Les mercredis de l’IESR : J-P Martin pour « La ligue de l’enseignement : une histoire politique (1866-2016) »

INFORMATION IMPORTANTE : En raison d’un soucis de santé, l’événement est reporté à une date ultérieure. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

 

Les mercredis de l’IESR

8 mars 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 117
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]

Intéressé ? Inscrivez-vous
Entrée libre dans la limite des places disponibles


Jean-Paul Martin
pour
La ligue de l’enseignement : une histoire politique (1866-2016)

Discutant : Philippe Gaudin

 

L’école publique gratuite, obligatoire et laïque est de nos jours une véritable institution. Mais comment ces principes sont-ils entrés en vigueur ? Notamment grâce à l’action du mouvement d’éducation populaire créé en 1866 par Jean Macé.
Aujourd’hui, la Ligue de l’enseignement est l’un des plus grands réseaux associatifs français dans le champ de ce qu’on appelle l’éducation populaire. Comment cette ligue s’est-elle constituée et a-t-elle évolué dans la société ? Comment a-t-elle participé à l’avènement et aux transformations de la laïcité ?
Venez rencontrer Jean-Paul Martin, auteur du livre paru à l’occasion des 150 ans de la Ligue, qui dressera un portrait historique et politique de cette confédération d’associations.

Jean-Paul Martin a enseigné à l’université Lille 3 et est membre du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL|CNRS|EPHE)

 

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : Didier Leschi pour « Misère(s) de l’islam de France »

Les mercredis de l’IESR

22 février 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 123
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]

Intéressé ? Inscrivez-vous : bit.ly/IESR-220217
Entrée libre dans la limite des places disponibles

D-Leschi

Didier Leschi
pour
Misère(s) de l’islam de France

Discutant : Philippe Gaudin

 

couverture-miseres-islam

L’islam de France est-il dans une impasse ? La laïcité est-elle en échec ? La République a-t-elle faibli ?
« Il est quelque chose de pathétique dans la présente situation de l’islam en France ». Cette première phrase du livre donne le ton de la réflexion de l’auteur autour d’un état des lieux de l’islam de France.
Didier Leschi – ancien chef du Bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur et, à ce titre, l’un des artisans du Conseil français du culte musulman (CFCM) -, dresse un bilan évoquant tour à tour la construction des mosquées, le port du voile, la diffusion du salafisme, l’apparition du djihadisme, le rôle des imams et des intellectuels.
Venez rencontrer Didier Leschi, qui propose dans son essai, après des clarifications et des distinctions, des pistes très concrètes, praticables et toniques pour sortir de l’impasse.

Didier Leschi est directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Il a été auparavant préfet pour l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis.

Intéressé ? Inscrivez-vous en ligne : bit.ly/IESR-220217

Plus d’informations

Les mercredis de l’IESR : Dominique Iogna-Prat pour « Cité de Dieu, cité des hommes»

Les mercredis de l’IESR

18 janvier 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 117
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre dans la limite des places disponibles

dip

Dominique Iogna-Prat
pour
Cité de Dieu, cité des hommes

Discutant : Christophe Grellard

 

couv-cite-dieu-iognaprat

 

De quand dater l’avènement de l’autonomie humaine dans l’édification, en contexte urbain, de la «  cité », c’est-à-dire du cadre bâti de la société ? De quand dater et comment expliquer le passage de la « cité » de Dieu, à une dissociation des registres et à l’autonomie urbaine de la société chrétienne ?

 

Venez rencontrer Dominique Iogna-Prat qui s’interroge sur ces problématiques à l’occasion de la présentation de son dernier livre.

Dominique Iogna-Prat, est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (ÉHESS).

Plus d’informations

 

Les mercredis de l’IESR : Florence Bergeaud-Blackler pour « Le marché halal : ou l’invention d’une tradition »

Les mercredis de l’IESR

11 janvier 2017 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 123
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre dans la limite des places disponibles


Florence Bergeaud-Blackler
pour
Le marché halal
ou l’invention d’une tradition

Discutant : Stéphane Dudoignon

 

couv-marche-halalDu simple rituel d’abattage au tourisme halal, en passant par les aliments, les médicaments et la mode, le marché halal s’étend sur tous les continents. Qu’est-ce qui a rendu possible un tel élargissement du « système halal », faisant de tout fidèle musulman un consommateur, et de l’Umma une puissance économique ? Comment les intérêts marchands sont-ils passés avant la neutralité de l’Etat et la liberté religieuse ?

A l’occasion de la sortie de son livre, venez échanger autour de ces questions avec Florence Bergeaud-Blackler.

Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue, chargée de recherche au CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-Marseille Université), est une spécialiste reconnue du marché halal en Europe dont elle a suivi l’évolution depuis plus de vingt ans.

Plus d’informations

 

Les mercredis de l’IESR : Philippe Portier pour « L’État et les religions en France : une sociologie historique de la laïcité »

Les mercredis de l’IESR
en partenariat avec le GSRL

9 novembre 2016 à 18h30
EPHE – Bâtiment Le France, salle 123
190 av. de France, Paris 13e [Métro Quai de la Gare]
Entrée libre dans la limite des places disponibles

etat-religion-france-couv

 

Philippe Portier
pour
L’État et les religions en France
Une sociologie historique de la laïcité

Discutant : Jean-Paul Willaime

 

 

 

Comment faire vivre ensemble des individus égaux en droits et différents par leurs convictions ? Pour répondre à ce défi venu de l’avènement de la modernité et de la déconstruction de l’unité de foi qu’elle a impliquée, la France a instauré, à partir de 1789, un régime « laïque » d’existence politique.

Au cours des deux siècles qui viennent de s’écouler, tout en s’adossant, continûment, au double principe de neutralité de l’État et de liberté de conscience, la politique religieuse de la France a épousé des formes variées, sous la pression des conjonctures politiques, et, plus encore, des transformations de la figure même de la modernité.

Le présent ouvrage se propose de rendre compte de ces mutations, en repérant, depuis la Révolution, trois grands moments dans l’agencement de la laïcité.

Philippe Portier est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Histoire et sociologie des laïcités). Il est également directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, CNRS/EPHE).

Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude : entre mythe et réalité

verriere-de-champigny-cliche-mp-terrien
Images de Saint Louis dans les vitraux de Champigny-sur-Veude
Marie-Pierre Terrien – Propos recueillis par Christian Bernard. Éditions Pays et Terroirs, 2007

La chapelle de Champigny-sur-Veude fait partie de la famille restreinte des sept Saintes-Chapelles édifiées du XIIIe au XVIe siècle, qui ont résisté aux vicissitudes du temps : celles de Paris et de Vincennes (chapelles royales), Riom, Châteaudun, Aigueperse, Champigny-sur-Veude et Vic-le-Comte (chapelles princières). Les Saintes-Chapelles de Vivier-en-Brie, Gué-de-Maulny, Bourges et les deux chapelles de Bourbon l’Archambault ont été détruites. Partie intégrante d’un château royal ou princier, une Sainte-Chapelle doit avoir été fondée par Saint Louis (1214-1270) ou par l’un de ses descendants. Ces édifices sont décorés à profusion de portraits du roi et des princes fondateurs, d’armoiries, d’emblèmes héraldiques et de devises. Toutefois, une Sainte-Chapelle n’est pas une chapelle princière ordinaire. Elle est un écrin, qui abrite des reliques de la Passion. C’est sa fonction essentielle. Le message religieux est donc également très important. Les chanoines sont les gardiens de ces reliques, ils sont chargés de célébrer des messes pour le fondateur et ses descendants.
La Sainte-Chapelle de Champigny a été fondée à la fin du XVe siècle par Louis Ier de Bourbon. Sa nef abrite onze verrières, hautes de plus de huit mètres. Démontés à la Révolution et cachés, puis de nouveau déposés en 1940, ces vitraux remarquablement bien conservés ont la réputation bien méritée d’être les plus beaux vitraux Renaissance de France. Ils sont divisés en trois registres superposés. Dans le soubassement sont représentés les descendants de Saint Louis. Tous ces personnages sont agenouillés sur un prie-Dieu qui porte leurs armes, et leur nom est inscrit dans un cartouche de verre blanc. Ils sont tournés en direction de la verrière centrale, qui représente la Crucifixion ainsi que le couple fondateur, Saint Louis et son épouse Marguerite de Provence. Cette disposition forme comme une procession, elle est une mise en scène ostentatoire qui permet à la famille de Bourbon-Montpensier d’affirmer sa puissance et de rappeler que Saint Louis, leur ancêtre, leur a transmis une parcelle de son sang royal. Dans les deux autres registres, une scène unique occupe toute la baie. Elle n’est pas constituée de multiples épisodes juxtaposés et superposés comme dans les vitraux du Moyen-Âge, mais constitue un véritable tableau qui ne tient pas compte des meneaux de pierre. Le registre central, le plus important, est une évocation de la vie de Saint Louis, depuis son sacre à Reims le 29 novembre 1226 jusqu’à sa mort à Tunis le 25 août 1270. Le roi est mis en parallèle avec le Christ, dont la Passion est représentée dans le tympan. La lecture des verrières se fait du bas vers le haut, des Bourbons vers le Christ.
Un important corpus de biographies de Louis IX a été produit par les hagiographes à la fin du XIIIe siècle, afin de le glorifier en vue de sa canonisation. S’intéressant davantage au saint qu’au souverain, elles ont véhiculé le portrait d’un roi mythique. Trois images principales, qui veulent souligner sa piété, s’en dégagent : un roi héritier des rois de l’Ancien Testament, un roi très chrétien qui pratique la charité et un roi guerrier qui part en croisade sur les pas du Christ. Les images de Saint Louis, proposées dans les verrières de la Sainte-Chapelle de Champigny-sur-Veude concordent avec ce portrait idéalisé du souverain. Le cardinal de Givry, qui a offert les vitraux, a joué un rôle fondamental dans la réalisation de ce programme iconographique très abouti. Homme d’Église, mais aussi grand mécène, il était au contact des humanistes de son temps. Enrichis par les sources de la Renaissance, les vitraux de Champigny-sur-Veude véhiculent un message qui vise également à célébrer Louis Ier de Bourbon, dont les hauts faits répètent ceux de son ancêtre, le roi Très saint. Ils rappellent à la fois son courage quand il part faire les guerres d’Italie et sa ferveur religieuse quand il lègue des reliques de la Passion à la collégiale.

  • Par Marie-Pierre Terrien, chargée de cours à l’Université du Maine (Le Mans)
  • Propos recueillis par Christian Bernard, correspondant de l’IESR à Poitiers

 Chronique d’un lycée laboratoire 

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin  

Le 1er juillet 2015, je disais lors du mercredi des lettres à L’IESR : « Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves ». Je pourrais hélas reprendre les mêmes mots pour décrire ce qui s’est passé au lycée au lendemain des évènements du 13 novembre.

A une nuance près : si la soudaineté et la brutalité des attentats de novembre nous ont tout autant choqués que celles des attentats de janvier, les enseignants et les personnels de direction du lycée étaient sans doute mieux « armés » pour faire face aux conséquences. Et ce grâce à une réflexion en profondeur sur la laïcité et l’enseignement des faits religieux menée sans discontinuité depuis janvier 2015 et des actions sur le long terme qui tentaient d’échapper aux contraintes de l’urgence.

Trois principes ou trois axes d’action pour cette année :

  • Poursuite de la réflexion autour des valeurs républicaines et de la laïcité ; réflexion collective et autogérée : les enseignants choisissent les thèmes et fixent le calendrier des réunions – la présence du proviseur n’ôte rien à cette autonomie des équipes puisqu’il n’est pas là pour rappeler les consignes du ministère mais pour participer à la réflexion commune.
  • Enseignement de la laïcité et des faits religieux dans le cadre des disciplines ou dans un cadre interdisciplinaire. Exemples :
    • deux EMC interdisciplinaires en terminale, un en terminale S, philosophie – sciences de la vie et de la terre, autour des questions d’éthique posées par les progrès scientifiques en biologie, médecine, chirurgie, le second en terminale L,  philosophie – histoire sur le thème de la laïcité libératrice ;
    • l’étude de la prière dans l’Antiquité en LCA (latin et grec) ;
    • le parcours citoyen en EMC;
    • rencontres inter – lycées de deux classes de terminale ES du lycée Cassin et du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles débouchant sur une enquête sociologique croisée autour des pratiques et valeurs de chacun (disciplines concernées : philosophie – sciences économiques et sociales)
  • Formation des enseignants du lycée et formation des enseignants du bassin avec l’IESR. Rappel : le 14 avril 2015, conférence de Philippe Gaudin sur l’enseignement et la laïcité au lycée Cassin ; le 7 mai, stage de bassin (Etampes) sur les valeurs de la République au lycée Cassin. En 2016 : le 10 septembre, présentation par Renaud Rochette aux professeurs du lycée du site et des missions de l’IESR, du site et des programmes de l’IERS puis les 2 et 11 février, un autre temps fort, nouveau stage de bassin sur « Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC ». Enfin, l’enseignement des faits religieux sera un des thèmes d’un stage de formation des enseignants en lettres classiques (Langues et cultures de l’Antiquité) inscrit au Plan Académique de Formation de l’académie de Versailles organisé au lycée Cassin les 7 et 12 avril.

Laïcité, enseignement du fait religieux et EMC 

Parmi les leçons que nous avons tirées de l’année 2015, celles-ci nous semblent essentielles :

  • Il nous faut sortir de l’isolement (du professeur dans sa classe et de l’établissement dans sa position géographique et dans son fonctionnement)
  • Il nous faut un soutien extérieur de compétences et de culture sur ces questions, même si des ressources humaines très importantes existent dans ce lycée.

D’où l’idée que j’ai soumise à Philippe Gaudin et Monique Legrand d’inscrire l’action de l’IESR dans les territoires au travers d’une collaboration avec des établissements scolaires relais au sein des académies.

Cette idée a remporté auprès d’eux un succès auquel je ne m’attendais guère… Et par conséquent il a fallu commencer très vite à la traduire dans les faits.

D’où ce projet d’un stage de formation des enseignants sur le bassin d’éducation d’Etampes [définition du bassin] avec le concours de l’IESR, et par conséquent de Philippe Gaudin et de Monique Legrand que je remercie vivement ici. Je focalise ce petit exposé sur ce stage qui s’est construit en partie sur nos  pratiques pédagogiques et qui en quelque sorte résume ce premier semestre 2015-2016.

I – Un stage commun IESR – Lycée

Les objectifs :

  • 1er objectif : contribuer à la formation des professeurs de collège, particulièrement concernés par la réforme et des professeurs de lycée.
  • 2ème objectif : montrer que les deux questions de la laïcité et de l’enseignement des faits religieux doivent mobiliser des professeurs de toutes disciplines y compris dans le cadre de l’EMC. « Vaste programme ! ».

Les contenus

Sur trois demi-journées (2 et 11 février) :

  • Le 2 février au matin : la conférence de Philippe Gaudin sur Laïcité, enseignement du fait religieux et EMCdont l’importance est à souligner. En ce sens que sur ces questions qui laissent bon nombre d’enseignants désemparés il est nécessaire et possible de construire des démarches pédagogiques qui s’appuient sur une réflexion de haut niveau, réflexion qui, en torpillant les idées reçues, en remettant en cause les  discours paresseux et convenus, légitime sur le terrain des expérimentations et des actions comme celles menées au lycée Cassin.
  • Le 2 février après-midi et le 11 au matin : trois ateliers menés par six professeurs du lycée Cassin d’Arpajon et un professeur du Lycée Einstein de Sainte Geneviève des Bois (dont quatre référents « laïcité » nationaux ou académiques) sur les thèmes pluridisciplinaires suivants : enseignement des faits religieux (français – latin – grec), parcours citoyen (EMC – histoire – philosophie), questions de science – questions d’éthique (Sciences de la vie et de la terre – philosophie). Ces trois ateliers s’appuyant sur des séquences pédagogiques élaborées par les enseignants au cours du premier semestre de l’année scolaire et sur des échanges de pratiques entre participants au stage, permettaient de montrer que les établissements scolaires étaient bel et bien le lieu où l’on doit et où l’on peut s’approprier les injonctions programmatiques, où au-delà de ces programmes, on peut réfléchir et élaborer des réponses intelligentes aux interrogations des élèves, et les faire accéder à une culture émancipatrice et libératrice (et je ne crains pas les redondances en la matière).
  • Les animateurs des ateliers :
    • Enseignement des faits religieux : Emilie Nguyen, professeur de lettres classiques, référent laïcité académique, Béatrice Beltrando, professeur de lettres modernes, toutes deux au lycée René Cassin
    • Construction du parcours citoyen : Muriel Bellemere, professeur de sciences physiques, référent laïcité académique, Isabelle Durand, professeur d’histoire – géographie, référent laïcité national, toutes deux au lycée René Cassin, Benoît Charruau, professeur de philosophie au lycée Albert Einstein à Sainte Geneviève des Bois, référent laïcité académique
    • Questions de sciences, questions d’éthique : Alexandre Buteau, professeur de philosophie, Nathalie Arson, professeur de sciences de la vie et de la terre, tous deux au lycée René Cassin

II – Le bilan

  • Les stagiaires : une soixantaine de stagiaires présents à la conférence de Philippe Gaudin : professeurs, CPE, personnels de direction ; présence du Directeur académique adjoint de l’Essonne. Une cinquantaine dans les ateliers (les chefs d’établissement sont retournés à leurs occupations). Pour les deux tiers, des professeurs de collège ; le dernier tiers, des professeurs de lycée général et technologique et de lycée professionnel.
  • Disciplines représentées : majoritairement l’histoire – géographie, (dont, actuellement, les professeurs assurent quasi-exclusivement l’enseignement de l’EMC) ; de façon très minoritaire : les lettres, les sciences économiques et sociales, les sciences physiques. A noter aussi la présence de professeurs documentalistes. Absents : les enseignements artistiques, la philosophie, l’EPS.
  • Les établissements représentés : nous l’avons vu, des collèges en majorité. Mais la proportion de lycées n’était pas négligeable et ce panel était assez représentatif de la proportion collèges – lycées dans le bassin d’Etampes. On notera que les établissements présents avaient envoyé plusieurs enseignants, ce qui a permis à la fois des regroupements dans un même atelier et la présence de tous les établissements ou presque dans chacun des ateliers. Un regret cependant : l’absence de quelques établissements du bassin qui me semblent situés dans des endroits sensibles.
  • Réactions des stagiaires :
    • très grande satisfaction concernant l’intervention de Philippe Gaudin
    • pas de défections entre le 2 et le 11 février, ce qui est bon signe !
    • expression d’inquiétudes multiples et d’un besoin profond de formation ;
    • échanges d’expériences nombreux (par exemple à propos de l’insertion de la charte de la laïcité dans les carnets de liaison, ce qui a parfois provoqué la colère de certains parents, à propos des pressions « sociales » exercées par certains élèves sur d’autres élèves, etc.) ;
    • des évolutions notables : au départ, certains stagiaires ne se sentaient pas à leur place (raisons possibles : la diversité collèges – lycées, l’intitulé du stage…) mais ils se sont très vite impliqués dans les échanges ; on est passé d’une conception « étriquée » de la laïcité qui ne faisait pas sa place à l’enseignement des religions à des perspectives plus larges en particulier par les cartes heuristiques qui montrent les points de rencontre entre les faits religieux et les programmes
    • un regret exprimé par les stagiaires : n’avoir pu participer qu’à deux ateliers sur trois, ce qui est un autre bon signe !
    • enfin les formateurs étaient eux aussi heureux !
  • et après ? Nous sommes dans la double hypothèse suivante :

    • les actions menées au lycée s’intensifient et se diversifient ; en particulier l’EMC doit devenir sur l’ensemble du lycée (et non plus seulement sur quelques classes) le lieu d’une approche pluridisciplinaire de la laïcité ; les faits religieux sont pris en compte dans leurs dimensions et leurs complexités sociologiques, historiques, culturelles, philosophiques et scientifiques. Ce qui suppose un élargissement de la problématique aux disciplines et aux enseignants qui ne s’en sont pas encore emparée.
    • le stage devrait être reconduit en 2016 – 2017, sous une forme qui tienne compte de nos satisfactions et de nos insatisfactions (comment élargir notre public à davantage de disciplines, à davantage d’établissements ? Faut-il nous focaliser encore une fois sur l’EMC ? etc.

Double hypothèse qui s’appuie sur le constat suivant et qui se confronte à lui : on ne s’adresse pas qu’à un seul élève mais à une multitude ; on ne peut convaincre un élève en une heure de cours, on travaille dans la durée ; on ne peut se limiter à l’EMC et pour élargir notre champ d’action, nous sommes encore bien peu nombreux.
D’où la nécessité de continuer notre travail de formation, avec le soutien indispensable de l’IESR.

III – Comment monter un stage d’établissement ou inter – établissements.
Quelques conseils…

  • Toute académie propose sur une année scolaire un plan académique de formation (quel que soit le nom adopté). Mais si les formations proposées ne conviennent pas, il est possible de demander des formations sur mesure, stage d’établissement ou inter – établissements (au niveau du bassin, voire du département).
  • S’adresser à la division académique chargée de la formation (DAFPA pour l’Académie de Versailles) pour instruire la demande.
  • Les soutiens indispensables : le chef d’établissement (surtout s’il doit héberger le stage), un ou plusieurs inspecteurs pédagogiques régionaux.
  • Quels formateurs ? Les référents « laïcité » (par conséquent des professeurs, vous !), des inspecteurs, l’IESR (dans la mesure des possibilités).
Bertrand Villain,
proviseur du lycée René Cassin – Arpajon (91)

Laïcité et enseignement des faits religieux au lycée René Cassin

L’IESR poursuit les travaux de groupes de réflexion par discipline sur le traitement de la laïcité et des faits religieux en lien avec des inspecteurs EN, notamment en Lettres et en Philosophie, les résultats en sont diffusés sur le site internet. Ces groupes de travail constituent une base de recherche alimentée en continue sur l’enseignement des faits religieux.

Le Groupe Faits religieux et enseignement des Lettres est animé par Monique Legrand, ancienne inspectrice de Lettres, et par Philippe Gaudin.

 

I – Savoir répondre dans l’urgence

Au lendemain même des événements qui ont frappé Paris le 7 Janvier 2015, les professeurs du lycée Cassin ont répondu dans l’urgence aux interrogations et à la très vive émotion des élèves. Malgré le caractère exceptionnel de la situation et la complexité  des réactions et des questions, ils ont pu le faire avec d’autant plus de tact et d’efficacité qu’ils ont anticipé le désarroi des élèves et qu’ils ont su préparer leurs interventions en passant par la médiation des textes littéraires et des documents historiques (Ici, c’est le proviseur admiratif de la réactivité et de l’intelligence professionnelle des enseignants qui parle ; les enseignants, eux, ont tendance –et on peut les comprendre- à mettre l’accent sur la difficulté de leur mission en de pareils moments).

Nous avons donc proposé à nos classes la lecture de textes et documents, chacun suivi d’une discussion proposant de mettre en relation ce qu’ils venaient de lire et ce qu’ils comprenaient ou ressentaient des attentats. Nous avons particulièrement veillé à ne pas proposer de documents polémiques ou de textes mettaient en cause une religion particulière.

  • De Montesquieu, l’extrait de la Lettre XLVI des Lettres persanes, qui évoque l’intolérance religieuse.
  • De Voltaire, la section II de l’article « fanatisme » du Dictionnaire philosophique portatif, qui décrit et dénonce le fanatisme religieux.
  • De Camus, un extrait de l’Homme révolté, qui montre qu’opposer un refus c’est aussi affirmer des valeurs (pour donner un sens au « Je suis Charlie ».
  • Les articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, articles portant sur la liberté de conscience et la liberté d’expression.
  • Un dessin paru dans le New Yorker : une page vide portant en guise de légende « Please enjoy this culturally, ethnically, reliously and politically correct cartoon responsibly, thank you. »

Les classes ont été sensibles à cette démarche et les échanges riches et respectueux. Nous avons amorcé une réflexion sur la laïcité et avons pu mesurer à cette occasion la nécessité de creuser cette question avec nos élèves. »

En histoire – géographie, une professeure propose une mise à distance des événements :

  • Réflexion sur les mots « attentats » « terrorisme » « islamisme »
  • Rappel des vagues de terrorismes qui se sont succédées depuis un siècle
  • Développement autour des attentats anarchistes de la fin du XIXe siècle
    • Caractère international
    • Cibles visées
    • Objectifs ;
    • nihilistes, rapport à la violence
    • Entre l’action politique et le gangstérisme (l’exemple de Jules Bonnot)
  • Conséquence en France sur la liberté de la presse : rappel de la loi sur la liberté de la presse de juillet 1882 et vote des « lois scélérates » de 1894.

II Sortir de l’urgence

Dans le prolongement de cette première réponse, il est apparu nécessaire de réfléchir collectivement pour traiter en profondeur une double question (qui n’en fait qu’une) : l’enseignement de la laïcité et du (ou des) fait(s) religieux, questions bien présentes dans les programmes mais pas toujours traitées de façon approfondie, souvent par peur précisément de trahir le principe de laïcité trop souvent perçu comme silence imposé sur le fait religieux.

A l’initiative des enseignants, une première réunion s’est tenue le 22 janvier 2015 de 18h à 20h. Le nombre (environ 35) et la diversité des participants à cette réunion – du côté des enseignants, toutes les disciplines étaient représentées, les CPE et des assistants d’éducation, l’infirmière, le proviseur étaient également présents – témoignent du besoin d’une réflexion commune tirant parti des expériences et des analyses de chacun. Cela apparait comme une nécessité citoyenne et professionnelle dans l’exercice de nos fonctions au sein de l’Education Nationale.

Cette réunion  a permis de faire le point sur les réactions des élèves et les réponses apportées :

  • Les élèves ont sollicité les enseignants, la vie scolaire et l’infirmière.
  • Ils ont aussi de façon autonome manifesté à l’échelle du lycée leur condamnation des attentats notamment par la production de dessins (sur le thème : « Je suis Charlie ») ou affichage de citations.
  • Les entretiens individuels avec les élèves révèlent des inquiétudes diverses exprimées plus ou moins clairement et une demande de clés de compréhension de ces événements. Nombre de passages à l’infirmerie sont directement liés aux événements.
  • Dans le cadre des classes, de nombreuses séances ont cherché à mettre à distance les événements : réflexion sur des textes portant sur la tolérance religieuse, le fanatisme… mise en parallèle avec des cycles antérieurs de terrorisme… Les élèves semblent avoir apprécié cette démarche.
  • Les entretiens individuels avec les élèves révèlent des inquiétudes diverses exprimées plus ou moins clairement et une demande de clés de compréhension de ces événements. Nombre de passages à l’infirmerie sont directement liés aux événements.

Et de faire le bilan des interrogations et des besoins :

  • La laïcité apparait mal comprise, mal interprétée probablement du fait d’une insuffisance de culture permettant de la comprendre et de l’enraciner.
  • L’enseignement du fait religieux, qui par nature se distingue de toute forme de catéchèse, peut donner des clés de compréhension de certains phénomènes contemporains et développer l’esprit critique. Il peut être intégré à un ensemble très large de disciplines enseignées.
  • La liberté d’expression est très fortement questionnée par les élèves : quelles sont ses limites ? Est-elle équitablement mise en application ?ainsi que par les enseignants : n’ont-ils pas progressivement développé une forme d’autocensure (choix du vocabulaire, des expressions…) ?
  • Les sources d’information des élèves (chaines TV d’information continue, certains sites internet) doivent être passées au crible de l’esprit critique ; elles amplifient des événements dramatiques, elles peuvent causer des traumatismes visuels. Certaines relaient des rumeurs ou des théories du complot. Les élèves s’interrogent sur le droit de rire de tout dans les médias, dans la littérature. Il s’agit de réfléchir aux moyens de la prévention et aux méthodes de déconstruction de ces discours notamment par l’apprentissage d’un usage critique d’internet et une éducation aux médias renforcée.
  • Le vocabulaire communément utilisé pour nommer des phénomènes de société construit peu à peu une grille de lecture qui s’impose comme clé d’explication de la réalité. Ainsi l’abus de l’usage du mot « communauté » n’induit-il pas une vision fragmentée de la société génératrice d’exclusion ? D’autres termes galvaudés sont vidés de leur sens et leur usage dévoie le concept qu’ils portent. Il importe de mener une réflexion sémantique de fond.
  • Les inquiétudes des élèves relevées jusqu’à présent par l’équipe éducative sont d’ordre sécuritaire (sécurité personnelle, intérieure et géopolitique) et portent sur leur avenir (notamment chez les élèves qui se présentent comme musulmans et qui s’interrogent sur leur insertion à venir dans la société et la vie professionnelle). Les enseignements et les interventions portant sur l’égalité peuvent contribuer à répondre à cette crainte qui dépasse toutefois les limites de notre action.
  • Les inquiétudes des professeurs : on parle de pluridisciplinarité ou de transversalité de l’enseignement du fait religieux, comment faire quand on est professeur de français et pas spécialiste des beaux arts ? quand on est professeur de SVT quelle place prendre dans cet enseignement ? comment pouvons-nous décrypter le rôle des médias ou Internet ?

III. Le projet : répondre collectivement dans la durée.

Ces dernières interrogations sont révélatrices d’un symptôme, celui de la grande solitude de certains enseignants (malgré les nombreux projets pédagogiques communs à plusieurs enseignants voire à plusieurs équipes). Comment faire face dans ces conditions ? Il faut sortir de l’isolement (comme de l’urgence) et jouer collectivement à plusieurs niveaux :

  • être dans le dialogue avec les élèves
  • réfléchir et agir en équipe au sein de l’établissement
  • s’ouvrir sur l’extérieur et rechercher les ressources et les partenariats utiles et nécessaires dans l’enseignement supérieur
  • s’ouvrir sur les autres établissements d’enseignement pour échanger les expériences et impulser des dynamiques nouvelles

Quelle direction donner à notre réflexion et à nos actions ?

Avec les élèves :

  • Recueillir la parole des élèves de toutes les classes comme cela a été initié après les évènements : chaque élève s’exprime par écrit et de façon anonyme.
  • Organiser des moments d’échanges avec les élèves, en nous appuyant sur le conseil de la vie lycéenne (CVL), les délégués des élèves et leurs élus au CA.

Avec les collègues :

  • par équipe disciplinaire :
    • envisager la mise en œuvre de nos programmes en ayant à l’esprit la nécessité constante de l’exercice de l’esprit critique et du renforcement des valeurs communes.
    • Avoir une réflexion sémantique approfondie.
  • De façon transdisciplinaire :
    • organiser des groupes de réflexion aux thématiques définies après avoir dégagé les besoins de nos élèves. Chaque groupe composé d’un nombre limité de participants, collecte des informations, envisage éventuellement des mises en activité pour les élèves et alimente un site de partage ouvert aux membres de l’équipe éducative, mettant à la disposition de chacun des ressources utiles.
    • réfléchir à des formations ou des journées de réflexion autour de spécialistes, notamment sur la question de la laïcité.
    • Renforcer au CDI la présence de ressources portant sur la laïcité et le fait religieux.

Nous restons convaincus qu’il faut s’adresser à l’intelligence de nos élèves en leur permettant qu’acquérir les connaissances, les outils conceptuels et le recul critique leur permettant de résister aux peurs, replis et rejets qui pèsent comme des menaces sur notre société. Pour cela, nous devons nous doter de leviers efficaces qu’un travail collaboratif doit nous permettre de créer et de développer.

La consultation des élèves
La consultation des élèves s’est déroulée dans les conditions prévues lors de la réunion du 22 janvier. Les élèves ont exprimé de façon sincère et très mature leurs interrogations, leurs inquiétudes, leurs souhaits, le tout sans aucune provocation.
Le dépouillement et l’analyse de leurs réponses font apparaître cinq grands thèmes de réflexions :

  • Les médias : journaux, télévision, Internet.
  • Définition et enseignement de la laïcité.
  • Le fait religieux dans l’enseignement.
  • L’angoisse du terrorisme et de la guerre, la sécurité intérieure.
  • La lutte contre les discriminations et les exclusions, avec une inquiétude particulière chez certains de nos élèves musulmans pour leur future insertion professionnelle, et sur un plan très local, le cloisonnement entre les différentes classes (les élèves d’une terminale ES-L ont demandé l’ouverture de lieux de paroles qui brasseraient les élèves de toutes les classes).

Quelles réponses ?
Il s’agit pour l’ensemble des équipes éducatives de répondre à la fois rapidement pour ne pas décevoir les élèves en leur laissant le sentiment qu’ils sont livrés à eux-mêmes mais aussi de construire et de nourrir des réponses, de leur donner du contenu, sur le long terme et ne pas se contenter d’alimenter un feu de paille.

 

Travailler avec les élèves : quels objectifs, quels moyens ?

Nos objectifs :

  • faire en sorte que le lycée devienne le lieu d’une réflexion réellement collective, que les élèves se l’approprient et que ce caractère collectif trouve son expression dans la refonte du projet d’établissement et dans la réécriture du règlement intérieur et en devienne le fil conducteur.
  • Faire en sorte que la laïcité, y compris dans l’application de la charte de la laïcité et son expression dans le règlement intérieur, apparaisse non comme un catalogue de contraintes mais comme le garant de la liberté des élèves
  • Faire en sorte que l’enseignement des faits religieux ne soit un tabou ni pour les enseignants ni pour les élèves

 Les moyens :

  • Impulser des rencontres professeurs- élèves avec le CVL. Vérifier que les thèmes évoqués dans la consultation sont bien ceux qui préoccupent les élèves (il peut y en avoir d’autres)
  • Organiser des espaces de paroles avec deux voire trois modérateurs adultes. Les participants s’expriment librement sur les thèmes choisis dans le respect des opinions d’autrui et des personnes. Au-delà de la thématique abordée, l’attitude dans le dialogue est apprentissage de la laïcité.
  • S’appuyer sur l’EMC mais aussi sur l’accompagnement personnalisé en particulier pour le travail sur les medias et Internet

Mobiliser les équipes pédagogiques et éducatives
Si l’enseignement de la laïcité trouve sa place naturelle dans l’EMC ne peut-il être aussi envisagé dans une perspective pluridisciplinaire (rapport Joutard, Pour une laïcité d’intelligence, Philippe Gaudin) où tous les enseignements seraient impliqués : les sciences humaines bien sûr (philosophie, histoire et géographie, économie, sociologie) mais aussi les lettres, les langues vivantes, les arts, et encore les sciences physiques et les sciences de la vie et de la terre ? Le tableau ne serait pas complet sans les mathématiques par lesquelles les élèves peuvent apprendre comment, par quels canaux les connaissances se transmettent d’une civilisation à l’autre. Ce questionnement sur la transmission de la philosophie, des mathématiques et des sciences (géographie ou médecine par exemple) s’appuiera nécessairement sur les langues et cultures de l’Antiquité ce qui permettra dans une perspective « méditerranéenne » de mettre à jour et de faire tomber quelques préjugés.

Nos objectifs :

  • Rendre possible un véritable travail collaboratif entre les équipes disciplinaires…
  • … Pour répondre durablement aux attentes des élèves non seulement sur le moment mais aussi et surtout à moyen et long terme.

Les moyens :

  • Cinq ateliers de réflexion sur les thèmes retenus pour les espaces de paroles : formation au décryptage des médias, enseignement de la laïcité, le fait religieux dans l’enseignement, la géopolitique, la lutte contre les discriminations et les exclusions. Le but de ces ateliers est de croiser des points de vue sur des situations vécues en classe et d’y apporter des réponses collégiales, d’apporter des ressources permettant aux professeurs de traiter dans leur classe des sujets d’actualité à la demande des élèves ou des aspects du programme dans lesquels ils se sentent peu à l’aise, mettre en place des actions éducatives : conférences, accompagnement personnalisé, sensibilisation des élèves au fonctionnement d’une école laïque, parcours citoyen de la seconde à la terminale, association des élèves via le CVL.
  • Création d’un site sur invitation sur lequel on trouverait : les productions de chaque atelier, des propositions de mise en activité des élèves, des axes de recherche, des ressources bibliographiques, etc.
  • Création au CDI d’un fonds dédié à la laïcité, à l’enseignement du fait religieux, aux faits de société.
  • Formation des enseignants : stages d’établissement.
  • Rencontres thématiques ouvertes à tous les personnels à raison d’une par trimestre avec des intervenants extérieurs
  • Et bien évidemment, utilisation de toutes les ressources mises à disposition dans le cadre des onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République.

III. Les actions : premier bilan.

22 janvier : 1ère assemblée générale des personnels enseignants et d’éducation du lycée René Cassin

5 février : 1ère réunion du Conseil de la Vie Lycéenne

3 mars : 2e réunion du Conseil de la Vie Lycéenne

3 mars : 2e assemblée générale des personnels

Du 7 au 14 avril : ateliers sur l’enseignement du fait religieux, l’enseignement de la laïcité, la lutte contre les discriminations, les médias, la géopolitique

9 avril : conférence des délégués des élèves

14 avril : conférence de Philippe Gaudin « Laïcité, fait religieux, école » au lycée René Cassin

7 mai : journée de formation pour les personnels enseignants et d’éducation du bassin d’Etampes au lycée René Cassin

28 mai : groupe de réflexion et parole élèves – enseignants

15 juin : réunion- bilan de l’ensemble des ateliers et programme 2015-2016

Dans ce calendrier, on remarquera les deux réunions du CVL et la conférence des délégués. La première réunion du CVL avait pour ordre du jour la préparation du Conseil d’administration du lycée. Lors de cette séance,  ont été évoqués les évènements de janvier et les délégués lycéens ont exprimé leurs souhaits d’une information de fond par les enseignants et d’une réflexion menée avec eux.

Ces souhaits ont été précisés lors de la deuxième réunion entièrement consacrée à la laïcité et à l’enseignement du fait religieux. Le principe d’ateliers de réflexion et de paroles élèves –enseignants a été adopté. Il a été également décidé d’une réunion de tous les délégués de classe pour annoncer ces ateliers et pour faire un point d’information que les délégués répercuteraient à leurs camarades.

Cette conférence des délégués s’est tenue en deux temps : d’abord un exposé et une analyse très précis des faits par deux enseignants, un professeur de philosophie et un professeur d’histoire – géographie puis un échange très libre de questions-réponses entre les élèves et eux. On a pu observer que les préoccupations qui s’étaient révélées dans la consultation écrite et anonyme de l’ensemble des élèves étaient toujours présentes et qu’elles s’exprimaient avec force mais aussi avec calme et respect de la parole d’autrui. Néanmoins il est également apparu que si cette conférence des délégués était nécessaire, il fallait pour que chacun puisse prendre la parole, recourir à des ateliers en petits groupes comme prévu.

Cette conférence a eu aussi le mérite de mettre au jour certaines nuances : même si très majoritairement et spontanément nos élèves sont sensibles aux thèmes laïcs de la liberté d’expression et du respect de la pensée d’autrui, quelques-uns des délégués voient précisément dans la laïcité et dans l’enseignement des faits religieux au lycée une atteinte à leur liberté d’expression.

Un rapide résumé de nos ateliers fait apparaître quelques grandes questions : la difficulté pour beaucoup d’enseignants de se placer dans une démarche pluridisciplinaire, l’analyse critique des médias et du déferlement d’images, la construction d’un discours qui ait un sens pour nos élèves. Notre propos est aujourd’hui d’entretenir la flamme et la richesse de la réflexion et de l’action.

Ce fut l’un des buts de la réunion du 15 juin qui a permis de dresser un bilan sans concessions de ce premier semestre.

Les priorités initiales se confirment :

Les « ateliers-débats » ouverts aux élèves : un atelier a pu être organisé (faisant suite à une demande des élèves du CVL) le jeudi 28/05, ouvert à tous les élèves du lycée désirant y participer sur un créneau méridien important (3 heures) autour du thème de la laïcité. Des professeurs volontaires ont encadré cet atelier. Un double constat peut être fait.

Tout d’abord, celui de la faiblesse de la fréquentation (manque d’information sur l’atelier ; la pratique n’est pas dans les habitudes des lycéens, certains élèves passant devant la salle n’ont pas osé y entrer…) ; il est à noter qu’une demi classe est venue une heure avec son professeur et la présence d’élèves en nombre a facilité la participation spontanée d’autres élèves volontaires.

Ensuite, la qualité des échanges entre les élèves a été remarquable à la fois dans le contenu des propos et dans l’écoute et le respect mutuel.

L’expérience sera reconduite l’année prochaine, d’autant plus que la demande émane des représentants des élèves au CVL. Toutefois, il conviendra de ne pas trop compter sur la spontanéité des élèves, du moins le temps que la pratique s’installe, et convier une demi classe au débat afin de créer une émulation parmi les élèves. Les thèmes des débats sont suggérés par l’ensemble des élèves qui déposent dans une urne leurs propositions.

Pour renforcer l’implication des élèves dans la réflexion sur les valeurs de la République, on envisage de s’inscrire d’avantage et de façon collective dans les journées de célébration nationale. Une ou plusieurs classes auraient la charge de réaliser une production en rapport avec la journée retenue (exposition, film, conférence…) à destination de l’ensemble du public du lycée. Chaque classe du lycée serait sensibilisée, dans les cours, sur l’action afin de rendre les élèves réceptifs à ce qui leur sera proposé. Deux dates sont retenues pour l’année 2015-2016 : le 9 décembre (Journée de la laïcité) et le 8 mars (Journée des droits des femmes). Une troisième date restera à déterminer au moment de la rentrée.

Pour les membres de l’équipe éducative :

  • La création d’un site internet de mutualisation des productions des ateliers, alimenté et à destination des acteurs de ces ateliers. Y seront déposés des comptes-rendus d’ouvrages, sites Internet…, des textes de référence et des propositions d’activités pour les élèves. Une rubrique « projets » est prévue afin de rendre visibles les actions menées au sein de chaque classe. Les personnels seront invités à s’inscrire sur ce site à la rentrée.
  • Faire des faits religieux un objet d’enseignement et de réflexion sur la laïcité au sein des programmes disciplinaires : ainsi en langues et cultures de l’antiquité, l’étude de Basile de Césarée et des encouragements qu’il prodigue aux jeunes chrétiens à l’étude des philosophes païens, ainsi en théâtre, l’étude de la pièce de Lessing, Nathan le sage.
  • Renforcer le travail en commun, des projets émergent déjà : par exemple une approche philosophique et scientifique (sciences de la vie et de la terre) de quelques grandes thématiques : la distinction animalité/humanité autour des notions de nature/culture, déterminisme/liberté ; la « dualité » matière/esprit à la lumière des connaissances scientifiques ; les questions éthiques posées par les progrès scientifiques ; la théorie de l’évolution des espèces ; la confrontation des récits mythologiques ou religieux avec les théories scientifiques sur les origines de l’univers, etc.
  • Développer les partenariats avec des instituts de recherche (notamment l’IESR), et cela sur deux axes :
    • L’organisation d’une réflexion collective de l’équipe éducative (et pas seulement des professeurs) qui relève à la fois de l’autoformation (du citoyen et de l’éducateur) et de la mutualisation des pratiques pédagogiques et de vie scolaire.
    • Cette démarche nourrit les actions mises en œuvre auprès des élèves dans tous les temps de la vie au lycée lors des cours et en dehors.

Ce que nous entrevoyons à ce stade c’est un premier succès sur la rupture de l’isolement des enseignants :

  • Rupture de l’isolement pédagogique puisque des équipes pluridisciplinaires se constituent autour de la réflexion sur la laïcité et les faits religieux et la constitution d’un site d’échanges de documents, de réflexion et de cours
  • Rupture de l’isolement dans la réflexion grâce à l’établissement de relations étroites avec l’IESR
  • Rupture de l’isolement « géographique » et hiérarchique puisque le lycée prend en mains avec le concours des inspections pédagogiques la formation des enseignants d’un bassin d’éducation sur ce thème

Et par conséquent la création d’une dynamique qui nous fait sortir de nos limites territoriales et temporelles.

Nous y avons été grandement aidés par les corps d’inspection et par l’IESR. Après avoir envoyé le compte-rendu de notre réunion du 22 janvier (dont s’inspire largement ce rapport) au DASEN de l’Essonne, aux Inspections pédagogiques régionales ainsi qu’à l’IESR, trois professeurs du lycée René Cassin ont été mobilisés comme référents- formateurs laïcité : une enseignante d’histoire- géographie au niveau national, une de lettres classiques et une de sciences physiques au niveau académique qui ont animé une première journée de formation pour les enseignants du bassin d’Etampes, premier et second degrés le 7 mai. Journée qui s’inscrit (on le souhaite) dans un plan pluriannuel.

Et Philippe Gaudin nous a fait l’amitié de donner une conférence au lycée Cassin sur le thème « Laïcité, fait religieux, école ». Cette conférence a été pour tous ceux qui ont eu la chance d’y assister, un grand bol d’oxygène intellectuel qui a apporté aux enseignants non seulement une somme de connaissances historiques mises en perspective mais aussi, par  « l’approche décalée » de la notion de laïcité, une remise en cause des clichés et des approximations. Cette conférence a comblé une attente importante des enseignants, bien au-delà d’une simple formation académique et professionnelle, celle de l’acquisition ou l’approfondissement d’une culture laïque et humaniste. Certains dans ce lycée, dont le proviseur, se prennent à rêver d’un partenariat avec l’IESR.

L’originalité de ces actions réside essentiellement en ceci : une équipe éducative qui se prend en main, qui fait le diagnostic de ses besoins, qui œuvre à la consolidation d’une légitimité intellectuelle et scientifique, qui pratique la délibération entre pairs (qu’on invite les professeurs à mettre en œuvre chez leurs élèves). Ainsi les pratiques professionnelles évoluent sans que cela procède d’une injonction ou que cela soit vécu comme tel. Nous avons l’espoir que ce projet se poursuive à la rentrée prochaine et au-delà. Mais pour qu’une équipe active et nombreuse le porte, il faut que chacun y trouve un intérêt professionnel et surtout du plaisir dans ces échanges stimulants.

Pour l’ensemble des professeurs du lycée René Cassin d’Arpajon (91),
Bertrand Villain, proviseur
mercredi 1er juillet 2016