. D’ailleurs l’histoire est la discipline où il est le plus souvent question des faits religieux, dans les programmes, mais aussi dans les manuels ; dans ce dernier cas, il est intéressant de noter que les manuels n’hésitent pas à évoquer les faits religieux dans certaines parties, même si les programmes n’invitent pas explicitement à le faire. Des progrès ont été notés, même s’il reste à faire, tant dans la rédaction des programmes, dans les manuels que dans la formation des enseignants. En lettres, les programmes sont moins contraignants que ceux d’histoire et selon la formule d’Évelyne Martini, « tout est possible, rien n’est certain ».

De l’analyse comparée proposée lors du colloque, il ressort pour le public français que la France se distingue certes toujours par l’organisation choisi pour l’enseignement des faits religieux (à travers les disciplines existantes), mais pas pour l’option non-confessionnelle, choisie par plusieurs pays et prônée par des acteurs dans d’autres pays / régions (Flandres par exemple). Les défis que l’éducation rencontre en France se retrouvent ailleurs : une société sécularisée et multiculturelle ; la manière dont l’enseignement peut y répondre, notamment avec l’enseignement des faits religions / des religions / religieux ; le contenu de ce dernier enseignement, l’ouverture à d’autres religions ; la qualité de ce contenu ; la formation des enseignements ; le lien avec la citoyenneté et la morale ; la question de l’islam.


iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *