Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude : entre mythe et réalité

verriere-de-champigny-cliche-mp-terrien
Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude
Marie-Pierre Terrien – Propos recueillis par Christian Bernard. Éditions Pays et Terroirs, 2007

La chapelle de Champigny-sur-Veude fait partie de la famille restreinte des sept Saintes-Chapelles édifiées du XIIIe au XVIe siècle, qui ont résisté aux vicissitudes du temps : celles de Paris et de Vincennes (chapelles royales), Riom, Châteaudun, Aigueperse, Champigny-sur-Veude et Vic-le-Comte (chapelles princières). Les Saintes-Chapelles de Vivier-en-Brie, Gué-de-Maulny, Bourges et les deux chapelles de Bourbon l’Archambault ont été détruites. Partie intégrante d’un château royal ou princier, une Sainte-Chapelle doit avoir été fondée par Saint Louis (1214-1270) ou par l’un de ses descendants. Ces édifices sont décorés à profusion de portraits du roi et des princes fondateurs, d’armoiries, d’emblèmes héraldiques et de devises. Toutefois, une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle princière ordinaire. Elle est un écrin, qui abrite des reliques de la Passion. C’est sa fonction essentielle. Le message religieux est donc également très important. Les chanoines sont les gardiens de ces reliques, ils sont chargés de célébrer des messes pour le fondateur et ses descendants.
La Sainte-Chapelle de Champigny a été fondée à la fin du XVe siècle par Louis Ier de Bourbon. Sa nef abrite onze verrières, hautes de plus de huit mètres. Démontés à la Révolution et cachés, puis de nouveau déposés en 1940, ces vitraux remarquablement bien conservés ont la réputation bien méritée d’être les plus beaux vitraux Renaissance de France. Ils sont divisés en trois registres superposés. Dans le soubassement sont représentés les descendants de Saint Louis. Tous ces personnages sont agenouillés sur un prie-Dieu qui porte leurs armes, et leur nom est inscrit dans un cartouche de verre blanc. Ils sont tournés en direction de la verrière centrale, qui représente la Crucifixion ainsi que le couple fondateur, Saint Louis et son épouse Marguerite de Provence. Cette disposition forme comme une procession, elle est une mise en scène ostentatoire qui permet à la famille de Bourbon-Montpensier d’affirmer sa puissance et de rappeler que Saint Louis, leur ancêtre, leur a transmis une parcelle de son sang royal. Dans les deux autres registres, une scène unique occupe toute la baie. Elle n’est pas constituée de multiples épisodes juxtaposés et superposés comme dans les vitraux du Moyen-Âge, mais constitue un véritable tableau qui ne tient pas compte des meneaux de pierre. Le registre central, le plus important, est une évocation de la vie de Saint Louis, depuis son sacre à Reims le 29 novembre 1226 jusqu’à sa mort à Tunis le 25 août 1270. Le roi est mis en parallèle avec le Christ, dont la Passion est représentée dans le tympan. La lecture des verrières se fait du bas vers le haut, des Bourbons vers le Christ.
Un important corpus de biographies de Louis IX a été produit par les hagiographes à la fin du XIIIe siècle, afin de le glorifier en vue de sa canonisation. S’intéressant davantage au saint qu’au souverain, elles ont véhiculé le portrait d’un roi mythique. Trois images principales, qui veulent souligner sa piété, s’en dégagent : un roi héritier des rois de l’Ancien Testament, un roi très chrétien qui pratique la charité et un roi guerrier qui part en croisade sur les pas du Christ. Les images de Saint Louis, proposées dans les verrières de la Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude concordent avec ce portrait idéalisé du souverain. Le cardinal de Givry, qui a offert les vitraux, a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce programme iconographique très abouti. Homme d’Église, mais aussi grand mécène, il était au contact des humanistes de son temps. Enrichis par les sources de la Renaissance, les vitraux de Champigny-sur-Veude véhiculent un message qui vise également à célébrer Louis Ier de Bourbon, dont les hauts faits répètent ceux de son ancêtre, le roi Très saint. Ils rappellent à la fois son courage quand il part faire les guerres d’Italie et sa ferveur religieuse quand il lègue des reliques de la Passion à la collégiale.

  • Par Marie-Pierre Terrien, chargée de cours à l’Université du Maine (Le Mans)
  • Propos recueillis par Christian Bernard, correspondant de l’IESR à Poitiers

 Chronique d’un lycée laboratoire 

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin  

Le 1er juillet 2015, je disais lors du mercredi des lettres à L’IESR : « Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves ». Je pourrais hélas reprendre les mêmes mots pour décrire ce qui s’est passé au lycée au lendemain des évènements du 13 novembre.

A une nuance près : si la soudaineté et la brutalité des attentats de novembre nous ont tout autant choqués que celles des attentats de janvier, les enseignants et les personnels de direction du lycée étaient sans doute mieux « armés » pour faire face aux conséquences. Et ce grâce à une réflexion en profondeur sur la laïcité et l’enseignement des faits religieux menée sans discontinuité depuis janvier 2015 et des actions sur le long terme qui tentaient d’échapper aux contraintes de l’urgence.

Trois principes ou trois axes d’action pour cette année :

  • Poursuite de la réflexion autour des valeurs républicaines et de la laïcité ; réflexion collective et autogérée : les enseignants choisissent les thèmes et fixent le calendrier des réunions – la présence du proviseur n’ôte rien à cette autonomie des équipes puisqu’il n’est pas là pour rappeler les consignes du ministère mais pour participer à la réflexion commune.
  • Enseignement de la laïcité et des faits religieux dans le cadre des disciplines ou dans un cadre interdisciplinaire. Exemples :
    • deux EMC interdisciplinaires en terminale, un en terminale S, philosophie – sciences de la vie et de la terre, autour des questions d’éthique posées par les progrès scientifiques en biologie, médecine, chirurgie, le second en terminale L,  philosophie – histoire sur le thème de la laïcité libératrice ;
    • l’étude de la prière dans l’Antiquité en LCA (latin et grec) ;
    • le parcours citoyen en EMC;
    • rencontres inter – lycées de deux classes de terminale ES du lycée Cassin et du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles débouchant sur une enquête sociologique croisée autour des pratiques et valeurs de chacun (disciplines concernées : philosophie – sciences économiques et sociales)
  • Formation des enseignants du lycée et formation des enseignants du bassin avec l’IESR. Rappel : le 14 avril 2015, conférence de Philippe Gaudin sur l’enseignement et la laïcité au lycée Cassin ; le 7 mai, stage de bassin (Etampes) sur les valeurs de la République au lycée Cassin. En 2016 : le 10 septembre, présentation par Renaud Rochette aux professeurs du lycée du site et des missions de l’IESR, du site et des programmes de l’IERS puis les 2 et 11 février, un autre temps fort, nouveau stage de bassin sur « Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC ». Enfin, l’enseignement des faits religieux sera un des thèmes d’un stage de formation des enseignants en lettres classiques (Langues et cultures de l’Antiquité) inscrit au Plan Académique de Formation de l’académie de Versailles organisé au lycée Cassin les 7 et 12 avril.

Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC 

Parmi les leçons que nous avons tirées de l’année 2015, celles-ci nous semblent essentielles :

  • Il nous faut sortir de l’isolement (du professeur dans sa classe et de l’établissement dans sa position géographique et dans son fonctionnement)
  • Il nous faut un soutien extérieur de compétences et de culture sur ces questions, même si des ressources humaines très importantes existent dans ce lycée.

D’où l’idée que j’ai soumise à Philippe Gaudin et Monique Legrand d’inscrire l’action de l’IESR dans les territoires au travers d’une collaboration avec des établissements scolaires relais au sein des académies.

Cette idée a remporté auprès d’eux un succès auquel je ne m’attendais guère… Et par conséquent il a fallu commencer très vite à la traduire dans les faits.

D’où ce projet d’un stage de formation des enseignants sur le bassin d’éducation d’Etampes [définition du bassin] avec le concours de l’IESR, et par conséquent de Philippe Gaudin et de Monique Legrand que je remercie vivement ici. Je focalise ce petit exposé sur ce stage qui s’est construit en partie sur nos  pratiques pédagogiques et qui en quelque sorte résume ce premier semestre 2015-2016.

I – Un stage commun IESR – Lycée

Les objectifs :

  • 1er objectif : contribuer à la formation des professeurs de collège, particulièrement concernés par la réforme et des professeurs de lycée.
  • 2ème objectif : montrer que les deux questions de la laïcité et de l’enseignement des faits religieux doivent mobiliser des professeurs de toutes disciplines y compris dans le cadre de l’EMC. « Vaste programme ! ».

Les contenus

Sur trois demi-journées (2 et 11 février) :

  • Le 2 février au matin : la conférence de Philippe Gaudin sur Laïcité, enseignement du fait religieux et EMCdont l’importance est à souligner. En ce sens que sur ces questions qui laissent bon nombre d’enseignants désemparés il est nécessaire et possible de construire des démarches pédagogiques qui s’appuient sur une réflexion de haut niveau, réflexion qui, en torpillant les idées reçues, en remettant en cause les  discours paresseux et convenus, légitime sur le terrain des expérimentations et des actions comme celles menées au lycée Cassin.
  • Le 2 février après-midi et le 11 au matin : trois ateliers menés par six professeurs du lycée Cassin d’Arpajon et un professeur du Lycée Einstein de Sainte Geneviève des Bois (dont quatre référents « laïcité » nationaux ou académiques) sur les thèmes pluridisciplinaires suivants : enseignement des faits religieux (français – latin – grec), parcours citoyen (EMC – histoire – philosophie), questions de science – questions d’éthique (Sciences de la vie et de la terre – philosophie). Ces trois ateliers s’appuyant sur des séquences pédagogiques élaborées par les enseignants au cours du premier semestre de l’année scolaire et sur des échanges de pratiques entre participants au stage, permettaient de montrer que les établissements scolaires étaient bel et bien le lieu où l’on doit et où l’on peut s’approprier les injonctions programmatiques, où au-delà de ces programmes, on peut réfléchir et élaborer des réponses intelligentes aux interrogations des élèves, et les faire accéder à une culture émancipatrice et libératrice (et je ne crains pas les redondances en la matière).
  • Les animateurs des ateliers :
    • Enseignement des faits religieux : Emilie Nguyen, professeur de lettres classiques, référent laïcité académique, Béatrice Beltrando, professeur de lettres modernes, toutes deux au lycée René Cassin
    • Construction du parcours citoyen : Muriel Bellemere, professeur de sciences physiques, référent laïcité académique, Isabelle Durand, professeur d’histoire – géographie, référent laïcité national, toutes deux au lycée René Cassin, Benoît Charruau, professeur de philosophie au lycée Albert Einstein à Sainte Geneviève des Bois, référent laïcité académique
    • Questions de sciences, questions d’éthique : Alexandre Buteau, professeur de philosophie, Nathalie Arson, professeur de sciences de la vie et de la terre, tous deux au lycée René Cassin

II – Le bilan

  • Les stagiaires : une soixantaine de stagiaires présents à la conférence de Philippe Gaudin : professeurs, CPE, personnels de direction ; présence du Directeur académique adjoint de l’Essonne. Une cinquantaine dans les ateliers (les chefs d’établissement sont retournés à leurs occupations). Pour les deux tiers, des professeurs de collège ; le dernier tiers, des professeurs de lycée général et technologique et de lycée professionnel.
  • Disciplines représentées : majoritairement l’histoire – géographie, (dont, actuellement, les professeurs assurent quasi-exclusivement l’enseignement de l’EMC) ; de façon très minoritaire : les lettres, les sciences économiques et sociales, les sciences physiques. A noter aussi la présence de professeurs documentalistes. Absents : les enseignements artistiques, la philosophie, l’EPS.
  • Les établissements représentés : nous l’avons vu, des collèges en majorité. Mais la proportion de lycées n’était pas négligeable et ce panel était assez représentatif de la proportion collèges – lycées dans le bassin d’Etampes. On notera que les établissements présents avaient envoyé plusieurs enseignants, ce qui a permis à la fois des regroupements dans un même atelier et la présence de tous les établissements ou presque dans chacun des ateliers. Un regret cependant : l’absence de quelques établissements du bassin qui me semblent situés dans des endroits sensibles.
  • Réactions des stagiaires :
    • très grande satisfaction concernant l’intervention de Philippe Gaudin
    • pas de défections entre le 2 et le 11 février, ce qui est bon signe !
    • expression d’inquiétudes multiples et d’un besoin profond de formation ;
    • échanges d’expériences nombreux (par exemple à propos de l’insertion de la charte de la laïcité dans les carnets de liaison, ce qui a parfois provoqué la colère de certains parents, à propos des pressions « sociales » exercées par certains élèves sur d’autres élèves, etc.) ;
    • des évolutions notables : au départ, certains stagiaires ne se sentaient pas à leur place (raisons possibles : la diversité collèges – lycées, l’intitulé du stage…) mais ils se sont très vite impliqués dans les échanges ; on est passé d’une conception « étriquée » de la laïcité qui ne faisait pas sa place à l’enseignement des religions à des perspectives plus larges en particulier par les cartes heuristiques qui montrent les points de rencontre entre les faits religieux et les programmes
    • un regret exprimé par les stagiaires : n’avoir pu participer qu’à deux ateliers sur trois, ce qui est un autre bon signe !
    • enfin les formateurs étaient eux aussi heureux !
  • et après ? Nous sommes dans la double hypothèse suivante :

    • les actions menées au lycée s’intensifient et se diversifient ; en particulier l’EMC doit devenir sur l’ensemble du lycée (et non plus seulement sur quelques classes) le lieu d’une approche pluridisciplinaire de la laïcité ; les faits religieux sont pris en compte dans leurs dimensions et leurs complexités sociologiques, historiques, culturelles, philosophiques et scientifiques. Ce qui suppose un élargissement de la problématique aux disciplines et aux enseignants qui ne s’en sont pas encore emparée.
    • le stage devrait être reconduit en 2016 – 2017, sous une forme qui tienne compte de nos satisfactions et de nos insatisfactions (comment élargir notre public à davantage de disciplines, à davantage d’établissements ? Faut-il nous focaliser encore une fois sur l’EMC ? etc.

Double hypothèse qui s’appuie sur le constat suivant et qui se confronte à lui : on ne s’adresse pas qu’à un seul élève mais à une multitude ; on ne peut convaincre un élève en une heure de cours, on travaille dans la durée ; on ne peut se limiter à l’EMC et pour élargir notre champ d’action, nous sommes encore bien peu nombreux.
D’où la nécessité de continuer notre travail de formation, avec le soutien indispensable de l’IESR.

III – Comment monter un stage d’établissement ou inter – établissements.
Quelques conseils…

  • Toute académie propose sur une année scolaire un plan académique de formation (quel que soit le nom adopté). Mais si les formations proposées ne conviennent pas, il est possible de demander des formations sur mesure, stage d’établissement ou inter – établissements (au niveau du bassin, voire du département).
  • S’adresser à la division académique chargée de la formation (DAFPA pour l’Académie de Versailles) pour instruire la demande.
  • Les soutiens indispensables : le chef d’établissement (surtout s’il doit héberger le stage), un ou plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux.
  • Quels formateurs ? Les référents « laïcité » (par conséquent des professeurs, vous !), des inspecteurs, l’IESR (dans la mesure des possibilités).
Bertrand Villain,
proviseur du lycée René Cassin – Arpajon (91)

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

 

I – Savoir répondre dans l’urgence

Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves. Malgré le caractère exceptionnel de la situation et la complexité  des réactions et des questions, ils ont pu le faire avec d’autant plus de tact et d’efficacité qu’ils ont anticipé le désarroi des élèves et qu’ils ont su préparer leurs interventions en passant par la médiation des textes littéraires et des documents historiques (Ici, c’est le proviseur admiratif de la réactivité et de l’intelligence professionnelle des enseignants qui parle ; les enseignants, eux, ont tendance –et on peut les comprendre- à mettre l’accent sur la difficulté de leur mission en de pareils moments).

Nous avons donc proposé à nos classes la lecture de textes et documents, chacun suivi d’une discussion proposant de mettre en relation ce qu’ils venaient de lire et ce qu’ils comprenaient ou ressentaient des attentats. Nous avons particulièrement veillé à ne pas proposer de documents polémiques ou de textes mettaient en cause une religion particulière.

  • De Montesquieu, l’extrait de la Lettre XLVI des Lettres persanes, qui évoque l’intolérance religieuse.
  • De Voltaire, la section II de l’article « fanatisme » du Dictionnaire philosophique portatif, qui décrit et dénonce le fanatisme religieux.
  • De Camus, un extrait de l’Homme révolté, qui montre qu’opposer un refus c’est aussi affirmer des valeurs (pour donner un sens au « Je suis Charlie ».
  • Les articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, articles portant sur la liberté de conscience et la liberté d’expression.
  • Un dessin paru dans le New Yorker : une page vide portant en guise de légende « Please enjoy this culturally, ethnically, reliously and politically correct cartoon responsibly, thank you. »

Les classes ont été sensibles à cette démarche et les échanges riches et respectueux. Nous avons amorcé une réflexion sur la laïcité et avons pu mesurer à cette occasion la nécessité de creuser cette question avec nos élèves. »

En histoire – géographie, une professeure propose une mise à distance des événements :

  • Réflexion sur les mots « attentats » « terrorisme » « islamisme »
  • Rappel des vagues de terrorismes qui se sont succédées depuis un siècle
  • Développement autour des attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle
    • Caractère international
    • Cibles visées
    • Objectifs ;
    • nihilistes, rapport à la violence
    • Entre l’action politique et le gangstérisme (l’exemple de Jules Bonnot)
  • Conséquence en France sur la liberté de la presse : rappel de la loi sur la liberté de la presse de juillet 1882 et vote des « lois scélérates » de 1894.

II Sortir de l’urgence

Dans le prolongement de cette première réponse, il est apparu nécessaire de réfléchir collectivement pour traiter en profondeur une double question (qui n’en fait qu’une) : l’enseignement de la laïcité et du (ou des) fait(s) religieux, questions bien présentes dans les programmes mais pas toujours traitées de façon approfondie, souvent par peur précisément de trahir le principe de laïcité trop souvent perçu comme silence imposé sur le fait religieux.

A l’initiative des enseignants, une première réunion s’est tenue le 22 janvier 2015 de 18h à 20h. Le nombre (environ 35) et la diversité des participants à cette réunion – du côté des enseignants, toutes les disciplines étaient représentées, les CPE et des assistants d’éducation, l’infirmière, le proviseur étaient également présents – témoignent du besoin d’une réflexion commune tirant parti des expériences et des analyses de chacun. Cela apparait comme une nécessité citoyenne et professionnelle dans l’exercice de nos fonctions au sein de l’Education Nationale.

Cette réunion  a permis de faire le point sur les réactions des élèves et les réponses apportées :

  • Les élèves ont sollicité les enseignants, la vie scolaire et l’infirmière.
  • Ils ont aussi de façon autonome manifesté à l’échelle du lycée leur condamnation des attentats notamment par la production de dessins (sur le thème : « Je suis Charlie ») ou affichage de citations.
  • Les entretiens individuels avec les élèves révèlent des inquiétudes diverses exprimées plus ou moins clairement et une demande de clés de compréhension de ces événements. Nombre de passages à l’infirmerie sont directement liés aux événements.
  • Dans le cadre des classes, de nombreuses séances ont cherché à mettre à distance les événements : réflexion sur des textes portant sur la tolérance religieuse, le fanatisme… mise en parallèle avec des cycles antérieurs de terrorisme… Les élèves semblent avoir apprécié cette démarche.
  • Les entretiens individuels avec les élèves révèlent des inquiétudes diverses exprimées plus ou moins clairement et une demande de clés de compréhension de ces événements. Nombre de passages à l’infirmerie sont directement liés aux événements.

Et de faire le bilan des interrogations et des besoins :

  • La laïcité apparait mal comprise, mal interprétée probablement du fait d’une insuffisance de culture permettant de la comprendre et de l’enraciner.
  • L’enseignement du fait religieux, qui par nature se distingue de toute forme de catéchèse, peut donner des clés de compréhension de certains phénomènes contemporains et développer l’esprit critique. Il peut être intégré à un ensemble très large de disciplines enseignées.
  • La liberté d’expression est très fortement questionnée par les élèves : quelles sont ses limites ? Est-elle équitablement mise en application ?ainsi que par les enseignants : n’ont-ils pas progressivement développé une forme d’autocensure (choix du vocabulaire, des expressions…) ?
  • Les sources d’information des élèves (chaines TV d’information continue, certains sites internet) doivent être passées au crible de l’esprit critique ; elles amplifient des événements dramatiques, elles peuvent causer des traumatismes visuels. Certaines relaient des rumeurs ou des théories du complot. Les élèves s’interrogent sur le droit de rire de tout dans les médias, dans la littérature. Il s’agit de réfléchir aux moyens de la prévention et aux méthodes de déconstruction de ces discours notamment par l’apprentissage d’un usage critique d’internet et une éducation aux médias renforcée.
  • Le vocabulaire communément utilisé pour nommer des phénomènes de société construit peu à peu une grille de lecture qui s’impose comme clé d’explication de la réalité. Ainsi l’abus de l’usage du mot « communauté » n’induit-il pas une vision fragmentée de la société génératrice d’exclusion ? D’autres termes galvaudés sont vidés de leur sens et leur usage dévoie le concept qu’ils portent. Il importe de mener une réflexion sémantique de fond.
  • Les inquiétudes des élèves relevées jusqu’à présent par l’équipe éducative sont d’ordre sécuritaire (sécurité personnelle, intérieure et géopolitique) et portent sur leur avenir (notamment chez les élèves qui se présentent comme musulmans et qui s’interrogent sur leur insertion à venir dans la société et la vie professionnelle). Les enseignements et les interventions portant sur l’égalité peuvent contribuer à répondre à cette crainte qui dépasse toutefois les limites de notre action.
  • Les inquiétudes des professeurs : on parle de pluridisciplinarité ou de transversalité de l’enseignement du fait religieux, comment faire quand on est professeur de français et pas spécialiste des beaux arts ? quand on est professeur de SVT quelle place prendre dans cet enseignement ? comment pouvons-nous décrypter le rôle des médias ou Internet ?

III. Le projet : répondre collectivement dans la durée.

Ces dernières interrogations sont révélatrices d’un symptôme, celui de la grande solitude de certains enseignants (malgré les nombreux projets pédagogiques communs à plusieurs enseignants voire à plusieurs équipes). Comment faire face dans ces conditions ? Il faut sortir de l’isolement (comme de l’urgence) et jouer collectivement à plusieurs niveaux :

  • être dans le dialogue avec les élèves
  • réfléchir et agir en équipe au sein de l’établissement
  • s’ouvrir sur l’extérieur et rechercher les ressources et les partenariats utiles et nécessaires dans l’enseignement supérieur
  • s’ouvrir sur les autres établissements d’enseignement pour échanger les expériences et impulser des dynamiques nouvelles

Quelle direction donner à notre réflexion et à nos actions ?

Avec les élèves :

  • Recueillir la parole des élèves de toutes les classes comme cela a été initié après les évènements : chaque élève s’exprime par écrit et de façon anonyme.
  • Organiser des moments d’échanges avec les élèves, en nous appuyant sur le conseil de la vie lycéenne (CVL), les délégués des élèves et leurs élus au CA.

Avec les collègues :

  • par équipe disciplinaire :
    • envisager la mise en œuvre de nos programmes en ayant à l’esprit la nécessité constante de l’exercice de l’esprit critique et du renforcement des valeurs communes.
    • Avoir une réflexion sémantique approfondie.
  • De façon transdisciplinaire :
    • organiser des groupes de réflexion aux thématiques définies après avoir dégagé les besoins de nos élèves. Chaque groupe composé d’un nombre limité de participants, collecte des informations, envisage éventuellement des mises en activité pour les élèves et alimente un site de partage ouvert aux membres de l’équipe éducative, mettant à la disposition de chacun des ressources utiles.
    • réfléchir à des formations ou des journées de réflexion autour de spécialistes, notamment sur la question de la laïcité.
    • Renforcer au CDI la présence de ressources portant sur la laïcité et le fait religieux.

Nous restons convaincus qu’il faut s’adresser à l’intelligence de nos élèves en leur permettant qu’acquérir les connaissances, les outils conceptuels et le recul critique leur permettant de résister aux peurs, replis et rejets qui pèsent comme des menaces sur notre société. Pour cela, nous devons nous doter de leviers efficaces qu’un travail collaboratif doit nous permettre de créer et de développer.

La consultation des élèves
La consultation des élèves s’est déroulée dans les conditions prévues lors de la réunion du 22 janvier. Les élèves ont exprimé de façon sincère et très mature leurs interrogations, leurs inquiétudes, leurs souhaits, le tout sans aucune provocation.
Le dépouillement et l’analyse de leurs réponses font apparaître cinq grands thèmes de réflexions :

  • Les médias : journaux, télévision, Internet.
  • Définition et enseignement de la laïcité.
  • Le fait religieux dans l’enseignement.
  • L’angoisse du terrorisme et de la guerre, la sécurité intérieure.
  • La lutte contre les discriminations et les exclusions, avec une inquiétude particulière chez certains de nos élèves musulmans pour leur future insertion professionnelle, et sur un plan très local, le cloisonnement entre les différentes classes (les élèves d’une terminale ES-L ont demandé l’ouverture de lieux de paroles qui brasseraient les élèves de toutes les classes).

Quelles réponses ?
Il s’agit pour l’ensemble des équipes éducatives de répondre à la fois rapidement pour ne pas décevoir les élèves en leur laissant le sentiment qu’ils sont livrés à eux-mêmes mais aussi de construire et de nourrir des réponses, de leur donner du contenu, sur le long terme et ne pas se contenter d’alimenter un feu de paille.

 

Travailler avec les élèves : quels objectifs, quels moyens ?

Nos objectifs :

  • faire en sorte que le lycée devienne le lieu d’une réflexion réellement collective, que les élèves se l’approprient et que ce caractère collectif trouve son expression dans la refonte du projet d’établissement et dans la réécriture du règlement intérieur et en devienne le fil conducteur.
  • Faire en sorte que la laïcité, y compris dans l’application de la charte de la laïcité et son expression dans le règlement intérieur, apparaisse non comme un catalogue de contraintes mais comme le garant de la liberté des élèves
  • Faire en sorte que l’enseignement des faits religieux ne soit un tabou ni pour les enseignants ni pour les élèves

 Les moyens :

  • Impulser des rencontres professeurs- élèves avec le CVL. Vérifier que les thèmes évoqués dans la consultation sont bien ceux qui préoccupent les élèves (il peut y en avoir d’autres)
  • Organiser des espaces de paroles avec deux voire trois modérateurs adultes. Les participants s’expriment librement sur les thèmes choisis dans le respect des opinions d’autrui et des personnes. Au-delà de la thématique abordée, l’attitude dans le dialogue est apprentissage de la laïcité.
  • S’appuyer sur l’EMC mais aussi sur l’accompagnement personnalisé en particulier pour le travail sur les medias et Internet

Mobiliser les équipes pédagogiques et éducatives
Si l’enseignement de la laïcité trouve sa place naturelle dans l’EMC ne peut-il être aussi envisagé dans une perspective pluridisciplinaire (rapport Joutard, Pour une laïcité d’intelligence, Philippe Gaudin) où tous les enseignements seraient impliqués : les sciences humaines bien sûr (philosophie, histoire et géographie, économie, sociologie) mais aussi les lettres, les langues vivantes, les arts, et encore les sciences physiques et les sciences de la vie et de la terre ? Le tableau ne serait pas complet sans les mathématiques par lesquelles les élèves peuvent apprendre comment, par quels canaux les connaissances se transmettent d’une civilisation à l’autre. Ce questionnement sur la transmission de la philosophie, des mathématiques et des sciences (géographie ou médecine par exemple) s’appuiera nécessairement sur les langues et cultures de l’Antiquité ce qui permettra dans une perspective « méditerranéenne » de mettre à jour et de faire tomber quelques préjugés.

Nos objectifs :

  • Rendre possible un véritable travail collaboratif entre les équipes disciplinaires…
  • … Pour répondre durablement aux attentes des élèves non seulement sur le moment mais aussi et surtout à moyen et long terme.

Les moyens :

  • Cinq ateliers de réflexion sur les thèmes retenus pour les espaces de paroles : formation au décryptage des médias, enseignement de la laïcité, le fait religieux dans l’enseignement, la géopolitique, la lutte contre les discriminations et les exclusions. Le but de ces ateliers est de croiser des points de vue sur des situations vécues en classe et d’y apporter des réponses collégiales, d’apporter des ressources permettant aux professeurs de traiter dans leur classe des sujets d’actualité à la demande des élèves ou des aspects du programme dans lesquels ils se sentent peu à l’aise, mettre en place des actions éducatives : conférences, accompagnement personnalisé, sensibilisation des élèves au fonctionnement d’une école laïque, parcours citoyen de la seconde à la terminale, association des élèves via le CVL.
  • Création d’un site sur invitation sur lequel on trouverait : les productions de chaque atelier, des propositions de mise en activité des élèves, des axes de recherche, des ressources bibliographiques, etc.
  • Création au CDI d’un fonds dédié à la laïcité, à l’enseignement du fait religieux, aux faits de société.
  • Formation des enseignants : stages d’établissement.
  • Rencontres thématiques ouvertes à tous les personnels à raison d’une par trimestre avec des intervenants extérieurs
  • Et bien évidemment, utilisation de toutes les ressources mises à disposition dans le cadre des onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République.

III. Les actions : premier bilan.

22 janvier : 1ère assemblée générale des personnels enseignants et d’éducation du lycée René Cassin

5 février : 1ère réunion du Conseil de la Vie Lycéenne

3 mars : 2e réunion du Conseil de la Vie Lycéenne

3 mars : 2e assemblée générale des personnels

Du 7 au 14 avril : ateliers sur l’enseignement du fait religieux, l’enseignement de la laïcité, la lutte contre les discriminations, les médias, la géopolitique

9 avril : conférence des délégués des élèves

14 avril : conférence de Philippe Gaudin « Laïcité, fait religieux, école » au lycée René Cassin

7 mai : journée de formation pour les personnels enseignants et d’éducation du bassin d’Etampes au lycée René Cassin

28 mai : groupe de réflexion et parole élèves – enseignants

15 juin : réunion- bilan de l’ensemble des ateliers et programme 2015-2016

Dans ce calendrier, on remarquera les deux réunions du CVL et la conférence des délégués. La première réunion du CVL avait pour ordre du jour la préparation du Conseil d’administration du lycée. Lors de cette séance,  ont été évoqués les évènements de janvier et les délégués lycéens ont exprimé leurs souhaits d’une information de fond par les enseignants et d’une réflexion menée avec eux.

Ces souhaits ont été précisés lors de la deuxième réunion entièrement consacrée à la laïcité et à l’enseignement du fait religieux. Le principe d’ateliers de réflexion et de paroles élèves –enseignants a été adopté. Il a été également décidé d’une réunion de tous les délégués de classe pour annoncer ces ateliers et pour faire un point d’information que les délégués répercuteraient à leurs camarades.

Cette conférence des délégués s’est tenue en deux temps : d’abord un exposé et une analyse très précis des faits par deux enseignants, un professeur de philosophie et un professeur d’histoire – géographie puis un échange très libre de questions-réponses entre les élèves et eux. On a pu observer que les préoccupations qui s’étaient révélées dans la consultation écrite et anonyme de l’ensemble des élèves étaient toujours présentes et qu’elles s’exprimaient avec force mais aussi avec calme et respect de la parole d’autrui. Néanmoins il est également apparu que si cette conférence des délégués était nécessaire, il fallait pour que chacun puisse prendre la parole, recourir à des ateliers en petits groupes comme prévu.

Cette conférence a eu aussi le mérite de mettre au jour certaines nuances : même si très majoritairement et spontanément nos élèves sont sensibles aux thèmes laïcs de la liberté d’expression et du respect de la pensée d’autrui, quelques-uns des délégués voient précisément dans la laïcité et dans l’enseignement des faits religieux au lycée une atteinte à leur liberté d’expression.

Un rapide résumé de nos ateliers fait apparaître quelques grandes questions : la difficulté pour beaucoup d’enseignants de se placer dans une démarche pluridisciplinaire, l’analyse critique des médias et du déferlement d’images, la construction d’un discours qui ait un sens pour nos élèves. Notre propos est aujourd’hui d’entretenir la flamme et la richesse de la réflexion et de l’action.

Ce fut l’un des buts de la réunion du 15 juin qui a permis de dresser un bilan sans concessions de ce premier semestre.

Les priorités initiales se confirment :

Les « ateliers-débats » ouverts aux élèves : un atelier a pu être organisé (faisant suite à une demande des élèves du CVL) le jeudi 28/05, ouvert à tous les élèves du lycée désirant y participer sur un créneau méridien important (3 heures) autour du thème de la laïcité. Des professeurs volontaires ont encadré cet atelier. Un double constat peut être fait.

Tout d’abord, celui de la faiblesse de la fréquentation (manque d’information sur l’atelier ; la pratique n’est pas dans les habitudes des lycéens, certains élèves passant devant la salle n’ont pas osé y entrer…) ; il est à noter qu’une demi classe est venue une heure avec son professeur et la présence d’élèves en nombre a facilité la participation spontanée d’autres élèves volontaires.

Ensuite, la qualité des échanges entre les élèves a été remarquable à la fois dans le contenu des propos et dans l’écoute et le respect mutuel.

L’expérience sera reconduite l’année prochaine, d’autant plus que la demande émane des représentants des élèves au CVL. Toutefois, il conviendra de ne pas trop compter sur la spontanéité des élèves, du moins le temps que la pratique s’installe, et convier une demi classe au débat afin de créer une émulation parmi les élèves. Les thèmes des débats sont suggérés par l’ensemble des élèves qui déposent dans une urne leurs propositions.

Pour renforcer l’implication des élèves dans la réflexion sur les valeurs de la République, on envisage de s’inscrire d’avantage et de façon collective dans les journées de célébration nationale. Une ou plusieurs classes auraient la charge de réaliser une production en rapport avec la journée retenue (exposition, film, conférence…) à destination de l’ensemble du public du lycée. Chaque classe du lycée serait sensibilisée, dans les cours, sur l’action afin de rendre les élèves réceptifs à ce qui leur sera proposé. Deux dates sont retenues pour l’année 2015-2016 : le 9 décembre (Journée de la laïcité) et le 8 mars (Journée des droits des femmes). Une troisième date restera à déterminer au moment de la rentrée.

Pour les membres de l’équipe éducative :

  • La création d’un site internet de mutualisation des productions des ateliers, alimenté et à destination des acteurs de ces ateliers. Y seront déposés des comptes-rendus d’ouvrages, sites Internet…, des textes de référence et des propositions d’activités pour les élèves. Une rubrique « projets » est prévue afin de rendre visibles les actions menées au sein de chaque classe. Les personnels seront invités à s’inscrire sur ce site à la rentrée.
  • Faire des faits religieux un objet d’enseignement et de réflexion sur la laïcité au sein des programmes disciplinaires : ainsi en langues et cultures de l’antiquité, l’étude de Basile de Césarée et des encouragements qu’il prodigue aux jeunes chrétiens à l’étude des philosophes païens, ainsi en théâtre, l’étude de la pièce de Lessing, Nathan le sage.
  • Renforcer le travail en commun, des projets émergent déjà : par exemple une approche philosophique et scientifique (sciences de la vie et de la terre) de quelques grandes thématiques : la distinction animalité/humanité autour des notions de nature/culture, déterminisme/liberté ; la « dualité » matière/esprit à la lumière des connaissances scientifiques ; les questions éthiques posées par les progrès scientifiques ; la théorie de l’évolution des espèces ; la confrontation des récits mythologiques ou religieux avec les théories scientifiques sur les origines de l’univers, etc.
  • Développer les partenariats avec des instituts de recherche (notamment l’IESR), et cela sur deux axes :
    • L’organisation d’une réflexion collective de l’équipe éducative (et pas seulement des professeurs) qui relève à la fois de l’autoformation (du citoyen et de l’éducateur) et de la mutualisation des pratiques pédagogiques et de vie scolaire.
    • Cette démarche nourrit les actions mises en œuvre auprès des élèves dans tous les temps de la vie au lycée lors des cours et en dehors.

Ce que nous entrevoyons à ce stade c’est un premier succès sur la rupture de l’isolement des enseignants :

  • Rupture de l’isolement pédagogique puisque des équipes pluridisciplinaires se constituent autour de la réflexion sur la laïcité et les faits religieux et la constitution d’un site d’échanges de documents, de réflexion et de cours
  • Rupture de l’isolement dans la réflexion grâce à l’établissement de relations étroites avec l’IESR
  • Rupture de l’isolement « géographique » et hiérarchique puisque le lycée prend en mains avec le concours des inspections pédagogiques la formation des enseignants d’un bassin d’éducation sur ce thème

Et par conséquent la création d’une dynamique qui nous fait sortir de nos limites territoriales et temporelles.

Nous y avons été grandement aidés par les corps d’inspection et par l’IESR. Après avoir envoyé le compte-rendu de notre réunion du 22 janvier (dont s’inspire largement ce rapport) au DASEN de l’Essonne, aux Inspections pédagogiques régionales ainsi qu’à l’IESR, trois professeurs du lycée René Cassin ont été mobilisés comme référents- formateurs laïcité : une enseignante d’histoire- géographie au niveau national, une de lettres classiques et une de sciences physiques au niveau académique qui ont animé une première journée de formation pour les enseignants du bassin d’Etampes, premier et second degrés le 7 mai. Journée qui s’inscrit (on le souhaite) dans un plan pluriannuel.

Et Philippe Gaudin nous a fait l’amitié de donner une conférence au lycée Cassin sur le thème « Laïcité, fait religieux, école ». Cette conférence a été pour tous ceux qui ont eu la chance d’y assister, un grand bol d’oxygène intellectuel qui a apporté aux enseignants non seulement une somme de connaissances historiques mises en perspective mais aussi, par  « l’approche décalée » de la notion de laïcité, une remise en cause des clichés et des approximations. Cette conférence a comblé une attente importante des enseignants, bien au-delà d’une simple formation académique et professionnelle, celle de l’acquisition ou l’approfondissement d’une culture laïque et humaniste. Certains dans ce lycée, dont le proviseur, se prennent à rêver d’un partenariat avec l’IESR.

L’originalité de ces actions réside essentiellement en ceci : une équipe éducative qui se prend en main, qui fait le diagnostic de ses besoins, qui œuvre à la consolidation d’une légitimité intellectuelle et scientifique, qui pratique la délibération entre pairs (qu’on invite les professeurs à mettre en œuvre chez leurs élèves). Ainsi les pratiques professionnelles évoluent sans que cela procède d’une injonction ou que cela soit vécu comme tel. Nous avons l’espoir que ce projet se poursuive à la rentrée prochaine et au-delà. Mais pour qu’une équipe active et nombreuse le porte, il faut que chacun y trouve un intérêt professionnel et surtout du plaisir dans ces échanges stimulants.

Pour l’ensemble des professeurs du lycée René Cassin d’Arpajon (91),
Bertrand Villain, proviseur
mercredi 1er juillet 2016

Enseignements des faits religieux : formation et territoires

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

 Editorial

Dans le prolongement d’une démarche thématique d’exploration et d’explicitation des faits religieux explicitée par Monique Legrand, le groupe lettres de l’IESR estime nécessaire de répondre à une demande des enseignants qui, malgré les outils de formation mis à leur disposition (l’IESR au premier chef), peuvent encore se trouver démunis et surtout isolés devant ces questions : celle d’une proximité territoriale de la formation initiale et continue d’une part, celle des ressources humaines d’accompagnement d’autre part ; demande qui revêt un caractère d’urgence mais dont la réponse s’inscrit dans le temps.

A l’image des enseignants référents laïcité qui existent maintenant dans la plupart des établissements du second degré, mais dont la mission n’est pas essentiellement d’enseigner les faits religieux, il serait utile de créer par académie (c’est déjà très ambitieux) un établissement référent pour cet enseignement laïque des faits religieux, susceptible, en liens étroits avec l’IESR, de diffuser formation et information sur le territoire académique et d’accompagner les enseignants de façon concrète et continue dans leurs projets.

Depuis janvier 2015 se développe dans l’académie de Versailles une expérience de ce type, au lycée René Cassin d’Arpajon (Essonne). Avec comme axes d’action : une approche pluridisciplinaire qui mobilise les cultures scientifiques, littéraires, artistiques non seulement dans les disciplines concernées mais aussi dans le cadre de l’EMC ou de l’approfondissement culturel proposé dans l’accompagnement personnalisé, la constitution d’un fonds documentaire au CDI et d’un site collaboratif spécialement dédiés, l’organisation de stages de formation des enseignants à l’échelle du bassin, en liaison avec l’IESR. Les premières démarches sont pour l’instant internes au lycée mais la dernière indique bien la direction qui pourrait être prise, celle de l’ouverture sur les autres établissements.

Le groupe lettres se propose d’observer le fonctionnement de ce « laboratoire » et de l’enrichir par la rencontre avec d’autres expériences.
Bertrand Villain, proviseur  du lycée René Cassin d’Arpajon (91)

Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres | La prière /2

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.


Mise en œuvre d’un apprentissage progressif du vocabulaire religieux

Cycle 3 : Etude de la langue :

« Le lexique est pris explicitement comme objet d’observation et d’analyse dans des moments spécifiques dédiés à son étude et il fait aussi l’objet d’un travail en contexte, à l’occasion des différentes activités langagières et dans les différents enseignements. Son  étude est également reliée à celle de l’orthographe lexicale et à celle de la syntaxe ».

  • Connaissances et compétences : « Observation morphologique : découverte des bases latines et grecques »
  • En lecture, entraînement à la compréhension des mots inconnus à l’aide du contexte et de l’analyse morphologique

                                                LA  SUPPLICATION

« Prier, supplier, nous ne voyons là que des notions à peu près pareilles partout ou ne différant que par l’intensité du sentiment. Les traduisant ainsi, nous privons les termes anciens de leur valeur spécifique : là où l’on percevait une différence, nous répandons l’uniformité. Pour corriger ces traductions déformantes, il faut encore et toujours le contact et l’inspiration des emplois vivants ».

Emile Benvéniste, Le vocabulaire des Institutions indo-européennes, 2

I. Le mot en lui-même : l’attitude du suppliant

  1. Première rencontre avec le mot. 

    L’énoncé définitoire du dictionnaire :

    Ex : définition du TLFi :

Supplication : Prière instante et humble. Synon. : adjuration, imploration, supplique

La recherche dans un dictionnaire, papier ou numérique, permet de vérifier la capacité de l’élève à rechercher et de déterminer un domaine d’observation, sans plus. Il suffit, pour le vérifier, de lui demander de reformuler la définition qu’il a lue.

Il faut aller plus loin et rendre l’élève  capable de proposer lui-même une définition du mot.

  1. Observation et analyse morphologique du mot

L’analyse morphologique oblige à recourir à l’étymologie.

En grec, l’adjectif « étumos » signifie « vrai » au sens d’« authentique, reconnu comme authentique après examen ». L’étude étymologique consiste donc à rechercher le « vrai » sens d’un mot, c’est-à-dire ce qu’il désignait précisément, matériellement, au moment où il a été créé. Cette démarche heuristique initie soit un travail d’archéologue pour retrouver l’objet que le mot a servi à désigner, soit un travail d’anthropologue pour identifier les pratiques originelles qu’il dénommait alors.

C’est ici le cas pour l’expression de la supplication, dont Emile Benvéniste (pp250 sqq) démontre comment en latin et en grec, les mots pour « supplier », « suppliant », sont tirés de racines de valeur concrète, désignant le geste caractéristique de la supplication.

En latin, explique-t-il, l’adjectif supplex, icis,  formé du préfixe sub- et du radical plex=plek-s, fait partie d’une série d’adjectifs comme simplex, duplex, signifiant « plier » pour tresser, pour enrouler, nouer ensemble des fils tressés. Je cite l’auteur, « supplex, décrit la position du suppliant, « celui qui se trouve plié aux pieds de… », et le présent supplico, are signifie « prendre la position de supplex.

En grec, la notion s’exprime par le nom d’agent : hikétès « suppliant », dont plusieurs emplois homériques permettent de le rapprocher avec certitude de hikanô « atteindre, toucher » ; le geste de supplication consiste en effet à toucher celui qu’on supplie.

L’explication de Benvéniste est lumineuse : « Une condition d’emploi a préparé ce développement singulier. Le sens de « suppliant » s’explique par un usage de guerre connu dans l’épopée : celui qui, pressé par l’ennemi, veut être épargné, doit, pour avoir la vie sauve, toucher les genoux de son adversaire avant que l’autre au cœur même de la bataille l’ait blessé. Ainsi (Il. 21, 65) Achille darde sa lance contre Lycaon, le vise, mais celui-ci  se dérobe et court lui toucher les genoux en s’écriant : « je saisis tes genoux ; je suis ton suppliant ( hikétès) ». C’est donc la liaison du verbe hikésthai avec gounata « parvenir aux genoux » qui a fait du nom d’agent hikétès le « suppliant ».

L’expression de la supplication est, comme le note Benvéniste, plus précise dans l’Antiquité qu’aujourd’hui : là où aujourd’hui en effet on ne perçoit entre les mots qu’une différence d’intensité, on s’aperçoit qu’elle correspond à une attitude concrète, précise, que les termes d’aujourd’hui n’indiquent plus dans leur emploi courant, l’attitude du suppliant.

Une telle démarche permet de restituer des traces effacées, des gestes oubliés dans les méandres du temps et de retrouver, derrière le mot, l’homme qui lui a donné vie. C’est, en quelque sorte, entrer dans la concrétude des mots abstraits.

C’est aussi, dès la Sixième, poser la question des traductions (cf infra).

II. Le mot dans le texte

Une telle analyse morphologique du mot, si riche d’enseignements, suscite en général un vif intérêt chez les élèves. La surprise, dans le cas qui nous occupe, est d’autant plus grande quand on observe le mot non plus simplement en lui-même, mais dans son contexte,  c’est-à-dire « tissé » dans la trame narrative de l’œuvre épique.

Examinons un premier passage de l’Odyssée :

  1. La supplication d’Ulysse à Nausicaa, au chant VI , v. 141

Passage « mythique », le héros rendu méconnaissable par ses épreuves veut s’adresser à Nausicaa :

« Celui-ci délibérait, ne sachant s’il supplierait la vierge aux beaux yeux, en saisissant ses genoux, ou s’il la prierait de loin, avec des paroles flatteuses, de lui donner des vêtements et de lui montrer la ville. Et il vit qu’il valait mieux la supplier de loin par des paroles flatteuses, de peur que, s’il saisissait ses genoux, la vierge s’irritât dans son esprit. Et, aussitôt, il lui adressa ce discours flatteur et adroit : -Je te supplie, ô Reine, que tu sois Déesse ou mortelle ! si tu es Déesse, de celles qui habitent le large Ouranos, tu me sembles Artémis, fille du grand Zeus, par la beauté , la stature et la grâce ; si tu es une des mortelles qui habitent sur la terre, trois fois heureux ton père et ta mère vénérable ! trois fois heureux tes frères ! Sans doute leur âme est pleine de joie devant ta grâce, quand ils te voient te mêler aux chœurs dansants ! Mais plus heureux entre tous celui qui, te comblant de présents d’hyménée, te conduira dans sa demeure ! Jamais,  en effet, je n’ai vu de mes yeux un homme aussi beau, ni une femme aussi belle, et je suis saisi d’admiration. Une fois, à Délos, devant l’autel d’Apollon, je vis une jeune tige de palmier. J’étais allé là, en effet, et un peuple nombreux m’accompagnait dans ce voyage qui devait me porter malheur. Et, en voyant ce palmier, je restai longtemps stupéfait dans l’âme qu’un arbre aussi beau fût sorti de terre. Ainsi je t’admire, ô femme, et je suis stupéfait, et je tremble de saisir tes genoux, car je suis en proie à une grande douleur. Hier, après vingt jours, je me suis enfin échappé de la sombre mer. Pendant ce temps-là, les fots et les rapides tempêtes m’ont entraîné de l’île d’Ogygiè, et voici qu’un Dieu m’a poussé ici, afin que j’y subisse encore peut-être d’autres maux, car je ne pense pas en avoir vu la fin, et les Dieux vont sans doute m’en accabler de nouveau. Mais, ô Reine, aie pitié de moi, car c’est vers toi, la première, que je suis venu, après avoir subi tant de misères. Je ne connais aucun des hommes qui habitent cette ville et cette terre. Montre-moi la ville et donne-moi quelque lambeau pour me couvrir, si tu as apporté ici quelque enveloppe de vêtements.

Odyssée, VI, 141- 179, traduction de Leconte de Lisle  (1868), Pocket Classiques

  • Analyse du mot dans son contexte :
  1. 141 ὁ δὲ μερμήριξεν Ὀδυσσεύς,
    γούνων λίσσοιτο λαβὼν ἐυώπιδα κούρην,
    ἦ αὓτωϛ ἐπέεσσιν ἀποσταδὰ μειλιχίοισι
    λίσσοιτ᾽, εἰ δείξειε πόλιν καὶ εἵματα δοίη.

« Ulysse se demandait avec inquiétude s’il allait supplier cette belle jeune fille en lui prenant les genoux, ou bien si en se tenant à l’écart sans bouger par des paroles douces et persuasives il la supplierait dans l’espoir qu’elle lui montre le chemin de la ville ou qu’elle lui donne des vêtements ».

Λίσσομαι : « prier, adresser une prière, supplier » cf les litanies

λαμβάνω τῶν γουνάτων : prendre les genoux pour exciter la pitié ou s’attirer la bienveillance

αὓτωϛ : ainsi, sans changement ; sans faire d’effort

ἀποστατέω-ῶ : se tenir loin de, à l’écart

 

  1. 145 Ὣς ἄρα οἱ φρονέοντι δοάσσατο κέρδιον εἶναι,
    λίσσεσθαι ἐπέεσσιν ἀποσταδὰ μειλιχίοισι,
    μή οἱ γοῦνα λαβόντι χολώσαιτο φρένα κούρη.
    Αὐτίκα μειλίχιον καὶ κερδαλέον φάτο μῦθον.
    « Γουνοῦμαί σε, ἄνασσα· θεός νύ τις, ἦ βροτός ἐσσι ;

Il lui sembla à la réflexion qu’il valait mieux adresser une prière par de douces paroles en se tenant à l’écart, de façon à ce que la jeune fille ne soit pas en colère s’il lui touchait les genoux. Aussitôt il prononça ces paroles douces et habiles : « Je prends tes genoux pour te supplier, Reine, que tu sois déesse ou mortelle ! »

Γουνοῦμαί : « prendre par les genoux pour supplier, supplier »

  1. 168 ὡς σέ, γύναι, ἄγαμαί τε τέθηπά τε, δείδια δ᾽ αἰνῶς
    γούνων ἅψασθαι·

Je te regarde avec admiration et étonnement, femme, mais je crains terriblement de toucher de la main tes genoux.

ἄγαμαί : regarder qqn comme très, trop (ἀγα) beau
τέθηπά :être dans la stupéfaction
δείδια : craindre
αἰνῶς : terriblement
γούνων ἅψασθαι : ἄπτω au moyen signifie « toucher de la main, mettre en  contact », avec le génitif

On perçoit, à travers ces trois extraits, un processus intéressant, le passage du geste concret du suppliant, à l’abstraction : l’attitude concrète et précise du suppliant qui se plie aux pieds pour toucher les genoux devient, par le truchement du langage, une énonciation abstraite. Ce passage se fait en trois temps, l’énoncé de la situation par le héros, son  dilemme et la résolution  finale.

  1. la situation initiale est claire : Nausicaa est très belle, Ulysse très abîmé par les vingt jours de combat contre les flots, « l’horreur de ce corps tout gâté par la mer » dit le texte. Il ne sait pas où il a fini par échouer, et  délibère pour savoir s’il va, comme tout suppliant, accomplir le geste concret de toucher les genoux de la Princesse (λαμβάνω τῶν γουνάτων)  au risque de l’effrayer ou bien de se tenir à l’écart (ἀποστατέω-ῶ). Les mots ont pleinement leur sens concret.
  2. 145 Il décide de ne pas la toucher. Les deux éléments de l’alternative sont toujours présents par les deux mêmes verbes, toujours en opposition : ἀποσταδὰ μή οἱ γοῦνα λαβόντι : leur acception concrète ne fait aucun doute.
  3. 149 La résolution s’exprime par le seul verbe : Γουνοῦμαί σε.

Le mot qui introduit la parole d’Ulysse est le nom commun μῦθον, qui signifie « l’expression d’une pensée », ici la parole exprime symboliquement l’attitude du suppliant. Le geste concret de la supplication est remplacé par la parole qui l’exprime. Une occurrence privilégiée pour analyser en classe de Sixième le  mot « abstraction » et expliquer ce mécanisme dans le langage.

  • Dossier littéraire : la question de la traduction :
  1. On analysera l’exactitude de la traduction de Leconte de Lisle.

2.Petit exercice de comparaison : on pourra proposer ensuite la lecture du passage traduit par Victor Bérard et comparer la traduction des expressions clés dans l’un et l’autre texte.

« Ulysse réfléchit : irait-il supplier cette fille charmante et la prendre aux genoux ? …ou, sans plus avancer, ne devait-il user que de douces prières afin de demander le chemin de la ville et de quoi se vêtir ? Il pensa, tout compté, que mieux valait rester à l’écart et n’user que de douces prières : l’aller prendre aux genoux pouvait la courroucer. L’habile homme aussitôt trouva ces mots touchants :

«Je suis à tes genoux, ô reine ! que tu sois ou déesse ou mortelle ! Déesse, chez les dieux, maîtres des champs du ciel, tu dois être Artémis, la fille du grand Zeus : la taille, la beauté et l’allure, c’est elle !… N’es-tu qu’une mortelle, habitant notre monde, trois fois heureux ton père et ton auguste mère ! trois fois heureux tes frères !… comme en leurs cœurs charmés, tu dois verser la joie, chaque fois qu’à la danse, ils voient entrer ce beau rejet de la famille !… et jusqu’au fond de l’âme, et plus que tous les autres, bienheureux le mortel dont les présents vainqueurs t’emmèneront chez lui ! Mes yeux n’ont jamais vu ton pareil, homme ou femme ! ton aspect me confond ! A Délos autrefois, à l’autel d’Apollon, j’ai vu même beauté : le rejet d’un palmier qui montait vers le ciel. Car je fus en cette île aussi, et quelle armée m’accompagnait alors sur cette route, où tant d’angoisses m’attendaient ! Tout comme, en le voyant, je restai dans l’extase, car jamais fût pareil n’était monté du sol aujourd’hui, dans l’extase, ô femme, je t’admire ; mais je tremble : j’ai peur de prendre tes genoux. Vois mon cruel chagrin ! Hier, après vingt jours sur les vagues vineuses, j’échappais à la mer : vingt jours que sans arrêt, depuis l’île océane, les flots me rapportaient sous les coups des rafales !… Lorsque les dieux enfin m’ont jeté sur vos bords, n’est-ce pour y trouver que nouvelles souffrances ? Je n’en vois plus la fin : combien de maux encore me réserve le ciel !… Ah ! reine, prends pitié ! c’est toi que, la première, après tant de malheurs, ici j’ai rencontrée ; je ne connais que toi parmi les habitants de cette ville et terre…Indique-moi le bourg ; donne-moi un haillon à mettre sur mon dos… »

Odyssée, VI, 141- 179, traduction Victor Bérard, Les Belles Lettres, 1924

2.Second passage : Supplication d’Ulysse au fleuve

Echappant à la colère des flots, Ulysse aperçoit une côte. « Là, enfin, le malheureux Odysseus eût péri malgré la destinée, si Athénè, la Déesse aux yeux clairs, ne l’eût inspiré sagement. Il revint sur l’eau, et, traversant les lames qui le poussaient à la côte, il nagea, examinant la terre et cherchant s’il trouverait quelque part une plage heurtée par les flots, ou un port. Et quand il fut arrivé, en nageant, à l’embouchure d’un fleuve au beau cours, il vit que cet endroit était excellent et mis à l’abri du vent par des roches égales. Et l examina le cours du fleuve, et dans son esprit, il dit en suppliant : -Entends-moi, ô Roi, qui que tu sois ! Je viens à toi en te suppliant avec ardeur, et fuyant hors de la mer la colère de Posidaôn. Celui qui vient errant est vénérable aux Dieux et aux hommes. Tel je suis maintenant en abordant ton cours, car je t’approche après avoir subi de nombreuses misères. Prends pitié, ô Roi ! Je me glorifie d’être ton suppliant.  Il parla ainsi, et le fleuve s’apaisa.

Odyssée, V, 445 -451, traduction Leconte de Lisle, Pocket Classiques

v.449 σόν τε ῥόον σά τε γούναθ᾽ ἱκάνω πολλὰ μογήσας

« Je touche (ἱκάνω ) ton courant et tes genoux (σά τε γούναθ᾽) après avoir beaucoup souffert »

Ce passage illustre à nouveau les propos de Benvéniste cités pp250 : « En grec, la notion s’exprime par le nom d’agent : hikétès « suppliant », dont plusieurs emplois homériques permettent de le rapprocher avec certitude de hikano « atteindre, toucher » ; le geste de supplication consiste en effet à toucher celui qu’on supplie. »

 

TEXTES DE CADRAGE :

Circulaire de  rentrée 2016 parue au Bulletin Officiel n° 15 du 14 avril 2016, dans lesquels figurent les nouveaux programmes de l’Ecole et du collège.

Les nouveaux programmes présentés à nouveau dans cette circulaire

Le texte du Socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

OUVRAGES DE TRAVAIL ET DE  RÉFÉRENCE :

TLFi : Le Trésor de la Langue Française informatisé

DES : Dictionnaire Electronique des Synonymes CRISCO (Centre de Recherche Inter-langues sur la Signification en Contexte, Université Caen Normandie)

Benvéniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, t.2 « pouvoir, droit, religion », Les Editions de Minuit

Article de Flavio Ribeiro de Oliveira, « La supplication », in Gaia, Revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque

Monique Legrand IA-IPR honoraire

La monothéisation du mythe biblique

Dans le cadre du programme « Revisiter les monothéismes »
Ron NAIWELD (CNRS – Centre de recherche historique) donnera une conférence sur La monothéisation du mythe biblique.

La réception de la Bible hébraïque (l’Ancien Testament) dans le monde gréco-romain révèle combien contre-intuitive était l’assimilation du dieu biblique à une idée monothéiste qui circulait parmi les élites intellectuelles de l’époque. Les philosophes qui ont critiqué les Juifs et les Chrétiens ont vu dans le texte biblique un mythe marginal dont le héros est un dieu particulier, mesquin et ignorant.
La « monothéisation » du mythe biblique est l’activité exégétique et institutionnelle, juive et chrétienne, dont l’objectif est de rejeter les critiques des intellectuels antiques, et de montrer que, malgré les apparences, le dieu qui se prononce dans les livres sacrés des Juifs est le même que celui dont parlent les philosophes monothéistes du monde païen. L’étude de la monothéisation dans son contexte historique et culturel invite à repenser la rencontre fondatrice entre Athènes et Jérusalem et les rôles qui sont habituellement attribués aux deux cités.

Mercredi 1er juin 2016
17 h 30 – 19 h 30
Bâtiment Le France – salle 116
190, avenue de France
75013 Paris
métro Quai de la Gare (ligne 6)

Affiche_Naiweld-1

iesr

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

De la religion en prison

Céline Beraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing,
De la  religion en prison . Presses universitaires de Rennes, 2016.

Cette recherche sociologique, basée sur deux ans d’enquête de terrain au sein des prisons françaises, englobe toutes les religions et se décentre du versant le plus exceptionnel ou spectaculaire du religieux pour embrasser ses manifestations ordinaires. Elle met au jour la façon dont l’administration gère les cultes. Elle donne des clés pour comprendre la façon dont les personnes détenues mobilisent – ou non – la religion et les rôles que peuvent tenir les aumôniers en la matière.
De La Religion En Prison Couverture
Céline Beraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, De la
religion en prison . Presses universitaires de Rennes, 2016.

Terrain privilégié pour saisir les mises en œuvre concrètes de la laïcité et la manière dont les institutions publiques font usage du religieux, la prison se révèle en même temps un lieu d’exception pour comprendre ce que la religion fait aux gens et ce qu’ils en font.

Avec le soutien de l’Institut universitaire de France et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), laboratoire ISP-UMR 7220.

 

Celui qui ne travaille pas ne mange pas !

Couverture de l'ouvrage
Régis Burnet. Celui qui ne travaille pas ne mange pas ! Éditions du Cerf. Octobre 2015.

Le 11 mai 2016, 18h30
REPORTÉ
EPHE – Bâtiment Le France
salle 117
190 av. de France, Paris 13e
[Métro Quai de la Gare]

Régis Burnet (UCL) présentera son ouvrage « Celui qui ne travaille pas ne mange pas ! »
Discutant : André Vauchez

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Présentation de l’éditeur

Des abbayes bénédictines aux soviets bolchéviques et de la Réforme calviniste au capitalisme globalisé, la formule de saint Paul n’a cessé de retentir : Que celui qui ne travaille pas ne mange pas non plus ! Sous couvert de moralité et d’équité, elle aura ainsi servi, sur vingt siècles, à la volonté de contrôle et d’efficacité de sociétés aussi diverses que contradictoires. Ce sont ces deux mille ans d’idéologies du travail et de la pauvreté, de l’oisiveté coupable et de la réhabilitation industrieuse, du salaire du péché et du salut productiviste, de la solidarité communautaire et de l’individualisme financier, que récapitule ici Régis Burnet en montrant comment elles ont toutes voulu récupérer le Nouveau Testament à leur profit. De l’annonce du retour imminent du Christ à l’apothéose de la mondialisation marchande, en passant par la promesse radieuse de la constitution stalinienne de 1936, cet essai historique et critique éblouissant montre ce que le pauvre d’hier et le miséreux d’aujourd’hui ont malheureusement d’irréductible.