Chronique d’un lycée laboratoire 

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin  

Le 1er juillet 2015, je disais lors du mercredi des lettres à L’IESR : « Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves ». Je pourrais hélas reprendre les mêmes mots pour décrire ce qui s’est passé au lycée au lendemain des évènements du 13 novembre.

A une nuance près : si la soudaineté et la brutalité des attentats de novembre nous ont tout autant choqués que celles des attentats de janvier, les enseignants et les personnels de direction du lycée étaient sans doute mieux « armés » pour faire face aux conséquences. Et ce grâce à une réflexion en profondeur sur la laïcité et l’enseignement des faits religieux menée sans discontinuité depuis janvier 2015 et des actions sur le long terme qui tentaient d’échapper aux contraintes de l’urgence.

Trois principes ou trois axes d’action pour cette année :

  • Poursuite de la réflexion autour des valeurs républicaines et de la laïcité ; réflexion collective et autogérée : les enseignants choisissent les thèmes et fixent le calendrier des réunions – la présence du proviseur n’ôte rien à cette autonomie des équipes puisqu’il n’est pas là pour rappeler les consignes du ministère mais pour participer à la réflexion commune.
  • Enseignement de la laïcité et des faits religieux dans le cadre des disciplines ou dans un cadre interdisciplinaire. Exemples :
    • deux EMC interdisciplinaires en terminale, un en terminale S, philosophie – sciences de la vie et de la terre, autour des questions d’éthique posées par les progrès scientifiques en biologie, médecine, chirurgie, le second en terminale L,  philosophie – histoire sur le thème de la laïcité libératrice ;
    • l’étude de la prière dans l’Antiquité en LCA (latin et grec) ;
    • le parcours citoyen en EMC;
    • rencontres inter – lycées de deux classes de terminale ES du lycée Cassin et du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles débouchant sur une enquête sociologique croisée autour des pratiques et valeurs de chacun (disciplines concernées : philosophie – sciences économiques et sociales)
  • Formation des enseignants du lycée et formation des enseignants du bassin avec l’IESR. Rappel : le 14 avril 2015, conférence de Philippe Gaudin sur l’enseignement et la laïcité au lycée Cassin ; le 7 mai, stage de bassin (Etampes) sur les valeurs de la République au lycée Cassin. En 2016 : le 10 septembre, présentation par Renaud Rochette aux professeurs du lycée du site et des missions de l’IESR, du site et des programmes de l’IERS puis les 2 et 11 février, un autre temps fort, nouveau stage de bassin sur « Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC ». Enfin, l’enseignement des faits religieux sera un des thèmes d’un stage de formation des enseignants en lettres classiques (Langues et cultures de l’Antiquité) inscrit au Plan Académique de Formation de l’académie de Versailles organisé au lycée Cassin les 7 et 12 avril.

Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC 

Parmi les leçons que nous avons tirées de l’année 2015, celles-ci nous semblent essentielles :

  • Il nous faut sortir de l’isolement (du professeur dans sa classe et de l’établissement dans sa position géographique et dans son fonctionnement)
  • Il nous faut un soutien extérieur de compétences et de culture sur ces questions, même si des ressources humaines très importantes existent dans ce lycée.

D’où l’idée que j’ai soumise à Philippe Gaudin et Monique Legrand d’inscrire l’action de l’IESR dans les territoires au travers d’une collaboration avec des établissements scolaires relais au sein des académies.

Cette idée a remporté auprès d’eux un succès auquel je ne m’attendais guère… Et par conséquent il a fallu commencer très vite à la traduire dans les faits.

D’où ce projet d’un stage de formation des enseignants sur le bassin d’éducation d’Etampes [définition du bassin] avec le concours de l’IESR, et par conséquent de Philippe Gaudin et de Monique Legrand que je remercie vivement ici. Je focalise ce petit exposé sur ce stage qui s’est construit en partie sur nos  pratiques pédagogiques et qui en quelque sorte résume ce premier semestre 2015-2016.

I – Un stage commun IESR – Lycée

Les objectifs :

  • 1er objectif : contribuer à la formation des professeurs de collège, particulièrement concernés par la réforme et des professeurs de lycée.
  • 2ème objectif : montrer que les deux questions de la laïcité et de l’enseignement des faits religieux doivent mobiliser des professeurs de toutes disciplines y compris dans le cadre de l’EMC. « Vaste programme ! ».

Les contenus

Sur trois demi-journées (2 et 11 février) :

  • Le 2 février au matin : la conférence de Philippe Gaudin sur Laïcité, enseignement du fait religieux et EMCdont l’importance est à souligner. En ce sens que sur ces questions qui laissent bon nombre d’enseignants désemparés il est nécessaire et possible de construire des démarches pédagogiques qui s’appuient sur une réflexion de haut niveau, réflexion qui, en torpillant les idées reçues, en remettant en cause les  discours paresseux et convenus, légitime sur le terrain des expérimentations et des actions comme celles menées au lycée Cassin.
  • Le 2 février après-midi et le 11 au matin : trois ateliers menés par six professeurs du lycée Cassin d’Arpajon et un professeur du Lycée Einstein de Sainte Geneviève des Bois (dont quatre référents « laïcité » nationaux ou académiques) sur les thèmes pluridisciplinaires suivants : enseignement des faits religieux (français – latin – grec), parcours citoyen (EMC – histoire – philosophie), questions de science – questions d’éthique (Sciences de la vie et de la terre – philosophie). Ces trois ateliers s’appuyant sur des séquences pédagogiques élaborées par les enseignants au cours du premier semestre de l’année scolaire et sur des échanges de pratiques entre participants au stage, permettaient de montrer que les établissements scolaires étaient bel et bien le lieu où l’on doit et où l’on peut s’approprier les injonctions programmatiques, où au-delà de ces programmes, on peut réfléchir et élaborer des réponses intelligentes aux interrogations des élèves, et les faire accéder à une culture émancipatrice et libératrice (et je ne crains pas les redondances en la matière).
  • Les animateurs des ateliers :
    • Enseignement des faits religieux : Emilie Nguyen, professeur de lettres classiques, référent laïcité académique, Béatrice Beltrando, professeur de lettres modernes, toutes deux au lycée René Cassin
    • Construction du parcours citoyen : Muriel Bellemere, professeur de sciences physiques, référent laïcité académique, Isabelle Durand, professeur d’histoire – géographie, référent laïcité national, toutes deux au lycée René Cassin, Benoît Charruau, professeur de philosophie au lycée Albert Einstein à Sainte Geneviève des Bois, référent laïcité académique
    • Questions de sciences, questions d’éthique : Alexandre Buteau, professeur de philosophie, Nathalie Arson, professeur de sciences de la vie et de la terre, tous deux au lycée René Cassin

II – Le bilan

  • Les stagiaires : une soixantaine de stagiaires présents à la conférence de Philippe Gaudin : professeurs, CPE, personnels de direction ; présence du Directeur académique adjoint de l’Essonne. Une cinquantaine dans les ateliers (les chefs d’établissement sont retournés à leurs occupations). Pour les deux tiers, des professeurs de collège ; le dernier tiers, des professeurs de lycée général et technologique et de lycée professionnel.
  • Disciplines représentées : majoritairement l’histoire – géographie, (dont, actuellement, les professeurs assurent quasi-exclusivement l’enseignement de l’EMC) ; de façon très minoritaire : les lettres, les sciences économiques et sociales, les sciences physiques. A noter aussi la présence de professeurs documentalistes. Absents : les enseignements artistiques, la philosophie, l’EPS.
  • Les établissements représentés : nous l’avons vu, des collèges en majorité. Mais la proportion de lycées n’était pas négligeable et ce panel était assez représentatif de la proportion collèges – lycées dans le bassin d’Etampes. On notera que les établissements présents avaient envoyé plusieurs enseignants, ce qui a permis à la fois des regroupements dans un même atelier et la présence de tous les établissements ou presque dans chacun des ateliers. Un regret cependant : l’absence de quelques établissements du bassin qui me semblent situés dans des endroits sensibles.
  • Réactions des stagiaires :
    • très grande satisfaction concernant l’intervention de Philippe Gaudin
    • pas de défections entre le 2 et le 11 février, ce qui est bon signe !
    • expression d’inquiétudes multiples et d’un besoin profond de formation ;
    • échanges d’expériences nombreux (par exemple à propos de l’insertion de la charte de la laïcité dans les carnets de liaison, ce qui a parfois provoqué la colère de certains parents, à propos des pressions « sociales » exercées par certains élèves sur d’autres élèves, etc.) ;
    • des évolutions notables : au départ, certains stagiaires ne se sentaient pas à leur place (raisons possibles : la diversité collèges – lycées, l’intitulé du stage…) mais ils se sont très vite impliqués dans les échanges ; on est passé d’une conception « étriquée » de la laïcité qui ne faisait pas sa place à l’enseignement des religions à des perspectives plus larges en particulier par les cartes heuristiques qui montrent les points de rencontre entre les faits religieux et les programmes
    • un regret exprimé par les stagiaires : n’avoir pu participer qu’à deux ateliers sur trois, ce qui est un autre bon signe !
    • enfin les formateurs étaient eux aussi heureux !
  • et après ? Nous sommes dans la double hypothèse suivante :

    • les actions menées au lycée s’intensifient et se diversifient ; en particulier l’EMC doit devenir sur l’ensemble du lycée (et non plus seulement sur quelques classes) le lieu d’une approche pluridisciplinaire de la laïcité ; les faits religieux sont pris en compte dans leurs dimensions et leurs complexités sociologiques, historiques, culturelles, philosophiques et scientifiques. Ce qui suppose un élargissement de la problématique aux disciplines et aux enseignants qui ne s’en sont pas encore emparée.
    • le stage devrait être reconduit en 2016 – 2017, sous une forme qui tienne compte de nos satisfactions et de nos insatisfactions (comment élargir notre public à davantage de disciplines, à davantage d’établissements ? Faut-il nous focaliser encore une fois sur l’EMC ? etc.

Double hypothèse qui s’appuie sur le constat suivant et qui se confronte à lui : on ne s’adresse pas qu’à un seul élève mais à une multitude ; on ne peut convaincre un élève en une heure de cours, on travaille dans la durée ; on ne peut se limiter à l’EMC et pour élargir notre champ d’action, nous sommes encore bien peu nombreux.
D’où la nécessité de continuer notre travail de formation, avec le soutien indispensable de l’IESR.

III – Comment monter un stage d’établissement ou inter – établissements.
Quelques conseils…

  • Toute académie propose sur une année scolaire un plan académique de formation (quel que soit le nom adopté). Mais si les formations proposées ne conviennent pas, il est possible de demander des formations sur mesure, stage d’établissement ou inter – établissements (au niveau du bassin, voire du département).
  • S’adresser à la division académique chargée de la formation (DAFPA pour l’Académie de Versailles) pour instruire la demande.
  • Les soutiens indispensables : le chef d’établissement (surtout s’il doit héberger le stage), un ou plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux.
  • Quels formateurs ? Les référents « laïcité » (par conséquent des professeurs, vous !), des inspecteurs, l’IESR (dans la mesure des possibilités).
Bertrand Villain,
proviseur du lycée René Cassin – Arpajon (91)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *