Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres | la prière /1

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.
Il s’est donné comme objectif la mise en place d’un lexique du religieux et réfléchit, dans cette optique, à l’utilisation de « cartes heuristiques ».
En 2016, le travail du lexique portera sur le thème de la prière.

 Editorial

La Prière

Le groupe des Lettres a placé ce thème au cœur de son travail sur le lexique pour l’année 2016, en se fixant trois priorités ancrées dans les domaines du Socle commun de Connaissances, de Compétences et de Culture et corollaires les unes des autres.

La première, mettre en œuvre une progressivité des apprentissages, de façon à former le jugement de l’élève, sans redite, mais non sans reprise : Domaine 3 « formation de la personne et du citoyen ». Le parti pris de suivre le cursus scolaire à partir du cycle 3 à l’entrée au collège,  – qui n’exclut pas les autres niveaux car le chantier est vaste -, offre l’avantage d’harmoniser méthode d’investigation et choix des textes littéraires au programme.

La deuxième, engager l’élève dans une démarche d’investigation : Domaine 2  « Des méthodes pour apprendre ».  La méthode de recherche lexicale initiée à ce cycle se fonde sur l’analyse étymologique qui puise aux sources de l’Antiquité, objet d’étude distancié du présent qui offre le double intérêt de libérer le sujet-élève de son actualité en lui permettant d’aborder le fait religieux comme une donnée d’observation et de l’initier à une étude comparatiste car il entre de facto au cœur d’une civilisation différente. L’objectif est de le rendre capable de construire ses propres énoncés définitoires.

La troisième priorité sera de construire des repères spatiaux et temporels en donnant à l’élève les premiers éléments de contextualisation pour lui apprendre à interpréter : Domaine 5  « Les représentations du monde et l’activité humaine». Etudier le mot « prière », terme générique qui recouvre bien des postures face au divin, c’est, pour l’élève, tenter de découvrir la richesse de cet acte de parole et acquérir ainsi les premiers éléments d’une connaissance du fait religieux.

Du côté du professeur, ce travail sur le lexique se fera dans une approche globale susceptible de répondre à la diversité socio-culturelle du public scolaire d’aujourd’hui. Le mot sera étudié dans son contexte littéraire afin de mettre en lumière la forme et la syntaxe de cette action verbale, la fonction qu’elle remplit, mais aussi les gestes qui lui sont associés, les arts qui l’expriment, les lieux qui l’accueillent. C’est pourquoi, la réalisation d’un corpus de textes requerra la participation de la communauté des acteurs éducatifs.

A côté d’un corpus initial, ancré dans la réalité de l’Antiquité, ayant pour vocation  d’être un objet commun à la fois d’observation, de mise en regard et d’étude de l’homme, on recherchera d’autres textes littéraires, dont les livrets d’opéra par exemple font partie, on fera connaître d’autres œuvres picturales, sculpturales, architecturales…

Peut-être une nouvelle définition des études d’humanité, nourrie du passé et du langage universel des arts et des techniques, mais en prise sur le monde actuel, pour former les élèves d’aujourd’hui à comprendre l’humanité et la dignité de l’homme ?

Monique Legrand IA-IPR honoraire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *